Thème

Nos amis les animaux

Helen Scales, La vie secrète des coquillages

« La prochaine fois que tu te promènes sur la plage, essaie de trouver le plus de coquillages possible et amuse-toi à les observer. Quels sont leurs secrets ? » Ceux que te révèlera cet album illustré de superbes photos et de schémas très lisibles te fascineront, tant les modes de vie, les formes et les couleurs des coquillages sont variés. Le couteau, par exemple, qui n’a ni pattes ni pinces, comment fait-il pour creuser le sable et s’y enfouir ? Et la coquille Saint-Jacques, quelle est son astuce pour nager et se nourrir ? Comment reconnaître l’âge d’un coquillage ?

Dès 6 ans

Helen Scales, La vie secrète des coquillages, illustrations de Sonia Pulido, Phaïdon, 2022, 19,95 € — Traduit de l’anglais par Jeanne Maylin. Imprimé en Chine.

Naturagency, Mâles et Femelles

Le taureau et la vache sur fond d’alpage, la guenon et le gorille dans la forêt, la louve et le loup en hiver, le coq et… les poules, la hase et le lièvre… autant de photos animalières sur le thème des « papas » et des « mamans » animaux dont les noms ne sont pas toujours simples. Certains se ressemblent, d’autres pas. Toutes les images, œuvres de grands photographes animaliers, ont été choisies pour leur intérêt à la fois graphique, affectif et informatif, tout en privilégiant la diversité des plans et des animaux (où les espèces faciles à identifier côtoient les espèces rares), des tailles (de la girafe à l’abeille) ou des biotopes.

Tout-petits

Naturagency, Mâles et Femelles, La Martinière Jeunesse, 2022, 46 p. cartonnées, 11,90 € — Imprimé en Pologne

Simon Grangeat, Sorcières

Dans le petit bois, chante Nina, « il y a des sorcières ! Des sorcières ! Des sorcières !
Pierre ne croit pas aux sorcières. C’est un scientifique : il ne croit que ce qu’il voit. »
D’ailleurs, il connaît chaque fleur, chaque insecte, par son nom, libellule, coléoptère ou salamandre. C’est un calme, un observateur. Nina, elle, saute parmi les flaques et ne craint ni les arbres gigantesques ni leurs longues branches en forme de doigts crochus. Elle vit depuis peu au village, chez sa grand-mère qui lui a appris de très anciennes chansons.
Ensemble, les deux enfants s’enfoncent dans la forêt et découvrent une mare étrange. Pour Nina, aucun doute : c’est une mare à sorcières. Pff, fait Pierre, l’incrédule. La petite entonne alors l’un des airs de sa grand-mère. Et la forêt devient vivante…
Alors ? Par qui serez-vous ensorcelés ? Par le récit de Simon Grangeat, dont les mots tissent de savants liens entre le réel et l’imaginaire, ou par les dessins de Cédric Abt, dont l’univers sensible et poétique mêle couleurs et rêveries d’enfants ?

Dès 4 ans

Simon Grangeat, Sorcières, illustrations de Cédric Abt, Sarbacane, 2022, 40 p., 16,50 € — Imprimé en France

Isabelle Simler, La forêt, observe et colorie

Voyez-vous l’écureuil qui sort de son arbre, le rouge-gorge qui chante et les champignons qui dansent avec la mousse ? La forêt, parfois riante et mystérieuse, est le lieu d’aventures et de découvertes par excellence.
Plus qu’un simple cahier de coloriage, cet album se déplie sur un mètre de long ! Les dessins au trait sont accompagnés d’une présentation de différentes espèces d’animaux et de végétaux et d’une fiche documentaire.
Le style inimitable d’Isabelle Simler transcrit parfaitement la complexité de la nature, le lecteur est invité à s’emparer de ses dessins pour mieux apprécier et comprendre le monde qui l’entoure. Cette activité « ludique » (pour reprendre un mot à la mode) permet d’être au plus près du trait singulier de l’illustratrice, tout en nous faisant découvrir des écosystèmes fascinants.
Reste à savoir si un album d’un mètre de long peut être proposé à plusieurs enfants à la fois – un challenge sympathique, mais risqué !

Dès 5 ans

Isabelle Simler, La forêt — Observe et colorie, Editions Courtes et Longues, 2022, 12 p. dépliantes, 9,90 €. Imprimé en France
Du même auteur, dans la même collection : Les Céphalopodes ; Coléoptères ; Le Ruisseau ; Fleurs sauvages.

Jacques Prévert, Le petit lion

« La grande lionne montre les dents et personne parmi les grandes personnes de la Grande Ménagerie, personne parmi les gros et petits hommes qui payent pour voir les animaux captifs, personne n’oserait passer le bout du doigt entre les barreaux de la cage.
Enfermer une lionne dans une misérable boîte de bois avec de tristes barreaux de fer, il n’y a pas de quoi être fier. »
Et puis, tapi à ses côtés, voici « un petit lion bien gentil avec de grosses pattes et une douce petite tête bien ronde et dans cette petite tête, il n’y a rien d’autre que les très simples rêves d’un brave petit lion ». Qui va se sauver, pour tenter de rejoindre la forêt vierge… et qui va nous entraîner à sa suite dans les rêves et les jeux d’un petit lion.
Un article très intéressant signé de Laurence Perrigault (La revue des livres pour enfants, 258, sur le site du CNLJ) revient sur la genèse de cet album. Jacques Prévert s’est en effet pris au jeu d’inventer ce conte animalier à partir de photos prises par Ylla, célèbre artiste photographe.
Laurence Perrigault nous rappelle que « le goût de Prévert pour l’enfance était alors notoire : André Breton avait salué dès 1940 dans son Anthologie de l’humour noir la faculté de Prévert de “disposer souverainement du raccourci susceptible de nous rendre en un éclair toute la démarche sensible, rayonnante de l’enfance” », lui qui disait aussi : « Que voulez-vous, cela peut sembler de l’enfantillage, mais j’attache autant d’importance, et même beaucoup plus, aux petites choses sans importance écrites pour les enfants qu’aux grandes choses définitives écrites pour d’importants adultes. »
De son vrai nom Kamilla Koffler, Ylla née en 1911 dans la capitale autrichienne, après une solide formation, s’était spécialisée dès 1933 dans la photographie animalière. Même si le texte fut caviardé par l’éditeur, au grand dam de Prévert, l’album reste un beau moment de littérature et les photos gardent tout le charme de l’argentique, et du travail sur le noir et blanc.

Dès 6 ans

Jacques Prévert, Le petit lion, photographies par Ylla, Arts et Métiers graphiques, 1958 (1ère édition en 1947). Brocantes, etc. Imprimé en France

Patricia Storms, Un chien dans un jardin

« J’écoute son pas léger dans l’escalier. Elle ne sait pas que je suis réveillé. Je fais toujours semblant de dormir juste pour entendre sa douce voix. » Parce que, à peine a‑t-elle bu son café que retentissent « ces mots merveilleux : Viens, César, on sort ! »
Je ne sais pas très bien quel est le pedigree de César, mais il nous vient du Québec pour nous confier les sentiments, au ras de la truffe, qu’un brave toutou peut avoir pour sa maîtresse et les découvertes qu’il fait dans son jardin. C’est simple, drôle, émouvant, avec des illustrations joyeuses et colorées.

Dès 4 ans

Patricia Storms, Un chien dans un jardin, illustrations de Nathalie Dion, Editions D’Eux, 2022, 36 p., 15 € — Traduit de l’anglais par Christiane Duchesne. Imprimé en Chine

Adeline Ruel, Les petites leçons de choses de mon jardin

Dans mon jardin vit tout un monde. Il suffit d’ouvrir les yeux et d’observer. Prenons le temps… Regardons… Il y a les animaux que nous aimons tous : les mésanges avec leur plastron jaune ou leur aigrette ; les coccinelles, avec 2, 7, 10 ou 22 points ; le hérisson et les grenouilles, pas si faciles à voir. Mais cet album se penche, tout comme les petits curieux, sur les limaces, les fourmis et même… les gendarmes ! Ce sont des punaises, mais sans odeurs, qui mangent les pucerons er les fruits du tilleul. Mais ce sont surtout ces bestioles braiment bizarres qui se cachent sous les pierres et se sauvent dans tous les sens quand on les taquine. Mais savez-vous à quoi ressemble une argiope ? Textes et dessins se complètent, tous aussi clairs et colorés, pour nous aider à mieux connaître ce parc animalier miniature qu’est notre jardin ! Si le titre se réfère à ceux des anciens manuels scolaires, le contenu est bien sûr très actuel dans l’approche scientifique des écosystèmes.

Dès 6 ans

Adeline Ruel, Les petites leçons de choses de mon jardin, Flammarion Jeunesse, Père Castor, 2022, 32 p., 12,90 € — Imprimé au Portugal

Amélie Billon, La Vieille Ourse

« Les narines d’Ourse frémissent et son cœur palpite, le petit garçon sent merveilleusement bon. Ne voyant pas l’ourse grogner, Sven dit : “Tu m’as l’air fatigué, as-tu fait un long voyage ?” Ourse aimerait lui répondre qu’elle ne vient pas de loin, elle est juste affamée et ne peut plus chasser. »
Seulement, Sven, lui, est le fils d’un bûcheron dûment armé, pas forcément attendri par une vieille ourse, et qui assiste à cette scène improbable : une rencontre nez à museau entre son fils et cette grosse, grosse masse de fourrure… Que va-t-il se passer ? Surprise ? Une belle histoire d’amitié ! En effet, Sven n’a pas froid aux yeux et vit depuis toujours dans la forêt ; il ne lui vient pas à l’idée d’appeler au secours ou de se sauver. Au contraire ! Cela dit, mieux vaut être un personnage de papier pour oser partager son goûter avec une ourse.
Les gouaches et les aquarelles de Mélodie Baschet nous transporte dans un monde lumineux, fait de grands espaces et de couleurs franches qui rassurent de suite le jeune lecteur et lui font partager cette belle aventure.

Dès 4 ans

Amélie Billon, La Vieille Ourse, illustrations de Mélodie Baschet, Ed L’étagère du bas, 2021, 32 p., 12,90 € — Imprimé [quelque part] en Union Européenne.

Charlotte Grossetête, Boucle d’Or et les trois ours

Boucle d’Or, perdue dans la forêts et « pleurant à chaudes larmes », pousse la porte d’une jolie maisonnette. « Trois tables y sont alignées : une grande, une moyenne, une petite. Et sur chaque table fume un bol de soupe : un grand, un moyen, un petit. » Et parce que nous connaissons déjà l’histoire, nous savons déjà que les trois ours vont rentrer d’un moment à l’autre…
Foin des parodies à la mode, Charlotte Grossetête respecte à la lettre la structure du conte, dans sa version heureuse : à la fin, Boucle d’Or, effrayée, part en courant mais le petit ours lui indique le chemin et elle retrouve sa maman. Tout cela dans une langue fluide et facile à lire à voix haute. Les illustrations de Lucille Michieli sont absolument charmantes : couronne sur la porte, poêle en faïence, coucou au mur, meubles de bois peints nous transportent dans un pays mi-slave mi-alpin de légendes, aux couleurs éclatantes. Bien sûr, Boucle d’Or porte un ravissant costume traditionnel !
A noter, le prix très raisonnable de cet album à la couverture cartonnée. En prime, une affiche à détacher.

Dès 4 ans

Charlotte Grossetête, Boucle d’Or et les trois ours, illustrations de Lucille Michieli, Fleurus, 2022, 32 p., 7,95 € — Imprimé en Roumanie

Nicolò Carozzi, Hardie comme une souris

« “Tu veux jouer ?” demanda la souris au poisson. “OH OUI !” répondit le poisson. Et ils commencèrent à jouer », la souris batifolant devant l’aquarium, le poisson sautillant à qui mieux mieux. Jusqu’à l’arrivée de trois compères dont nous ne voyons que les ombres sur le mur… et bientôt, voilà nos trois chats menant une sarabande endiablée autour de l’aquarium. Qui croqueront-ils en premier ? Mais notre amie la souris, « hardie » comme le dit le titre de cet album, trouve un subterfuge original pour échapper au pire… Les dessins sont aussi désopilants que l’histoire, c’est loufoque et charmant !

Dès 4 ans

Nicolò Carozzi, Hardie comme une souris, Albin Michel Jeunesse, 2022, 40 p., 14,90 € — Traduit de l’anglais par Anne Léonard. Imprimé en Lettonie

Anne Brouillard, Nino

« Personne n’a vu Nino tomber. Simon dormait. Papa et Maman regardaient les arbres. Personne, vraiment ? » Dans le chemin creux, l’ours en peluche se demande ce qu’il fait là… Lapin, qui habite à quelques pas de là, aide Nino à se relever et l’invite chez lui pour prendre le thé. Nino fait la connaissance d’Écureuil, des mésanges noires, de Renard, qui lui font visiter leur forêt belle et sauvage… Mais bientôt, la nuit tombe. Nino reverra-t-il Simon, le petit humain qui l’avait adopté ?
Un album plein de tendresse et d’émotions, qui passe doucement du réel à l’imaginaire. Une lecture toute trouvée avant de s’endormir en berçant son doudou. Ou quand le doudou a vraiment été perdu… mais ça, je ne vous le souhaite pas !

Dès 3 ans

Anne Brouillard, Nino, Les Editions des Eléphants, 2021, 36 p., 14 € — Imprimé en Slovaquie

Véronique Joffre, Imagier mouillé

De la goutte à la flaque, de la mare à la cascade, de la marée haute à la marée basse, il y en a des occasions de se mouiller ! Cet imagier aussi simple qu’original montre de drôles d’animaux dans leur milieu aquatique : escargot, grenouille, poisson, crabes et canards… Seul le chat n’y mettra pas la patte ! Des couleurs vives, des formes franches, idéal avant d’aller au bain (mais attention, le carton n’aime pas l’eau) !

Tout-petits

Véronique Joffre, Imagier mouillé, Eds Thierry Magnier, 2016, 24 p. cartonnées, 11,90 € — Imprimé en Malaisie (éd. 2013).