Thème

De 3 à 5 ans

Claire Lebourg, Premier bonjour

« C’est le matin, il est six heures. La lune se couche, un bateau rentre au port. » Ciel et mer gris, la plage est éclairée par une lune discrète. Le phare s’éteint, et l’herbe verdit avec l’aube. Sur sa bicyclette, le gardien du phare profite du petit matin… Un arrêt à la boulangerie : « 3 croissants et du pain de mie ». A 7 heures, à l’étage, un petit enfant attend le câlin de son papa… Un album tout en douceur, qui, chose rare, chante l’aube et le réveil. Si, le Papa, lui, ira sans doute se reposer après une nuit de travail, il prend le temps de partager un moment tendre et complice avec celui qui sort de ses rêves. A ne pas oublier pour des vacances en bord de mer !

Dès 4 ans

Claire Lebourg, Premier bonjour, illustrations de Mickaël Jourdan, Eds du Rouergue, 2021, 40 p., 16 € — Imprimé au Portugal

Ben Manley, Je ne m’appelle pas Alfred !

Ce matin, non, je ne m’appelle pas Alfred, « je suis Billy la Terreur, célèbre hors-la-loi, recherché par le shérif dans tout le pays ». Deux pages plus loin, sac sur le dos, « je suis Jacques Piolet, le plus grand alpiniste de tous les temps ». A l’école, devant mes camarades, je deviens « le professeur Pétokasque, inventeur et mécanicien de génie ». A la piscine, au coup de sifflet du maître-nageur, me voilà devenu « le Capitaine Omar Zoumarin », digne émule du professeur Cousteau et du capitaine Nemo. Un jeu de cartes en main ? C’est Arsène Château-Latriche, le plus grand des voleurs » que vous allez affronter au poker ! Mais au moment d’aller au lit, est-ce bien « Xélon Sibérion, chevalier intergalactique » que Maman viendra embrasser dans son lit ? Un livre jeu, autour des personnages imaginaires qui peuplent les rêves éveillés des enfants. Aurélie Guillerey s’inspire pour ses dessins des affiches des années 1950 : Alfred est un copain tout trouvé du Petit Nicolas et des personnages de Jacques Tati ! La traductrice s’est, elle, bien amusée à trouver des équivalences poétiques aux expressions de Ben Manley : vive le mont Perchélaho !

Dès 4 ans

Ben Manley, Je ne m’appelle pas Alfred !, illustrations d’Aurélie Guillerey, Little Urban, 2021, 32 p., 14,50 €. Traduit de l’anglais par Mathilde Colo. Imprimé en Chine

Chris Haughton, Et si ?

« Quoi qu’il arrive, ne descendez PAS près des manguiers, il y a des tigres là-bas », telle est la consigne donnée par un grand singe – papa ou maman ? – à une joyeuse équipe de trois jeunes singes. Bien évidemment décidés à explorer le monde et à se gaver de mangues, nos trois compères se hâtent de descendre de leur arbre. « Et si ? » En quelques étapes, toute notion de sécurité est oubliée – et si les mangues sont au rendez-vous, les tigres vont montrer leurs grandes dents – mais trop tard (ouf !). Les enfants les aperçoivent, bien cachés en arrière-plan, alors que les singes se croient encore tranquilles. Quel suspens !
« Ce que nous devons apprendre à faire, nous l’apprenons en le faisant », tel est le principe d’Aristote cité en exergue de cet album, principe à l’usage des grandes personnes, bien sûr ! A condition de courir plus vite que les tigres…
Les singes de Chris Haughton, au pelage bleu et vert, avec leurs grands yeux noirs, évoluent dans des arbres orange et violets, sur un fond rose saturé. Un festival de couleurs et des dessins pleins d’énergie et d’humour !

Tout-petits

Chris Haughton, Et si ?, Thierry Magnier Eds, 2021, 40 p., 14,80 €  Imprimé « dans la jungle » en Chine. Traduit de l’anglais par Camille Gautier

Bernard Friot, La Princesse et les trois cadeaux

Une princesse à marier. Dans le royaume voisin, trois princes, tous trois amoureux de la princesse. « Comment vous départager ? » demande le roi – le papa de la princesse. « Je ne veux pas que vous vous battiez, alors voici ce que je propose : je donnerai ma fille à celui d’entre vous qui lui fera le plus beau cadeau. » Et chacun de revenir avec un objet merveilleux et doté de pouvoirs magiques : une longue-vue, un tapis volant et… trois grains de raisin. La longue-vue permet à l’un de voir que la princesse est malade, le tapis permet aux trois frères de la rejoindre très vite, et les grains de raisin parviennent à la sauver. Mais qui a gagné sa main ? Le conte italien fait ici une jolie pirouette : car l’élu de son cœur est « un jeune jardinier qui chante tous les matins et qui m’a offert une rose qui jamais ne fane », déclare la princesse. Comme quoi… rien ne sert de se disputer la main des princesses.

Dès 4 ans

Bernard Friot, La Princesse et les trois cadeaux, illustrations de Nathalie Ragondet, Père Castor, Flammarion Jeunesse, 2021, 32 p., 5,25 €

Nina Laden, Si j’avais un petit rêve

« Si j’avais… » Oh, pas grand-chose : un petit coin de terre, une petite maison, un petit bateau, un petit vélo… Mais aussi un petit frère ou une petite sœur… Quel bonheur que de pouvoir imaginer ce que je pourrais faire chaque jour, de tant de joie, d’amour et de beauté. Les couleurs douces de cet album mettent en scène une fillette dans un cadre assez onirique, rempli de petits animaux et de fleurs. Sans aucune mièvrerie, il raconte comment être heureux de peu, en regardant autour de soi – ce qui n’interdit pas à nos jeunes héros d’avoir aussi de grands rêves ! Idéal pour un retour au calme avant de se coucher.

Dès 4 ans

Nina Laden, Si j’avais un petit rêve, illustrations de Melissa Castrillon, Kimane, 2021, 36 p., 13,50 €. Traduit et adapté de l’anglais. Imprimé en Chine

Barroux, La Girafe à cinq pattes

« Les crocodiles adorent les bonbons, tout le monde sait ça. L’un d’eux ne s’est pas brossé les dents. Il en a même perdu plusieurs… » Ouvre bien les yeux, car il se cache dans une immense double page remplie de crocodiles, la gueule grande ouverte ! Et la girafe à cinq pattes qui donne son nom à l’album ? Elle se promène dans la savane « pour se dégourdir les jambes », au milieu de combien de girafes ? Je ne les ai pas comptées ! Abeilles, sardines, lapins, chats, poules et poussins, cochons roses, moutons, tortues, éléphants et petit ver de terre… Dans chaque double page, un intrus, mais aussi un couple d’amoureux – eh oui, les sardines aussi sont amoureuses ! Les dessins de Barroux sont d’un humour irrésistible, ses couleurs mettent de bonne humeur, que demander de plus ?

Dès 4 ans

Barroux, La Girafe à cinq pattes, Little Urban, 2021, 28 p., 14,50 € — Imprimé en Belgique

Sandra Le Guen, Tortue Express

D’abord, récupérer le petit James à la crèche. Puis Juno, qui joue dans la cour de l’école. Enfin, Majé, le grand, qui commence à s’impatienter. Sans oublier de passer au marché, pour acheter groseilles et myrtilles. Tortue-express a bien du chemin à faire entre quatre heures moins le quart et l’heure du goûter dans le jardin ! Tortue-express porte des lunettes d’écailles, un joli foulard rouge autour du cou, écoute les petits secrets de chacun et garde l’œil alerte quand il faut traverses la rue… Bref, Tortue-express est le plus génial des grands-pères, un grand-père qui sait aussi préparer limonade et carrot cake ! Des dessins craquants de bonne humeur et de connivence, dans un univers coloré à l’énergie communicative – eh oui, car Tortue-express, même sans trop se presser, a besoin de beaucoup d’énergie pour accomplir sa mission ! Un régal !

Dès 4 ans

Sandra Le Guen, Tortue Express, illustrations de Maurèen Poignonec, Editions Little Urban, 2021, 32p., 13,50 € — Imprimé en Belgique

Florence Givelet de Lespinay, Louis et Aimée à l’école de la vie

Ce matin, en plus de son cartable, Louis « agrippe un immense sac qu’il glisse péniblement sur son dos, sous les yeux ébahis de son amie », Aimée. Que contient-il ? Mystère ! Que savons-nous de cet adorable garçonnet ? Qu’il « aime construire des circuits automobiles, […] observer des oiseaux aux jumelles » et surtout « rêver dans le silence de son cœur ». Ça, c’est sa maman, l’auteur de l’album, qui nous le dit avec son cœur de maman. Les dessins, eux, sous le trait tendre et délicat de by.bm, nous montrent que Louis porte une chaussure orthopédique, un appareil respiratoire, qu’il apprend à ses camarades le langage des signes… et qu’aujourd’hui, il accompagne ses camarades à la piscine. Au bord du bassin, il déploie enfin le contenu de son sac : il en sort un superbe bateau gonflable. « Tous à l’eau ! hurlent de joie les enfants. » Une rencontre extraordinaire avec un jeune garçon plein de vie, « qui aime ne pas être trop différent ». Un album idéal dans sa simplicité pour aider les enfants à dépasser leurs craintes face à un enfant porteur d’un handicap, quel qu’il soit.

Dès 4 ans, puis à lire tout seul

Florence Givelet de Lespinay, Louis et Aimée à l’école de la vie, illustrations de by.bm, Mame, 2021, 32 p., 12,50 € — Imprimé en Pologne
Du même auteur, dans la même collection : Louis et Aimée, une rencontre extraordinaire, illustrations de by.bm, Mame, 2019, 32 p., 12,50 € -

Alice de Nussy et Janik Coat, La Malédiction des flamants roses

A côté d’Alice, qui écrit, et de Janik, qui dessine, il y a aussi Valéria, « celle qui chapeaute » et qui va, l’air de rien, tenter d’organiser le joyeux bazar qui s’annonce. Plein de grâce, en tutu rose, debout sur une jambe ? C’est une danseuse. Mais sur une patte ? Alors, c’est un flamant rose, « le héros de notre histoire ». Mais avez-vous déjà vu un flamant rose tout seul ? En Camargue, ils vivent en groupes serrés. Tiens, Janik a caché (enfin, on ne voit que lui !) un corbeau dans la page. A la suivante, entrent en scène un éléphant et un (ou une) hippopotame. Ensuite, ça se déchaîne ! Valéria ne peut plus rien face à l’imagination d’Alice et de Janik : une forêt, un loup, un renard, un chaperon rouge, un écureuil… De page en page les personnages se révoltent contre les choix d’Alice et de Janik – est-ce vraiment comme cela que se fabrique un album ? Les dernières pages proposent aux enfants de découper les personnages et de les coller sur les paysages – un code permet de les télécharger pour ne pas abimer le livre. Le très grand format de l’album permet de le raconter à un groupe d’enfants, qui pourront prolonger ce moment un peu farfelu en créant leur propre version de l’histoire. Ils peuvent aussi parrainer un flamant rose, à la Tour du Valat.

Dès 3 ans

Alice de Nussy, La Malédiction des flamants roses, illustrations de Janik Coat, Grasset Jeunesse, 2021, 48 p., 18,90 € — Imprimé en Espagne

Sesyle Joslin, La Petite Famille

« Dans la maison, il y a le salon.
« Dans la maison, il y a le salon. Et dans le salon, il y a le père.
« Dans la maison, il y a le salon. Et dans le salon, il y a le père et la mère. »
Vous avez compris le truc, n’est-ce pas. Mais attention à la dernière reprise :
« Dans la maison, il y a le salon. Et dans le salon, il y a le père et la mère et le bébé et le crocodile. Adieu petite famille ! ».
Initialement paru en 1964, La petite famille est un drôle de manuel d’apprentissage du français pour les jeunes enfants anglophones. À partir de mots du quotidien, des phrases simples sont construites, puis la répétition et l’addition en font de vraies saynètes. Quatre histoires, délicieusement absurdes, sont proposées dans le livre — La petite famille ; le banquet ; le clown ; la belle dame —, complété par un lexique bilingue du vocabulaire utilisé. Les illustrations très colorées de John Alcorn (1935–1992) accompagnent parfaitement ces drôles d’histoires, dans l’esprit très « pop » des années 1960. La réédition, à l’identique, du livre permettra aux jeunes lecteurs francophones de parfaire leur lecture et de s’initier au vocabulaire anglais.

Dès 3 ans (avec des parents qui parlent comme les Beatles !)

Sesyle Joslin, La Petite Famille, illustrations de John Alcorn, Editions MeMo, 2021, 44 p., 16 €. Traduit de l’anglais (Etats-Unis). Imprimé en Europe

Taro Miura, Les enfants du tout petit roi et de la très grande princesse

Dix enfants ! Dix enfants qui « vivaient dans la joie et le bonheur », choyés par leurs parents, le tout petit roi et la très grande princesse. Un beau jour, le roi les invita à sortir du château : « visitez le royaume, rencontrez les habitants et réfléchissez à ce que vous aimeriez faire pour notre pays ». Son idée était de savoir qui lui succèderait, mais il ne le leur dit pas. L’un choisit de devenir fleuriste, l’autre garagiste, le suivant footballeur et sa sœur, chanteuse, puis vinrent le charpentier et l’agricultrice… Bref, les neufs premiers choisirent chacun un métier, mais pas celui de roi ou de reine. Et le dixième ? Plus discret, il savait écouter et se faire aimer – il accepta de devenir roi le jour venu et se fit aider de toute sa fratrie, parce qu’il fallait bien que chacun y mît un peu du sien. Le Japonais Taro Miura raconte en mille couleurs vives cette belle fable d’harmonie politique. Sa signature ? Des lignes épurées et géométriques, un peu comme des gommettes et un art de la répétition qui enchantera les petits. Et votre petit prince, ou votre chère princesse, feront-ils le même métier que Papa et Maman ?

Dès 4 ans

Taro Miura, Les enfants du tout petit roi et de la très grande princesse, Milan, 2021, 40 p., 12,90 € — adapté du japonais par Yukari Maeda et Patrick Honnoré – Imprimé en Chine

Marie Colmont, Marlaguette

Marie Colmont, Marlaguette

« Elle s’appelait Marie-Olga, mais on disait Marlaguette pour faire plus court et aussi plus gentil.
Un jour qu’elle était allée cueillir des champignons dans les bois, une grosse bête sauta sur elle et l’emporta pour la manger… » Et c’était le loup ! Dans la poursuite qui s’ensuivit, le loup se blessa. Marlaguette en eut pitié, le soigna, et lui fit promettre de ne plus tuer de bestioles pour se nourrir et de préférer fruits et légumes. Mais, dans les contes de Marie Colmont – celui-là est paru pour la première fois en 1952 –, les loups sont et restent carnivores. Voyant son ami loup faible et malheureux, Marlaguette finit par le délier de sa promesse. Les dessins de Gerda Muller sont toujours aussi frais et joyeux, indémodables !

Dès 3 ans

Marie Colmont, Marlaguette, illustrations de Gerda, Flammarion Jeunesse, « Les Histoires du Père Castor », 2021, 32 p., 5 € — Réédition d’un grand classique. Imprimé en République Tchèque.