Thème

De 7 à 8 ans

Pierre Gemme, La colère des dieux

« Un géant jaillit d’un porche. Il tient un immense sac en toile épaisse.
— Ton chemin s’arrête ici ! gronde-t-il.
Le cœur d’Aouni bat si fort qu’il lui fait mal. Finou hérisse ses poils… »
Prisonniers ! Que vont devenir Aouni, jeune Egyptienne d’Abou Simbel, et son chat Finou ? Que veulent obtenir d’elle les brigands qui l’ont enlevée ? Aouni est la fille d’une célèbre magicienne, elle sait parler aux animaux et faire apparaître les dieux en cas de danger… Dans le temple désert d’Abou Simbel, un prêtre ricane déjà. Pourquoi a‑t-il manigancé cet enlèvement et pourquoi veut-il obtenir de l’or ? Un roman très illustré, à lire tout seul, qui fait la part belle à l’Egypte ancienne dans laquelle se déroule cette aventure très morale : le prêtre menteur sera victime de sa cupidité. En fin d’ouvrage, deux pages documentaires.

Dès 7 ans

Pierre Gemme, La colère des dieux, coll. « Les petits mystères d’Egypte », illustrations de Mary Gribouille, Flammarion Jeunesse, Castor romans, 2021, 48 p., 5,95 € — Imprimé en Espagne
Du même auteur, dans la même collection : La momie maléfique, coll. « Les petits mystères d’Egypte », illustrations de Mary Gribouille, Flammarion Jeunesse, Castor romans, 2021, 48 p., 5,95 €. Les deux romans peuvent être lu indépendamment.

Derib et Job, Yakari chez les castors

Après avoir remonté la rivière, Yakari, monté sur son ami Petit-Tonnerre, voit affleurer un barrage de branches. « Là-bas, on peut retraverser à gué ! » Mais voilà qu’il se fait interrompre ! « Hé ! vous deux ! Ne vous gênez pas !! Casseurs ! Démolisseurs ! C’est comme ça que vous respectez le travail des autres ? » Tout cela en très gros caractères, ce qui signifie, en code BD, que le personnage est très, très en colère. En fait de personnage, c’est un castor, « Mille-Gueules » le bien nommé, qui a alpagué notre jeune Indien. Une bande dessinée très vintage, dans une série toujours appréciée des jeunes lecteurs.

Dès 7 ans

Derib et Job, Yakari chez les castors, Le Lombard, 2000, 46 p. D’occasion chez un bouquiniste des quais de Paris

Clotilde Jannin, Napoléon, l’enfant corse qui devint empereur

1782, au collège de Brienne. « Après quatre ans au collège, Napoléon a gagné la sympathie des autres élèves. En ce jour d’hiver, la cloche sonne la fin du cours de géographie. Les garçons se bousculent bruyamment en direction de la porte. Le maître les interpelle.
– Il a neigé toute la matinée, restez donc à l’intérieur !
– Non, j’ai une meilleure idée ! s’exclame Napoléon. Construisons un fort en neige !
– Bonne idée ! approuvent les élèves. Vite, des pelles, des pioches !
Après un travail acharné, le fortin s’élève dans la cour. Divisés en deux camps, les garçons ont formé de belles boules de neige.
– À l’assaut ! crie Napoléon. Visez bien ! »
Dans cet album, Clotilde Jannin fait revivre ici quelques épisodes fameux de la légende napoléonienne. Elle s’est attachée à l’enfance et à la jeunesse de cet « enfant corse » que rien ne prédestinait à devenir empereur, avant de mettre en scène quelques grandes heures de sa carrière militaire, sans oublier le couronnement, la campagne de Russie et l’exil à Sainte-Hélène. Les illustrations de Cyril Flautat, énergiques et tout en mouvement, très documentées, font découvrir l’univers napoléonien. Texte et images se répondent pour offrir un portrait dynamique d’une grande figure de l’histoire de France, dans un format agréable qui facilite la lecture. Un album tonique, pour donner le goût de l’histoire !

Dès 6 ans

Clotilde Jannin, Napoléon, l’enfant corse qui devint empereur, illustrations de Cyril Flautat, La Nouvelle Librairie Jeunesse, 2021, 32 p., 9,90 € — Imprimé en France

Sir Chrysostome, Le bricolage est un jeu d’enfants

Bricoler, c’est à la fois savoir réparer et créer de nouveaux objets. Dans ce livre grand format, il s’agit en effet autant de savoir planter un clou que de fabriquer un sous-verre, de graisser une serrure que monter un cerf-volant géant. Alors, bien sûr, vous n’aurez plus besoin de savoir changer des plombs ou équiper une douille. Fabriquer un pot à tabac pour la fête des pères, c’est un tantinet obsolète aussi… Mais c’est ce qui fait tout le charme de ce livre, moins connu que « La cuisine est un jeu d’enfants » ou « La pâtisserie est un jeu d’enfants », mais construit sur le même principe : être sérieux sans se prendre au sérieux. Les dessins et les explications sont d’une simplicité désopilante (« Clouez ! Clouez ! Clouez ! ») Qui sait s’il ne sera pas utile dans une maison de campagne, cet album daté de 1966 ? Tout cela pour vous dire aussi que les bouquinistes des quais de Seine continuent à vous proposer leurs ouvrages pendant cette période où même le marché Brassens et les Puces de Vanves ont dû fermer. Qui saura m’en dire plus sur Sir Chrysostome ?

Dès 6 ans

Sir Chrysostome, Le bricolage est un jeu d’enfants, illustrations de Michel Oliver, Plon, 1966, 96 p., reliure spirale. D’occasion. Trouvé pour 10 € chez un bouquiniste des quais de Seine.

Shahar Kober, J’apprends à faire mes lacets

Voilà un livre bien pratique pour apprendre un geste quotidien – enfin, pas pour les porteurs de baskets à scratchs, mais pour les jeunes élégantes et pour les scouts montagnards : oui, faire ses lacets est un jeu d’enfants ! Un lacet bleu, un lacet jaune et des modèles pour tout savoir des nœuds, des oreilles de lapin, des boucles classiques et des doubles nœuds : outils et explications éviteront bien des crises aux parents… Avec une chaussure en 3D, à monter pour s’entraîner.

Dès 5 ans

Shahar Kober, J’apprends à faire mes lacets, Kimane, 2021, 10 p. cartonnées, 11,95 € — Imprimé en Chine

Thomas Lavachery, Tor et le cow-boy

« — T’as vu ça, Einar ! dit papa. Buffalo Bill est à Borgisvik.
— Faudrait peut-être lui dire qu’il n’y a pas de bisons dans nos parages.
— Et pas d’Indiens non plus. »
Après quelques joutes oratoires entre le père, l’oncle d’Einar et le « cow-boy », place à la bagarre, puis aux explications autour de boissons d’hommes. On est comme ça, dans le Grand Nord, on fonce d’abord, on picole ensuite ! Mais foin de bisons ou d’Indiens. Ce que Bob Koufax vient chasser, ce n’est rien moins que le troll. Oui, « le troll géant des forêts profondes » ! Comment le jeune Einar va-t-il s’y prendre pour prévenir son ami Borigh-Borigh, « un troll authentique, haut comme une maison » ? D’autant plus que Gulliver, le chien de Bob, a un flair redoutable et que le troll – je ne vous fais pas de dessin – ça pue, ça pue… Ce nouvel épisode des aventures de Tor est aussi désopilant que les précédents, les péripéties s’enchaînent, pas toujours dans une extrême finesse mais dans un français riche en sons, en couleurs et en… parfums !

Dès 7 ans

Thomas Lavachery, Tor et le cow-boy, L’Ecole des Loisirs, coll. « Mouche », 2020, 88 p., 8 €

Clotilde Jannin, Bertrand Du Guesclin, hardi chevalier

1332, quelque part en Bretagne. Une petite troupe de garnements se lance dans un grand jeu : prendre d’assaut un fortin bricolé avec de vieilles planches. À sa tête, le jeune Bertrand du Guesclin se sent déjà l’âme d’un chef ! Au fil des années, celui qui n’était qu’un écuyer mal dégrossi s’est révélé un chef de guerre infatigable et un meneur apprécié de ses hommes, que ce soit en Bretagne, en France ou en Espagne. Bertrand du Guesclin (env. 1320 — 1380) remporta de nombreux combats lors de ce que nous appellerons « la guerre de Cent Ans ». Fait prisonnier par les Anglais, il fixa à cent mille écus d’or le prix de sa rançon. Le roi le nomma à la tête de ses armées, avec le titre de connétable de France. Clotilde Jannin, mère de famille passionnée par l’Histoire, conte ici les aventures captivantes d’un jeune garçon courageux et déterminé devenu un chevalier estimé de tous. Les illustrations épurées de Fabien Le Clech font entrer le jeune lecteur de plain-pied dans un Moyen Âge coloré et dynamique.

Dès 5 ans

Clotilde Jannin, Bertrand Du Guesclin, hardi chevalier, illustrations de Fabien Le Clech, Ed de la Nouvelle Librairie Jeunesse, 2021, 24 p., 9,90 € — Imprimé en France.

Isabel Thomas, Renarde

Chaudement habillés, nous entrons sous le couvert des bois…  Sur le sol gelé se devinent les traces d’un renard. D’une renarde, plutôt, en chasse pour nourrir ses renardeaux. Les voici, le printemps venu, qui sortent du terrier et jouent à croquer des papillons. Une nuit, ils suivent enfin leur mère à la chasse. Et là, c’est le drame. « La renarde est aveuglée par les phares. La voiture freine… Trop tard. La renarde est projetée… dans un méli-mélo d’herbes écrasées. La renarde se roule en boule, le rythme de son cœur ralentit, son dernier souffle est suspendu dans l’air. » Et nos trois orphelins de regagner leur tanière. Pourtant, le récit ne fait que commencer. Au fil des jours, très naturellement, « la renarde commence à s’estomper » — et même si le mot est poétique, la réalité décrite est strictement biologique. Parce que, « si la mort est la fin d’une vie », « la fin d’une histoire », elle est aussi « un renouveau, le début d’une vie pleine d’espoir », car la dépouille de la renarde va nourrir d’autres animaux, explique l’auteur. L’album se termine par une double page documentaire qui aborde la disparition comme un phénomène naturel avec des mots simples et sensibles. Je ne suis pas assez férue de philo pour faire un rapprochement avec les écoles bouddhistes ou avec les atomistes grecs, mais il y a de cela dans cet album, servi par de superbes illustrations. A conseiller après la disparition d’un animal de compagnie, pas forcément pour aider au deuil d’un proche.

Dès 7 ans

Isabel Thomas, Renarde, illustrations de Daniel Egnéus, Editions Quatre Fleuves, 2021, 48 p., 12,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Chine.

Lydéric Landry, Le poney d’Ollie

Ollie est invitée à passer les vacances en Pologne, chez les grands-parents de Vikkie, sa meilleure amie. Elle y fait la connaissance de Podouschka, un charmant poney qu’elle apprend à monter. Mais la fin des vacances approche… Ollie est au désespoir de quitter Podouschka. Tentant le tout pour le tout, les fillettes décident d’utiliser la magie de Baggy pour ramener le poney chez elles… Baggy, c’est le cartable magique qu’Ollie avait reçu de sa marraine dans le récit précédent. Magique, oui, mais aussi un peu étourdi ! C’est ainsi que Podouschka se retrouve non seulement rapetissé à la dimension d’un Playmobil mais affublé d’une paire d’ailes qui n’ont rien à envier à Pégase lui-même… Reverra-t-il son box en Pologne ? Un délicieux petit roman pour lecteurs débutants.

Dès 7 ans

Lydéric Landry, Le poney d’Ollie, Liber Invictus, 2021, 48 p., 4

Olivia Cosneau, Sitelles belles belles

Une sitelle ? C’est un très joli passereau, qui vit dans les arbres, se nourrit d’insectes et de graines, et chante sur plusieurs tons et mélodies. Le dos gris, le ventre orangé, l’œil marqué d’un long trait noir, voici notre vedette du jour. Ou plutôt nos six vedettes, qui d’apprêtent à s’envoler. Ce très beau pop-up se déroule sur une année et rend hommage à la nature et au cycle de la vie, à travers sept scènes animées hautes en couleur, pour suivre l’envol – et l’aventure – des sittelles d’une seule nichée. L’histoire et les illustrations d’Olivia Cosneau permettront aux enfants de découvrir les charmes et les dangers de la vie en forêt… et de s’amuser à reconnaître, planant au-dessus des sittelles ou cachés dans les buissons en pop-up, une quinzaine d’espèces d’oiseaux, mésanges, hirondelles, rapaces, rouges-gorges… mais saurez-vous tous les reconnaître ? Les effets de pop-up, dus à l’ingénieur papier talentueux qu’est Bernard Duisit, sont très réussis : ils donnent l’impression que les oiseaux vont s’envoler « pour de vrai ».

Dès 5 ans

Olivia Cosneau, Sitelles belles belles, ingénieur papier Bernard Duisit, Hélium, 2019, 14 pages cartonnées avec des pop-up et des flaps, 18,90 € — Imprimé en Chine

Rebecca Gilpin, Activités pour les petits, Les Pirates

Comment retrouver le trésor caché par les pirates ? Quel navire est-il poursuivi par les pirates de La Flèche ? Combien y‑a-t-il de singes et de perroquets dans les palmiers de cette île ? Qui, de Bart, de Simon, de Polly ou de Mo a monté la garde plus longtemps ? Sur le thème des pirates, cet album regorge de coloriages, de dessins à compléter, de labyrinthes, de « cherche et trouve » et autres jeux de réflexion. Mais attention, ces jeux ne sont pas si simples ! Ils valent bien, sous un aspect plus ludique, les activités des cahiers de « devoirs de vacances » : idéal pour les prochaines vacances, petits moussaillons !

Dès 6 ans

Rebecca Gilpin, Activités pour les petits, Les Pirates, illustrations de Laurent Kling, Fred Blunt, Erica Sirotich et beaucoup d’autres pirates, Usborne, 2021, 64 p., 7,95 € — Traduit de l’anglais. Imprimé aux Emirats Arabes Unis.

Florence Givelet de Lespinay, Louis et Aimée à l’école de la vie

Ce matin, en plus de son cartable, Louis « agrippe un immense sac qu’il glisse péniblement sur son dos, sous les yeux ébahis de son amie », Aimée. Que contient-il ? Mystère ! Que savons-nous de cet adorable garçonnet ? Qu’il « aime construire des circuits automobiles, […] observer des oiseaux aux jumelles » et surtout « rêver dans le silence de son cœur ». Ça, c’est sa maman, l’auteur de l’album, qui nous le dit avec son cœur de maman. Les dessins, eux, sous le trait tendre et délicat de by.bm, nous montrent que Louis porte une chaussure orthopédique, un appareil respiratoire, qu’il apprend à ses camarades le langage des signes… et qu’aujourd’hui, il accompagne ses camarades à la piscine. Au bord du bassin, il déploie enfin le contenu de son sac : il en sort un superbe bateau gonflable. « Tous à l’eau ! hurlent de joie les enfants. » Une rencontre extraordinaire avec un jeune garçon plein de vie, « qui aime ne pas être trop différent ». Un album idéal dans sa simplicité pour aider les enfants à dépasser leurs craintes face à un enfant porteur d’un handicap, quel qu’il soit.

Dès 4 ans, puis à lire tout seul

Florence Givelet de Lespinay, Louis et Aimée à l’école de la vie, illustrations de by.bm, Mame, 2021, 32 p., 12,50 € — Imprimé en Pologne
Du même auteur, dans la même collection : Louis et Aimée, une rencontre extraordinaire, illustrations de by.bm, Mame, 2019, 32 p., 12,50 € -