Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Dernières mises en ligne

Sophie de Mullenheim, A l’heure de l’Exposition universelle

« Demain, je serai en haut de la tour Eiffel, Mesdames, fanfaronne Hippolyte. Et si tout se passe bien, à la fin du chantier, Monsieur Eiffel m’embauchera dans ses ateliers. C’est ça, oui. Dans ses ateliers ! » Mais Hippolyte, le forgeron, n’a pas lu à haute voix à sa femme la dernière phrase de l’annonce d’embauche : « Sujets au vertige s’abstenir. » Au pied de la tour, un autre ingénieur s’affaire, Jules de Bozancourt, qui veut réaliser un spectacle « électrique » d’eaux et de lumière. Saura-t-il passionner le jeune anarchiste Georges, qui, lui, rêve avec sa sœur Henriette, de « tout faire sauter » ? Pendant ce temps, à Epernay, le jeune Pierre, 15 ans, a décidé de se joindre au convoi qui transporte un immense « foudre » aux armes de la maison de champagne Mercier. Son rêve ? Voir Paris et la tour, bien sûr ! Sophie de Mullenheim nous fait revivre cette incroyable effervescence qui, en 1889, agite tout Paris, des ouvriers aux cousettes, des ingénieurs aux journalistes. Comme dans les précédents romans de la série, le désormais célèbre Gipsy Book redonne du courage à qui peut en manquer. Ce livre de sagesse écrit par Nanosh Balatta, un vieux gitan, change encore une fois la vie de ceux qui le lisent. Parce que la première leçon de ce grand-père à son petit-fils nous concerne tous : « Le courage, c’est de surmonter ses peurs. »

Dès 12 ans

Sophie de Mullenheim, A l’heure de l’Exposition universelle, coll. « Gipsy Book », Mame, 2019, 368 p., 14,90 € — Imprimé en Italie
Du même auteur, dans la même collection :
Quand la terre tremble, Gipsy Book, tome 1, Mame, 2016, 280 p., 13,90 €
Le brasier de Berlin, Gipsy Book, tome 2, Mame, 2017, 365 p., 14,90 €
Malgré nous
, Gipsy Book, tome 3, Mame, 2018, 350 p., 14,90 €

Beatrix Potter, Le Petit Chaperon rouge

« Il était une fois, dans un village, la plus adorable des petites filles. […] Sa mère avait cousu pour elle un joli petit chaperon de flanelle rouge. Avec ses boucles brunes au milieu de tout ce rouge, l’enfant ressemblait à un coquelicot. […] tout le monde l’appelait par ce nom : le Petit Chaperon rouge. » Et bien sûr, elle alla porter à sa Grand-Mère un petit pot de beurre… Beatrix Potter reste fidèle au conte de Perrault, tout en brodant quelques détails very british. Suspens et horreur sont au-rendez-vous, dans la verte campagne anglaise si joliment dessinée par Helen Oxenbury. Potagers, prairies fleuries, tea time… oui mais, il y a aussi un loup, « peu recommandable », selon l’illustratrice qui s’est prise au jeu de dessiner un loup « famélique et fourbe au début » et la panse bien remplie à la fin. Car c’est bien « ainsi [que] finit le Petit Chaperon rouge ». Croquée, tout comme sa grand-mère.

Dès 4 ans

Beatrix Potter, Le Petit Chaperon rouge, illustrations d’Helen Oxenbury, L’École des Loisirs, coll. « Kaleidoscope », 2019, 46 p., 13,50 € — Imprimé en Chine. Traduit de l’anglais.

Sabina Radeva, Sur l’Origine des espèces de Charles Darwin

« Darwin fit le tour du monde à bord du HMS Beagle, pour visiter des terres merveilleuses, étudier les animaux et recueillir des fossiles. » Au fil de ses voyages et de ses découvertes, il élabora sa théorie de l’évolution. Son ouvrage le plus important, « De l’Origine des espèces », fit grand bruit à sa parution en 1859. Imaginez-vous ! Nous autres humains aurions des ancêtres communs avec les singes ? La vieille Angleterre n’a pas trouvé cela très net ! Sabina Radeva, scientifique de formation, raconte et illustre cette aventure de la pensée avec force anecdotes et citations. Un album très frais, qui invite avec humour au voyage et à la réflexion.

Dès 6 ans

Sabina Radeva, Sur l’Origine des espèces de Charles Darwin, adaptation et illustration par Sabina Radeva, Hélium, 2019, 64 p., 16,90 €  — Imprimé en Chine. Traduit de l’anglais

Jean-Philippe Arrou-Vignod, L’élève qui n’existait pas

« J’avais une soif de tous les diables. Je suis entré sans allumer avant de boire longuement au robinet. Quand j’ai relevé la tête, il y avait un garçon en face de moi qui me regardait comme s’il avait vu un fantôme.
J’ai failli m’éborgner contre le porte-savon.
— Qu’est-ce que tu fais là ? Tu m’as fichu une sacrée trouille ! »
Il va falloir bien de l’astuce à Rémi, à Mathilde et au génial P.P. Cul-Vert pour découvrir qui est ce mystérieux garçon qui rôde la nuit dans les couloirs de l’internat. Et de tact et de gentillesse pour venir à son aide – mais je ne vous en dis pas plus, sans quoi je risque, comme ces collégiens, d’être collée, voire privée de vacances de Noël !
Un nouvel épisode d’Enquête au collège, pour fêter les trente ans de la série, Trente ans ? Vraiment ? Ce petit côté vintage permet à Jean-Philippe Arrou-Vignod d’ignorer superbement SMS et réseaux sociaux, pour notre plus grand bonheur.

Dès 9 ans

Jean-Philippe Arrou-Vignod, L’élève qui n’existait pas, Enquête au collège, illustrations de Serge Bloch, Gallimard Jeunesse, 2019, 192 p., 13 € — Imprimé en Italie.

Lucy Bowmann, Noël avec autocollants

Les vitrines scintillent, les nuits s’allongent – et les mercredis après-midi deviennent un peu longs à occuper ! Avec plus de 800 autocollants, dont de nombreuses vignettes brillantes, les enfants compléteront de jolies scènes hivernales et festives : des bonshommes de neige, des jeux sur un lac gelé, la décoration du sapin, l’atelier du père Noël et sa hotte à remplir de cadeaux. Les autocollants pourront aussi servir à créer des cartes de vœux ou des étiquettes cadeaux- selon votre propre interprétation du Père Noël : créateur, fournisseur ou distributeur de cadeaux ? Magique, c’est sûr !

Dès 5 ans

Lucy Bowmann, Noël avec autocollants, illustrations de Stella Bagott, Usborne, 2019, 23 p., 6,50 € — Imprimé en Malaisie

Anne-Marie Pol, Chevalier du Roi captif

16 octobre 1793. Le jeune Sébastien de Rocadour, l’Esquirol, quitte à grands pas la place « de la Révolution », où vient de couler le sang de la Reine. Il n’a rien pu pour elle, ce fidèle baladin, le complot a été éventé… Mais Saphire, sa charmante amie saltimbanque, est venue à sa rencontre. Maintenant, il faut fuir Paris, et vite ! Dans la nuit, un étrange personnage, comédien de son état, confie au jeune homme un message secret à remettre au chef chouan Jambe d’argent, quelque part du côté de Granville. Un nouveau complot se trame : il faut faire évader le jeune Louis XVII de la tour du Temple où il est enfermé.
L’Esquirol repart donc sur les routes avec Saphire, ses grands-parents saltimbanques, leur roulotte et leurs chevaux. Il croisera tour à tour Royalistes et Républicains, dans cette cruelle guerre civile qui met l’ouest de la France à feu et à sang. Anne-Marie Pol s’appuie sur une documentation à toute épreuve pour donner vie aux jeunes héros d’une trilogie romanesque aux innombrables rebondissements. Où nous mènera le tome 3, quand on sait qu’au loin – à la dernière page !- se dessine l’archipel de Chausey ?

Dès 11 ans

Anne-Marie Pol, Chevalier du Roi captif, Mame, 2019, 240 p., 14,90 € — Imprimé en Italie

Priem, Si tu pouvais décrocher la lune

« Si tu pouvais décrocher la lune… Tu la cacherais ? Tu l’offrirais ? Tu la présenterais au poisson-lune ? » A l’aide du célèbre jeu tangram, Simon Priem revisite avec beaucoup de poésie et de tendresse le pouvoir fascinant de la lune sur notre imaginaire. Il invite les petits comme les grands à poursuivre l’aventure et à décrocher la lune en assemblant les pièces de ses rêves. Un tout petit livre, format « mouchoir de poche », très sobre avec ses pièces rouges et cette lune grise sur fond noir, et drôlement efficace. Un tout petit prix pour des heures de rêverie et de poésie.

Dès 4 ans

Simon Priem, Si tu pouvais décrocher la lune, Editions Møtus, coll. « Mouchoir de poche », 2019, 32 p., 4,60 €  — Imprimé en République tchèque

Raphaël Frémont, Le Groupe clandestin

Adrien a retrouvé Astair et Adèle lors d’un intercours. Ils se connaissent à peine mais viennent de vivre une « aventure forestière ». Et sont tous les trois punis.
« — Pas le droit de sortir sans déclarer où je vais et quand je rentre, pendant trois mois.
— Elle n’y est pas allée de main morte, ta directrice, souffle Astair.
— Oui, elle n’a pas apprécié cette idée d’aller voir des arbres millénaires. J’ai eu droit à un sermon interminable sur la loyauté aux Oligarques et le respect des règles sociales. Elle ne veut plus que je vous fréquente, il va falloir rapidement nous séparer. »
Mais cette forêt, Adrien, 16 ans, en rêve et n’a qu’une envie : y retourner ! Comme ses condisciples Astair et Adèle, il vivote dans le pensionnat d’un régime totalitaire, « l’Ordre ». Dix oligarques dirigent d’une main de fer cette société ultra technologique où les libertés individuelles sont restreintes. Dès sa deuxième « fugue » en forêt, il est repéré par une troupe de scouts clandestins. En rejoignant leurs rangs, c’est une vie d’aventure et d’amitié qu’il découvre, avec ses nuits en forêt, ses jeux passionnants, sa saine émulation et ses rires. Mais ces jeunes sont un défi à l’Ordre. Des résistants à l’esprit libre qu’il faut supprimer… L’aventure devient de plus en plus dangereuse.
Après deux romans scouts classiques, Trois foulards dans la tempête (2016) et Le Raid sauvage (2017), Raphaël Frémont plonge les lecteurs dans une dystopie qui devait en faire réfléchir plus d’un : surveillance exacerbée, interdits, protection permanente, dénonciations… Et si nous n’en étions pas si loin ? Les scouts retrouveront avec plaisir grands jeux et aventures diverses, et même des idées pour animer leurs camps. Une petite critique tout de même : le roman est un peu longuet… et dans les cent dernières pages, les « à » et les « a » se mélangent un peu les foulards. Mais cela ne freine en rien ce bon coup de vent frais qui décoiffe autant les héros que les lecteurs !

Dès 12 ans

Raphaël Frémont, Le Groupe clandestin, Editions du Triomphe, 2019, 420 p., 19,90 € — Imprimé en France

Isabelle Simler, D’après nature

De l’Abeille à l’inévitable mais si sympathique Zèbre, Isabelle Simler dessine un alphabet « d’après nature », dans tous les sens du terme. Esquisses, dessins, croquis permettent d’approcher au plus près des plumes et des fourrures, des écailles et des pétales. Voici l’Okapi, « lointain cousin de la girafe, farouche et solitaire », les Méduses, « apparues il y a près de 650 millions d’années », ou la Chauve-souris, « qui se repère en captant l’écho des ultrasons ». Et du côté des fleurs ? Celle que je préfère est la si délicate Ipomée bleue ! Une vision aussi scientifique que poétique de la nature, une magnifique leçon de dessin. A vos crayons !

Dès 6 ans

Isabelle Simler, D’après nature, Editions Courtes et Longues, 2019, 96 p., 22 € — Imprimé en Belgique

Emily Brontë, Les Hauts de Hurle-Vent

« — Allez-vous faire l’thé ? demanda l’homme à l’habit râpé, détournant de moi son farouche regard pour le diriger sur la jeune femme.
— Faut-il en faire pour lui ? demanda-t-elle en s’adressant à Heathcliff.
— Préparez-le, voulez-vous ? fut la réponse, faite d’une façon si brutale que je tressaillis.
Le ton dont ces mots furent prononcés révélait une nature foncièrement mauvaise. Je n’avais plus envie d’appeler Heathcliff un homme admirable. »
Mauvaiseté, cruauté, vengeance, alcool, violence… tout est bon pour créer cette noirceur sur laquelle vont, vaille que vaille, fleurir toutes les nuances de l’amour – un amour qui ne saura pas éviter les désastres. Tout cela dans l’ambiance brouillardeuse de l’Angleterre rurale… Brrr ! Un chef‑d’œuvre de la littérature romantique, abrégé ici, et illustré avec grand talent par Charlotte Gastaut.

Adolescentes

Emily Brontë, Les Hauts de Hurle-Vent, illustrations de Charlotte Gastaut, L’Ecole des Loisirs, coll. « Illustres classiques », 2019, 240 p., 14 € — Traduit de l’anglais par F. Delebecque, abrégé par B. Moissard. Imprimé en France

Comptines de la mère l’oie, illustrées par Gérard DuBois

« Humpty Dumpty sur un mur en pierre
Humpty Dumpty est tombé par terre
Ni les chevaux ni les valets du roi
Ne purent jamais remettre Humpty droit »
Partons en voyage au pays du non-sense ! Humpty Dumpty y croise Tweedledum et Tweedledee, un moineau, un corbeau, un lion, une licorne – mais tout cela ne nous dit pas « qui a tué le rouge-gorge »… Gérard DuBois a accepté les contraintes de la collection : une semaine et quatre couleurs, pour illustrer ces comptines venues d’outre-Manche. Il a choisi du bleu, du jaune, de l’orangé et un gris-brun terre d’ombre, ce qui donne un petit côté suranné à ces Nursery Rhymes parfois cocasses, parfois cruelles, toujours incongrues.

Dès 5 ans

Comptines de la mère l’oie, illustrées par Gérard DuBois, traduites et adaptées de l’anglais par Christian Demilly, Grasset Jeunesse, « La Collection », 2019, 32 p., 19,90 € — Imprimé en Espagne

Lydéric Landry, Le cartable d’Ollie

Pour son anniversaire, Ollie reçoit un cartable de sa marraine. Une de ces vieilles mallettes dont mêmes les docteurs ne se servent plus ! Qu’il est moche ! Et pourtant, sa maman la persuade de l’utiliser une fois, rien qu’une fois… Ses camarades se moquent de la fillette, et voilà qu’il se passe des trucs bizarres, lors de cette journée d’école… Un premier roman idéal pour ceux qui commencent à lire tous seuls.

Dès 7 ans

Lydéric Landry, Le cartable d’Ollie, Editions Liber Invictus, 2019, 46 p., 4 € — Imprimé en Pologne. A commander ici.