Thème

A partir de 10 ans

Catherine Guidicelli, Mes premiers ateliers de couture

Apprendre à coudre à la main et à la machine, voilà un beau programme d’activités ! Surtout avec des propositions aussi alléchantes : réaliser des chouchous et des bandanas, un tote bag doublé, jusqu’à une jupe façon tutu.
Avec cette véritable encyclopédie, apprendre toutes les bases de la couture est un jeu d’enfant ! Premiers points à la main, découverte du fonctionnement d’une machine à coudre, coupe du tissu, assemblages, réalisation d’un ourlet ou encore pose d’un bouton… 22 modèles entièrement expliqués étape par étape avec des schémas clairs permettent de mettre en pratique, au fur et à mesure, toutes les techniques. Après des ouvrages simples à la main suivis par des réalisations faciles à la machine, pourquoi ne pas se lancer dans des ouvrages un peu plus ambitieux, mais toujours abordables ?

Dès 10 ans

Catherine Guidicelli, Mes premiers ateliers de couture, Fleurus, coll. « Mes premiers ateliers », 2017, 240 p., 18 €

Nicolas Michel, Entre mes branches

« C’est une histoire qui commence mal. Elle a duré 457 ans, ce qui peut paraître bien long, mais, dans ma famille, les plus anciens dépassent aisément les mille saisons. Je ne vais pas me plaindre, j’ai bien vécu », raconte le héros de cet album.
Vous êtes-vous déjà interrogé sur la vie d’un arbre ? Entre mes branches donne la parole à ce personnage mystérieux et apparemment silencieux. Depuis ses débuts en tant que jeune arbre jusqu’à sa fin éventuelle sous les dents d’une scie, l’arbre raconte quels animaux se sont réfugiés sous ses feuilles, combien les intempéries ont fait trembler ses racines et qui s’est abrité dans ses branches. Tout au long des pages finement illustrées, le lecteur en vient à comprendre une idée essentielle : que la nature et les animaux évoluent dans une harmonie qui passe trop souvent inaperçue pour l’homme. Une belle invitation à considérer le monde naturel depuis la cime des arbres ! Chaque page est un poème graphique à admirer pendant des heures, accompagnée de phrases simples et riches de sens : des biches, des loups, des hommes, « qui avait raison, qui avait tort ? J’ai décidé de ne jamais prendre parti : le bien et le mal n’appartiennent pas au règne végétal », telle est l’une des leçons du grand chêne.

Dès 6 ans et pour toute la famille

Nicolas Michel, Entre mes branches, La Joie de Lire, 2022, 62 p., 16,90 € — Imprimé en Lettonie

Romain Pigeaud, Cosquer, la grotte inattendue

Des chevaux, des bisons, des phoques, des bouquetins… ils étaient là depuis plus de 33 000 ans pour certains, environ 19 000 ans pour d’autres, peints sur les murs d’une grotte, quand Henri Cosquer les découvrit lors d’une plongée dans les Calanques marseillaises. Un événement d’une portée (pré)historique aussi importante que la découverte de Lascaux. Devenue inaccessible à pied d’homme depuis plus de 9000 ans à cause des variations du niveau de la mer, les peintures rupestres avaient ainsi été protégées — même si, aujourd’hui, nous savons qu’elles risquent de disparaître. La mer monte de 3 millimètres par an – imaginez, dans 15 000 ans ! La grotte est fermée au public en raison de sa difficulté d’accès (37 mètres de fond et un tunnel de 175 mètres de long précédant l’entrée), ainsi que pour des raisons de sécurité et surtout de préservation de ce patrimoine exceptionnel. Mais pas avant d’avoir été mesurée, étudiée, photographiée dans les moindres recoins.
Ce documentaire réalisé par Romain Pigeaud, archéologue et docteur en préhistoire, présente les travaux des savants qui ont pu étudier la grotte, puis les techniques qui ont permis de créer une grotte « bis » à Marseille. En effet, à partir du 4 juin prochain, tout un chacun pourra aller admirer les copies des plus belles peintures rupestres dans un nouveau musée, Cosquer Méditerranée, en embarquant à bord de « modules d’exploration » sous la mer.

Dès 10 ans

Romain Pigeaud, Cosquer, la grotte inattendue, Ouest-France, 2022, 32 p., 5,90 €

Sandrine Kao, Après les vagues

La mer. L’île. Explorer. Se perdre. Belle étoile. La rencontre. S’attacher. Se découvrir. Chaque page ou double page de cet album, en quelques images et si peu de mots, ne décline pas une simple « aventure », ou une « situation », mais suggère ce qui se passe au fond de nos cœurs quand on part à l’aventure, à la découverte de soi et des autres. Les « héros » en sont de petits animaux au contour très simple dont Sandrine Kao ne sait pas elle-même très bien si ce sont des lapins, des chiens ou des marmottes… J’y verrai plutôt quelques-uns des petits fantômes amicaux que nous a fait connaître le cinéma d’animation japonais (mais je n’y connais rien en fantômes asiatiques). Le titre, « Après les vagues », nous invite à tourner la page des derniers mois, à croire en nos rêves et à aller de l’avant. « Si quelque chose nous déplaît grimacer n’y changera rien. Un peu de recul, un conseil avisé, et l’amer devient sucré. » A déguster en famille, tranquillement…

Dès 4 ans, et pour tous les âges

Sandrine Kao, Après les vagues, Grasset Jeunesse, 2022, 40 p., 18,90 € — Imprimé en Espagne

Connaissance des Arts Jeunesse, Chambord

« Prépare-toi à faire un saut dans l’Histoire. François, Louis, Stanislas, Maurice et Henri t’attendent de pied ferme » pour visiter un des fleurons de notre patrimoine : le château de Chambord ! Impressionnant au cœur de sa forêt, labyrinthique avec ses 83 escaliers et ses 426 pièces (et ses 282 cheminées), magique quand on peut se promener sur ses toits – mais aussi un peu compliqué à appréhender si sa visite n’est pas un peu préparée. C’est le projet de ce premier numéro hors-série de la revue Connaissance des Arts, rédigé et illustré pour les jeunes visiteurs. Architecture, histoire, modes de vie, environnement naturel sont présentés en termes simples et illustrés de nombreuses photos.
Au fait, François, Louis, Stanislas, Maurice et Henri ? Ce sont, par ordre d’apparition, François Ier, Louis XIV, Maurice de Saxe, Stanislas Leszczynski et Henri d’Artois, petit-neveu de Louis XVIII et comte de Chambord.

Dès 9 ans

Connaissance des Arts Jeunesse, Chambord, 2022, 52 p., 10 € — Imprimé en France

Alex Nogués, Un million d’huîtres au sommet de la montagne

« Nous voici sur un affleurement au sommet de la montagne, là où apparaissent les roches nues […] Regarde bien. Il y a plein d’huîtres au sol !
Des huîtres ?
Faisons une liste des animaux qui vivent sous terre : des lombrics, des taupes, des courtilières… On pourrait aussi trouver des souris, des blaireaux ou des hérissons dans leurs terriers. Et peut-être même un ours dans sa tanière.
Oui, mais une huître ? Les huîtres vivent dans la mer ! Et pourtant, ici, il y a des centaines, des milliers, des millions d’huîtres ! »
Pas forcément en très bon état de fraîcheur… mais il suffit de randonner en montagne dans du calcaire dit « coquillier » pour trouver d’intéressants fossiles. Cet album, très pédagogique, perce le mystère des fossiles et fait toucher du doigt la magie de la géologie. De plus, ce documentaire laisse un peu de place au rêve, comme une porte ouverte pour éveiller des vocations.
NB : comme précisé en début d’ouvrage, l’artiste s’est autorisé, par fantaisie, à faire cohabiter humains et dinosaures. C’est un peu dommage pour le côté scientifique de l’album mais la précision a l’avantage de l’honnêteté.

Dès 9 ans

Alex Nogués, Un million d’huîtres au sommet de la montagne, illustrations de Miren Asiain Lora, Editions des Eléphants, 2022, 48 p., 15 € — Traduit de l’espagnol par Sébastien Cordin. Imprimé en Espagne

Coline Dupuy et Davide Perconti, Jehanne d’Arc

À l’aube de sa mort, le 30 mai 1431, Jehanne d’Arc reçoit la visite d’un dominicain, Frère Martin Ladvenu, et lui confesse sa vie. Vers l’âge de 13 ans, tandis que le royaume de France est sous la domination des Anglais alliés aux Bourguignons, cette jeune fille de Lorraine est missionnée par des « voix », celles de l’archange saint Michel, de sainte Catherine d’Alexandrie et de sainte Marguerite d’Antioche. Celles-ci lui annoncent qu’elle devra délivrer Orléans et faire sacrer le dauphin Charles VII. Ayant obtenu quatre ans plus tard une petite troupe du capitaine de Vaucouleurs, Jehanne commence alors sa célèbre épopée…
Bravant le secret de la confession pour que nous puissions entendre la voix de Jeanne, l’artifice littéraire plutôt convenu est vite oublié au bénéfice d’un rythme toujours soutenu. Le lecteur passe sans à‑coup  — mais non sans nostalgie — des souvenirs de Jeanne aux dialogues des personnages mis en scène par Davide Perconti. Il donne à Jehanne une silhouette et un visage où la fraîcheur, la volonté, le courage et la foi s’expriment sans mièvrerie aucune. Les dessins et la mise en page sont sobres, d’une grande clarté, jusque dans le choix de la typographie, ce qui rend l’ouvrage aisément lisible par des enfants. Le scénario, dû à Coline Dupuy, transpose en BD Le Roman de Jeanne d’Arc de Philippe de Villiers, en gardant une langue soutenue et parfois imagée : « Nous serons une chevalerie, pas une crapaudaille », explique ainsi la Pucelle à « messieurs les capitaines », sous les murs de Blois. Les pages de garde présentent une carte du royaume de France en 1430, avec le parcours de Jehanne.

Dès 10 ans

Coline Dupuy et Davide Perconti, Jehanne d’Arc, Plein Vent, 2022, 48 p., 14,90 € — Imprimé en Lettonie

Christiane Dorion, Les animaux, ces inventeurs

Il marche la tête en bas. Elle fabrique du papier. Leur habitation est climatisée sans dépense d’énergie. Ils glissent, ils volent, ils percent, ils voient très loin… Le gecko, la guêpe à papier, les termites, l’aigle et la libellule, le martin-pêcheur et le porc-épic : voilà quelques « animaux superstars qui inspirent les êtres humains pour des inventions étonnantes et les aident à résoudre des problèmes délicats ». Entre éthologie et technologie, les frontières ne sont pas étanches ! Cet album, illustré avec humour et précision, explique comment nos idées « géniales », telles que l’adhérence aux surfaces mouillées ou la résistance aux chocs, ont été développées et mises en pratique en observant le monde animal. Ainsi, le vol de la libellule a inspiré la conception des drones ; le long bec pointu du martin-pêcheur, le nez des TGV ; l’œil de l’aigle, la fabrication d’une caméra miniature… De quoi passionner les scientifiques en herbe ! D’autant plus que de nombreuses études, notamment dans le domaine des robots ou de la médecine, n’ont pas encore abouti à des résultats commercialisables.

Dès 9 ans

Christiane Dorion, Les animaux, ces inventeurs, illustrations de Gosia Herba, Kimane, 2022, 80 p., 17,95 € — Traduit et adapté de l’anglais. Imprimé en Chine

Virginie Aladjidi et Caroline Pelissier, Petit papillon

Saviez-vous que le papillon belle-dame avait des œufs vert turquoise ? De l’un de ces œufs sort « une toute petite chenille verte ». Elle va grandir, puis « le jour venu, la chenille s’enroule tête en bas dans un fil de soie qu’elle fabrique et se transforme en chrysalide ». S’adresser à des tout-petits sur un support tout carton n’interdit pas, bien au contraire, d’utiliser les mots précis. Un beau matin, de la chrysalide, sort un superbe papillon. Dessiné par Isabelle Simler, il est encore plus beau qu’un vrai – et on a le temps de bien le regarder, il ne s’envolera pas ! Une collection qui explique le cycle de la vie de quatre animaux faciles à observer.

Avant 3 ans

Virginie Aladjidi et Caroline Pelissier, Petit papillon, illustrations d’Isabelle Simler, Gründ, coll. « uN livre très nature », 2021, 12 p. cartonnées, 5 € — Imprimé en Espagne (sur du papier 100% recyclé)
Des mêmes auteurs, dans le même format :
Petite grenouille
Petite coccinelle
Petite libellule

Les Gommettes françaises

Je vais faire aujourd’hui une petite entorse à mes habitudes et sortir de ma bibliothèque ! Je suis fana de gommettes – notamment parce que le dessin et moi, ce n’est pas vraiment évident. Alors, quand il s’agit d’occuper mes petits-fils, l’arme magique, ce sont les gommettes ! Mais encore faut-il en trouver de jolies, qui conviennent à ces petits messieurs, et qui ne me ruinent pas. Comme leur nom l’indique, les Gommettes françaises sont bien de chez nous : fabriquées dans le Rouergue, et expédiées à domicile.
Des formes colorées aux feuilles thématiques, il y en a pour tous les goûts, toutes les occasions et toutes les saisons. Le site propose aussi des cahiers de coloriage, des stickers, etc. Un seul hic : on a envie de tout commander.
Les gommettes françaises, c’est aussi une histoire de famille, une famille anticonformiste et bien sympathique. Amandine est graphiste, elle créée les gommettes, Yoann les fabrique à l’aide d’une machine d’impression découpe, et assure la logistique et la relation client. Leurs deux filles, Lola et Eva, sont là pour tester les nouveaux modèles. Une belle réussite à soutenir.

De 3 à 10 ans (et parfois pour les plus grands)

Les Gommettes françaises, https://lesgommettesfrancaises.com/

François Place, Le Chêne

Dans le rôle-titre, un magnifique chêne d’une forêt de Sologne : Du haut de ses 17,50 m et de ses 212 ans, il a même connu Napoléon ! Les héros du film ? L’écureuil roux, le geai des chênes, le mulot sylvestre, le balanin du chêne (un coléoptère dont j’ignorais le nom !)… Au fil des saisons, Laurent Charbonnier et Michel Seydoux ont réalisé de superbes images et, de ces 350 heures de rushs, ont monté un film à grand spectacle. Que vos enfants aient vu ou non le film, cet album leur fera découvrir cet arbre majestueux et ses habitants. Qui mieux que François Place, l’illustrateur de Tobie Lolness, pouvait raconter et illustrer cet album, enrichi de photos du film, de QR codes dirigeant vers des extraits sonores et des petits secrets du tournage ? Près de chez vous, il y a sûrement un chêne à observer en ce début de printemps !

Dès 6 ans

François Place, Le Chêne, Belin Jeunesse, 2022, 56 p., 15,90 € — Imprimé en France

L. Paix-Rusterholtz et Ch. Lavaquerie-Klein, Aigle, lion, serpent… ces animaux devenus symboles

« La puissance, la rapidité et l’envergure remarquables de l’aigle le distingue des autres oiseaux. Dans l’Antiquité, les Grecs lui attribuaient la faculté de pouvoir regarder le soleil sans être aveuglé, l’apparentant ainsi à une divinité. » L’aigle est en effet un attribut de Zeus, que celui-ci envoie dévorer le foie de Prométhée. Dans la tradition chrétienne, il est celui de Saint Jean l’Evangéliste. Oiseau sacré pour les peuples autochtones d’Amérique du Nord, il figure sur de nombreux totems. Trois illustrations montrent ces différents aspects : un tableau de Rubens, « Prométhée enchaîné », un totem amérindien et une estampe d’Utagawa Hiroshige figurant un aigle planant au-dessus des chants.
Laurence Paix-Rusterholtz et Christiane Lavaquerie-Klein présentent ainsi la force symbolique de 25 animaux, de l’agneau à la vache, en passant par la chouette, le lion, l’ours ou… le perroquet. Elles donnent la part belle aux œuvres d’art, qui « nous ouvrent les portes de mondes fabuleux ». Une belle initiation à l’histoire de l’art, des ours de la grotte Chauvet à la « Frise des singes » de Franz Marc (1911).

Dès 10 ans

Laurence Paix-Rusterholtz et Christiane Lavaquerie-Klein, Aigle, lion, serpent… ces animaux devenus symboles, Palette…, 2022, 64 p., 19,90 € ‑Imprimé en Pologne