Thème

Artistes en herbe

Mon cahier de gommettes – Alsace, Elsass

Une cigogne, un blason, le marché de Noël, une maison en pain d’épices, deux personnages en tenue traditionnelle – et des centaines de gommettes colorées pour que les petits abordent les premiers apprentissages avec plaisir sur le thème de l’Alsace. Chaque modèle détachable est l’occasion pour les enfants de travailler la motricité fine, le repérage dans l’espace, le tri, la reconnaissance des formes géométriques…
Astucieusement, les gommettes, très simples, se placent le plus souvent autour des motifs complexes et pas dedans, ce qui permet d’en raconter les détails plus facilement.

Dès 3 ans

Mon cahier de gommettes – Alsace, Elsass, Editions Ma Région Daphné SA, 2020, 28 p., 6,95 € — Imprimé en Inde

Nadine Brun-Cosme, Le chant des grands bateaux

« Ce premier matin, Mathieu vient me prendre à huit heures.
A l’instant où il m’appelle, mon nom sonne plus fort que le chant des bateaux. » Vous le savez, amis marins : au port, « les bateaux chantent de leur petit bruit de métal frotté mât contre mât ». Pour « elle » qui raconte, ce temps des vacances, ce sont ces retrouvailles avec son ami Mathieu, ses apprentissages de la natation au large, la contemplation du phare et des grands voiliers… C’est surtout le temps pour Nadine Brun-Cosme de peindre, avec ces superbes couleurs aquarellées, autant les paysages que les émois du cœur. Un album d’artiste pour tous les amoureux de la mer. Et comme toujours chez cet éditeur exigeant, une rare qualité dans le choix du papier et le rendu des teintes.

Dès 5 ans, pour enfants et adultes rêveurs

Nadine Brun-Cosme, Le chant des grands bateaux, Editions Courtes et Longues, 2022, 48 p., 22 € — Imprimé en Italie

Catherine de Lasa, Peintre de Marie-Antoinette – Journal d’Elisabeth Vigée Le Brun – 1766–1770

Issue de la petite bourgeoisie parisienne, Elisabeth, après avoir été en nourrice, passe quelques années au couvent – c’est là qu’elle commence ce « journal », ou plutôt, c’est à cette époque, en 1766, que Catherine de Lasa lui prête sa plume pour débuter un journal apocryphe, qui nous mène jusqu’en 1770, date à laquelle Elisabeth a ses entrées à Versailles. Cette enfant prodige, encouragée par son père, lui-même peintre, et par ses amis, va en effet devenir la peintre officielle de Marie-Antoinette. Mais cela n’ira pas sans embûches, ni sans larmes. Quand son père meurt subitement, Elisabeth n’a que douze ans… Et c’est la peinture qui l’aide à reprendre pied, d’autant plus que les ressources de la famille sont des plus minces.
S’inspirant des Souvenirs de la célèbre portraitiste, Catherine de Lasa fait entrer la jeune lectrice de plain-pied dans le XVIIIe siècle. Si Elisabeth prend part avec piété aux processions, si elle défend la reine face aux idées prérévolutionnaires de son frère, elle sait aussi que le mari de la jeune duchesse de Chartres fréquente les prostituées et qu’elle-même doit de méfier des messieurs trop entreprenants… Un dossier historique rédigé par Sophie Humann permet d’« aller plus loin » en complétant la biographie d’Elisabeth Vigée Le Brun. Ayant survécu à la Révolution, elle s’éteint en 1842, après une longue vie d’artiste et de nombreux voyages dans l’Europe entière.

Dès 12 ans

Catherine de Lasa, Peintre de Marie-Antoinette – Journal d’Elisabeth Vigée Le Brun – 1766–1770, Gallimard Jeunesse, coll. « Mon histoire », 2022, 144 p., 12,50 € — Imprimé en Italie.

Isabelle Simler, La forêt, observe et colorie

Voyez-vous l’écureuil qui sort de son arbre, le rouge-gorge qui chante et les champignons qui dansent avec la mousse ? La forêt, parfois riante et mystérieuse, est le lieu d’aventures et de découvertes par excellence.
Plus qu’un simple cahier de coloriage, cet album se déplie sur un mètre de long ! Les dessins au trait sont accompagnés d’une présentation de différentes espèces d’animaux et de végétaux et d’une fiche documentaire.
Le style inimitable d’Isabelle Simler transcrit parfaitement la complexité de la nature, le lecteur est invité à s’emparer de ses dessins pour mieux apprécier et comprendre le monde qui l’entoure. Cette activité « ludique » (pour reprendre un mot à la mode) permet d’être au plus près du trait singulier de l’illustratrice, tout en nous faisant découvrir des écosystèmes fascinants.
Reste à savoir si un album d’un mètre de long peut être proposé à plusieurs enfants à la fois – un challenge sympathique, mais risqué !

Dès 5 ans

Isabelle Simler, La forêt — Observe et colorie, Editions Courtes et Longues, 2022, 12 p. dépliantes, 9,90 €. Imprimé en France
Du même auteur, dans la même collection : Les Céphalopodes ; Coléoptères ; Le Ruisseau ; Fleurs sauvages.

Jacques Prévert, Le petit lion

« La grande lionne montre les dents et personne parmi les grandes personnes de la Grande Ménagerie, personne parmi les gros et petits hommes qui payent pour voir les animaux captifs, personne n’oserait passer le bout du doigt entre les barreaux de la cage.
Enfermer une lionne dans une misérable boîte de bois avec de tristes barreaux de fer, il n’y a pas de quoi être fier. »
Et puis, tapi à ses côtés, voici « un petit lion bien gentil avec de grosses pattes et une douce petite tête bien ronde et dans cette petite tête, il n’y a rien d’autre que les très simples rêves d’un brave petit lion ». Qui va se sauver, pour tenter de rejoindre la forêt vierge… et qui va nous entraîner à sa suite dans les rêves et les jeux d’un petit lion.
Un article très intéressant signé de Laurence Perrigault (La revue des livres pour enfants, 258, sur le site du CNLJ) revient sur la genèse de cet album. Jacques Prévert s’est en effet pris au jeu d’inventer ce conte animalier à partir de photos prises par Ylla, célèbre artiste photographe.
Laurence Perrigault nous rappelle que « le goût de Prévert pour l’enfance était alors notoire : André Breton avait salué dès 1940 dans son Anthologie de l’humour noir la faculté de Prévert de “disposer souverainement du raccourci susceptible de nous rendre en un éclair toute la démarche sensible, rayonnante de l’enfance” », lui qui disait aussi : « Que voulez-vous, cela peut sembler de l’enfantillage, mais j’attache autant d’importance, et même beaucoup plus, aux petites choses sans importance écrites pour les enfants qu’aux grandes choses définitives écrites pour d’importants adultes. »
De son vrai nom Kamilla Koffler, Ylla née en 1911 dans la capitale autrichienne, après une solide formation, s’était spécialisée dès 1933 dans la photographie animalière. Même si le texte fut caviardé par l’éditeur, au grand dam de Prévert, l’album reste un beau moment de littérature et les photos gardent tout le charme de l’argentique, et du travail sur le noir et blanc.

Dès 6 ans

Jacques Prévert, Le petit lion, photographies par Ylla, Arts et Métiers graphiques, 1958 (1ère édition en 1947). Brocantes, etc. Imprimé en France

Géraldine Alibeu, L’autre côté de la montagne

« Cette année-là, ma sœur et moi, nous décidons de partir en randonnée sans les adultes. […] Nous piquons à Jeannette sa carte IGN des Alpes : sa belle carte en noir, blanc et vert, où l’on peut voir les reliefs des vallées et des sommets, parcourus de lignes rouges et noires qui sont autant de sentiers de marche. […] 1978, c’est ce qui est écrit sur la carte. Nous devrions nous méfier. »
Ce qui devait être une superbe semaine de randonnée va se terminer, après moult péripéties, après quatre journées riches en découvertes mais épuisantes pour ces deux néophytes.
Ce qui fait de cet album une réussite, ce sont, outre son format généreux (24 cm X 33 cm), le talent et l’énergie de Géraldine Alibeu : elle fait exploser les couleurs, multiplie les angles de vue et les proportions, pour nous faire percevoir la force du moindre relief, la qualité graphique du moindre caillou et la mélodie du moindre torrent. Et j’oubliais, le confort sommaire du refuge ! Bref, un vrai livre d’artiste, plus proche du roman graphique que de l’album illustré !
Et puis, il y a cette dédicace qui en fera sourire certains : « Merci à Mathilde et Fanny, mes dormeuses. » Moi, je connais une Mathilde et une Fanny qui ont fait un tour d’Europe à pied, et pas seulement en dormant !

Dès 6 ans

Géraldine Alibeu, L’autre côté de la montagne, Cambourakis, 2022, 104 p., 18 € — Imprimé en Lettonie

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Les recettes du chef

Vous vous attendiez à un livre de cuisine ? Celui qu’attendent les mamans de familles nombreuses – comme celle de Jean‑A, Jean‑B, Jean‑C, Jean‑D et Jean‑E ? Car ces charmants garçons vous sont bien connus, le premier tome de leurs aventures ayant plus de vingt ans. Eh bien non, il ne s’agit ni de spaghettis bolognaise ni de caramels mous, mais de recettes d’écrivain. « Le chef », ici, c’est Jean-Philippe Arrou-Vignod et le marmiton, c’est toi, le jeune lecteur – qui aura pour ustensiles « un stylo, des feuilles de brouillon, des crayons de couleur et une pincée d’imagination ».
Après chaque épisode (inédit, bien sûr !), des conseils de pro et des pages « A toi de raconter ». Raconter, oui, mais quoi ? Une anecdote familiale rigolote, un « exploit » (enfin, une bêtise…), une visite chez le dentiste, la construction d’un bonhomme de neige géant… Bref, pas vraiment des sujets de rédactions scolaires. Toujours aussi savoureuse, l’écriture de Jean-Philippe Arrou-Vignod régalera les apprentis écrivains, et les autres aussi.

Dès 9 ans

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Les recettes du chef, illustrations de François Avril, Gallimard Jeunesse, 2022, 160 p, 14,50 € — Imprimé en Italie. Également disponible en CD (18,50 €), en livre audio (9,99 €) ou en e‑book (10,99 €).

Nicolas Michel, Entre mes branches

« C’est une histoire qui commence mal. Elle a duré 457 ans, ce qui peut paraître bien long, mais, dans ma famille, les plus anciens dépassent aisément les mille saisons. Je ne vais pas me plaindre, j’ai bien vécu », raconte le héros de cet album.
Vous êtes-vous déjà interrogé sur la vie d’un arbre ? Entre mes branches donne la parole à ce personnage mystérieux et apparemment silencieux. Depuis ses débuts en tant que jeune arbre jusqu’à sa fin éventuelle sous les dents d’une scie, l’arbre raconte quels animaux se sont réfugiés sous ses feuilles, combien les intempéries ont fait trembler ses racines et qui s’est abrité dans ses branches. Tout au long des pages finement illustrées, le lecteur en vient à comprendre une idée essentielle : que la nature et les animaux évoluent dans une harmonie qui passe trop souvent inaperçue pour l’homme. Une belle invitation à considérer le monde naturel depuis la cime des arbres ! Chaque page est un poème graphique à admirer pendant des heures, accompagnée de phrases simples et riches de sens : des biches, des loups, des hommes, « qui avait raison, qui avait tort ? J’ai décidé de ne jamais prendre parti : le bien et le mal n’appartiennent pas au règne végétal », telle est l’une des leçons du grand chêne.

Dès 6 ans et pour toute la famille

Nicolas Michel, Entre mes branches, La Joie de Lire, 2022, 62 p., 16,90 € — Imprimé en Lettonie

Clémentine Sourdais, La Grande Escapade

« Un livre randonnée », tel est le sous-titre de cet album plein de jolies surprises. Suivons la jeune Brume dans son exploration montagnarde ! De la forêt aux hauts plateaux, des alpages au sommet, la montagne est tour à tour majestueuse, sauvage et fragile. Ici, la vache Fanette, bien connue de la petite fille. Plus loin, le chamois et le bouquetin, la cascade et le névé (attention, début mai, il reste de la neige dans nos Alpes, soyons prudents !). Mais comment s’appelle cette fleur ? et cet insecte ? A la fin de l’album, les pages documentaires donnent la solution. Mais avant, dépliez les doubles pages, laissez les paysages se développer sous vos yeux, soulevez les volets et régalez-vous ! Une idée : éteignez la lumière et éclairez le livre avec une lampe de poche posée de côté. Vive la montagne !

Dès 6 ans, pour petites mains soigneuses

Clémentine Sourdais, La Grande Escapade, Seuil Jeunesse, coll. « Livre animé », 2021, 24 p. avec des découpes et des pliages, 16,90 € — Imprimé en Chine

Clémentine Sourdais, Faune et Flore du printemps

Les graines de tomate ont été mises à germer, les plantules portent désormais 5 à 7 feuilles, nous sommes bientôt en mai, il est temps de les repiquer en pleine terre. Tout pousse et fleurit au jardin ; les animaux, petits et grands, qui s’étaient mis au repos, se sont réveillés de leur hibernation. Où se cachent les cygnons ? Attention toutefois : mieux vaut ne pas s’approcher des marcassins tout juste nés dans le sous-bois !
Cet album mêle coloriages, autocollants et quiz à des informations simples pour tout savoir du printemps dans la nature. Bien utile les jours de pluie… Cette pluie qui va faire tant de bien aux jeunes pousses de salade ou de haricots, mais pas à nos futures tomates !

Dès 6 ans

Clémentine Sourdais, Faune et Flore du printemps, Amaterra, coll. « Mon cahier nature », 2022, 24 p., 7,50 €

Romain Pigeaud, Cosquer, la grotte inattendue

Des chevaux, des bisons, des phoques, des bouquetins… ils étaient là depuis plus de 33 000 ans pour certains, environ 19 000 ans pour d’autres, peints sur les murs d’une grotte, quand Henri Cosquer les découvrit lors d’une plongée dans les Calanques marseillaises. Un événement d’une portée (pré)historique aussi importante que la découverte de Lascaux. Devenue inaccessible à pied d’homme depuis plus de 9000 ans à cause des variations du niveau de la mer, les peintures rupestres avaient ainsi été protégées — même si, aujourd’hui, nous savons qu’elles risquent de disparaître. La mer monte de 3 millimètres par an – imaginez, dans 15 000 ans ! La grotte est fermée au public en raison de sa difficulté d’accès (37 mètres de fond et un tunnel de 175 mètres de long précédant l’entrée), ainsi que pour des raisons de sécurité et surtout de préservation de ce patrimoine exceptionnel. Mais pas avant d’avoir été mesurée, étudiée, photographiée dans les moindres recoins.
Ce documentaire réalisé par Romain Pigeaud, archéologue et docteur en préhistoire, présente les travaux des savants qui ont pu étudier la grotte, puis les techniques qui ont permis de créer une grotte « bis » à Marseille. En effet, à partir du 4 juin prochain, tout un chacun pourra aller admirer les copies des plus belles peintures rupestres dans un nouveau musée, Cosquer Méditerranée, en embarquant à bord de « modules d’exploration » sous la mer.

Dès 10 ans

Romain Pigeaud, Cosquer, la grotte inattendue, Ouest-France, 2022, 32 p., 5,90 €

Les Gommettes françaises

Je vais faire aujourd’hui une petite entorse à mes habitudes et sortir de ma bibliothèque ! Je suis fana de gommettes – notamment parce que le dessin et moi, ce n’est pas vraiment évident. Alors, quand il s’agit d’occuper mes petits-fils, l’arme magique, ce sont les gommettes ! Mais encore faut-il en trouver de jolies, qui conviennent à ces petits messieurs, et qui ne me ruinent pas. Comme leur nom l’indique, les Gommettes françaises sont bien de chez nous : fabriquées dans le Rouergue, et expédiées à domicile.
Des formes colorées aux feuilles thématiques, il y en a pour tous les goûts, toutes les occasions et toutes les saisons. Le site propose aussi des cahiers de coloriage, des stickers, etc. Un seul hic : on a envie de tout commander.
Les gommettes françaises, c’est aussi une histoire de famille, une famille anticonformiste et bien sympathique. Amandine est graphiste, elle créée les gommettes, Yoann les fabrique à l’aide d’une machine d’impression découpe, et assure la logistique et la relation client. Leurs deux filles, Lola et Eva, sont là pour tester les nouveaux modèles. Une belle réussite à soutenir.

De 3 à 10 ans (et parfois pour les plus grands)

Les Gommettes françaises, https://lesgommettesfrancaises.com/