Celia Godkin, L’île du loup, fable écologique

Celia Godkin, L’île du loup, fable écologique

« Il était une fois une île. C’était une île avec des arbres et de l’herbe, et toutes sortes d’animaux. […] Certains mangeaient de l’herbe et des plantes ; certains mangeaient des insectes ; certains mangeaient d’autres animaux. » Et tout allait bien pour tout le monde, y compris pour une famille de loups. Mais voilà que les louveteaux, curieux et joueurs, montent sur un radeau, appellent leurs parents à l’aide, bref, s’échappent de l’île. Plus de loups sur l’île. Plus de prédateurs. La chaîne alimentaire est rompue et tout va de mal en pis, pour les souris comme pour les renards, pour les lapins comme pour les arbres, écorcés par les cervidés… Dans le monde réel, il faut plus d’un an pour que les déséquilibres deviennent fatals à un écosystème, d’où le terme de « fable ». Une fable dont les humains sont absents, alors que le loup, dans nos contrées, se rapproche des troupeaux, au grand dam des bergers. Professeur, zoologue et illustratrice botanique, Celia Godkin s’est inspirée d’une histoire vraie, qui a vu les élans ravager l’île Royale du lac Supérieur, aux États-Unis, avant le retour d’une meute de loups. Les illustrations de cet album sont aussi poétiques que documentaires, avec de superbes crayonnés aux couleurs naturelles.

Dès 8 ans

Celia Godkin, L’île du loup, fable écologique, L’Ecole des Loisirs, col l. « Archimède », 2012, 45 p., 12,70 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en France.

Emmanuelle Houssais, Mon petit monde

Emmanuelle Houssais, Mon petit monde

Fusobacterium, Neisseria, Salmonella, Prevotella… Drôles de noms pour de drôles d’êtres vivants, ces bactéries « si petites qu’il faut un microscope pour les observer. » Des bactéries qui vivent partout, y compris dans notre corps. Comme l’explique Emmanuelle Houssais, « pour elles, tu es un univers à toi tout seul ! 100 mille milliards de bactéries vivent en toi, c’est plus que tes cellules, et plus que d’étoiles dans notre galaxie ». L’éditeur a fait le pari, pour raconter l’infiniment petit, d’un album aux dimensions imposantes (30,5 x 30,5 cm). Ce format permet à l’artiste de nous combler avec de superbes illustrations naturalistes : enfants et libellules, mésanges et coquelicots, bébé au sein de sa maman alternent avec des pages ou des bactéries vues au microscope cavalent dans un intestin ou courent à la surface de la peau – et même pas beurk !

Dès 6 ans

Emmanuelle Houssais, Mon petit monde, Editions du Ricochet, 2019, 16 € — Imprimé en Italie

Aurélie Derreumaux et Laurent Granier, Compostelle en sac à dos : 1700 kilomètres pour randonner en famille

Aurélie Derreumaux et Laurent Granier, Compostelle en sac à dos : 1700 kilomètres pour randonner en famille

1700 kilomètres en quatre mois, soit 119 jours de marche ! Partis du Puy en Velay et à petites étapes, Aurélie, Laurenthttp://www.laurentgranier.fr/ et leurs deux jeunes enfants Eva et Maxime sont arrivés, joyeux et fiers, à Compostelle un beau jour d’août. Des chutes de neige sur l’Aubrac à la canicule de la Meseta, ils ont fait face aux éléments, ont admiré les paysages si variés de la Via Podiensis et du Camino Francés, villages, églises et châteaux, ont croisé des pèlerins et nombre de poules et de vaches, et, bien sûr, ont chanté, joué, prié… Une magnifique aventure et un bel album à partager en famille.

Pour toute la famille

Aurélie Derreumaux et Laurent Granier, Compostelle en sac à dos : 1700 kilomètres pour randonner en famille, illustrations de Charline Picard, Belin Jeunesse, 2019, 70 p., 14,90 €

Erik L’Homme, MASCA, Manuel de survie en cas d’apocalypse

Erik L’Homme, MASCA, Manuel de survie en cas d’apocalypse

« Cette forêt est hyper flippante. Je n’imaginais pas qu’il y avait autant d’animaux (enfin, j’espère que ce sont des animaux)…
Il faudrait que je me lève et que je me mette à marcher, mais je n’y arrive pas. Je me demande si j’ai fait le bon choix. Si je vais tenir. Survivre… »
Survivre, tel est en effet le seul but de Justin, après qu’un cataclysme s’est abattu sur la ville. Pas d’électricité, pas d’eau, des bandes de pillards dans les rues. Alors, Justin se décide à partir rejoindre les siens. Dans son sac, son carnet secret, ses griffonnages, un couteau, des allumettes, un duvet, une gourde (liste complète pages 36 et 37)… Sans oublier les conseils de son oncle Bob et les encouragements de Björn, « héros » de son manga en devenir. Plus un allié de poids : Wilson, un chien perdu aussi collant que puant.
Erik L’Homme, grand baroudeur s’il en est, se régale et nous régale. Rien de mieux que ce raid fantastique pour initier ses jeunes lecteurs aux techniques de survie : s’abreuver, allumer un feu, se protéger, se nourrir, communiquer – tout y est, mais un roman d’aventures, c’est bien plus drôle qu’un manuel de scoutisme ! Eloïse Scherrer s’est prise au jeu de Justin : ses crayonnés le plus souvent orange et noirs nous font passer par toutes les angoisses et les petits bonheurs du héros, de l’homme-à-la-hache aux recettes d’orties et de plantain. Quelle aventure !

Dès 9 ans

Erik L’Homme, MASCA, Manuel de survie en cas d’apocalypse, illustrations d’Eloïse Scherrer, Gallimard Jeunesse, coll. « Romans Junior », 2019, 160 p., 14,50 € — Imprimé en Espagne

Loren Capelli, Cap !

Loren Capelli, Cap !

Une petite fille avance sur le ruban goudronné de la route. Mais si la route « pouvait devenir pâte à modeler ou cheval ou torrent, inventer des nouvelles boucles comme ça, sur un coup de tête… », se prend-elle à rêver… Sa petite silhouette vêtue d’ocre et d’orange entre dans le profond du bois. Et là, magie ! Nous la suivons pas à pas, dans un cheminement où les aquarelles voisinent avec de simples esquisses. Que de secrets, que de merveilles… Les éléments naturels deviennent dans ses jeux œuvres éphémères et incitent à la rêverie, tandis que les animaux peuplent le vrai rêve de la fillette endormie sur la mousse.
Les éditions Courtes et Longues mettent un point d’honneur à éditer des livres d’art réalisés avec le plus grand soin – d’où ce prix certes un peu élevé, mais l’album en vaut vraiment la peine.

Dès 5 ans

Loren Capelli, Cap !, Editions Courtes et Longues, 2019, 120 p., 24 € — Imprimé en France

Peter Wohlleben, Le réseau secret de la nature

Peter Wohlleben, Le réseau secret de la nature

Loups et scolytes, saumons et grues cendrées, écureuils et nécrophores, fourmis et chevreuils, sans oublier les vers de terre et les pucerons… que de secrets nous cachent-ils donc, petits et grands, sous le couvert de nos forêts ? Quels liens complexes, et souvent étonnants, unissent animaux, plantes, forêts et rivières ? Et quand l’homme s’en mêle, fût-il inspiré des meilleures intentions possibles, ce n’est pas toujours dans le « bon sens », celui qui permettrait à la nature de vivre selon ses propres règles et de maintenir un équilibre précaire mais, ô combien !, nécessaire. Peter Wohlleben, en tant qu’ingénieur forestier, a longtemps veillé sur les forêts allemandes de l’Eifel avant de connaître un succès mondial avec La Vie secrète des arbres et La Vie secrète des animaux. Ses théories « iconoclastes » tentent de modifier le regard utilitariste, à court terme, porté sur les forêts et ont ouvert la voie à une autre façon de gérer ce patrimoine : chênes, hêtres, épicéas, bouleaux, vous ne les verrez plus de la même façon après avoir écouté ce conteur hors-pair, servi par une traduction pleine d’humour.

Adolescents, adultes

Peter Wohlleben, Le réseau secret de la nature, Les Arènes, 2019, 256 p., 20,90 € — Traduit de l’allemand par Lise Deschamps. Imprimé en France