Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Dernières mises en ligne

Anna Castagnoli, La meilleure façon de marcher ?

« Un homme plus du tout jeune et un tout jeune garçon s’en allaient avec leur âne vers la ville de Bonvent. » L’enfant devant, le vieillard sur son âne. Mais la route est longue… De la ville de Languependue à celle de Grande‐Grinche, de Guerrelasse à Durcoeur, puis à Haute‐Flemme, les habitants se récrient et se moquent : à qui revient le droit de chevaucher ? A qui la peine d’aller à pied ? Et quelle cruauté de fatiguer sa monture… Les illustrations inspirées des constructivistes russes de Gaia Stella animent avec humour le texte entraînant d’Anna Castagnoli, qui reprend ici le canevas de la fable « Le meunier, son fils et l’âne », avec une tonalité très italienne. De quolibets en médisances, le grand‐père se révèlera‐t‐il aussi philosophe que celui de Jean de La Fontaine ?

Dès 4 ans

Anna Castagnoli, La meilleure façon de marcher ?, illustrations de Gaia Stella, Grasset Jeunesse, 2019, 40 p., 14,90 € — Imprimé en Espagne

Hugh Lofting, Docteur Dolittle

Puddleby‐on‐the‐Marsch, Angleterre. Un beau jour, las de soigner les humains, le bon docteur John Dolittle engage la conversation avec son perroquet, Polynesia. Et celle‐ci de lui apprendre le langage des autres animaux. Bien commode pour s’enquérir de la santé de Jip le chien, Dab‐Dab la cane, Too‐Too le hibou, Gub‐Gub le cochon, ou Chee‐Chee le singe ! Non content de soigner les animaux very british de sa campagne, Dolittle s’embarque pour l’Afrique, afin d’y soigner les singes menacés par une épidémie. Comment échappera‐t‐il au roi des Jolliginki, aux menaces du lion et à l’attaque des pirates ? Comment parviendra‐t‐il à convaincre le « poussemoi‐tiretoi » de l’accompagner en Angleterre ?
Ce roman rocambolesque, rebondissant d’absurdités en cocasseries, est aussi tendre et philosophique. Un immense classique. Hugh Lofting (1886–1947) en a conçu les premiers épisodes dans les lettres qu’il envoyait du front à ses enfants, alors qu’il était au contact des « bêtes de guerre », si courageuses. Aujourd’hui, à l’heure où les éthologues étudient les langages des animaux, les jeunes lecteurs seront touchés par la proximité de Dolittle avec la nature, son humour, son dédain de l’argent et des convenances. Ole Könnecke en a rendu toute la décontraction par ses dessins farfelus, où ne manquent ni le gibus ni la mallette de cuir emblématiques du personnage de Dolittle.

Dès 8 ans

Hugh Lofting, Docteur Dolittle, illustrations d’Ole Könnecke, L’Ecole des Loisirs, 2019, 206 p., 12,50 € — Traduit de l’anglais

Anne Baudier, L’art des tout‐petits, Animaux

Ce chat, est‐il « prêt à bondir, ou prêt à dormir » ? Suzanne Valadon en a fait le portrait à côté d’un joyeux bouquet – mais gare au minet s’il se fait les griffes sur le rideau ! Et ce loup, « il attaque ou il se défend » ? il est très impressionnant, la gueule ouverte et la patte sur sa proie, dans ce bronze d’Antoine-Louis Barye. Quant à cet écureuil roux de Hans Hoffmann, si finement dessiné en 1578, est il « peint ou réel » ? Girafe, dauphin, cheval, ours et zèbre – est‐ce une ménagerie ou un musée que présente cet album pour petites mains ? Les deux à la fois, avec des œuvres venues du monde entier et d’époques très variées.

Tout‐petits

Anne Baudier, L’art des tout‐petits, Animaux, Editions Palette, 2019, 32 p. cartonnées, 14,90 €

Arnaud Friedmann, Le Trésor de Sunthy

« Garance Tran, ça ne sonne pas vraiment bourgeois, non ? » Il y a des questions qui, l’air de rien, peuvent mener loin. Surtout quand la maman de ladite Garance, élève de 3e, est psychanalyste et que son papa, médecin, est le fils d’un M. Tran, arrivé du Cambodge en 1979. Une question qui, sous la plume d’Arnaud Friedmann, introduit un roman très prenant sur la quête des origines. Car ce grand‐père, la narratrice lui rend régulièrement visite à l’hôpital où il finit ses jours. Il va lui raconter sa vie de jeune homme, notamment son premier séjour en France en 1974, lui confier des secrets que son fils, le père de Garance, n’avait pas cherché à connaître, tout focalisé qu’il était sur le fait qu’il était bel et bien français. Quitte à exagérer son accent franc‐comtois – le roman se déroule à Besançon, ville qui accueillit en effet de nombreux réfugiés du Sud‐Est asiatique.
Entre ses visites à l’hôpital et son collège, Garance va lire le mémoire d’un étudiant qui s’était intéressé à M Tran – avec des pages terribles sur la répression des khmers rouges -, mettre en pratique les conseils de son professeur d’histoire, questionner ses parents… et vivre sa vie d’adolescente.
Le second volet du roman se déroule après le décès de son grand‐père : un premier voyage au Cambodge permet à Garance de découvrir le village natal de ce dernier et le « trésor de Sunthy » ; il sera suivi d’un second, qui ouvre sur un avenir que la jeune fille imagine heureux.
Arnaud Friedmann fait alterner des pages tragiques avec des pages sentimentales et d’autres non dénuées d’humour, ce qui donne un récit polyphonique dont le rythme conviendra bien aux adolescents. Très documenté, le roman dépasse le seul aspect historique pour devenir un roman d’initiation : plus Garance se rapproche de son grand‐père, plus ses relations avec ses parents vont évoluer, de la crise d’adolescence à une forme de maturité bienveillante.

Dès 12 ans, adolescents

Arnaud Friedmann, Le Trésor de Sunthy, Lucca Editions, 2017, 232 p., 11,90 € — Imprimé en France

Agnès Domergue, La balade de Koïshi

« Un seul grain de riz peut donner une rizière. D’une rizière et du soleil levant, Koïshi est né. » Un petit grain de riz encore vert qui va faire « ses premiers pas de printemps » et, tout en pointillés, nous inviter à le suivre sur le chemin des saisons : une fleur, un canard, des giboulées de printemps – mais voici l’été et sa randonnée se poursuit, passant des orangés flamboyants aux teintes plus douces de l’automne, où l’ourse rejoint sa caverne, puis à l’hiver – brrr, que la neige est froide pour notre vieux grain de riz, prêt à s’endormir sous terre… Difficile de savoir qui est la plus poète des deux : Agnès Domergue pour son texte tout en finesse, ou Cécile Hudrisier, pour ses aquarelles légères, très japonisantes, dont les détails raffinés attireront l’œil des petits ? Le livre, monté en accordéon, incite à relier cet hiver au printemps et… à recommencer. N’hésitez pas à déployer cet immense leporello et à le parcourir à plat ventre – rien de mieux pour étonner les petits lecteurs !

Dès 3 ans

Agnès Domergue, La balade de Koïshi, illustrations de Cécile Hudrisier, Grasset Jeunesse, 2019, 68 p., 20 € — Imprimé en Chine

Alicia Quillardet, Une vie d’ours

RRRR… Qui grogne là haut, dans les montagnes ? « Grosse boule de poils bruns, oreilles toutes rondes, long museau, larges pattes, c’est un ours ! » Pas un nounours en peluche, non, un vrai ours, qui sait grimper aux arbres, pêcher dans les torrents, se pourlécher de miel, se gaver de châtaignes… Mais si cet ours était une maman ourse ? Car, dans la tanière, voilà deux oursons ! Dessins très clairs, couleurs vives, cet album réjouira l’œil des petits tout en leur faisant approcher au plus près ces animaux mythiques. S’inquièteront-ils de savoir que, dès ses trois ans, l’ours va voyager seul et « vivre ses propres aventures » ?

Dès 4 ans

Alicia Quillardet, Une vie d’ours, Les Editions du Ricochet, coll. « Une vie de… », 2019, 32 p., 12 € — Imprimé en Pologne
Du même auteur : Une vie de manchot, Les Editions du Ricochet, coll. « Une vie de… », 2018, 32 p., 12 €

Gennaro Toscano, Léonard de Vinci, maître de la Renaissance

« Du XIIIe au XVIe siècle, Florence, la plus grande ville de Toscane, est l’une des cités les plus florissantes en Europe. Elle constitue un vivier de nouveaux talents. » C’est bien à Florence que le jeune Léonard, né en 1452, va faire son apprentissage de peintre, auprès de Verrochio, avant de partir à la découverte de Milan, puis de Venise, de Rome et de la France. Architecture militaire, science de l’urbanisme, musique, peinture, sculpture, anatomie, étude des astres : Léonard reste, cinq siècles après sa mort, l’emblème de la curiosité intellectuelle et de la sensibilité artistique. Mais il est loin d’être le seul artiste à œuvrer à la beauté des cités italiennes ! Très documenté, cet album propose une foule de reproductions qui permettront d’initier les adolescents à la richesse de la Renaissance – souvent oubliée des programmes.

Dès 10 ans et pour tout public

Gennaro Toscano, Léonard de Vinci, maître de la Renaissance, coédition Hazan/Musée du Louvre, coll. « L’histoire au musée », 2019, 49 p., 14,50 € — Imprimé en Italie. Cet album est une réédition de l’ouvrage paru en 2004 chez Hachette.

Angélique Villeneuve, Paisible

« Ester aimerait qu’on lui fiche la paix », mais, ce soir, la maison résonne du bruit des invités. « Il y a trop de bruit, ici, de mouvement. Pas assez de silence et pas assez de doux. Ça cogne, ça donne mal à la tête. » La solution ? Monter s’isoler dans sa chambre, puis… grimper « branche après branche », jusqu’à tutoyer les nuages. Que vont lui apprendre les habitants de cet arbre fabuleux, oiseaux, lémuriens, papillons ? Que « la paix, peut‐être, n’habite qu’au bord du ciel ».
Ayant retrouvé la paix intérieure, Ester va, tout doucement, revenir chez elle où l’attend son nounours. Les mots tendres et justes d’Angélique Villeneuve vibrent sous le pinceau mutin d’Anna Griot, dont les gouaches illuminent la nuit d’Ester, dans une alternance de tons bleus et orangés.

Dès 5 ans

Angélique Villeneuve, Paisible, illustrations d’Anna Griot, Sarbacane, 2018, 40 p., 15,50 € — Imprimé en France

Fleur Oury, Dimanche

Ce dimanche, Clémentine et ses parents vont déjeuner chez Mamie. Quoi de plus normal ? Et quoi de plus normal, quand on s’ennuie, d’aller au jardin et de passer par un trou de la haie ? Après un passage dans un roncier, la demoiselle rencontre un petit humain. Car Clémentine est une petite renarde sur deux pattes qui vit dans un monde identique au nôtre ! Après quelques instants de timidité partagée, les deux enfants se lancent dans des jeux de plus en plus improbables, jusqu’à « voler » avec des ailes de fougères. Quand Clémentine repasse la haie pour retrouver les siens, ce n’est pas sans accrocher des épines de ronces à ses vêtements. Tiens, tiens, mais pourquoi Grand‐Mère avait‐elle, elle aussi, ce matin, des épines de ronces sur sa robe à l’arrivée de Clémentine ?

Dès 5 ans

Fleur Oury, Dimanche, Ed. Les Fourmis Rouges, 2019, 40 p., 15,50 € — Imprimé en Italie
Du même auteur : Premier Matin, Ed. Les Fourmis Rouges, 2015, 40 p., 14 €

Luc Ferry, Ulysse ou l’homme aux mille ruses

« On s’approche d’une île. Ulysse demande qu’on s’y arrête pour reprendre de l’eau et des vivres, mais il est inquiet, il ne sait pas trop ce qui l’attend sur cette terre isolée : des amis ou des ennemis ? Il a l’air tendu et, à vrai dire, il n’a pas tort de l’être… Car c’est bien au pays des Cicones, qu’il vient d’aborder, un peuple de guerriers qui a combattu les Grecs aux côtés des Troyens. » Cette première étape sur la très longue route du retour fait le lien entre la guerre de Troie, qui vient de s’achever avec la ruse du cheval de Troie, et les dix ans d’aventures et de péripéties vécues par le héros « aux mille ruses ». « Un mythe, un héros, une vertu », tel est le projet de cette collection conçue et écrite par Luc Ferry. S’adressant au lecteur par de multiples incises, l’auteur lui donne des pistes pour mieux comprendre l’Odyssée et l’invite à réfléchir sur les exploits d’Ulysse. Pour le philosophe, il s’agit d’aller « de la guerre à la paix […], du chaos à l’harmonie, de l’exil au retour chez soi, bref, de la vie mauvaise à la vie bonne ». Une vie bonne qu’il entend comme « la mise en harmonie de soi avec l’harmonie de l’univers ». L’affaire d’une vie, et une longue quête, dont les épisodes les plus célèbres sont illustrés avec énergie par Nicolas Duffaut. Le texte est d’un abord facile, très agréable à lire à voix haute (on s’amusera même à imiter le ton de l’auteur !). Ce volume ne conte que le début de l’Odyssée, jusqu’à l’arrivée sur l’île de Calypso. Il conviendra parfaitement aux collégiens, voire aux lycéens et étudiants qui n’ont pas beaucoup abordé la mythologie et l’épopée grecques.

Dès 10 ans

Luc Ferry, Ulysse ou l’homme aux mille ruses, illustrations de Nicolas Duffaut, Glénat Jeunesse, coll. « La sagesse des mythes », 2019, 64 p., 12,50 € — Imprimé en Espagne

Jeong‐sun Choi, Coucou je te vois !

« Coucou, qui est là, bien caché derrière les branchages ? Un dinosaure ? Oui, un dinosaure ! Gagné ! » Il faut dire que les deux branches sont bien petites pour escamoter un aussi gros animal ! Tour à tour, le lion, le chat, le paon et la grenouille nous lancent un regard coquin au travers de la petite feuille d’arbre censée les cacher. Et ce dernier ? Est‐ce un gorille ? Non, « c’est mon papa ! ». Un adorable jeu de cache‐cache réinventé par deux Coréennes. Haery Lee mêle les dessins au trait noirs, les collages de « vraies » feuilles d’arbres et quelques touches de bleu, de vert et de gris. Quant à Jeong‐sun Choi, elle joue avec humour sur les rythmes, créant de petites surprises bienvenues. Un album « tout carton » moins banal que beaucoup d’autres.

Tout‐petits

Jeong‐sun Choi, Coucou je te vois !, illustrations de Haery Lee, Didier Jeunesse, coll. « Les tout‐cartons petite enfance », 2019, 32 p., 9 € — Imprimé en Malaisie.
Des mêmes auteurs, dans la même collection : Coucou qui est là ?

 

Anne Ferrier, Arthur, l’enfance d’un roi

« Arthur n’était qu’un bébé quand mon ami, l’enchanteur Merlin, l’emmena dans la forêt. Il devait y rencontrer un grand seigneur de notre royaume. Il lui confia l’enfant.
— Elève‐le comme ton propre fils, dit‐il au seigneur. Et toi, Lug, fidèle oiseau, veille sur lui. Un grand destin l’attend. » C’est donc Lug, « le plus malin des corbeaux de Bretagne », qui va nous raconter les enfances d’Arthur : ses premiers jeux, le fameux tournoi lors duquel il arrache l’épée Excalibur du rocher, ses premiers exploits, la rencontre avec Guenièvre et la première assemblée de la Table ronde… Le corbeau Lug tient très bien son rôle, un œil toujours fixé sur son protégé et partageant ses aventures avec Merlin, Keu ou Léodagan. Christelle Le Guen a opté pour des illustrations très dynamiques, aux couleurs chaleureuses – et termine par une parodie réjouissante de la Tapisserie de Bayeux.

Dès 5 ans

Anne Ferrier, Arthur, l’enfance d’un roi, illustrations de Christelle Le Guen, Ed Locus Solus, 2019, 32 p., 11,90 € — Imprimé en France – Cet album avait été édité en 2011 aux éditions Millefeuille.
Chez le même éditeur :
Anne Ferrier, Merlin, l’enfance d’un enchanteur, illustrations de Christelle Le Guen, Ed Locus Solus, 2019, 32 p., 11,90 €
Anne Ferrier, Morgane, l’enfance d’une magicienne, illustrations de Christelle Le Guen, Ed Locus Solus, 2019, 32 p., 11,90 €