Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Dernières mises en ligne

Agnès Domergue, La balade de Koïshi

« Un seul grain de riz peut donner une rizière. D’une rizière et du soleil levant, Koïshi est né. » Un petit grain de riz encore vert qui va faire « ses premiers pas de printemps » et, tout en pointillés, nous inviter à le suivre sur le chemin des saisons : une fleur, un canard, des giboulées de printemps – mais voici l’été et sa randonnée se poursuit, passant des orangés flamboyants aux teintes plus douces de l’automne, où l’ourse rejoint sa caverne, puis à l’hiver – brrr, que la neige est froide pour notre vieux grain de riz, prêt à s’endormir sous terre… Difficile de savoir qui est la plus poète des deux : Agnès Domergue pour son texte tout en finesse, ou Cécile Hudrisier, pour ses aquarelles légères, très japonisantes, dont les détails raffinés attireront l’œil des petits ? Le livre, monté en accordéon, incite à relier cet hiver au printemps et… à recommencer. N’hésitez pas à déployer cet immense leporello et à le parcourir à plat ventre – rien de mieux pour étonner les petits lecteurs !

Dès 3 ans

Agnès Domergue, La balade de Koïshi, illustrations de Cécile Hudrisier, Grasset Jeunesse, 2019, 68 p., 20 € — Imprimé en Chine

Alicia Quillardet, Une vie d’ours

RRRR… Qui grogne là haut, dans les montagnes ? « Grosse boule de poils bruns, oreilles toutes rondes, long museau, larges pattes, c’est un ours ! » Pas un nounours en peluche, non, un vrai ours, qui sait grimper aux arbres, pêcher dans les torrents, se pourlécher de miel, se gaver de châtaignes… Mais si cet ours était une maman ourse ? Car, dans la tanière, voilà deux oursons ! Dessins très clairs, couleurs vives, cet album réjouira l’œil des petits tout en leur faisant approcher au plus près ces animaux mythiques. S’inquièteront-ils de savoir que, dès ses trois ans, l’ours va voyager seul et « vivre ses propres aventures » ?

Dès 4 ans

Alicia Quillardet, Une vie d’ours, Les Editions du Ricochet, coll. « Une vie de… », 2019, 32 p., 12 € — Imprimé en Pologne
Du même auteur : Une vie de manchot, Les Editions du Ricochet, coll. « Une vie de… », 2018, 32 p., 12 €

Gennaro Toscano, Léonard de Vinci, maître de la Renaissance

« Du XIIIe au XVIe siècle, Florence, la plus grande ville de Toscane, est l’une des cités les plus florissantes en Europe. Elle constitue un vivier de nouveaux talents. » C’est bien à Florence que le jeune Léonard, né en 1452, va faire son apprentissage de peintre, auprès de Verrochio, avant de partir à la découverte de Milan, puis de Venise, de Rome et de la France. Architecture militaire, science de l’urbanisme, musique, peinture, sculpture, anatomie, étude des astres : Léonard reste, cinq siècles après sa mort, l’emblème de la curiosité intellectuelle et de la sensibilité artistique. Mais il est loin d’être le seul artiste à œuvrer à la beauté des cités italiennes ! Très documenté, cet album propose une foule de reproductions qui permettront d’initier les adolescents à la richesse de la Renaissance – souvent oubliée des programmes.

Dès 10 ans et pour tout public

Gennaro Toscano, Léonard de Vinci, maître de la Renaissance, coédition Hazan/Musée du Louvre, coll. « L’histoire au musée », 2019, 49 p., 14,50 € — Imprimé en Italie. Cet album est une réédition de l’ouvrage paru en 2004 chez Hachette.

Angélique Villeneuve, Paisible

« Ester aimerait qu’on lui fiche la paix », mais, ce soir, la maison résonne du bruit des invités. « Il y a trop de bruit, ici, de mouvement. Pas assez de silence et pas assez de doux. Ça cogne, ça donne mal à la tête. » La solution ? Monter s’isoler dans sa chambre, puis… grimper « branche après branche », jusqu’à tutoyer les nuages. Que vont lui apprendre les habitants de cet arbre fabuleux, oiseaux, lémuriens, papillons ? Que « la paix, peut‐être, n’habite qu’au bord du ciel ».
Ayant retrouvé la paix intérieure, Ester va, tout doucement, revenir chez elle où l’attend son nounours. Les mots tendres et justes d’Angélique Villeneuve vibrent sous le pinceau mutin d’Anna Griot, dont les gouaches illuminent la nuit d’Ester, dans une alternance de tons bleus et orangés.

Dès 5 ans

Angélique Villeneuve, Paisible, illustrations d’Anna Griot, Sarbacane, 2018, 40 p., 15,50 € — Imprimé en France

Fleur Oury, Dimanche

Ce dimanche, Clémentine et ses parents vont déjeuner chez Mamie. Quoi de plus normal ? Et quoi de plus normal, quand on s’ennuie, d’aller au jardin et de passer par un trou de la haie ? Après un passage dans un roncier, la demoiselle rencontre un petit humain. Car Clémentine est une petite renarde sur deux pattes qui vit dans un monde identique au nôtre ! Après quelques instants de timidité partagée, les deux enfants se lancent dans des jeux de plus en plus improbables, jusqu’à « voler » avec des ailes de fougères. Quand Clémentine repasse la haie pour retrouver les siens, ce n’est pas sans accrocher des épines de ronces à ses vêtements. Tiens, tiens, mais pourquoi Grand‐Mère avait‐elle, elle aussi, ce matin, des épines de ronces sur sa robe à l’arrivée de Clémentine ?

Dès 5 ans

Fleur Oury, Dimanche, Ed. Les Fourmis Rouges, 2019, 40 p., 15,50 € — Imprimé en Italie
Du même auteur : Premier Matin, Ed. Les Fourmis Rouges, 2015, 40 p., 14 €

Luc Ferry, Ulysse ou l’homme aux mille ruses

« On s’approche d’une île. Ulysse demande qu’on s’y arrête pour reprendre de l’eau et des vivres, mais il est inquiet, il ne sait pas trop ce qui l’attend sur cette terre isolée : des amis ou des ennemis ? Il a l’air tendu et, à vrai dire, il n’a pas tort de l’être… Car c’est bien au pays des Cicones, qu’il vient d’aborder, un peuple de guerriers qui a combattu les Grecs aux côtés des Troyens. » Cette première étape sur la très longue route du retour fait le lien entre la guerre de Troie, qui vient de s’achever avec la ruse du cheval de Troie, et les dix ans d’aventures et de péripéties vécues par le héros « aux mille ruses ». « Un mythe, un héros, une vertu », tel est le projet de cette collection conçue et écrite par Luc Ferry. S’adressant au lecteur par de multiples incises, l’auteur lui donne des pistes pour mieux comprendre l’Odyssée et l’invite à réfléchir sur les exploits d’Ulysse. Pour le philosophe, il s’agit d’aller « de la guerre à la paix […], du chaos à l’harmonie, de l’exil au retour chez soi, bref, de la vie mauvaise à la vie bonne ». Une vie bonne qu’il entend comme « la mise en harmonie de soi avec l’harmonie de l’univers ». L’affaire d’une vie, et une longue quête, dont les épisodes les plus célèbres sont illustrés avec énergie par Nicolas Duffaut. Le texte est d’un abord facile, très agréable à lire à voix haute (on s’amusera même à imiter le ton de l’auteur !). Ce volume ne conte que le début de l’Odyssée, jusqu’à l’arrivée sur l’île de Calypso. Il conviendra parfaitement aux collégiens, voire aux lycéens et étudiants qui n’ont pas beaucoup abordé la mythologie et l’épopée grecques.

Dès 10 ans

Luc Ferry, Ulysse ou l’homme aux mille ruses, illustrations de Nicolas Duffaut, Glénat Jeunesse, coll. « La sagesse des mythes », 2019, 64 p., 12,50 € — Imprimé en Espagne

Jeong‐sun Choi, Coucou je te vois !

« Coucou, qui est là, bien caché derrière les branchages ? Un dinosaure ? Oui, un dinosaure ! Gagné ! » Il faut dire que les deux branches sont bien petites pour escamoter un aussi gros animal ! Tour à tour, le lion, le chat, le paon et la grenouille nous lancent un regard coquin au travers de la petite feuille d’arbre censée les cacher. Et ce dernier ? Est‐ce un gorille ? Non, « c’est mon papa ! ». Un adorable jeu de cache‐cache réinventé par deux Coréennes. Haery Lee mêle les dessins au trait noirs, les collages de « vraies » feuilles d’arbres et quelques touches de bleu, de vert et de gris. Quant à Jeong‐sun Choi, elle joue avec humour sur les rythmes, créant de petites surprises bienvenues. Un album « tout carton » moins banal que beaucoup d’autres.

Tout‐petits

Jeong‐sun Choi, Coucou je te vois !, illustrations de Haery Lee, Didier Jeunesse, coll. « Les tout‐cartons petite enfance », 2019, 32 p., 9 € — Imprimé en Malaisie.
Des mêmes auteurs, dans la même collection : Coucou qui est là ?

 

Anne Ferrier, Arthur, l’enfance d’un roi

« Arthur n’était qu’un bébé quand mon ami, l’enchanteur Merlin, l’emmena dans la forêt. Il devait y rencontrer un grand seigneur de notre royaume. Il lui confia l’enfant.
— Elève‐le comme ton propre fils, dit‐il au seigneur. Et toi, Lug, fidèle oiseau, veille sur lui. Un grand destin l’attend. » C’est donc Lug, « le plus malin des corbeaux de Bretagne », qui va nous raconter les enfances d’Arthur : ses premiers jeux, le fameux tournoi lors duquel il arrache l’épée Excalibur du rocher, ses premiers exploits, la rencontre avec Guenièvre et la première assemblée de la Table ronde… Le corbeau Lug tient très bien son rôle, un œil toujours fixé sur son protégé et partageant ses aventures avec Merlin, Keu ou Léodagan. Christelle Le Guen a opté pour des illustrations très dynamiques, aux couleurs chaleureuses – et termine par une parodie réjouissante de la Tapisserie de Bayeux.

Dès 5 ans

Anne Ferrier, Arthur, l’enfance d’un roi, illustrations de Christelle Le Guen, Ed Locus Solus, 2019, 32 p., 11,90 € — Imprimé en France – Cet album avait été édité en 2011 aux éditions Millefeuille.
Chez le même éditeur :
Anne Ferrier, Merlin, l’enfance d’un enchanteur, illustrations de Christelle Le Guen, Ed Locus Solus, 2019, 32 p., 11,90 €
Anne Ferrier, Morgane, l’enfance d’une magicienne, illustrations de Christelle Le Guen, Ed Locus Solus, 2019, 32 p., 11,90 €

Richard Normandon, Les Enquêtes d’Hermès, tome 3, La Malédiction des Argonautes

« Je suis Médée, répéta‐t‐elle. Et je suis venue réclamer justice.
Le feu dans sa poitrine s’intensifia brusquement et, au coin de ses lèvres, un grain de beauté se mit à rougeoyer.
— Médée, fit Hadès. Ce nom ne m’est pas inconnu.
Un pli amer barra les joues de la femme.
— Je suis sœur de Circé, et fille d’Hécate. »
Médée est descendue aux Enfers, poursuivie par les Erinyes qui l’accusent d’un terrible crime : avoir mis le feu au palais de Jason, à Iolcos, incendie dans lequel ont péri Créüse et Jason et lors duquel a disparu la célèbre Toison d’Or. Jason, qui venait de rentrer de ce périple si dangereux vers la Colchide, tout auréolé de gloire. Quelle malédiction poursuit‐elle donc les Argonautes ?
Eros, le petit dieu adolescent, décide de mener l’enquête. Saura‐t‐il se passer de son ami Hermès, si perspicace ? Richard Normandon a concocté un nouveau roman policier mythologique, bien dans la veine des précédents, avec une bonne dose de fantastique, d’humour et d’imagination. En effet, l’auteur se prend vite au jeu des inventions mais, en bon professeur qu’il est, ne tombe jamais dans la contrefaçon.

Dès 10 ans

Richard Normandon, Les Enquêtes d’Hermès, tome 3 : La Malédiction des Argonautes, Gallimard Jeunesse, 208 p., 11 € — Imprimé en Italie.
Du même auteur, dans la même série :
Richard Normandon, Les Enquêtes d’Hermès, tome 1 : Le Mystère Dédale, Gallimard Jeunesse, 2016, 176 p., 10 € ou Folio Junior, 2018, 5,80 €
Richard Normandon, Les Enquêtes d’Hermès, tome 2, L’Affaire Méduse, Gallimard Jeunesse, 2018, 192 p., 10 € ou Folio Junior, 2019, 5,90 €

Caroline Roque, Une grand‐mère formidable

Quand Basile apprend qu’il va passer quelques jours chez sa grand‐mère, qu’il connaît peu, il s’inquiète et… enquête auprès de son amie Louna. Pour elle, c’est simple : une grand‐mère, ce sont des crêpes à la confiture, des histoires, des aiguilles à tricoter. Alors, quand Mamie Adèle enchaîne les kilomètres à vélo, les longueurs de piscine et les parties de badminton, Basile se demande s’il a bien « une vraie grand‐mère » ! Un album aussi dynamique qu’attendrissant, avec une grand‐mère en jean, chic alors ! Rassurez vos petits Basile : Mamie Adèle va apprendre à faire des crêpes.

Dès 4 ans

Caroline Roque, Une grand‐mère formidable, illustrations d’Estelle Mens, Mijade, 2019, 32 p., 12 € — Imprimé en Belgique.

David Merveille, Hulot domino, d’après Jacques Tati

Un domino ? C’est aussi bien la pièce d’un jeu qu’un déguisement, un masque. C’est bien ici de masques et de transformations qu’il s’agit, avec des découpes laser et des saynètes pétillantes d’imagination. Vous croyez que Monsieur Hulot circule dans la grande ville enfumée, bien droit sur son Solex ? Que nenni, il franchit un petit pont dans une verte campagne. Il joue dans la neige et construit un superbe bonhomme de neige ? Oui, mais en rêvant déjà qu’il a les pieds dans l’eau, dans un maillot aussi rayé que le phare. Ailleurs, c’est une raquette de tennis qui se change en poêle à frire… Avec Monsieur Hulot, rien de plus simple que de passer au‐delà des apparences. On se prendra à fredonner des airs de Brassens, de Trénet ou de Kosma… Album après album, David Merveille fait revivre en images le monde irréel de Jacques Tati – ici, Monsieur Hulot allait à la plage. Comme il y a des films muets, il y a des albums sans texte, ce qui est parfaitement de mise ici. Et, oui, il a gardé sa pipe, une pirouette de plus au nom du politiquement incorrect.

Dès 4 ans et pour toute la famille

David Merveille, Hulot domino, d’après Jacques Tati, Editions du Rouergue, 2019, 40 p., 17 € — Imprimé en Chine

Michel Séonnet, Un jour particulier, Jean‐François Millet

« Tout à coup, Jeanne‐Marie s’était arrêtée. Ils étaient arrivés au bord du champ où travaillaient les femmes. Dans la lumière éclatante de midi, on aurait cru voir un tableau d’église. Ces femmes courageuses au travail. Leurs gestes lents et précis. Les maigres épis qu’elles avaient dans les mains. Le soleil qui paraissait soutenir leur effort. » Jeanne‐Marie, son panier au bras, apporte leur déjeuner aux femmes parties depuis l’aube. Dans un coin de ce paysage d’Ile-de-France, mais on ne le voit pas dans l’album, un homme a sorti son carnet de croquis. Ces glaneuses… il lui faudra dix ans de recherches et de travail pour achever ce si célèbre tableau, en 1857 – aujourd’hui au musée d’Orsay.
Attitudes, lumières, cadrage… Olivier Desvaux, peintre officiel de la Marine et peintre résident à l’Opéra Garnier, s’est inspiré non seulement des tableaux de Jean‐François Millet (1814–1875) mais aussi de ses contemporains qui ont excellé à peindre le monde paysan, tels Julien Dupré ou Jules Bastien‐Lepage. Le résultat est superbe et magnifie le labeur de ces glaneuses et la vie difficile de Jeanne‐Marie, tout en ouvrant à une belle réflexion sur le travail et la pauvreté.

Dès 8 ans

Michel Séonnet, Un jour particulier, Jean‐François Millet, illustrations d’Oliver Desvaux, L’Elan vert, coll. « Pont des arts », en collaboration avec le Réseau Canopé, 2019, 32 p., 14,95 € — Imprimé en Chine