Thème

Le coin des parents et autres adultes

Béatrice Alemagna, Les choses qui s’en vont

« Dans la vie, beaucoup de choses s’en vont. Elles se transforment, elles passent. » Que ce soit le petit bobo, les poux, les larmes, toutes ces petites misères finissent par passer – et même quand les cheveux tombent comme les feuilles mortes, ce n’est pas si grave – et ça, on le voit bien avec ce jeu de calques qui modifient « juste un peu » les images et retiennent l’attention. Car le plus important vient à la fin : « Une seule chose ne s’en va pas. Et ne s’en ira jamais. Jamais. » mais qui n’est jamais dite non plus – c’est, vous l’avez deviné, immuable, solide et perpétuel, l’amour d’un parent pour son enfant. Ce livre d’artiste plein de trouvailles graphiques a obtenu en 2020 le Prix Sorcières.

Dès 4 ans

Béatrice Alemagna, Les choses qui s’en vont, Hélium, 2019, 70 p., 15,90 € — Imprimé en Belgique

Hege Barnholt, En direct de Scandinavie : les trésors de Noël

Hege Barnholt, En direct de Scandinavie : les trésors de Noël

« Noël, c’est l’attente, la joie, l’effervescence, les sentiments chaleureux et surtout les traditions » annonce l’auteur de ce livre aux trésors. En Scandinavie, Noël se prépare dès octobre, quand les nuits rallongent, rallongent… Et pour s’occuper les mains, les bonnes idées ne manquent pas : boules de mousse, photophores, cadeaux fabriqués à partir de petits riens, sans oublier de nourrir les oiseaux sauvages. Et pour se réchauffer, rien de vaut le glögg de grand-mère, agrémenté de petits gâteaux aux formes traditionnelles et au parfum d’anis et de cannelle. A déguster sans modération !

Pour toute la famille

Hege Barnholt, En direct de Scandinavie : les trésors de Noël, photographies de Bjorn Johan Stenersen, Les Editions de Saxe, 2013, 160 p., 19,50 €

Marie-Alix Le Roy, Protégeons nos enfants des écrans !

Sous-titré «  10 conseils du groupe FB Parents unis Pas de smartphone avant 15 ans », ce petit guide affiche la couleur : réunir toutes les bonnes idées pour informer sur les différents dangers des écrans, notamment de téléphone, et ne pas céder au conformisme ambiant. Face aux addictions, aux cyber-pathologies, au cyber-harcèlement induits par un mauvais usage des smartphones et des réseaux sociaux, les parents n’ont qu’un devoir : résister ! Avec plus de 9800 membres à la rentrée 2020, le groupe entend appeler enseignants, directeurs d’établissement et entreprises à prendre leurs responsabilités. Le guide rassemble arguments et données chiffrées, pour donner à nos enfants les mêmes chances que ceux des cadres et dirigeants de la Silicon Valley : les écrans ? « no before 8th grade », chez nous, « pas avant 15 ans ». Chiche ?

Adultes (et grands adolescents)

Marie-Alix Le Roy, Protégeons nos enfants des écrans !, Mame, 2020,  96 p., 9,90 € — Imprimé en Espagne

Patrick Bard, Le secret de Mona

« Franchement, je les ai pas vus. Sérieux, à ce moment-là, j’étais plus préoccupée par Justin qui grelottait de fièvre dans son siège bébé à l’arrière. J’ai bien marqué l’arrêt, mais c’était plus par habitude qu’autre chose. Je voulais tellement arriver vite à l’hôpital… J’espérais qu’une seule chose : qu’ils nous fassent pas poireauter trop longtemps, là-bas aux urgences. […] Christelle m’avait pourtant expliqué mille fois, quand elle m’avait appris à conduire, qu’aux stops, il fallait vraiment s’arrêter, et puis compter jusqu’à cinq, lentement. J’avais toujours fait attention. Mais pas là. La première fois où ma mère m’a collé un volant entre les mains, j’avais même pas encore quatorze ans. Putain, je suis pas près d’oublier ça. »
Alors oui, Mona n’écrit pas comme un prof de français. Normal, elle a quitté le lycée avant l’heure, pour s’occuper de son petit frère, ce petit Justin d’un an. Et elle conduit sans permis, parce qu’elle n’a pas encore 18 ans. Christelle, c’est sa mère – une mère qui fume trop, qui joue trop aux jeux de hasard, une mère qui a plongé, à la mort de son mari, dans cette précarité silencieuse de nos campagnes. Son secret, Mona nous le confie assez vite – mais Patrick Bard, venu du polar, sait distiller les énigmes jusqu’au bout, en croisant et décroisant les pistes. Présent et passé, mensonge et vérité, réalité avérée ou reconstruite alternent au fil des pages dans un véritable puzzle narratif. Inspiré par les témoignages des Gilets Jaunes, Patrick Bard témoigne aussi de la force qui peut habiter certains adolescents : confrontés trop tôt à des soucis d’adultes, ils trouvent mille astuces pour passer inaperçus et restent d’une dignité qui force le respect. Un bon livre « relais » entre parents et adolescents ou très jeunes adultes, à réserver à des lecteurs solides. Ceux qui ont la chance de ne pas être concernés par la pauvreté et ses ravages pourront en avoir un aperçu « de l’intérieur ». Et peut-être apprendre à voir ce que les autres n’ont pas envie de voir.

Pour grands adolescents

Patrick Bard, Le secret de Mona, Syros, 2020, 176 p., 15,95 €

Grégoire Thonnat, Guides et scouts d’Europe, le petit Quizz

Savez-vous ce que sont le baussant et le Hodari ? Etes-vous déjà calé en froissartage et en matelotage ? Quelle est la différence entre le camping et le campisme ? Avez-vous déjà participé à un Eurojam ? Tous ces mots étranges ont attisé votre curiosité et celle de vos enfants ? En septembre, il est alors temps, s’ils ont entre 8 et 12 ans, d’aller rencontrer avec eux les louveteaux et les louvettes, et s’ils sont plus âgés, d’aller partager les aventures des éclaireurs ou des éclaireuses. Fidèle au format (tout petit !) et aux délicates illustrations en silhouettes qui font le succès de sa collection, Grégoire Thonnat propose ici une série de 50 questions-réponses qui présentent l’identité et les valeurs du scoutisme européen.

Dès 8 ans

Grégoire Thonnat, Guides et scouts d’Europe — le petit Quizz, illustrations d’Elvire Thonnat, 2020, 104 p., 6 € — disponible sur le site des scouts d’Europe ou chez Carrick – imprimé en France

Madame la Chouette change de rythme

Chères amies lectrices, chers amis lecteurs,

Comme je vous le disais dès le 20 mars, il devient de plus en plus délicat de vous proposer des nouveautés. J’ai donc choisi de passer en mode « été » avec trois chroniques par semaine. Il reste donc de la place, beaucoup de place pour VOS coups de cœur ! N’hésitez pas à partager vos meilleures lectures – et surtout celles des jeunes lecteurs qui vous entourent ! — en m’envoyant vos chroniques sur contact@chouetteunlivre.fr
Prenez soin de vous, lisez au chaud sous la couette, sur le canapé, au fond du jardin (le vôtre !) et laissez passer le temps au fil des pages !

s am

Lisez, lisez, lisez encore, lisez toujours !

Chères amies lectrices, chers amis lecteurs,

Il va devenir de plus en plus délicat de vous proposer des nouveautés : mes libraires favoris ont fermé, les éditeurs retardent la sortie des nouveautés et suspendent leurs envois gracieux, la Poste n’a plus grand-chose dans ses camions… Or, Mais Madame la Chouette a pour habitude de lire chaque ouvrage de A à Z, pas question de se limiter à la seule présentation officielle !
Mais elle ne va pas trop vite baisser… les ailes ! Quelques parutions restent programmées, mais il y a surtout beaucoup, beaucoup de livres en stock sur le site ! Plus de 1500 !
Même si la lecture sur tablette ou sur écran n’est pas la panacée, il est très souvent possible d’acheter la version e‑book des ouvrages. Une petite récompense par-ci par-là, cela fera bien plaisir !
Et chez vous ? Si vous demandiez aux enfants et aux adolescents de m’envoyer la présentation de leur livre préféré ? Pas seulement pour me dire « c’est génial », ou « j’ai adoré », mais en parodiant mes notices : une courte citation et une invitation à découvrir la suite. Chiche ?

Ruta Sepetys, Le sel de nos larmes

Ruta Sepetys, Le sel de nos larmes

Hiver 1945. Quatre personnages, quatre destins, une obsession : fuir la guerre. Marcher vers l’ouest. Ne pas mourir. Ni de faim, ni de froid, ni de ses blessures. Survivre. Avancer. Joana, une jeune infirmière, a fui la Lituanie – mais porte un lourd secret. Florian, le Prussien, semble utiliser ses talents de faussaire pour échapper au pire. Emilia, la Polonaise, n’a pas échappé au pire – et porte un enfant d’un soldat russe. Quant à Alfred, personne ne le prend au sérieux, surtout quand il se veut un parfait Hitlerjugend, car sa prétention n’a d’égale que sa frousse. Autour d’eux gravitent des personnages aussi étranges qu’un vieux cordonnier, un Petit Garçon Perdu, une Géante, une aveugle. Au fil des kilomètres, seuls ou en convoi, ils s’approchent de la Baltique. Le bruit court qu’un immense paquebot les conduira vers la liberté. Le Wilhelm Gustloff. Quand ils embarquent enfin, le 30 janvier 1945, ils ne savent pas encore que trois torpilles russes vont couler le navire. Fait de guerre, ou crime de guerre ? Des 10 050 passagers, dont 4000 enfants et adolescents, seuls 996 seront sauvés – et personne ne s’accorde sur les chiffres exacts de cette catastrophe. Pour narrer ce long cheminement vers un si terrible destin, Ruta Sepetys a choisi de ne rien édulcorer et s’est appuyée sur une énorme documentation. Je conseille donc aux parents de lire ce superbe roman avant de le confier à leurs grands adolescents, et d’en parler avec eux.
Il y a 75 ans cette année. N’oublions jamais.

Grands adolescents et adultes

Ruta Sepetys, Le sel de nos larmes, Gallimard Jeunesse, 2016, 496 p., 16,50 € — en Coll “Pôle fiction”, 8,65 €.

Thibaud Dubois, Merveilleux Noëls de Provence

« Réveillez-vous, bergers tendez l’oreille,
Ouvrez les yeux : tout le ciel est en feu !
A la clarté du firmament qui brille ;
Le fils de Dieu est né cette nuit.
Jamais annonce plus belle n’aura plus beau matin. »
Ainsi chante le chœur invisible des anges au lever du rideau. Car cette Pastorale provençale est un véritable spectacle, ou plus exactement un « Mystère » traditionnel. Rédigée au XIXe siècle par Antoine Maurel (1815–1897), cette Pastorale se joue encore à la Noël, en français (comme ici), ou en provençal.
C’est le texte le plus important de ce recueil consacré aux plus beaux Noëls de Provence. On y retrouvera donc avec plaisir des textes de Frédéric Mistral et d’Alphonse Daudet, de moins célèbres et même de charmants poèmes anonymes, «  du temps que les pâtres chantaient ». Alors, pourquoi ne pas s’aider de ses merveilleux Noëls pour préparer un spectacle familial ou scolaire, à jouer devant la crèche ?

Dès 12 ans et pour toute la famille

Thibaud Dubois, Merveilleux Noëls de Provence, illustrations de Françoise Pichard, Via Romana, 2019, 270 p., 19 € — Imprimé en France

Aurélie Derreumaux et Laurent Granier, Compostelle en sac à dos : 1700 kilomètres pour randonner en famille

1700 kilomètres en quatre mois, soit 119 jours de marche ! Partis du Puy en Velay et à petites étapes, Aurélie, Laurenthttp://www.laurentgranier.fr/ et leurs deux jeunes enfants Eva et Maxime sont arrivés, joyeux et fiers, à Compostelle un beau jour d’août. Des chutes de neige sur l’Aubrac à la canicule de la Meseta, ils ont fait face aux éléments, ont admiré les paysages si variés de la Via Podiensis et du Camino Francés, villages, églises et châteaux, ont croisé des pèlerins et nombre de poules et de vaches, et, bien sûr, ont chanté, joué, prié… Une magnifique aventure et un bel album à partager en famille.

Pour toute la famille

Aurélie Derreumaux et Laurent Granier, Compostelle en sac à dos : 1700 kilomètres pour randonner en famille, illustrations de Charline Picard, Belin Jeunesse, 2019, 70 p., 14,90 €

Gérard Letailleur, Si le Mont-Saint-Michel m’était conté

Gérard Letailleur, Si le Mont-Saint-Michel m’était conté

Oubliez pour un instant la foule bigarrée et bruyante qui se presse au pied du Mont ou, mieux, visitez le Mont un jour d’hiver, en semaine – et écoutez-le chanter de toutes ses pierres…  A moins que vous n’ayez préféré venir à pied par la baie, comme les pèlerins du temps jadis. Le Mont-Saint-Michel reste aujourd’hui la plus belle abbaye du monde, telle que l’ont bâtie la ferveur des hommes depuis le premier ermitage d’Aubert, au VIIIe siècle – et même avant, quand, dit-on, les druides y célébraient à Bélénos. Gérard Letailleur s’est inspiré des Chroniques de Dom Jean Huynes (XVIIe siècle), de la tradition orale et de quelques récits plus modernes pour réunir ces trente contes. Le saint Archange en est souvent le héros, mais vous y rencontrerez aussi moines, duc et diable, demoiselles et pauvres gens, et même un turbot et des hirondelles. A lire au pied du Mont, en attendant une omelette ou au coin du feu.

Adolescents – ou à lire en famille à voix haute

Gérard Letailleur, Si le Mont-Saint-Michel m’était conté, illustrations de Françoise Pichard, Via Romana, 2018, 168 p., 19 € — Imprimé en France

Cécile Boulaire, Lire et choisir ses albums

Cécile Boulaire, Lire et choisir ses albums

« Comment se faire soi-même son opinion sur un livre, quand les albums sont si nombreux ? » Une question que se posent tous ceux qui recherchent un bel album à offrir ou à acheter pour une bibliothèque. Ce « petit manuel » a choisi, non pas de donner des listes, mais « de fournir à chacun des outils et des démarches qui le rendront autonome dans ses propres choix ». Histoire de l’album, formats, techniques, composition, mise en page, relation avec le texte, temps et rythmes : chacun de ses thèmes est illustré de nombreuses pages en couleurs, ce qui rend la lecture de ce manuel agréable et passionnante. Cécile Boulaire est maître de conférences spécialisée en littérature pour la jeunesse.

Pour les parents et autres grandes personnes

Cécile Boulaire, Lire et choisir ses albums, Petit manuel à l’usage des grandes personnes, Didier Jeunesse, coll. « Passeurs d’histoire », 2018, 224 p., 22,90 €