Thème

Découverte de la nature

Françoise de Guibert et Laurence Schaack, Que de pourquoi

« Pourquoi n’a‑t-on pas la tête en bas dans l’hémisphère sud ? », « Pourquoi les Anglais roulent-ils à gauche ? », mais aussi… « Pourquoi nos pieds sentent-ils parfois le fromage ? » et encore… « Pourquoi n’y a‑t-il jamais de poussin quand on casse un œuf ? » — A 130 questions très diverses, les auteurs apportent des réponses éclairées : une courte phrase, une explication scientifique, et une petite anecdote pour la mémoire. Astronomie, vie quotidienne, botanique, santé, chimie et psychologie, le panier des « pourquoi » est bien rempli ! Les illustrations de Robbert, très colorées et très expressives, sont assez disparates et ne m’enthousiasment pas à chaque page – mais tout est affaire de goût personnel, et le recueil amusera les plus jeunes – pour que la phase des « pourquoi » dure très, très longtemps.

Dès 6 ans

Françoise de Guibert et Laurence Schaack, Que de pourquoi, illustrations de Robbert, Saltimbanque Editions, 2020, 164 p., 14,90 € — Imprimé en Slovénie

Isabelle Simler, Vertige

« La métamorphose s’achève. L’aventure commence. Dans le vaste monde verdoyant, la petite bête à sept points s’élance. » Première mission pour notre coccinelle : trouver la meilleure place pour pondre ses œufs ! Isabelle Simler nous fait ainsi voyager de feuille en herbe, de vieille branche en fleur… un voyage tourbillonnant au bout de ses crayons magiques ! Mais partout se cache un animal, bien camouflé mais aussi bien décidé à ne pas se laisser déloger, quitte à menacer notre bête à Bon Dieu de finir croquée. Enfin, enfin, voici une feuille habitée par une colonie de pucerons – qui ne savent pas ce qui les attendent ! À la fin de l’album, une double page documentaire présente les insectes rencontrés et une autre permet d’en apprendre plus sur la coccinelle.

Dès 4 ans

Isabelle Simler, Vertige, Editions Courtes et Longues, 2020, 56 p., 22 € — Imprimé en Bulgarie

John Muir, Pays sauvage

« Dans les montagnes, campe parmi les herbages et les gentianes des versants glacés, dans les jardins nichés sur les reliefs sauvages où la nature abrite ses plus précieux trésors » ; « partir en montagne, c’est rentrer au pays » ; « goûte la liberté du randonneur » — tels sont quelques-uns des aphorismes qui parsèment cet album. Nous les devons à John Muir (1838–1914). Né en Ecosse, il a parcouru les grands espaces nord-américains, du Kentucky à la Floride, et en particulier le Yosemite. Il a aussi beaucoup écrit et joué un rôle majeur dans la fondation des premiers parcs nationaux américains. Giovanni Manna, prix Andersen 2003, a illustré de nombreux ouvrages, dont le célèbre Si… tu seras un Homme mon fils. Son pinceau évoque à merveille les grands espaces, et nous invite à aller marcher, « sans bruit et sans bagage ».

Dès 6 ans

John Muir, Pays sauvage, illustrations de Giovanni Manna, 2020, Plume de carotte, 27 p., 16 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en France

Pierre-Emmanuel Dequest, Croc-Blanc, un monde sauvage, d’après Jack London

« Allez… Allez les chiens ! » D’une page où souffle le vent glacial du Grand Nord, émergent deux hommes, un traîneau, un attelage. Bientôt, les loups affamés rodent autour du campement à peine éclairé par le feu. Brrr… Pierre-Emmanuel Dequest plonge directement le lecteur au cœur de l’hiver et de la vie sauvage, dans ce Wild, mot intraduisible s’il en est. Cette adaptation en bandes dessinées — ou plutôt en « roman graphique » du célèbre Croc-Blanc de Jack London exprime toute l’énergie contenue dans un roman parfois édulcoré pour les jeunes lecteurs. Ici, pas de pitié, le sang coule, les pionniers sont d’une rare brutalité, la nature est violente, impitoyable. Cela donne encore plus de sens à la rencontre providentielle de Croc-Blanc et de Weedon Scott : contact de cet homme juste, l’animal va apprendre le respect et la confiance, au prix néanmoins de sa liberté. Un grand classique de la littérature américaine, entre violence et espoir d’un monde meilleur.

Adolescents

Pierre-Emmanuel Dequest, Croc-Blanc, un monde sauvage, d’après Jack London, Editions du Rocher, 2020, 56 p., 14,90 € — Imprimé en Pologne

Peter Wohlleben, Ecoute les animaux parler

Ecouter parler les animaux, c’est savoir décrypter leur manière de communiquer. Les uns chantent, les autres miaulent ou hennissent. Et certains… pètent ! Peter Wohlleben, un forestier allemand devenu célèbre pour ses ouvrages sur les arbres, vous invite à une belle promenade à la rencontre des animaux sauvages qui peuplent la forêt, le jardin, le bord de l’eau, et même la maison ! Des fourmis, des moustiques, des chenilles, il y en a partout, donc sans doute autour de chez vous (sauf si vous habitez au 35e étage ou sur la banquise !). Avec Peter Wohlleben, vous passerez des heures à les observer ! Dans la forêt, il faudra être attentif pour savoir reconnaître les crottes du renard des moquettes du chevreuil ou des fumées du cerf (et hop ! deux mots savants de plus !). Et puisque l’automne est là, n’hésitez pas à aller écouter bramer les cerfs.

Dès 9 ans

Peter Wohlleben, Ecoute les animaux parler, Michel Lafon, 2020, 125 p., 14,95 € — Traduit de l’allemand. Imprimé en Espagne.

Raphaël Martin et Henri Cap, Evolutions

Il s’en est passé des choses sur la Terre, de ‑13,7 milliards d’années (environ) aux ‑7 millions d’années qui nous séparent des premiers bipèdes ! En 16 doubles pages, cet album grand format fait « remonter le fil de l’évolution ». Que de découvertes ! Atomes et molécules, virus (eh oui !), archées et bactéries, éponges, méduses, poissons, mammifères, peu à peu, les espèces se sont différenciées, ont conquis de nouveaux territoires – ou ont disparu. Les explications sont simples, mais pas simplistes ; les dessins laissent de la place à l’imagination, bien utile quand il faut se suffire de rares fossiles.

Dès 8 ans

Raphaël Martin et Henri Cap, Evolutions, illustrations de Fred L, Saltimbanque Editions, 2020, 40 p., 16 € — Imprimé en Pologne

Claire Lecoeuvre, Les insectes : 21 petites histoires naturelles

Les vers luisants ? « Ils n’ont rien de vers, ce sont des coléoptères. Le jour, ils restent cachés pour ne pas se faire manger. Et à la tombée de la nuit, ils font des folies ! La femelle grimpe sur une plante, haut, très haut, puis elle allume le bout de sa queue. Elle clignote plus ou moins vite pour émettre un code spécial. Si de loin, les mâles voient ces lumières et reconnaissent les bons signaux, c’est que leurs énormes yeux sont conçus pour ne pas les rater. » Alors, vite, éteignons les lumières ! Ils sont autrement plus poétiques que le bousier à cornes retroussées, qui se nourrit d’excréments. Et plus proches de nous que le phasme de Yen Tu, qui vit sur une montagne du Vietnam et mesure jusqu’à cinquante-quatre centimètres. Moins dangereux que le criquet pèlerin qui, au nord de l’Afrique, dévore tout sur son passage. Comment choisir parmi les 21 insectes présentés par Claire Lecoeuvre et dessinés par Capucine Mazille, dans leur cadre naturel ? Ils ont tous des caractères bien spéciaux et sont, de plus, d’excellents indicateurs de la bonne santé de leur environnement — forêts, champs, étangs ou ruisseaux.

Dès 6 ans

Claire Lecoeuvre, Les insectes : 21 petites histoires naturelles, illustrations de Capucine Mazille, Editions du Ricochet, coll. « Grands albums nature », 2020, 40 p. Imprimé en Pologne

Agnès Domergue et Cécile Hudrisier, L’Herbier philosophe

« La pensée – Si je te demande de ne penser à rien, à quoi penses-tu ? » — «  L’amour en cage – L’amour est un oiseau. Si tu enfermes l’amour en cage, chantera-t-il encore demain ? » Ces courtes phrases, anecdotes ou énigmes, sont une forme poétique japonaise ancestrale : le koan. Jouant avec les immortelles et le cosmos, le bouton d’or et le perce-neige, Agnès Domergue nous invite à méditer et à nous émerveiller. Cette musicienne – elle est altiste dans une autre vie – a demandé à Cécile Hudrisier de « faire le portrait » non d’un oiseau, mais de ces fleurs aux noms évocateurs. Ses aquarelles, légères, légères, tracent sur le blanc de la feuille, telles des calligraphies, juste ce qu’il faut pour nous emporter sur un petit nuage de poésie. Et parce que ces fleurs existent en vrai – et c’est justement pour cela qu’elles sont admirables – leur nom savant, en latin, et leur silhouette accompagnent leur nom courant en pied de page. Une typographie, une mise en page et une fabrication des plus soignées font de cet album une rare réussite.

Dès 8 ans, pour toute la famille

Agnès Domergue, L’Herbier philosophe, illustrations de Cécile Hudrisier, Grasset Jeunesse, 2020, 64 p., 18,50 € — Imprimé en Espagne
Des mêmes auteurs : La balade de Koïshi, Grasset Jeunesse, 2019, 68 p., 20 €

Françoise Laurent, Les p’tits volcans

Le volcan « crache une lave bouillante, faite de roches fondues… » Des roches fondues ? « Les rochers peuvent fondre ? Comme le chocolat ? Eh oui, petit gourmand ! » Quant à la Terre, elle « ressemble à un fruit… » Mais « son noyau est une boule brûlante ! Sa chair… un manteau très chaud ! Et son écorce ? Un puzzle dont les morceaux se déplacent lentement ». Autant de comparaisons tirées de la vie quotidienne qui permettent d’initier les jeunes enfants à la géologie, et notamment, ici, à la vulcanologie, la science des volcans – vivants ou éteints. Chiara Dattola a donné des visages flamboyants ou dormants, colorés ou sombres à ces volcans qui chatouillent l’écorce terrestre. Quel feu d’artifice !

Dès 4 ans

Françoise Laurent, Les p’tits volcans, illustrations de Chiara Dattola, Editions du Ricochet, coll. « Eveil nature », 2020, 32 p., 9,50 € (réédition de 2017). Imprimé en Espagne.

Nathalie Tordjman, Le livre aux petites bêtes

Elles marchent, elles volent, elles nagent, de jour comme de nuit… et elles ne nous inspirent pas souvent de bons sentiments. Passe encore pour la coccinelle, le papillon ou la libellule… mais que dite-vous quand une araignée tombe du plafond, qu’une armée de fourmis envahit la cuisine ou que des limaces se régalent des salades du potager ? Cet album invite à mieux connaître les « petites bêtes » de nos jardins, de nos forêts et de nos rivières : que mangent-elles ? où se cachent-elles ? comment se déplacent-elles ? Après les explications, mettons la main à la pâte. Des ateliers pour apprendre à construire un refuge à insectes ou élever des escargots, et des quiz pour s’amuser complètent les données scientifiques, superbement illustrées. Qui a parlé de s’ennuyer au jardin ?

Dès 7 ans

Nathalie Tordjman, Le livre aux petites bêtes, illustrations de Julien Norwood et Emmanuelle Tchoukriel, Belin Jeunesse, 2018, 70 p., 18,90 €

Clayton Junior, Seul ensemble

« En haut », la girafe se perd dans les hauteurs de la page – « en bas », le serpent ondule dans l’herbe. Si le coq est bruyant, le renard est silencieux. Quand le paon est voyant, le merle préfère être discret. Un album idéal pour découvrir les contraires au cœur de la nature, dans un univers moderne et épuré. Un grand format pratique pour une lecture en bibliothèque, en crèche ou en maternelle.

Tout-petits

Clayton Junior, Seul ensemble, Kimane, 2018, 40 p., 12,50 € — Adapté de l’anglais. Imprimé en Chine

Amy Visram, Mes quatre saisons

Allez, on saute l’hiver et le printemps à pieds joints ! « Les vacances sont enfin là ! En plein cœur de l’été, nous sommes réveillés par le soleil qui s’infiltre dans la chambre et nous nous couchons alors qu’il est encore haut dans le ciel. » On peut se régaler de grillades, de jus de fruits frais et même de glaces. Quelle chance d’aller camper au bord du lac ! Dawid Ryski illustre avec une gaieté tranquille la vie d’une famille, au rythme des saisons, de la ville à la campagne, des joies de la neige à celles du jardinage ou de la chasse aux champignons. Et chic alors, l’album est imprimé sur un beau papier mat.

Dès 4 ans

Amy Visram, Mes quatre saisons, illustrations de Dawid Ryski, Kimane, 2020, 32 p., 12,95 € — Traduit de l’allemand. Imprimé en Pologne