Thème

Poésie, théâtre et chansons

Miguel Tanco, Toutes petites histoires

De toutes petites histoires, en effet, et sans autre texte qu’un titre… pour deux ! Dans un généreux format à l’italienne, Miguel Tanco propose, face à face, des planches sans paroles qui se répondent sur le même thème – donné par le double titre. « C’est magique ! » : magique de sortir un lapin de son chapeau – enfin, pas vraiment puisque l’artiste pose juste le lapin sur l’épaule de l’apprenti magicien. Magique aussi, d’emporter avec soi un ruban d’herbes hautes après avoir traversé le pré, une bien jolie trouvaille poétique parmi celles qui traversent cet album. Parfois, le sens de l’histoire saute aux yeux, parfois il faut scruter la suite des planches pour trouver ce qui a changé. Un trésor de délicatesse et d’humour sur le thème de l’enfance, un humour léger, de la fantaisie en bouquet, un émerveillement renouvelé à chaque page… sans oublier un bon zeste d’impertinence. A raconter, à se raconter, ou à se laisser raconter, car les petits sauront faire éclore bien des rêves à la lecture de cet album original.

Dès 4 ans

Miguel Tanco, Toutes petites histoires, textes français de Christian Demilly, Grasset Jeunesse, 2021, 80 p., 15,90 € — Imprimé en Espagne

Béatrice Alemagna, Les choses qui s’en vont

« Dans la vie, beaucoup de choses s’en vont. Elles se transforment, elles passent. » Que ce soit le petit bobo, les poux, les larmes, toutes ces petites misères finissent par passer – et même quand les cheveux tombent comme les feuilles mortes, ce n’est pas si grave – et ça, on le voit bien avec ce jeu de calques qui modifient « juste un peu » les images et retiennent l’attention. Car le plus important vient à la fin : « Une seule chose ne s’en va pas. Et ne s’en ira jamais. Jamais. » mais qui n’est jamais dite non plus – c’est, vous l’avez deviné, immuable, solide et perpétuel, l’amour d’un parent pour son enfant. Ce livre d’artiste plein de trouvailles graphiques a obtenu en 2020 le Prix Sorcières.

Dès 4 ans

Béatrice Alemagna, Les choses qui s’en vont, Hélium, 2019, 70 p., 15,90 € — Imprimé en Belgique

Mes premières comptines

D’« une souris verte » à « je te tiens par la barbichette » en passant par « promenons-nous dans les bois » et « petit escargots », voilà quinze célèbres comptines qui vont ravir les petites oreilles. Les dessins, simples et colorés, sont de bon goût. Un petit format cousu sur le côté, un matériau vanté comme « indestructible, indéchirable, qui peut aller dans l’eau, se tordre et retrouver sa forme »… Idéal pour se familiariser avec la « lecture ».

Tout-petits

Mes premières comptines, Les Deux Coqs d’or, 2021, 32 p., 5,99 € — Imprimé en Pologne

Les plus belles poésies françaises pour les écoliers

Les plus belles poésies françaises pour les écoliers

Des « Feuilles mortes » de Pernette Chaponnière qui annonce si bien l’automne, à l’« Hymne au soleil » d’Edmond Rostand, cette anthologie de poésies françaises rassemble quelques pépites de notre patrimoine culturel. Charmantes comptines pour les plus jeunes, fables optimistes pour les 7/9 ans, tirades et alexandrins sonnants pour les plus grands – autant de textes que chacun découvrira avec un bonheur sans pareil.
Comme le précise dans sa préface Anne Coffinier, à qui l’on doit cette sélection, « pas d’académisme, mais la défense et l’illustration joyeuses d’un art aux mille vocations, dans une langue simple et restituée dans son originalité la plus pure ». Les illustrations, gaies et lumineuses, ouvrent toutes grandes les portes du rêve. A apprendre avec le cœur !

Dès 5 ans et pour toute la famille

Les plus belles poésies françaises pour les écoliers, illustrations d’A. Bureau, de V. Cognet, C. Cordasco, E. Lapeyre et V. Liang, Editions Critérion et la Fondation pour l’école, 2018, 96 p., 16,90 €. Imprimé en Slovénie.

Jean de la Fontaine, Fables choisies et illustrées par Henri Galeron

Le 8 juillet 2021 a vu le 400e anniversaire de Jean de la Fontaine – madame la Chouette aurait-elle choisi le parti du Lièvre, pour arriver un peu tard au but ? Henri Galeron a fait le choix très judicieux de 42 fables, mêlant fables connues, telles Le Lièvre et la Tortue, Le Corbeau et le Renard, ou Le Chêne et le Roseau, et d’autres qu’il serait dommage d’oublier, comme Le Singe ou La Tortue et les deux canards. Ses illustrations sont un régal pour l’œil : ses animaux, peints avec la minutie d’un zoologue, nous ressemblent tellement…

Pour toute la famille

Jean de la Fontaine, Fables choisies et illustrées par Henri Galeron, Editions des Grandes Personnes, 2021, 56 p., 17,50 €

Paul Arène, Gourmandise, le n°59 du magazine TétrasLire

Paul Arène, Gourmandise, le n°59 du magazine TétrasLire

Une bouillabaisse sans poisson, un civet sans lièvre, du miel et des pâtisseries pour quatre sous, voilà les gourmandises toutes simples que Paul Arène (1843–1896) nous propose de partager avec lui, dans quatre nouvelles qui mettent l’eau à la bouche. Le tout assaisonné bien sûr de grands discours à l’accent chantant, d’un paysage de collines et de calanques, d’un grand ciel lumineux balayé de mistral. Estelle Meyrand est aux pinceaux et vous attend aux fourneaux !
En plus, dans ce délicieux et roboratif numéro 59 du magazine TétrasLire : un dossier pour tout savoir sur l’histoire du goût à travers les siècles, des recettes pour organiser un anniversaire très gourmand, ainsi que la fable de La Fontaine, « le Héron », illustrée par Arnaud Madelénat.

Dès 8 ans

TétrasLire, le magazine des 8–12 ans qui donne des ailes à la lecture. 9,50 € le numéro. Pour s’abonner : https://www.tetraslire.fr/

Fiona Watt, Le Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns

« Le soleil chauffe la savane africaine. Des oiseaux volent haut dans le ciel… et des zèbres passent près d’un baobab. Roar ! Une famille de lions royaux avance posément dans les hautes herbes. » L’entendez-vous rugir, ce lion ? Costumé, comme toute sa petite famille, il ne fait pas vraiment peur ! Après lui viennent les éléphants, les fossiles qui « tintent et cliquettent », les poissons puis les cygnes. Comme le veut la collection, une puce musicale se cache dans le dessin – une puce dont les tout-petits connaissent très vite la place pour écouter encore et encore leurs airs préférés.
Au dos de l’album, un code à scanner permet d’écouter la version complète, sous-titrée en anglais et illustrée de quelques photos animalières.

Dès 3 ans

Fiona Watt, Le Carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns, illustrations de Katie Melrose, Usborne, Livre musical, 2020, 10 p. cartonnées, puces et piles (et bouton on-off), 13,50 €. Traduit de l’anglais. Imprimé en Chine.

Agnès Domergue et Cécile Hudrisier, L’Herbier philosophe

« La pensée – Si je te demande de ne penser à rien, à quoi penses-tu ? » — «  L’amour en cage – L’amour est un oiseau. Si tu enfermes l’amour en cage, chantera-t-il encore demain ? » Ces courtes phrases, anecdotes ou énigmes, sont une forme poétique japonaise ancestrale : le koan. Jouant avec les immortelles et le cosmos, le bouton d’or et le perce-neige, Agnès Domergue nous invite à méditer et à nous émerveiller. Cette musicienne – elle est altiste dans une autre vie – a demandé à Cécile Hudrisier de « faire le portrait » non d’un oiseau, mais de ces fleurs aux noms évocateurs. Ses aquarelles, légères, légères, tracent sur le blanc de la feuille, telles des calligraphies, juste ce qu’il faut pour nous emporter sur un petit nuage de poésie. Et parce que ces fleurs existent en vrai – et c’est justement pour cela qu’elles sont admirables – leur nom savant, en latin, et leur silhouette accompagnent leur nom courant en pied de page. Une typographie, une mise en page et une fabrication des plus soignées font de cet album une rare réussite.

Dès 8 ans, pour toute la famille

Agnès Domergue, L’Herbier philosophe, illustrations de Cécile Hudrisier, Grasset Jeunesse, 2020, 64 p., 18,50 € — Imprimé en Espagne
Des mêmes auteurs : La balade de Koïshi, Grasset Jeunesse, 2019, 68 p., 20 €

Françoise Morvan, La berceuse du marchand de sable et autres chansons douces

« Le ciel est plein de paysages,
On voudrait partir en voyage,
Sans élan, sans bruit, lentement,
Sur le dos d’un grand oiseau blanc. »
Des ondines et des gnomes, un renard et des pies, Cendrillon et Merlin, un canard sauvage, Jean-de‑l’Ours et Niels… Toutes ces figures passent sous nos yeux ébahis, en attendant que passe le Marchand de sable dont la berceuse, si douce, nous invite au rêve plus qu’au sommeil.
Ou comment la poésie est le meilleur chemin pour transmettre les traditions populaires, cette « source vive, à préserver comme précieuse et fragile entre toutes » comme le précise Françoise Morvan. Les subtiles illustrations de Pierre Favreau sont aussi légères qu’un nuage ou qu’un vieil oreiller de plumes. A apprendre avec le cœur.

Dès 6 ans et pour toute la famille

Françoise Morvan, La berceuse du marchand de sable et autres chansons douces, illustrations de Pierre Favreau, MeMo, 2020, 36 p., 13 € — Imprimé en Europe

Kota Taniuchi, Qui m’appelle ?

« Hou Hou ! Quelqu’un m’appelle.  Est-ce toi, lune ? demande l’enfant. Moi ? dit la lune, non, ce n’est pas moi ! » Ce n’est ni la lune, ni le vent, ni « l’homme à la charrette », ni la colline. Ce ne sont pas non plus les enfants des bois… Mais qui appelle donc cet enfant en pyjama qui s’endort, fatigué, au pied de la colline ? Après une symphonie de bleus très doux, éclate une page orange vif. Et voilà l’enfant guéri. Quelle sourde inquiétude dans cette poussée de fièvre à laquelle l’enfant s’abandonne dans la solitude de sa chambre, et quelle pudeur joyeuse dans ce retour au monde !

Il est rare de citer l’illustrateur avant l’auteur, mais cela est dû à l’histoire de cet album. Le texte français, minimaliste, est dû à Auguste-Maurice Cocagnac (1924–2006), directeur charismatique des Éditions du Cerf, qui avait fait connaître Kota Taniuchi (1947–2019) en France. Cet artiste japonais avait commencé sa carrière en peignant des kimonos dans l’atelier de batik paternel. Comme le précise Janine Kotwica dans une postface destinée aux adultes, « Kota Taniuchi, qui avait accueilli “avec grande joie” la nouvelle de sa prochaine reparution, a choisi, cette fois, de garder le texte écrit et édité par Cocagnac, qu’il trouvait “très réussi” »

Dès 5 ans et pour tous les rêveurs

Kota Taniuchi, Qui m’appelle ?, texte français d’Auguste-Maurice Cocagnac, Editions MeMo, 2019,24 p., 15 € — Postface de Janine Kotwica. Réédition d’un album paru en 1971 aux éditions du Cerf. Imprimé en Europe.

Mes premières chansons de France

Espiègles et joyeuses, certaines chansons enfantines sont devenues des trésors de notre patrimoine. Nombreuses sont celles qui ont un double sens – car elles étaient d’abord chantées par les nourrices ou les soldats, dans les cabarets ou sur les grands chemins, avant de réjouir les enfants. Savez-vous que l’on chante « Il était une bergère » depuis le XVIe siècle et « La Mère Michel » depuis le XVIIe siècle ? Quant à « Cadet Rousselle », avec ses trois maisons, ses trois garçons et ses trois chiens, il nous vient du XVIIIe siècle. La chanson se moque des excentricités d’un certain Guillaume Roussel, huissier de justice de son état. Colportée par les jeunes Auxerrois, elle est devenue un chant de l’armée du Nord. Qui saura m’en dire plus sur « Mon âne, mon âne » ou sur « Dame Tartine » ? Elles complètent ce petit livre à puces musicales qui en donne les premiers couplets. Si vous souhaitez connaître les couplets suivants, vous les trouverez notamment dans Le Livre des chansons de Claudine et Roland Sabatier.

Tout-petits, avant 3 ans

Mes premières chansons de France, illustrations de Lucile Ahrweiller, Gründ, 2017, 12 p. cartonnées, 9,95 €. Imprimé en Chine

Elisabeth Coudol, Il y aura des jours…

« Mon enfant,
Mon ange,
Ma mésange,
Mon petit,
Souris, tends les bras, ouvre tes yeux, tes doigts, tes mains et ton cœur à la vie, et tu verras, tu vivras des lendemains  aux joies infinies… »
Cet album délicieusement illustré – sans mièvrerie aucune – joue sur l’alternance entre bons et mauvais jours, tristesses et joies : « Il y aura un boucan du tonnerre, des orages, des éclairs et leurs lots de frissons… mais aussi des anniversaires et leurs lots de surprises dans de jolis cartons, papiers froissés, cadeaux cadeaux, des ah ! des Oh !, et des gâteaux tout en illuminations. » La typographie se fait grondante en capitales, sautillante ou douce en lettres colorées.
Écrit en souvenir d’une mère et illustré par une jeune maman, cette déclaration d’amour est d’une simplicité désarmante, parce que cela fait tant de bien d’entendre dire « je t’aime ». Une création originale, portée par une conviction forte car, précise Lena Nikcevic, « dès qu’on touche à la création en général, on touche à l’enfance ».

Dès 3 ans – et pour toute la vie

Elisabeth Coudol, Il y aura des jours…, illustrations de Lena Nikcevic, L’Elan Vert éditions, 2019, 52 p., 16 €