Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Dernières mises en ligne

Anna Milbourne, Casse‐Noisette

« Noël était un moment magique pour Fritz et Marie. Le sapin scintillait, et il y avait plein de cadeaux – un cheval à bascule, un petit train à vapeur et des soldats de plomb. Mais le cadeau préféré de Marie était une poupée casse‐noisette, qui cassait de vraies noix avec ses dents. » Magie de Noël, et magie du conte de Casse‐Noisette, puisque Marie va se trouver « rétrécir à la taille d’une poupée » et entraînée dans des folles aventures, jusqu’à rencontrer le roi des souris. Cette version adaptée du conte est illustrée de couleurs vives, et surtout, riche en découpes de toutes sortes, étoiles et décorations.

Dès 3 ans

Anna Milbourne, Casse‐Noisette, illustrations de Karl James Mountford, Usborne, coll. « Coucou ! Mes contes de fées », 2018, pages cartonnées, 9,95 € — Traduit de l’anglais par Eleonore Souchon. Imprimé en Chine

Jules Verne, Le Comte de Chanteleine

« Le comte de Chanteleine, toujours au premier rang, fut pendant dix mois de toutes les victoires comme de toutes les défaites, vainqueur à Fontenay, à Thouars, à Saumur, à Bressuire, vaincu au siège de Nantes, où mourut le généralissime Cathelineau. » Quand nous faisons plus ample connaissance avec ce héros des guerres de Vendée, le 22 décembre 1793, il se bat devant Savenay, avant de prendre la tête d’une foule hétéroclite qui cherche son salut sur la route de Guérande. Que reste‐t‐il donc de cette « grande armée catholique et royale » ? Pourchassé par les Bleus, le comte de Chanteleine apprend la perte de sa femme, la saisie de son château et part à la recherche de sa fille chérie.
Jules Verne brosse ici un roman épique, épique par l’Histoire de ces glorieux vaincus, et épique par l’enchaînement des marches, contremarches, cavalcades, expéditions, tempêtes, vécues par ses personnages, dans une Bretagne à laquelle il était profondément attaché. Un roman de Jules Verne inattendu qui, paru en 1864, juste après Cinq semaines en ballon, n’avait pas été publié par Hetzel, républicain convaincu.

Dès 12 ans

Jules Verne, Le Comte de Chanteleine, Magellan & Cie, 2018, 160 p., 12 €. Avec un avant‐propos de Michel Canévet. Imprimé en France

Stéphane Servant, Le Nid

« Il a suffi d’une petite blague du vent… Et hop ! Le chapeau s’est envolé. » Il s’est posé dans les branches d’un arbre « aux cheveux fous », dans un automne flamboyant. Voilà la neige, et l’oiseau accueille son oiselle, bien au chaud dans le chapeau. Les saisons passent, et de l’amour partagé va naître un oisillon. Les dessins au pochoir et à l’aérographe sont aussi légers et aériens que le texte, musical et caressant, à chuchoter pour dire tout le bonheur de la venue d’un enfant. Les jeunes lecteurs s’amuseront aussi à voir divers animaux commenter, par leurs mimiques, les événements qui se déroulent dans le chapeau. Stéphane Servant, à qui nous devons notamment « Cinq minutes et des sablés », dédie cet album « à tous les oisillons de 2019 » à qui il souhaite « bienvenue dans ce grand arbre ». Nous aussi !

Dès 2 ans

Stéphane Servant, Le Nid, illustrations de Laetitia Le Saux, Didier Jeunesse, 2018, 32 p., 12,90 € — Imprimé en France

Delphine Gosset, Sur la route de Nosy Komba

« Seul Pierre ne dormait pas. Assis bien droit, les bras grands ouverts, il prenait nonchalamment le soleil, indifférent aux températures glaciales. Il se contenta de tourner brièvement la tête vers la jeune fille à son arrivée, avant de plisser les yeux, somnolent. » Pierre serait‐il un ado comme les autres ? Non, c’est un lémurien en captivité, observé par Elizabeth, une lycéenne qui se passionne pour les primates. Un changement de direction entraîne le licenciement de son gardien préféré et la disparition de certains animaux. La jeune fille décide d’intervenir dans les affaires du zoo sans savoir que son aventure la mènera jusqu’à Madagascar, où elle parviendra à résoudre une terrible énigme, celle de la disparition de son père, un éthologue reconnu.
Delphine Gosset, qui a mené des recherches sur la communication chez les primates, a su conjuguer science et fiction, dans un roman d’aventures rondement mené. Les retours en arrière, dans la vie du père de la jeune fille, construisent un bel enchaînement de surprises. Deux personnages caricaturaux apportent, l’une, une touche d’humour, avec cette tante assez foldingue, l’autre, une touche plus noire, avec cette nouvelle directrice aux ambitions prédatrices. Aux côtés d’Elizabeth, un sympathique soigneur et un jeune Malgache riches d’une empathie vécue au quotidien. Les illustrations de Mélanie Rebolj sont pleines d’humour : on y voit même Konrad, le corbeau des tours d’Elizabeth, déchirer le coin d’une page ! Car la jeune fille a aussi un corbeau apprivoisé, ainsi baptisé en l’honneur de Konrad Lorenz.

Dès 10 ans, adolescents

Delphine Gosset, Sur la route de Nosy Komba, illustrations de Mélanie Rebolj, Lucca Editions, 218, 282 p., 14 €

Yuichi Kasano, Cueillons les feuilles de thé

« J’adore le thé vert ! Surtout celui qu’on boit quand on va voir mes grands‐parents », explique ce charmant bambin japonais. Pourquoi est‐il si délicieux ? C’est normal, répond Papa, « Papi et mamie le confectionnent eux‐mêmes ». Alors, pourquoi ne pas aller les aider à récolter le thé ? De la cueillette des jeunes pousses au passage sur le fourneau pour légèrement griller les feuilles, Yuichi Kasano invite les jeunes lecteurs à un beau voyage dans un Japon traditionnel et sobre. Une rencontre originale et chaleureuse et une initiation toute en douceur à un rituel millénaire, celui du thé partagé. Yuichi Kasano, diplômé d’agriculture, a choisi d’écrire et d’illustrer des livres pour enfants après avoir découvert les dessins de Beatrix Potter, à Boston.

Dès 6 ans

Yuichi Kasano, Cueillons les feuilles de thé, Editions Nobi Nobi, 2018, 40 p., 12 € Traduit du japonais par Fédoua Lamodière.

 

Nathalie Somers, Le Secret des O’Reilly

L’Irlande, le Connemara et les îles d’Aran, ses embruns, ses carrot cakes, ses moutons… et un trophée, celui du meilleur duo musical des moins de 18 ans sur instruments folk : violon, concertina ou tin whistle. Qui le gagnera, ce trophée, dans le petit village de Listoonvarny ? Lucy et Fiona, les cousines de Kathleen O’Reilly, ou les frères Clancy, Tom et Rory ? La compétition, loin d’être amicale, entretient et envenime de vieilles inimitiés entre les deux familles. Quel est donc le lourd secret qui les sépare ? Kathleen, du haut de ses 13 ans, va le découvrir au fil d’un roman aux nombreux rebondissements, de tempêtes en confidences. Le dénouement final permet de brosser quelques portraits d’une Irlande oubliée, celle de la pauvreté, des mariages arrangés et du rêve américain des années 1935. Un roman enraciné, qui va au‐delà des clichés pour « effacer cette haine ancestrale » et réconcilier les deux familles, en racontant « une histoire d’amour d’il y a bien longtemps ». Voilà donc une sympathique ballade irlandaise à chanter en chœur !

Dès 10 ans

Nathalie Somers, Le Secret des O’Reilly, Didier Jeunesse, 2018, 160 p., 12 €. Imprimé en France

Magdalena et Isabelle Maroger, Vite, vite !

«  — Vite vite, debout !
— Attends Maman, je cherche mon doudou », répond le petit bonhomme mal réveillé. Vite, vite, boire son chocolat, se débarbouiller, s’habiller, se chausser… bref, chaque matin, pour Maman, c’est la course – ce qui ne convient pas du tout à son rejeton. Jusqu’au coup de frein et au regard furibard du cycliste que Maman n’a pas vu venir… Une Maman qui va enfin faire une pause pour tenter de répondre à cette question existentielle : « Maman, pourquoi les gens courent ? »
Un album aux dessins aussi dynamiques et colorés que tendres inspirés par un charmant petit Arsène, si l’on en croit Isabelle Maroger sur son blog.

De 3 à 5 ans

Magdalena, Vite, vite !, illustrations d’Isabelle Maroger, Père Castor, 2018, 32 p., 12,50 € — Imprimé au Portugal.

Thomas Gerbeaux et Pauline Kerleroux, L’incroyable histoire du mouton qui sauva une école

Paris : le ministre de l’Education nationale décide, pour raisons d’économie, que seront fermées toutes les classes primaires de moins de 30 élèves.
Moutonville, dans l’île des Moutons, le jour de la rentrée : la maîtresse de la classe unique a beau compter et recompter, sous le regard pincée de l’inspectrice, la classe ne compte que… 29 élèves.
Commence une « incroyable histoire », où l’absurdité de l’administration va se heurter à la détermination des habitants de l’île aux Moutons. Et si la solution venait d’un certain Vincent, mouton de son état ? Une jolie fable, rédigée et illustrée – est‐ce un hasard ? – par un duo de Bretons : les mots de Thomas Gerbeaux sentent les embruns et la laine drue ; les couleurs de Pauline Kerleroux claquent, en bleu et orange, comme celles des bouées de sauvetage.
Et, en plus, « cette histoire est vraie, les journaux en ont parlé ». Rassurez‐vous, à Ouessant, la classe n’a pas fermé !

De 9 à 12 ans

Thomas Gerbeaux et Pauline Kerleroux, L’incroyable histoire du mouton qui sauva une école, Editions La Joie de Lire, coll. « Hibouk », 2018, 96 p., 9,90 € ou 14 CHF – Imprimé en Pologne

Benoît Grelaud, La jeune fille qui parlait aux singes

« Louise n’a pas fermé l’œil de la nuit, obnubilée par l’image de la femelle gorille se trouvant à l’écart du groupe. Elle sait ce que c’est de se sentir à part et cela l’a donc énormément touchée. » Louise, 15 ans, en vacances dans les Hautes‐Pyrénées, vient de faire la connaissance de Jérôme. Le père du jeune homme a recueilli, dans un parc, quelques gorilles qui ont échappé aux braconniers africains. Dont Kiko, une jeune femelle rejetée par le groupe.
Louise, malentendante, communique soit par signes, soit en écrivant sur une ardoise blanche, soit en articulant quelques mots. A force de ténacité, bravant interdits et menaces, soutenue par Jérôme, la jeune fille parvient à enseigner la langue des signes à sa protégée. Une manière comme une autre aussi de dépasser les angoisses et les difficultés liées à sa quasi‐surdité.
Mais une famille de chasseurs n’admet pas que ce parc empiète sur leur territoire. Et c’est le drame…
Ce sympathique roman de formation, sans mièvrerie aucune, met en perspective le handicap, les différences, les premiers sentiments amoureux, sur fond d’une aventure hors du commun. Les cabrioles d’un petit frère farceur viennent, ici et là, alléger les pages plus sérieuses du récit.

Dès 13 ans

Benoît Grelaud, La jeune fille qui parlait aux singes, Fleurus, coll. « Lire en grand », 2018, 286 p., 15,90 €

Eric Mathivet, Les Oiseaux !

« Le faucon pèlerin plane au‐dessus de ses proies, avant de tomber sur elles comme une bombe. Il peut alors dépasser la vitesse de 300 kilomètres / heure : c’est l’animal le plus rapide du monde ! » Il loge dans les tours et les clochers, comme ceux qui illustrent cette double page.
Cet album présente vingt autres oiseaux, leur morphologie, leur habitat et leurs habitudes, de l’adorable mésange bleue à la terrifiante harpie, en passant par le toucan au bec en banane et les piverts à la langue gluante. Les textes jouent sur les rythmes et les rimes, la typographie est aérée : tout est fait pour faciliter la lecture de ces 21 histoires vraiment surprenantes. Capucine Mazille a le chic pour donner ampleur et mouvement à cette volière aux couleurs vives et toniques.

Dès 5 ans

Eric Mathivet, Les Oiseaux !, 21 petites histoires naturelles, illustrations de Capucine Mazille, Ed du Ricochet, 2018, 40 p., 16 €

Jan Pienkowski, La Maison hantée

« Entrez, docteur, c’est un drôle de vieil endroit… plutôt frisquet, pas vrai ? » Et comment ! Une araignée descend de la balustrade, la Gioconda louche sur son chat, et mieux vaut ne pas savoir ce qui dégouline de l’escalier… Pieuvre, crapaud géant, gorille et autres monstres ont pris leurs quartiers dans ce manoir so british sorti tout droit de l’imagination de Jan Pienkowski, bien aidé de Tor Lokwig pour les mécanismes en papier. Et tout cela se déplie, grince, surgit de nulle part… Brrr ! Le plus célèbre pop‐up du XXe siècle ! Avec une petite différence entre l’édition de 1979 et celle de 2013 : ce n’est plus une griffe qui sort de la boîte à lettres, mais la queue d’un serpent. En avez‐vous repéré d’autres ? Un peu cher, mais gageons que les jeunes parents qui s’en sont délectés dans les années ’80 partageront ces abominables horreurs avec leurs enfants.

Dès 6 ans

Jan Pienkowski, La Maison hantée, Nathan, 2013, 12 p., 25,90

Ben Hoare, L’Anthologie illustrée des animaux fascinants

« Le long bec de l’espadon prolonge sa mâchoire supérieure et se termine en pointe, comme une épée. Tu as bien deviné, il s’en sert pour tuer ses proies, mais peut‐être pas de la façon dont tu l’imagines. » Comment fait‐il, alors, pour déguster thon et calamar, ses « casse‐croûtes préférés » ? L’espadon ne les embroche pas, il les lacère avec les bords tranchants de ce long bec avant de les gober.
Ben Hoare, rédacteur pour le magazine BBC Wildlife UK, présente ici une centaine d’animaux, certains connus comme le lion, le raton laveur ou le sapajou, ou plus étonnants, comme l’ombonie ou la viscache. Illustrations et photos complètent un texte dynamique, qui s’adresse au jeune lecteur avec sérieux et bienveillance.
La couverture brille de tout son or – et même les tranches sont dorées, comme autrefois.

Dès 7 ans

Ben Hoare, L’Anthologie illustrée des animaux fascinants, Auzou, 2018, 224 p., 19,95 € — Traduit de l’anglais par Marie Leymarie. Imprimé en Chine.