Thème

De 5 à 6 ans

Nadine Brun-Cosme, Le chant des grands bateaux

« Ce premier matin, Mathieu vient me prendre à huit heures.
A l’instant où il m’appelle, mon nom sonne plus fort que le chant des bateaux. » Vous le savez, amis marins : au port, « les bateaux chantent de leur petit bruit de métal frotté mât contre mât ». Pour « elle » qui raconte, ce temps des vacances, ce sont ces retrouvailles avec son ami Mathieu, ses apprentissages de la natation au large, la contemplation du phare et des grands voiliers… C’est surtout le temps pour Nadine Brun-Cosme de peindre, avec ces superbes couleurs aquarellées, autant les paysages que les émois du cœur. Un album d’artiste pour tous les amoureux de la mer. Et comme toujours chez cet éditeur exigeant, une rare qualité dans le choix du papier et le rendu des teintes.

Dès 5 ans, pour enfants et adultes rêveurs

Nadine Brun-Cosme, Le chant des grands bateaux, Editions Courtes et Longues, 2022, 48 p., 22 € — Imprimé en Italie

Shahar Kober, J’apprends à faire mes lacets

Voilà un livre bien pratique pour apprendre un geste quotidien – enfin, pas pour les porteurs de baskets à scratchs, mais pour les jeunes élégantes et pour les scouts montagnards : oui, faire ses lacets est un jeu d’enfants ! Un lacet bleu, un lacet jaune et des modèles pour tout savoir des nœuds, des oreilles de lapin, des boucles classiques et des doubles nœuds : outils et explications éviteront bien des crises aux parents… Avec une chaussure en 3D, à monter pour s’entraîner.

Dès 5 ans

Shahar Kober, J’apprends à faire mes lacets, Kimane, 2021, 10 p. cartonnées, 11,95 € — Imprimé en Chine

Simon Grangeat, Sorcières

Dans le petit bois, chante Nina, « il y a des sorcières ! Des sorcières ! Des sorcières !
Pierre ne croit pas aux sorcières. C’est un scientifique : il ne croit que ce qu’il voit. »
D’ailleurs, il connaît chaque fleur, chaque insecte, par son nom, libellule, coléoptère ou salamandre. C’est un calme, un observateur. Nina, elle, saute parmi les flaques et ne craint ni les arbres gigantesques ni leurs longues branches en forme de doigts crochus. Elle vit depuis peu au village, chez sa grand-mère qui lui a appris de très anciennes chansons.
Ensemble, les deux enfants s’enfoncent dans la forêt et découvrent une mare étrange. Pour Nina, aucun doute : c’est une mare à sorcières. Pff, fait Pierre, l’incrédule. La petite entonne alors l’un des airs de sa grand-mère. Et la forêt devient vivante…
Alors ? Par qui serez-vous ensorcelés ? Par le récit de Simon Grangeat, dont les mots tissent de savants liens entre le réel et l’imaginaire, ou par les dessins de Cédric Abt, dont l’univers sensible et poétique mêle couleurs et rêveries d’enfants ?

Dès 4 ans

Simon Grangeat, Sorcières, illustrations de Cédric Abt, Sarbacane, 2022, 40 p., 16,50 € — Imprimé en France

Sandra Nelson, Matriochka

« Dans la forêt de Semenov, vivaient Ivan et Natacha, modestes moujiks, et leurs cinq filles. Aussi belles que douces, elles s’entendaient à merveille et ne se quittaient jamais. D’une ressemblance saisissante, seule leur taille successive les distinguaient. » Mais chacune avait un don bien à elle – et heureusement, car, face à la sorcière Baba Yaga, un seul don d’une seule demoiselle, cela ne pèserait pas lourd… Ce conte russe, si joliment illustré, apprendra pourquoi il est important de savoir cuisiner, chanter, coudre et … jouer aux échecs, sans oublier l’art de lire dans les pensées d’autrui. En effet, qui est vraiment Baba Yaga ? Ces cinq jeunes filles, ce sont bien sûr les fameuses « poupées russes » que l’on découvre cachées l’une dans l’autre, et qui n’ont donc aucune raison d’être contrefaites sous diverses figures pour devenir de stupides objets attrape-touristes. Courageuses jeunes filles russes de légende, elles sont, et c’est ainsi qu’elles doivent rester !

Dès 4 ans

Sandra Nelson, Matriochka, illustrations de Sébastien Pelon, Flammarion Jeunesse, Père Castor. 2 formats : 2009, réédition 2021, cartonné, 32 p., 13,50 € — 2018, broché, 5,25 €

Isabelle Simler, La forêt, observe et colorie

Voyez-vous l’écureuil qui sort de son arbre, le rouge-gorge qui chante et les champignons qui dansent avec la mousse ? La forêt, parfois riante et mystérieuse, est le lieu d’aventures et de découvertes par excellence.
Plus qu’un simple cahier de coloriage, cet album se déplie sur un mètre de long ! Les dessins au trait sont accompagnés d’une présentation de différentes espèces d’animaux et de végétaux et d’une fiche documentaire.
Le style inimitable d’Isabelle Simler transcrit parfaitement la complexité de la nature, le lecteur est invité à s’emparer de ses dessins pour mieux apprécier et comprendre le monde qui l’entoure. Cette activité « ludique » (pour reprendre un mot à la mode) permet d’être au plus près du trait singulier de l’illustratrice, tout en nous faisant découvrir des écosystèmes fascinants.
Reste à savoir si un album d’un mètre de long peut être proposé à plusieurs enfants à la fois – un challenge sympathique, mais risqué !

Dès 5 ans

Isabelle Simler, La forêt — Observe et colorie, Editions Courtes et Longues, 2022, 12 p. dépliantes, 9,90 €. Imprimé en France
Du même auteur, dans la même collection : Les Céphalopodes ; Coléoptères ; Le Ruisseau ; Fleurs sauvages.

Sophie Bordet-Pétillon, Château fort

« Le château fort a d’épaisses murailles qui protègent des attaques. Des gardes font le guet sur le chemin de ronde, en haut des remparts. D’autres se cachent derrière les murs… » À quoi servaient les créneaux des remparts ? Qu’appelait-on la basse-cour ? Comment vivaient les chevaliers ? Comment se déroule un tournoi ? Nous voici plongés dans la vie d’un superbe château fort ! De belles images aux couleurs vives, des textes simples (mais pas simplistes), des volets à soulever, des questions-réponses : ce livre animé stimulera l’imagination des enfants et leur donnera envie de visiter un « vrai » château fort ou de se costumer — en chevalier, bien sûr.

Dès 4 ans

Sophie Bordet-Pétillon, Château fort, illustrations de Sébastien Pelon, Gallimard Jeunesse, coll. « Mes premières découvertes », 2021, 16 p. cartonnées avec volets, 9,90 € — Imprimé en Chine

Amélie Billon, La Vieille Ourse

« Les narines d’Ourse frémissent et son cœur palpite, le petit garçon sent merveilleusement bon. Ne voyant pas l’ourse grogner, Sven dit : “Tu m’as l’air fatigué, as-tu fait un long voyage ?” Ourse aimerait lui répondre qu’elle ne vient pas de loin, elle est juste affamée et ne peut plus chasser. »
Seulement, Sven, lui, est le fils d’un bûcheron dûment armé, pas forcément attendri par une vieille ourse, et qui assiste à cette scène improbable : une rencontre nez à museau entre son fils et cette grosse, grosse masse de fourrure… Que va-t-il se passer ? Surprise ? Une belle histoire d’amitié ! En effet, Sven n’a pas froid aux yeux et vit depuis toujours dans la forêt ; il ne lui vient pas à l’idée d’appeler au secours ou de se sauver. Au contraire ! Cela dit, mieux vaut être un personnage de papier pour oser partager son goûter avec une ourse.
Les gouaches et les aquarelles de Mélodie Baschet nous transporte dans un monde lumineux, fait de grands espaces et de couleurs franches qui rassurent de suite le jeune lecteur et lui font partager cette belle aventure.

Dès 4 ans

Amélie Billon, La Vieille Ourse, illustrations de Mélodie Baschet, Ed L’étagère du bas, 2021, 32 p., 12,90 € — Imprimé [quelque part] en Union Européenne.

Violaine Troffigué, Le pêcheur et la sirène de Belle-Ile

En Bretagne, de nombreuses légendes parlent de navires, de tempêtes et de créatures marines. Et particulièrement dans les îles ! En voici une…
« Titouan pêchait sur les rochers », petit bonhomme aux pieds nus et à la vareuse bien usée… mais il rêvait en regardant à l’horizon. Serait-il un jour capitaine ? Quand soudain son regard est attiré par un curieux scintillement. « Titouan s’approcha et s’écria :
— Mais tu n’es pas un poisson…
— Je suis une sirène ! précisa celle-ci. Sais-tu que j’étais reine sur terre ? Désormais, je règne sur l’océan. D’ailleurs, je ne peux respirer hors de l’eau, vite, remets-moi dans la mer ! supplia-t-elle. »
En retour, Titouan reçoit une bien curieuse flûte… De quels pouvoirs magiques est-elle dotée ?
Voici donc un album plein d’énergie et de rêves, qui nous dit que, pour être aidé, il faut aussi savoir faire preuve de sollicitude, de volonté et de courage.
En inaugurant cette collection « Contes de nos régions », le Père Castor fait revivre ce patrimoine unique transmis par les contes et les histoires, tout en les mettant à la portée de plus jeunes, notamment par le choix des illustrations, vives et colorées.

Dès 4 ans

Violaine Troffigué, Le pêcheur et la sirène de Belle-Ile, illustrations de Nathalie Ragondet, Flammarion Jeunesse, Les albums du Père Castor, coll. « Contes de nos régions », 2022, 32 p., 8,50 € — Imprimé en Espagne

Geert de Sutter, Cherche et Trouve Sara et Simon sur les chemins de Compostelle

Que de monde au départ de Paris sur ce chemin qui n’est pas encore la rue Saint-Jacques ! Parmi la foule bigarrée, il s’agit de retrouver Sara (et sa poupée), Simon (et son lance-pierre), Félix, l’instituteur, et sa fille, Estelle – que mon petit-fils de 5 ans a nommé le papa et la maman, car il a du mal à comprendre que les enfants marchent sans surveillance ! -, sans oublier les deux chats et Quentin, le bouquetin.
Nous voilà plongés en plein Moyen Age, et, de ville fortifiée en abbaye, d’auberges en marchés, que d’aventures attendent nos amis ! Alors, quand les brigands menacent ou que la neige obstrue les cols… Douze grandes scènes très animées et riches en détails ponctuent ce pèlerinage – et nos yeux arriveront un peu fourbus au pied de la cathédrale !

Dès 5 ans

Geert de Sutter, Cherche et Trouve Sara et Simon sur les chemins de Compostelle, Mame, 2022, 32 p., 11,50 € — Imprimé en Roumanie

Cécile Sorin, L’ogre de la librairie

Petite Maya est un peu impressionnée par la librairie où elle entre avec sa maman. Mais pas tant que ça, car elle sait très bien se faire comprendre de la si gentille libraire ! Elle a rendez-vous… mais avec qui ? Avec quelqu’un qui a de bonnes manières : une tasse de thé à la violette, une part de gâteau, un fauteuil confortable… Vous qui lirez cet album, vous l’avez vu avant que son nom ne soit prononcé : c’est bel et bien un ogre ! Un ogre qui va raconter une histoire de princesses (et de petits cochons) – mais jusqu’à la page 15, pas plus loin, après quoi il devra rentrer entre ses couvertures, « une devant, une derrière ». Bien sûr, la fillette repartira le livre sous le bras avec « un ami prêt à se plier en quatre pour la faire rêver et apprivoiser ses peurs ». A nous d’inventer la fin du conte !
Un système de rabats et deux polices différentes, une pour l’histoire, une pour le conte, permettent de jouer facilement sur les deux niveaux. L’ogre est vraiment croquignolet, avec son collant à pois, sa veste à carreaux et son immense, immense barbe – qui ne cache pas deux canines retroussées.
Une belle invitation à rendre visite en famille à sa libraire préférée – et pas forcément entre filles, l’ogre ne croquera ni les papas ni les petits garçons.

Dès 4 ans

Cécile Sorin, L’ogre de la librairie, illustrations de Célia Chauffrey, L’Ecole des Loisirs, coll. « Pastel », 2022, 30 p., 15€

Jean-Claude Mourlevat, L’enfant et l’œuf

« La poule est dans son nid. L’enfant s’approche et dit à la poule :
— Tu as pondu un œuf tout à l’heure. Donne-le-moi et ma mère m’en fera une omelette.
La poule, sans même le regarder (on dirait qu’elle dort), répond :
— Cot… cot… c’est vrai. Je suis en train de le couver. Il est encore tout chaud. Tu l’auras… cot… cot… si tu me rapportes une poignée de grains. »
Dans un pays recouvert d’une neige épaisse, voilà donc l’enfant au petit chaperon bleu parti pour une quête semée de rencontres improbables et d’embûches, qui le mènera jusque chez le cruel seigneur d’un château…
Ce conte « randonnée » tient en haleine – et montre que l’entraide et la générosité peuvent l’emporter sur la vanité, la colère et le sentiment de toute-puissance.
Même si la neige a disparu de nos régions en ce beau mois de mai, elle fait aussi partie intégrante du conte !

Dès 4 ans

Jean-Claude Mourlevat, L’enfant et l’œuf, illustrations de Fabienne Teyssèdre, Mango, 2021, 32 p., 13,50 € — Imprimé en Roumanie

Nicolò Carozzi, Hardie comme une souris

« “Tu veux jouer ?” demanda la souris au poisson. “OH OUI !” répondit le poisson. Et ils commencèrent à jouer », la souris batifolant devant l’aquarium, le poisson sautillant à qui mieux mieux. Jusqu’à l’arrivée de trois compères dont nous ne voyons que les ombres sur le mur… et bientôt, voilà nos trois chats menant une sarabande endiablée autour de l’aquarium. Qui croqueront-ils en premier ? Mais notre amie la souris, « hardie » comme le dit le titre de cet album, trouve un subterfuge original pour échapper au pire… Les dessins sont aussi désopilants que l’histoire, c’est loufoque et charmant !

Dès 4 ans

Nicolò Carozzi, Hardie comme une souris, Albin Michel Jeunesse, 2022, 40 p., 14,90 € — Traduit de l’anglais par Anne Léonard. Imprimé en Lettonie