Thème

A partir de 12 ans

Anne Pietri, Enlèvement à la ménagerie — Scoop à Versailles (tome 2)

« Cette petite chose blottie dans la paille, là-bas ? J’aperçois un pelage sombre, un museau à la truffe foncée et de minuscules oreilles arrondies… Qu’est-ce que ça peut être ?
— Un félin, répondit la jeune duchesse en se rapprochant elle aussi.
— Un chat, sans doute. Tu auras confondu.
— […] il s’agit d’une panthère noire. Regarde-la, elle dort roulée en boule. »
Elle dort en effet, bien abritée dans un enclos de la Ménagerie royale du château de Versailles.
Une nouvelle aventure commence pour Louise-Françoise, la fille du Roi-Soleil, et celui qui est devenu son ami, le jeune Gaspard, envoyé spécial du Mercure Curieux, la gazette de ses parents. Car la petite boule de poils, vite nommée Maïa, est en danger : sa mère a disparu ! Qui a bien pu la subtiliser ? A quelles fins ? Où la retrouver ?
Une lecture idéale pour préparer ou compléter l’exposition « Les animaux du Roi », qui se tient au château de Versailles jusqu’au 13 février et qui présente notamment les plus célèbres pensionnaires de la Ménagerie royale.

Dès 9 ans

Anne Pietri, Enlèvement à la ménagerie — Scoop à Versailles (tome 2), illustrations de Mégane Lepage, Gallimard Jeunesse, 2021, 128 p., 9,90 €. Imprimé en Italie.

Louise Guillemot, Les Véritables Aventures d’Homère, premier des poètes

« C’est un symbole.
— Un quoi ? demanda le marin.
Homère sourit.
— C’est “comme si”, dit-il.
Artémis le lui avait appris. “Comme si”, c’est la formule magique pour jouer, imaginer, raconter, chanter. On croit, mais on ne croit pas, les deux à la fois. Les filles et les femmes de Samos ne croient pas vraiment qu’elles partagent un banquet avec la déesse. Elles font “comme si”. Elles comprennent l’importance de ce moment, de leurs gestes, des nœuds dans leurs cheveux. […] si elles en oubliaient le sens, alors Samos ne serait plus Samos. » Et l’Hymne à Artémis ne nous serait pas parvenu, défiant les siècles… Un hymne dit « homérique », car sa beauté est telle que les Grecs pensaient qu’il avait été composé par Homère lui-même.
Homère ? Vous avez dit Homère ? Et vous en savez beaucoup, vous, sur Homère ? Sûrement pas autant que sa Muse, qui, par la plume de Louise Guillemot, raconte ici l’enfance et l’adolescence du « premier des poètes ». Après 3000 ans de mystère, Louise Guillemot vous révèle avec autant d’humour que d’érudition, les « véritables aventures » d’Homère.
Chaque épisode de cette « biographie » 100 % poétique s’appuie en effet, par un somptueux jeu de miroirs, sur un des hymnes aux grandes divinités : Artémis, Athéna, Apollon, Hermès, Déméter, Zeus lui-même… Au fil des pages, les grands mythes fondateurs de la religion grecque font entrer le lecteur dans un monde à la fois très proche et très lointain. Avec le jeune Homère, on rit (oh, la belle bataille d’oranges !), on s’inquiète (hum… quelles curieuses brigandes dans la forêt), on a aussi faim de galettes dorées que soif d’aventures !
Quand on lit une traduction aussi fine et inventive des Hymnes homériques, on se demande quelle folie pousse nos ministres à limiter l’enseignement des langues anciennes à quelques heures de découverte superficielle… Voilà une toute jeune normalienne agrégée dont tous les hellénistes en herbe rêveront de suivre les cours ! En attendant, d’Olympie à Epidaure, de la Crète à Athènes, lacez vos sandales et suivez la Muse !

Dès 12 ans

Louise Guillemot, Les Véritables Aventures d’Homère, premier des poètes, illustrations de Clara Dupré, Les Petits Platons, 2021, 272 p., 19 €

Pauline de Vençay, Rue de la Moïka

« — Voudrais-tu bien m’aider, Sergueï ? Je t’avais parlé de mes inquiétudes au sujet de la mort du duc Kornilov, il y a quelques temps. M’aiderais-tu à mener une petite enquête ?
— Bien sûr, Olga ! Que puis-je faire pour toi ?
— Enfiler un manteau, commander une voiture et sortir avec moi, pour aller, officiellement, te promener dans la ville.
Le mystère entourant cette réponse l’amusait et attisait son esprit d’aventure. Quelques minutes plus tard, les deux complices quittaient la demeure des Makloutchev dans la voiture d’Olga.
— Rue de la Moïka, s’il vous plaît, avait-elle dit au cocher avant de monter. »
Nous sommes à Saint-Pétersbourg en 1884. Deux oncles d’Olga ont été assassinés, la situation internationale est tendue, Anglais et Russes se battent sur les confins turkmènes, les révolutionnaires cherchent à attenter à la vie du tsar…
Que va donc faire la jeune femme d’un officier, chaperonnée par son cousin, dans cette rue de la Moïka, située dans un quartier très pauvre de la ville ? Et pourquoi son mari, rappelé du front, mène-t-il des actions secrètes dans Saint-Pétersbourg sans l’avoir revue ?
Pauline de Vençay a multiplié les rebondissements dans ce roman où courage et patriotisme font bon ménage avec l’espionnage et l’enquête policière.

Dès 12 ans

Pauline de Vençay, Rue de la Moïka, Téqui, 2021, 204 p., 13,50 € — Imprimé en France

Petits portraits de chats, anthologie

Baudelaire, Apollinaire, La Fontaine, Rostand… Autant d’écrivains inspirés par les chats ! Cet album met en correspondance onze poèmes et onze portraits de chats dessinés par des illustrateurs contemporains. Malice, mystère, complicité et magie sont au rendez-vous ! Si vous habitez chez un chat, vous trouverez le poème qui lui convient le mieux. Si vous rêvez de chat, n’hésitez pas à vous demander lequel d’entre eux vous tiendriez sur vos genoux… Celui que je préfère ? Le poème de Jacques Roubaud illustré par Gérard DuBois – mais j’ai bien failli donner ma langue au chat ! Et si vous faisiez le portrait littéraire de votre chat, assorti d’un dessin ?

Dès 8 ans

Petits portraits de chats, anthologie, Grasset Jeunesse, coll. « Ma grande bibliothèque idéale », 32 p., 19,90 € — Imprimé en Espagne

Victoria Jacob, 30 destins de marins

De Florence Arthaud, « la petite fiancée de l’Atlantique », à Franck Worsley, qui sauva l’expédition de Shackleton, Victoria Jacob propose aux jeunes aventuriers 30 portraits de marins. Certains, tels Alain Bombard, Thor Heyerdahl ou Eric Tabarly, sont entrés dans l’histoire. D’autres, plus jeunes, sont déjà célèbres parmi les surfeurs, les plongeurs ou les voileux : Clarisse Crémer, Damien Seguin ou Garrett McNamara. Certains, plus discrets, sont scientifiques ou militaires, oeuvrent à la préservation des océans ou participent à de belles aventures humanitaires. Ces 30 « destins » montrent que, si la passion de la mer les rassemble, ces hommes et ces femmes ont su chacun imaginer un chemin exceptionnel et différent. Emmanuelle Halgand a créé des illustrations très épurées, colorées et dynamiques – eh oui, la mer n’est pas toujours du même bleu !

Dès 10 ans

Victoria Jacob, 30 destins de marins, illustrations d’Emmanuelle Halgand, Paulsen Jeunesse, 2021, 136 p., 19,90 € — Imprimé en Italie
Dans la même collection : Jessica Jeffries-Britten, 30 destins d’alpinistes, illustrations d’Emmanuelle Halgand, Editions Paulsen, 2020, 127 p., 13,90 €

Frédéric Clément, Isidore Dé, Couturier des fées

A la veille de laisser les clés de son atelier à Mademoiselle Cybèle, Isidore Dé — « Haute Couture, Robes et Fantaisies pour Fées » – revient sur ses plus célèbres créations. En effet, à la demande du petit peuple des fées, il a imaginé les plus belles parures de Mélusine, Viviane, Titania, Morgane, Lorelei et la fée des Lilas. Quelle clientèle de choix ! Esquisses, croquis, étoffes, tulle, perles et velours, plumes et fils de soie… jusqu’à l’essayage final : sous le pinceau et la plume de Frédéric Clément, l’atelier devient un univers féérique ! L’artiste joue avec brio des codes de la haute couture comme de ceux de la mythologie et de la littérature. Trouverez-vous aussi sur la plage un coquillage contenant un dé et de minuscules ciseaux magiques ? Ou, gravées sur une feuille de lierre, les mensurations de Titania ? Saurez-vous plier sa robe dans une coque de noix ? A vos aiguilles, jolies demoiselles ! Le généreux format carré 30 x 30 cm fera de cet album un merveilleux cadeau de Noël !

Dès 8 ans

Frédéric Clément, Isidore Dé, Couturier des fées, Saltimbanque Editions, 2021, 56 p., 17,50 € — Imprimé en Pologne

 

Sophie Humann, Infirmière pendant la Première Guerre mondiale, journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914–1918

Sophie Humann, Infirmière pendant la Première Guerre mondiale, journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914–1918

« Mercredi 25 novembre 1914 – Maman m’apprend à tricoter. J’ai commencé un cache-nez pour André. Le froid arrive : il faut penser à équiper nos soldats. Les journaux disent qu’ils ont creusé des tranchées et s’enterrent pour se protéger de l’ennemi. » Il y a déjà plusieurs mois que la jeune Geneviève se confie à son journal intime, commencé un jour d’ennui de juillet 1914. Elle vient d’avoir quatorze ans et va vivre son adolescence au rythme de la Grande Guerre. Papa, chirurgien, se dépense sans compter ; de ses trois frères, André est officier, Henri brancardier, le plus jeune, Jules, encore collégien. Henri meurt d’une balle perdue en juin 1915 ; André, gazé, s’éteint au printemps 1919.
Avec sa mère, Geneviève s’efforce d’aider les soldats, puis obtient la permission de devenir infirmière. Dignité, compassion, engagement, discrétion, abnégation, vocation : il en fallait pour vivre « à l’arrière » quand chaque journée apportait son lot de deuils et de chagrins.
Enfin, un beau « lundi 11 novembre 1918 – Les cloches de Paris se sont envolées. Les habitants se sont embrassés. La guerre est terminée. Aujourd’hui, j’ai dix-huit ans. »
Un roman dans lequel chaque détail révèle ce qu’était la vie quotidienne d’une adolescente au début du XIXe siècle – de la chaise longue en rotin au porte-plume, et jusqu’à la « petite croix rouge » brodée sur la première blouse blanche.

Dès 12 ans

Sophie Humann, Infirmière pendant la Première Guerre mondiale, journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914–1918, Gallimard Jeunesse, coll. « Mon histoire », 2012, 160 p., 9,95 € — au format Kindle : 7,49 €

Patrick Makin, Le Tour du monde des lieux inexplorés

Patrick Makin, Le Tour du monde des lieux inexplorés

Il resterait sur Terre des lieux « inaccessibles » et néanmoins « bien réels » ? Cet étrange album t’invite à monter sur un tapis volant pour te rendre dans les 19 « endroits les plus reculés de la planète, découvrir des lieux où l’homme n’a pas pénétré depuis des siècles et explorer les vérités qui se cachent derrière les sites les plus mystérieux ». Par où commencer ? Par l’île Bouvet, 50 km² de glace installés sur un volcan au cœur de l’océan Atlantique ? Par l’île de Poveglia, au cœur de la lagune de Venise, ancien lieu de quarantaine, devenu un hôpital psychiatrique, lequel ferma en 1968 ? Au fin fond de la grotte préhistorique de Lascaux, dont tu ne pourras visiter que la copie ? A moins que tu ne préfères tenter de trouver où se cache la chambre de Sa Majesté la reine Elisabeth II au cœur de Buckingham Palace ? Qui ne rêve pas de retrouver la Chambre d’ambre offerte par le roi de Prusse au tsar de Russie, en 1716 ? Démontée par les Allemands en 1941, elle n’a jamais été retrouvée… Quant à décoller à bord de Air Force One, encore faut-il savoir où il est posé – s’il est posé sur un aérodrome top secret ! 19 sites extraordinaires à visiter depuis son fauteuil préféré.

Dès 9 ans

Patrick Makin, Le Tour du monde des lieux inexplorés, illustrations de Whooli Chen, Albin Michel Jeunesse, 2021, 88 p., 19,90 €. Traduit de l’anglais par Anne-Sylvie Homassel.

Robert Louis Stevenson, L’Ile au Trésor

Robert Louis Stevenson, L’Ile au Trésor

« “Grand arbre, contrefort de la Longue-Vue ; point de direction N‑N.-E. quart N.
Ile du Squelette, E‑S. ‑E. quart E.
Dix pieds.
Les lingots d’argent sont dans la cache nord. Elle se trouve dans la direction du mamelon est, à dix brasses au sud du rocher noir qui lui fait face.
on trouvera sans peine les armes, dans la dune de sable, à l’extrémité N. du cap de la baie nord, direction E. quart N.
J. E. ”
Rien d’autre ; mais tout laconique qu’il était, et pour moi incompréhensible, ce document remplit de joie le chevalier et le docteur Livesey. »
Et vous ? Seriez-vous prêt à tout quitter pour tenter de retrouver ces lingots ?
L’Ile au Trésor n’a pas fini d’enthousiasmer ni les lecteurs ni les illustrateurs ! Eloïse Ogier en offre une interprétation colorée et dynamique qui réjouira tous les apprentis coureurs des mers. Ce texte classique en grand format (36 X 25 cm), fera un superbe cadeau.

Dès 12 ans

Robert Louis Stevenson, L’Ile au Trésor, illustrations d’Eloïse Oger, Marmaille et Cie Editions, 20 € — Traduit de l’anglais par Théo Varlet.

Delphine Gosset, Robules

Delphine Gosset, Robules

Hator et sa sœur Suma sont en vacances chez leur oncle Niels, programmeur de son métier. Ce dernier leur offre un chien – mais un chien pas ordinaire, un chien robot, vite baptisé Zip. Avec leurs voisins Phocus et Marnus, les deux filles vont s’amuser à dresser ce robot… A part leurs prénoms farfelus, le quatuor évolue dans notre monde bien actuel – jusqu’à ce que les deux plus jeunes, Hator et Phocus disparaissent sans laisser de traces. Dans un recoin de la cave, Zip transforme « l’une des fissures en un rideau transparent légèrement entrouvert »… derrière lequel Suma et Marnus découvrent un monde étrange. Des « robules », minuscules entités robotisées, au monstre dont l’intelligence se construit de page en page, ils auront fort à faire avant de retrouver Hator et Phocus. Qu’est-ce qui sauvera les enfants de la pure logique de l’intelligence artificielle ? Delphine Gosset, primatologue de formation, fait le pari de l’humour, du rire et de l’imprévisibilité de nos affections – mais sans rien chercher à démontrer, tout en finesse.
Être ainsi plongés dans un jeu vidéo, « pour de vrai », c’est nettement moins drôle que d’y jouer de l’extérieur ! Mais Delphine Gosset s’amuse bien dans ce roman dont elle a pris les manettes : elle y joue, non sans ruse et humour, avec les jeunes lecteurs qui ne regretteront pas d’avoir, pour une fois, quitté leurs écrans pour découvrir un univers parallèle, dans un roman d’aventures façon « Club des Cinq ».

Dès 10 ans

Delphine Gosset, Robules, Alice Editions, coll. « Deuzio », 2021, 262 p., 12 €

Pierre de Coubertin, Les Jeux Olympiques de 1896

Pierre de Coubertin, Les Jeux Olympiques de 1896

Courses, jeux gymnastiques, concours vélocipédiques et, bien sûr, course de marathon ! Le magazine Tétras Lire fait revivre, dans son numéro d’octobre, les Jeux olympiques de 1896, les premiers jeux modernes, dans une Grèce qui a recouvré son indépendance en 1821.
Depuis des années, Pierre de Coubertin consacre toute son énergie à ressusciter les Jeux Olympiques antiques. Enfin, le rêve prend corps dans le stade d’Athènes, relevé de ses ruines, où des athlètes venus des confins de la Terre défilent sous les acclamations d’un public ivre de joie ! Les jeunes lecteurs auront plaisir à comparer les équipements, les records, les ambiances autour des stades avec ceux de nos jeux plus récents.
En plus dans ce numéro : un dossier pour tout savoir des Jeux Olympiques à travers les époques, la rencontre avec trois champions de Tokyo, la recette officielle du dessert des premiers Jeux Olympiques modernes… et Le Messager de Marathon, une légende grecque illustrée par Raphaël Gauthey.

Dès 10 ans

Magazine Tétras Lire, Olympique, n° 67, octobre 2021, 96 p., 9,50 € — Imprimé en France. Peut s’acheter au numéro ou sur abonnement, c’est ici.

Collectif, Fantastiques chevaliers et châteaux-forts

Collectif, Fantastiques chevaliers et châteaux-forts

Oui, un documentaire peut être fantastique ! Le titre de ce grand album invite à un beau voyage historique : des premières mottes féodales aux châteaux d’apparat, notre Europe compte des milliers de châteaux. Photos, dessins, plans, vues en coupe permettent de comprendre des architectures aussi variées que celles du château de Gisors, de Windsor ou de Neuschwandstein. Sont aussi présentées des forteresses japonaises ou indiennes ainsi que des constructions réalisées par des Européens en Afrique ou en Amérique – on est alors bien loin de la chevalerie. Focus sur la vie médiévale, index et glossaire complètent la présentation des sites. Une mine d’informations.

Dès 10 ans

Collectif, Fantastiques chevaliers et châteaux-forts, Larousse, 2021, 150 p., 19,95 € — Traduit et adapté de l’anglais. Imprimé en Lettonie.