Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Dernières mises en ligne

Catherine de Lasa, Dans la révolte des canuts, Journal de Pauline, 1831–1832

« Pour braver l’oppression,
Courant sans crainte à la victoire,
Se battant sans manger ni boire,
Voilà l’ouvrier de Lyon. »
Ce refrain, jamais la douce Pauline, 13 ans en 1831, n’aurait jamais imaginé le chanter quatre mois plus tôt, quand sa famille est venue s’installer dans un taudis de la Croix‐Rousse. Pauline rêve d’aller à l’école des sœurs, mais elle s’occupe le plus souvent de ses petits frères, tout en enroulant la soie sur les canettes, pendant que sa mère peine à nourrir sa famille. Son père est un artisan tisseur de soie, fier de son talent, un « canut ». Les canuts, maîtres artisans tisserands, travaillent chez eux, à la commande et sont payés à la pièce. Mais le travail vient à manquer ; de plus, les négociants ne veulent pas entendre parler de salaires garantis.
La révolte gronde alors dans les ruelles et les traboules. Les premières grèves éclatent. Du 21 au 24 novembre 1831, une insurrection fait plus de 600 victimes… Pauline est aux premières loges ! Catherine de Lasa tient le journal de l’adolescente du 25 juillet 1831 au 22 août 1832 ; anticipant un peu sur l’histoire, elle mêle des revendications féministes au combat des canuts ; il faudra en effet attendre 1869 pour qu’une grève soit menée par des ouvrières lyonnaises, les « ovalistes ».

Dès 10 ans

Catherine de Lasa, Dans la révolte des canuts, Journal de Pauline, 1831–1832, Gallimard Jeunesse, coll. “Mon histoire”, 2019, 144 p., 12,50 € — Imprimé en Italie.

Emilie Vast, Jusqu’en haut

« Sur le sol de la forêt, Coati cherche des fruits.  Quand soudain, Ocelot lui tombe dessus. Pendre un ocelot sur le dos, c’est douloureux ! » Coati va donc essayer de savoir pourquoi Ocelot lui est tombé dessus. Et Ocelot d’expliquer que c’est Ibis qui l’a piqué de son bec… Le lecteur va remonter tout au long des arbres de l’immense forêt amazonienne, jusqu’à la canopée, « là où la brise est légère ». Il ira ainsi à la rencontre du coati, de l’ocelot, de l’ibis rouge, du tamandua, du toucan, du paresseux, du singe hurleur, de l’ara bleu et du singe‐écureuil. Ce dernier serait‐il donc à l’origine de cette série de « pourquoi » ? De ces « pourquoi ? » sans fin qui, à défaut de nous faire monter aux arbres, nous font parfois grimper aux rideaux ! Ici, la fin est drôle et tendre, aussi tendre que les dessins d’Emilie Vast qui ne cesse de nous enchanter dans ses albums épurés, où l’art vit en parfaite harmonie avec la nature.

Dès 3 ans

Emilie Vast, Jusqu’en haut, MeMo, 2019, 48 p., 16 € — Imprimé en quadrichromie et en Europe

Evelyne Brisou‐Pellen, La Cour aux Étoiles

« Des rues, encore des rues ! Combien pouvait‐il bien y en avoir dans cette ville ? Guillaume avait dit que c’était Paris.
Paris !… Comment respirer entre ces murs, ces maisons si hautes ? Ne tombaient‐elles jamais ? N’allaient-elles pas s’écrouler sur lui ? Renaud filait dans les ruelles à la remorque du joueur de viole… » Un enfant, ce Renaud, serf et fils d’un serf, poussé par la faim autant que par le goût de l’aventure. La faim, parlons‐en. C’est elle qui lui fait accepter la sollicitude très intéressée des laissés‐pour‐compte qui s’abritent tant bien que mal dans la cour aux Étoiles. Mendicité, petits larcins, boniments, telle est la vie de Renaud dans un Paris médiéval grouillant et nauséabond. Alors, quand la Grande Peste envahit la ville…
Ce roman initiatique médiéval est un grand classique signé Evelyne Brisou‐Pellen, réédité ici avec les illustrations de Yann Tisseron.

Dès 10 ans

Evelyne Brisou‐Pellen, La Cour aux Étoiles, illustrations de Yann Tisseron, Rageot, 2019, 192 p., 7,10 € — Réédition du roman paru en 1982 aux Editions de l’Amitié.

Emmanuel Trédez, Les Pâtes

Des pâtes, oui mais des… Stooop, pas de pub ! Pas plus que d’arbres à pâtes ou de champs de pâtes ! Macaroni, penne, coquillette, tagliatelle, farfale ou encore stelline, spätzles ou crozets, que celui qui n’aime pas les pâtes lève la main ! Du champ de blé dur à l’usine, Emmanuel Trédez explique en termes clairs la fabrication des pâtes, puis donne quelques recettes et conseils diététiques. Le tout est illustré de manière très dynamique par Nicolas Gouny, un jeune papa fantaisiste mais très documenté.

Dès 6 ans

Emmanuel Trédez, Les Pâtes, illustrations de Nicolas Gouny, Editions du Ricochet, coll. « je sais ce que je mange », 2019, 36 p., 12,50 €

Kate Klise, La liste des choses à faire absolument

« Quand Astrid arriva de la maternité, Eli était déjà là. Il attendait. Il fut le premier ami d’Astrid. Avec le temps, Eli devint aussi e garde du corps personnel d’Astrid, son coussin préféré, et parfois sa meilleure cachette. » Ah, le bon gros toutou ! Mais voilà qu’Astrid fête ses 6 ans ; elle s’aperçoit que 6 ans, dans la vie d’un gros toutou, cela commence à faire vieux – disons entre 50 et 60 ans. Sa « liste des choses à faire absolument » est un condensé de d’espièglerie, de tendresse, de joie de vivre – avec quelques plans un peu compliqués à mettre en place, comme d’aller au cinéma ou au restaurant. Mais pour Astrid, rien d’impossible ! Kate écrit, Sarah dessine et l’on sent une belle complicité entre les deux sœurs. Elles partagent leurs aventures et leurs projets sur un blog : kateandsarahklise.

Dès 3 ans

Kate Klise, La liste des choses à faire absolument, illustrations de M. Sarah Klise, Albin Michel Jeunesse, 2019, 32 p., 11,50 € — Traduit de l’anglais (américain). Imprimé en Italie.

Claudine Morel, L’ABCDaire des métiers qui n’existent pas

Quand je serai grande, je ferai comme Papa – Ah oui ? Peux‐tu m’expliquer quel est le métier de Papa ? — Heuuuu… D’où ces drôles de jeux où les petits se prennent au sérieux, à « faire comme si » avec une bonne dose d’imagination. Dans cet ABCDaire des métiers qui n’existent pas, Claudine Morel ne s’y est pas trompée : hypnotiseur de truites, imitateur de poules, friseuse de chats, nounou pour pompons, useur de souliers, valet de trèfle…  en voilà de jolis métiers à (ré)inventer ! D’autant plus que ses dessins au crayon à papier sont légers, joyeux, farfelus, espiègles et parfois bien impertinents – n’est-ce pas, monsieur le « marmonneur de gros mots » ?

Dès 4 ans

Claudine Morel, L’ABCDaire des métiers qui n’existent pas, Didier Jeunesse, 2019, 32 p., 11,90 € — Imprimé en France

Sophie Lamoureux, La Grande Epopée des chevaliers de la Table ronde, tome 2 : Lancelot et Guenièvre

«  — Un jour viendra un chevalier magnifique, plus fort que le plus fort, meilleur que le meilleur. Grâce à lui, la paix reviendra en Bretagne. Grâce à lui, les faibles seront protégés, les méchants châtiés. Et tu sais quoi ?
Fasciné, Beau Trouvé avait secoué la tête. Merlin s’était penché vers lui pour lui confier :
— C’est de notre terre de Petite Bretagne que surgira le meilleur chevalier au monde.
— Quel est son nom ? avait voulu savoir le garçon.
— Personne ne le sait, avait chuchoté Merlin, mais on prétend qu’il viendra bientôt. »
Et le jeune Beau Trouvé de rêver qu’il irait à la rencontre de ce chevalier, et qu’il reviendrait « raconter plus tard son aventure à la Dame du Lac », sa fée.
Douze épisodes et moult aventures seront nécessaires avant que Beau Trouvé n’apprenne sa véritable identité – que nous avions tous deviné, bien sûr. Lancelot ira se mettre au service du roi Arthur et fera la connaissance de la reine Guenièvre, la plus belle des reines. Enchantements, exploits, combats, pièges, périls et infamie – le chemin de nos héros est parsemé des embûches sans lesquelles il n’y aurait pas d’épopée.

Ces 50 épisodes se lisent avec facilité, éventuellement à haute voix ; ils sont illustrés pleine page par Olivier Charpentier qui joue des fonds noirs pour mettre en scène des personnages quasi intemporels. Au vu des complications matrimoniales et extra‐matrimoniales de ces légendes, il semble délicat d’en conseiller la lecture avant 12 ans.

Dès 12 ans

Sophie Lamoureux, La Grande Épopée des chevaliers de la Table ronde, tome 2 : Lancelot et Guenièvre, illustrations d’Olivier Charpentier, Actes Sud Junior, 2017, 216 p., 16,80 € — Imprimé en France
Du même auteur : La Grande Épopée des chevaliers de la Table ronde, tome 1 : Arthur et Merlin, illustrations d’Olivier Charpentier, Actes Sud Junior, 2016, 208 p., 16,50 € — Imprimé en France
La Grande Epopée des chevaliers de la Table ronde, tome 3 : Perceval et Galaad, illustrations d’Anne-Lise Boutin, Actes Sud Junior, 2018, 216 p., 17,50 € — Imprimé en France

Père Castor, Histoires de toujours

« Près du bois, il y a un jardin.
Dans ce jardin, il y a une maison :
c’est la maison de Poulerousse. »
Qui ne connaît par cœur cette belle histoire d’amitié entre la poule et la tourterelle ? Combien de générations, depuis 1956, ont tremblé devant les ruses de Renard ? Poulerousse est une des quinze histoires les plus classiques éditées par le Père Castor reprises dans cet album. La plus ancienne est Michka (1941) ; la plus récente, La Vache Amélie (1977). Des classiques indémodables dans une belle présentation cartonnée.

Dès 3 ans

Histoires de toujours, Père Castor, 2018, 128 p., 20 € — Imprimé en Espagne

Loes Riphagen, Féroce !

« Je suis une terreur, la plus grande terreur de tous les temps ! crie l’araignée », qui fait la fière sur son caillou. « Croacroaaahhh – que tu crois ! hurle l’oiseau. » Et si c’étaient le serpent ? le tigre ? le crocodile ? le rhinocéros ? Chacun de terroriser le précédent en se voulant toujours plus méchant, plus terrifiant, plus effrayant – mais qui donc aura raison de l’araignée ? Loes Riphagen s’en donne à cœur joie dans cet album où la typographie donne de la voix et où les couleurs ne sont pas en reste pour créer une ambiance assez déjantée. A vos risques et périls si vous ouvrez l’album le soir avant de coucher vos garnements !

Dès 4 ans

Loes Riphagen, Féroce !, Didier Jeunesse, 2019, 40 p., 14 € — Traduit du néerlandais. Imprimé en France.

Bernadette Gervais, L’escargot

« Escargot d’Bourgogne, montre‐moi tes cornes ! » — la comptine est parfaite pour enfiler ses bottes et aller observer sur le terrain des petites bêtes qui ont le bon goût de ne pas courir trop vite !
Ce petit livre très scientifique explique avec des mots simples et précis comment se développent les escargots, ce qu’ils mangent – et n’oublie pas ceux qui les mangent. Des volets à soulever (comme des feuilles de salade ?) permettent de voir évoluer notre gastéropode préféré. Maillot, ambrette commune, clausilie, hélicelle, sont les cousins de nos petits‐gris – le saviez‐vous ?
Vous pourrez rencontrer l’auteur le 16 mars prochain à la librairie Le Divan Perché (226 rue de la Convention, 75015 Paris).

Dès 5 ans

Bernadette Gervais, L’escargot, Albin Michel Jeunesse, 2019, 16 p., 14 € — Imprimé en Chine

Jules Renard, Poil de Carotte

« — Dieu, que je suis bête ! dit madame Lepic. Je n’y pensais plus. Poil de Carotte, va fermer les poules !
Elle donne ce petit nom d’amour à son dernier né, parce qu’il a les cheveux roux et la peau tachée. Poil de Carotte, qui joue à rien sous la table, se dresse et dit avec timidité :
— Mais, maman, j’ai peur aussi, moi.
[…] Poil de Carotte, les fesses collées, les talons plantés, se met à trembler dans les ténèbres. Elles sont si épaisses qu’il se croit aveugle. Parfois une rafale l’enveloppe, comme un drap glacé, pour l’emporter. »
Quel terrible destin que celui de Poil de Carotte… Combien d’enfants ont pleuré et se sont révoltés à lire toutes les infamies qu’il a endurées.
Cet album grand format reprend le texte original. Ronan Badel a choisi deux couleurs, l’orange et le noir, pour illustrer ce roman autobiographique si cruel et si tendre à la fois, paru en 1894 — et illustré par Vallotton en 1902. Dans une courte préface, Ronan Badel se dit fier de donner un visage « à François Lepic, le petit garçon qui a réussi l’exploit de grandir avec le plus lourd fardeau du monde. Une mère sans amour. » Ses dessins offrent une respiration bienvenue au fil des courts récits qui ponctuent l’enfance de Poil de Carotte.

Dès 11 ans

Jules Renard, Poil de Carotte, illustrations de Ronan Badel, Flammarion Jeunesse, 2018, 158 p., 19,90 € — Imprimé en Espagne – Nombreuses éditions de poche.

Suzanne Strasser, Une baignoire bien remplie

« Aujourd’hui, c’est le jour du bain. La baleine est dans la baignoire. Quel bonheur ! » Quelques pages plus loin, la baignoire a accueilli « la tortue, le castor, le flamand rose et l’ours blanc » — sans que la baleine ait quitté les lieux ! C’est alors qu’un enfant propose d’y faire naviguer son bateau… Un conte‐randonnée joyeux et farceur, pour ceux qui aiment le bain – et ceux qui n’en voient guère la nécessité.

Tout‐petits, avant 3 ans

Suzanne Strasser, Une baignoire bien remplie, Tourbillon, 2019, 24 p. cartonnées, 11,95 € — Imprimé en Pologne.