Nicolas Michel, L’Abécémer

Nicolas Michel, L’Abécémer

« J’ai donné le K au pauvre Krill
Sans conteste, le déjeuner préféré des baleines à fanons. Une petite crevette qui, par millions, participe à l’équilibre des grands fonds : après avoir digéré une bonne dose de phytoplancton, la voilà projetée en bande dans le ventre des cétacés… Faute de pouvoir tout compter, les Terriens estiment cette vaste population au poids : 379 millions de tonnes au bas mot ! De petits corps transparents riches en luciférine, qui les rend bioluminescents, et en astaxanthine, qui colore de rose orangé la chair des saumons qui les dévorent. Et peut-être aussi celle des Japonais qui les dégustent sous le nom d’okiami ! »
Mais avant de donner le K au krill, Nicolas Michel a « donné » A, B, C, D, E, F, G, H, I et J à d’autres animaux marins, « des oiseaux qui passaient, à des poissons qui nageaient, à des habitués des grandes baies, à tout ce que la mer contient d’étranges beautés », – et il a continué jusqu’au Z de la jolie Zée. Ces textes courts, aussi poétiques que scientifiques, sont illustrés de superbes figures blanches sur fond bleu, inspiré du procédé photochimique du cyanotype. Une superbe façon de nous alerter sur l’avenir de nos océans !

Dès 10 ans

Nicolas Michel, L’Abécémer, Magellan et Cie, 2018, 56 p., 18 € — Imprimé en France

 

Pascale Perrier, Et derrière les nuages

Pascale Perrier, Et derrière les nuages

« Putain. Mon meilleur copain. Mon seul ami, à bien réfléchir. Celui avec qui je partageais tout, et pas seulement les cours. Les projets, les espoirs, les envies. L’alpinisme, c’est aussi une histoire d’amitié. On choisit les gens avec qui on va s’encorder, on leur accorde notre confiance, on se prépare avec eux, nos yeux brillent du même éclat. Et normalement, on vit les mêmes émotions au même moment, on revient avec les mêmes souvenirs.
Normalement. »
Un beau jour d’été à Chamonix, les deux garçons se faisaient une fête de gagner l’Aiguille d’Argentière. Mais, au somment, ils se sont désencordés, et Antoine, ce « meilleur copain » du narrateur, a basculé dans le vide — une chute fatale pour ce garçon plein d’avenir. Comment survivre avec un tel poids sur la conscience, quand on a 18 ans et que l’on veut devenir guide ? Perdu de chagrin, le jeune homme va se terrer dans un squat lyonnais –d’où il reste en contact avec ses parents et où il rencontre Leila. Leila qui refuse le poids du voile, un avenir de comptable et autres décisions familiales, qui veut suivre Rimbaud et s’inscrire en classes préparatoires.
Les deux étudiants vont s’épauler et tenter de se reconstruire, dans un très grand respect de l’autre – et c’est aussi une des surprises de ce roman d’initiation très pudique : chacun des deux repart vers un destin à reconstruire, le narrateur vers ses montagnes – il devient guide et s’installe à la Réunion, où il se marie – et Leila vers la littérature en devenant éditrice. Pascale Perrier parle de la montagne, de Chamonix et de l’alpinisme avec justesse – sans erreur de topo ni de psychologie – et dans une langue proche des adolescents, aussi capables de jurer que de se réciter « Le Bateau ivre ».

Adolescents

Pascale Perrier, Et derrière les nuages, La Joie de lire, coll. « Encrage », 2018, 195 p., 14,50 €

Elisabeth Dumont-Le Cornec, Crottes de bêtes !

Elisabeth Dumont-Le Cornec, Crottes de bêtes !

« Pétoulettes, moquettes, fumées, cigares, pelotes : il existe une ribambelle de mots plus rigolos que les savants excréments. » Mais de qui viennent-ils ? Les pétoulettes, de la chèvre et du mouton ; les moquettes, du chevreuil ; les fumées, du cerf ; les cigares, du renard ; et les pelotes, de nombreux oiseaux comme la chouette. Passé le premier éclat de rire un peu bêbête, les enfants se passionneront pour ce livre scientifique pas comme les autres. Car les crottes sont d’importants marqueurs, notamment du territoire. Étudier les déjections permet donc d’en savoir plus sur le mode de vie des animaux. Une autre façon de regarder la nature et de savoir si la belette, le hérisson ou le blaireau sont passés par là.

Dès 6 ans

Elisabeth Dumont-Le Cornec, Crottes de bêtes ! Les excréments des animaux, illustrations d’Emilie Vanvolsem, Ricochet, coll. « Ohé la science ! », 2018, 40 p., 13,50 €

David Carter, Eté, un pop-up ensoleillé

David Carter, Eté, un pop-up ensoleillé

L’été, c’est le temps des fruits rouges, fraises, groseilles et myrtilles. C’est aussi le temps où les légumes poussent à toute vitesse – à l’image de cette tige de concombre qui se déroule et saute de la page comme un beau diable ! Un album pop-up plein de soleil, de bonne humeur et d’énergie, créé par l’Américain David Carter, un maître du genre.

Dès 3 ans

David Carter, Eté, un pop-up ensoleillé, Gallimard Jeunesse, 2018, 14 p., 14,90 €

Michel Luchesi, Pêchons à pied !

Michel Luchesi, Pêchons à pied !

Savez-vous pêcher « au doigt et à l’œil » ? « à la pissée » ? « à la bichette », ou encore au « bôcain » ? Au moins êtes-vous gourmands de couteaux, de moules, de praires ou de soles ? Et si ces bestioles sont trop rapides ou trop capricieuses, essayez donc un steak d’algues ! Ce petit guide explique en termes simples que pêcher à pied, sur le sable ou dans les rochers, est tout un art : que capturer ? à quel endroit ? avec quel équipement ? Les dessins sont à la fois techniques et drôles – gageons que personne ne rentrera plus bredouille ! Dédicace spéciale à mes amis de Barfleur.

De 8 à 12 ans (et plus !)

Michel Luchesi, Pêchons à pied ! Manuel de l’apprenti pêcheur en bord de mer, illustrations d’Océane Meklemberg, Vagnon Jeunesse, 2018, 96 p., 12,95 €

Angie Trius et Mark Doran, Animaux médecins

Angie Trius et Mark Doran, Animaux médecins

Qui n’a vu un chat manger de l’herbe – et la régurgiter, se débarrassant ainsi de poils, de plumes et d’os qui encombrent son estomac ? Mais savez-vous que l’éléphante d’Afrique va dévorer un arbre de la famille des borraginacées pour provoquer des contractions et ainsi faciliter la naissance de son éléphanteau ? Que la geai bleu prend des bains de fourmis, dont l’acide formique agit comme un shampoing et lui évite des parasites indésirables ? Après quoi, « les fourmis lavées de leur acide formique sont bien plus savoureuses… Alors les geais bleus les dévorent toutes ! » Cet album présente 14 incroyables « remèdes » mis au point par les animaux sauvages, pour se protéger, se nettoyer ou se soigner. L’album ne nous dit pas si les auteurs, Angie Trius, docteur en médecine vétérinaire et Mark Doran, neurologue et chimiste, ont essayé le shampoing de fourmis contre les poux !

Dès 6 ans

Angie Trius et Mark Doran, Animaux médecins, illustrations de Julio Antonio Blasco, Albin Michel Jeunesse, 2018, 13,90 € — Traduit de l’anglais.