Thème

Pour rire

Julia Donaldson, Sous ton aile

« Cette chauve-souris a… [lève le rabat et regarde sous son aile !] 1 bébé qui s’accroche bien à elle pendant qu’elle vole à tire d’aile. » Qui a encore plus de petits ? La brebis, avec ses deux agneaux ; la maman léopard avec ses trois léopardeaux ; suivent le lycaon, la chouette, la renarde, la cane, la truie, la grenouille… A chaque fois, les petits se cachent derrière un rabat, une page en dentelle, un écran de papier. Jusqu’à l’araignée qui a tant de petits qu’ils se sont disséminés dans tout l’album : une manière vraiment drôle de recommencer depuis le début ! Les illustrations nous font passer du jour à la nuit, de la forêt à la savane, de la prairie à la mare, avec beaucoup de fleurs et de joie de vivre.

Dès 3 ans

Julia Donaldson, Sous ton aile, illustrations de Sharon King-Chai, Gründ, 2021, 48 p., 14,95 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Chine.

Lionel Tarchala, Là-haut sur la montagne…

Lionel Tarchala, Là-haut sur la montagne…

« Petit Homme Poilu aime se balader dans la montagne, il trouve ça au poil !
Grosse Bête Velue aime le regarder allumer le feu pour se réchauffer, et aussi faire bouillir l’eau pour le thé. Il aimerait bien goûter à cette boisson à l’odeur délicate. » Car Grosse Bête Velue a le nez fin ! Bien cachée, elle observe ce vieil homme dont on devine le bon sourire sous la barbe blanche… et va lui jouer des tours à sa façon, histoire de savoir si nos deux comparses peuvent être « amis pour la vie ». Jouant des bleus, des orangés et d’un trait malicieux, Lionel Tarchala invite le jeune lecteur à partager des aventures dignes d’un western – mais sans pistolet ni « vrais » méchants. Il ne reste qu’à réviser une comptine toute simple et à accepter quelques chatouilles avant de se blottir sous la couette… ou de s’allonger sous les étoiles.

Dès 5 ans

Lionel Tarchala, Là-haut sur la montagne…, Sarbacane, 2021, 40 p., 14,90 € — Imprimé en France

Katerina Gorelik, Regarde par la fenêtre

Katerina Gorelik, Regarde par la fenêtre

« Quelle jolie maison avec un jardin ! Et quelle adorable vieille dame à la fenêtre. » Mais la page tournée, voilà qu’elle apparaît sous son vrai visage : « une affreuse sorcière qui concocte des potions pour transformer ses invités en souris et cafards ». Brr… La maison brûle-t-elle ? Le loup a‑t-il déjà avalé le Petit Chaperon rouge ? Les œufs sont-ils à l’abri dans le poulailler ? Y a‑t-il vraiment un dinosaure dans la maison ? La réponse se trouve derrière chaque fenêtre ouverte… à l’imagination !
Dans cet album, en effet, il ne s’agit pas de regarder au dehors depuis sa fenêtre, mais d’essayer de savoir ce qui se passe derrière la fenêtre de certaines maisons… et de jouer à se faire peur, entre fantômes, sorcières et bestioles peu ragoûtantes souvent sortis des contes les plus connus des enfants… Au passage, on se souviendra aussi que les apparences sont parfois trompeuses, et cela aussi dans la vraie vie.

Dès 5 ans

Katerina Gorelik, Regarde par la fenêtre, Saltimbanque Editions, 2021, 60 p., 15,90

Constanze von Kitzing, Aïe ! Ça fait mal !

Constanze von Kitzing, Aïe ! Ça fait mal !

Petit Blaireau a essayé de grimper dans le pommier – mais, badaboum, le voilà par terre… Aïe ! Ça fait mal ! Le hibou lui fait une caresse – et l’enfant est invité à en faire autant. L’écureuil souffle sur son bobo, allez, on souffle aussi ! Mais quand le putois cherche à détourner l’attention du blaireau en… faisant un pet, « vite, bouche-toi le nez » et n’en fais pas autant ! Quand papa arrive enfin, Petit Blaireau n’a plus aussi mal. Il sera même tout fier de son joli pansement. Une histoire interactive pleine d’émotions et d’empathie, pour guérir par le rire et la douceur les petits et les grands bobos.

Tout-petits

Constanze von Kitzing, Aïe ! Ça fait mal !, Minedition, 2021, 18 p. cartonnées. 11 € — Traduit de l’allemand par Julie Dutell. Imprimé en Espagne

Eric Senabre, Megumi et le fantôme

Eric Senabre, Megumi et le fantôme

A l’occasion de la sortie en poche de ce délicieux roman, voici une réédition de ma chronique. Quel monument de Dublin va donc visiter Megumi Fujita, en ce mois de mai 1985 ? Rien de moins que la maison où vécut son arrière-arrière-arrière-grand-père, un médecin irlandais. Une maison pas comme les autres… en effet, elle est hantée ! Mais, en bonne écolière japonaise habituée aux esprits, kami, yurei et autres yôkai, Megumi ne s’enfuit pas aux premiers grincements de porte. Et voilà qu’elle va tout faire pour ramener le fantôme de son ancêtre à Tokyo. Commence alors une enquête riche en rebondissements. Megumi saura-t-elle délivrer Horatio Hearn de l’injuste malédiction qui l’a frappée ? Le roman débute donc sur les traces du Fantôme de Canterville pour continuer dans le voisinage de Mon voisin Totoro. Le tout sous la plume inspirée d’Eric Senabre qui, entre deux canulars hilarants (avis aux écoliers : un squelette peut aider à tricher), offre une belle réflexion sur l’identité, la transmission et l’amitié. Les adultes reliront en parallèle les Lettres japonaises et les Fantômes japonais de Lafcadio Hearn (1850 – 1904) à qui Eric Senabre rend ici un bel hommage.

Dès 9 ans

Eric Senabre, Megumi et le fantôme, illustrations de Gloria Pizzilli, Didier Jeunesse, 2017, 224 p., 12 € — et en poche, Le Livre de Poche, 2021, 224 p., 5,90 €

Inga Moore, Le bibliobus

Inga Moore, Le bibliobus

Quand Elan eut raconté toutes les histoires qu’il connaissait, il alla emprunter des livres à la bibliothèque. Son talent de conteur fit si vite le tour de la forêt que les animaux vinrent de plus en plus nombreux écouter ses lectures. Nouvelle idée de génie : notre Elan trouva, à la casse, un vieux bus (rouge à deux étages, of course) qu’il bricola pour le transformer en bibliobus et distribuer des livres à toute la forêt. Mais voilà…  « On ne sait pas lire, s’exclama Ourse. Alors, Elan lui apprit à lire. Et elle apprit à Blairelle. Qui apprit à Renard. » Et chacun de découvrir le plaisir de lire, chez soi ou entre amis. Quant à Elan, il continua de lire des contes à ses amis, grands et petits, car son talent était inimitable. Cet album est une ode à la lecture, aux livres, à l’amitié, au partage, dans une ambiance douce et feutrée, canapés confortables, scones et mugs fumants, avec cette inimitable touche d’humour 100 % british qui ravira toute la famille à l’heure d’aller au lit – ou au bibliobus.

Dès 4 ans

Inga Moore, Le bibliobus, L’Ecole des Loisirs, coll. « Pastel », 2021, 56 p., 14,50 € — Traduit de l’anglais par Aude Gwendoline.

Paul Beaupère, Les Chroniques de Follebreuil – Le jour de l’ours

Paul Beaupère, Les Chroniques de Follebreuil – Le jour de l’ours

Au paisible royaume de Follebreuil, les cuisiniers préparent un festin : la princesse Colysne va fêter ses 13 ans ! Mais la jouvencelle a d’autres projets : aller tranquillement croquer des crevettes sur la plage, accompagnée d’Armoise, son fidèle destrier – enfin sa bonne vieille jument. Tranquillement, c’est vite dit car, vue par les Vikings qui viennent de débarquer, la crevette, c’est plutôt elle, notre Colysne. Bien évidemment, pour qui connaît la malice et les jeux de mots de Paul Beaupère, Colysne ne se laissera pas faire et entraînera le lecteur dans des péripéties garanties farfelues. Et puis, des Vikings, « en 1301, ou 1302, ou 4 ou peut-être 6 », vous y croyez vraiment ?

Dès 9 ans

Paul Beaupère, Les Chroniques de Follebreuil – Le jour de l’ours, Mame, 2021, 224 p., 10,90 € — Imprimé en Italie

Dick Bruna, Le nouveau bébé

« Youpi ! s’écrie Miffy en dansant.
youpi, youpi, quelle joie !
Car voilà le secret : très bientôt,
un petit bébé arrivera. »
Et Miffy, en grande sœur très impliquée, de préparer avec ardeur l’arrivée de ce délicieux petit lapin !
Miffy ? vous avez dit Miffy ? Pour moi, dans les années 1980, le héros de mes petits garçons était « Petit Lapin » (chez Fernand Nathan), et voilà que Miffy est une demoiselle lapine ? Bon… Toujours est-il que le trait de Dick Bruna (1927–2017) n’a pas vieilli d’un iota. Ses couleurs vives cernées de noir, ses formes simples et le format carré des albums rencontrent toujours le même succès. Vive Miffy, sa famille et ses amis !

Tout-petits

Dick Bruna, Le nouveau bébé, La Martinière Jeunesse, 2021, 32 p., 6,50 € — Traduit du néerlandais. Imprimé en Allemagne

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur, Retour à la nature (t. 10)

Saint-Arthur, ça rime avec Nature ! Et ça tombe bien, car ce dixième épisode est placé sous le signe du jardinage, des radis et des épinards et, pour le dire dans le langage de la maîtresse, sous le signe de la « transition écologique » et de l’autosuffisance. Bien sûr, quand Papy et son copain Georges viennent à la rescousse de Brune, notre narratrice, en 5e cette année, rien ne se passe comme prévu. A vue de nez, il s’en passe de drôles avec leur engrais… Quel est l’ingrédient magique qui transforme rangs de laitue et de haricots en une jungle inextricable ? Avec son talent habituel, Paul Beaupère entraîne les jeunes lecteurs dans une sarabande déjantée, à la suite de Brune, de son frère Alex (qui préfère la malbouffe chimique au moindre radis), de sa sœur Charlotte (l’intello de la famille) et des jumeaux de cinq ans au vocabulaire survitaminé. Et si cela ne vous donne pas envie de faire pousser des épinards au printemps prochain, vous aurez au moins appris le B.A BA du parfait jardinier – même si l’engrais magique a pour première vertu d’éclipser la nécessaire vertu de patience, au profit des jeux de mots approximatifs et des fous rires.

Dès 10 ans

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur, Retour à la nature (t. 10), illustrations d’Ariane Delrieu, Mame, 2021, 160 p., 10 € — Imprimé en Italie

Katie Daynes, Pourquoi je dois m’habiller ?

« Tu as dormi toute la nuit dans ce pyjama », maintenant, il faut t’habiller. Oui, mais… puis-je mettre mon sari brodé ? mon déguisement de dinosaure ? Puis-je rester en short même s’il pleut ? Pour le savoir, soulevons les rabats ! Les tout-petits apprendront aussi pourquoi les animaux n’ont pas de vêtements mais qu’il est très chouette d’avoir des plumes, de la fourrure ou des écailles. Quant à moi, j’ai appris un truc : suspendre des bouchons au bord de son chapeau repousserait les mouches – une version portable des rideaux à bouchons de notre enfance. Concession à l’air du temps, les « masques faciaux » qui « ralentissent la propagation des virus » font aussi partie de notre garde-robe. Ce petit album aidera peut-être à faire la différence entre une fantaisie débridée et le bon sens quotidien – les premiers pas vers l’élégance !

Tout-petits

Katie Daynes, Pourquoi je dois m’habiller ?, illustrations de Marta Alvarez Miguéns, Usborne, 2021, 12 p. cartonnées, 8,95 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Chine.

Collectif, Proverbes et expressions : Français

Avoir « une tête de linotte », « prendre la mouche », « être fier comme un paon », ou « muet comme une carpe », « retourner quelqu’un comme une crêpe » : les animaux, la nature, la nourriture et le corps humain donnent lieu à une multitude proverbes et d’expressions bien souvent intraduisibles.  Et pour cause, ils font partie intégrante d’une langue et de sa culture. Comme le précise la préface, « ils évoluent à travers l’histoire – certains restent dans le langage courant tandis que d’autres disparaissent – et révèlent une manière de penser et d’appréhender le monde ». Il s’agit donc de ne pas les oublier ! Ce recueil propose plus de 300 expressions de la langue française, illustrés avec humour. Une belle idée qui ne finira pas en queue de poisson !

Dès 8 ans

Collectif, Proverbes et expressions : Français, illustrations de Thomas Tessier, Ed Rue des Enfants, 2021, 64 p., 9,50 € — Imprimé en Pologne
Dans la même série :
Proverbes et expressions : anglais
Proverbes et expressions : monde
Proverbes et expressions : langue des signes française

Miguel Tanco, Toutes petites histoires

De toutes petites histoires, en effet, et sans autre texte qu’un titre… pour deux ! Dans un généreux format à l’italienne, Miguel Tanco propose, face à face, des planches sans paroles qui se répondent sur le même thème – donné par le double titre. « C’est magique ! » : magique de sortir un lapin de son chapeau – enfin, pas vraiment puisque l’artiste pose juste le lapin sur l’épaule de l’apprenti magicien. Magique aussi, d’emporter avec soi un ruban d’herbes hautes après avoir traversé le pré, une bien jolie trouvaille poétique parmi celles qui traversent cet album. Parfois, le sens de l’histoire saute aux yeux, parfois il faut scruter la suite des planches pour trouver ce qui a changé. Un trésor de délicatesse et d’humour sur le thème de l’enfance, un humour léger, de la fantaisie en bouquet, un émerveillement renouvelé à chaque page… sans oublier un bon zeste d’impertinence. A raconter, à se raconter, ou à se laisser raconter, car les petits sauront faire éclore bien des rêves à la lecture de cet album original.

Dès 4 ans

Miguel Tanco, Toutes petites histoires, textes français de Christian Demilly, Grasset Jeunesse, 2021, 80 p., 15,90 € — Imprimé en Espagne