Mot-clef

Carole Trébor

Carole Trébor, Lumière, le voyage de Svetlana

Carole Trébor, Lumière, le voyage de Svetlana

Svetlana. Ce n’est pas un prénom courant à Paris en 1774. Si elle vit rue Saint-Paul, la jeune adolescente sait qu’elle a été adoptée par ses « parents français », mais ignore pourquoi. A la mort de sa mère adoptive, elle décide son père de partir pour Saint-Pétersbourg, où une recommandation de son ami Diderot devrait lui permettre de rencontrer Catherine II. Mais le voyage tourne au drame : son ami cocher et son père sont tués dans une embuscade. Svetlana, aidée par Aliocha, un jeune serf illettré en rupture de ban, parviendra-t-elle au terme de sa quête ? Et quand paraît le trop élégant Boris, officier d’élite, son cœur chavire… Partie de France avec la tête farcie de logique d’une demoiselle des Lumières, Svetlana va rencontrer des êtres mystérieux, tout droit sortis de la mythologie slave – car les des dieux anciens n’ont pas tous été oubliés après le baptême du peuple russe en 988. Dans ce roman à la fois historique et fantastique, l’épopée, la philosophie, la mythologie et les sentiments vont tambour battant. Partie orpheline, Svetlana retrouvera et sa mère et sa terre maternelle – mais au prix de quelles épreuves.

Adolescents

Carole Trébor, Lumière, le voyage de Svetlana, illustrations de Sébastien Pelon, Rageot, 2016, 380 p., 14,90 €

Carole Trébor, Vassili Volkovitch, Le Serment

Carole Trébor, Vassili Volkovitch, Le Serment

Moscou, milieu du XVIe siècle. Anton, Boris, Vassili et Ivan, fils de boyards et de princes sont frères de lait – et la jeune Olia est la fille de leur nourrice : cinq adolescents unis « à la vie, à la mort ». Or cet Ivan n’est autre que le tsar de la Sainte Russie, Ivan le Terrible. Vivre dans son entourage n’est pas une sinécure ! Des incessants complots de cour au siège de Kazan contre « les mahométans qui versent le sang des chrétiens, souillent et ruinent les églises », Vassili et ses amis vivent sur un rythme effréné. Pour survivre, rien ne vaut un solide entraînement au maniement des armes, ce qui donne lieu à de belles scènes de duels ou de batailles.
Mais la Russie ne serait pas « sainte » sans ses peintres d’icônes, son métropolite, ses moines, ses popes – et même son fol en Christ. Lesquels jouent une étrange partition dans le roman, à jeu égal avec le chamanisme, les loups protecteurs et les magiciens-guérisseurs. En effet, Vassili Volkovitch est le lointain ancêtre de Nina Volkovitch : comme elle, il a partie liée avec trois anges – bienfaisants ? malfaisants ? — peints sur des icônes chargées d’un Souffle magique. Comme elle, il trouve refuge au monastère secret de Zaïmoutchi…

Adolescents

Carole Trébor, Vassili Volkovitch, Le Serment, Editions Gulf Stream, 2015, 375 p., 17 €

Pour mémoire, la trilogie « Nina Volkovitch » :
Carole Trébor, Nina Volkovitch – tome 1 : La Lignée, Editions Gulf Stream, 2012, 224 p., 14,90 €
Carole Trébor, Nina Volkovitch — T 2, Le Souffle, Editions Gulf Stream, 2013, 212 p., 14,90 €
Carole Trébor, Nina Volkovitch — tome 3 : Le Combat, Editions Gulf Stream, 2013, 254 p., 14,90 €

Carole Trébor, Nina Volkovitch — tome 3 : Le Combat

Carole Trébor, Nina Volkovitch — tome 3 : Le Combat

Plaine, ô ma plaine, ô mon immense plaine, où l’on entend le cri des loups ! Cette terre immense et redoutable, c’est la Sibérie, et ces loups, ce sont ceux d’une meute dirigée par un loup emblématique : « Magnifique. Gris-noir, aux yeux de lumière. Immense. » C’est sur le dos de ce loup que Nina va parcourir les derniers kilomètres qui la sépare de la Kolyma, ce goulag où sa mère tente de survivre.
Il est rare qu’un auteur cite Evguénia Guinzbourg en exergue d’un roman pour adolescents. Et encore plus rare de trouver une jeune héroïne aux prises avec les sbires de Staline mais protégée par une communauté, par des anges et des icônes. Car, de la Kolyma, Nina reviendra livrer un dernier combat à Moscou. Son ultime combat.
« Le Combat » clôt ainsi une trilogie historique et fantastique dont le premier tome, « La Lignée », a valu à Carole Trébor le Prix Imaginales des Collégiens 2013.

Dès 12 ans

Carole Trébor, Nina Volkovitch — tome 3 : Le Combat, Gulf Stream Editeur, 2013, 254 p., 14,90 €
Pour mémoire : Tome 1 : « La Lignée » — Tome 2 : « Le Souffle »

Carole Trébor, Nina Volkovitch — T 2 : Le Souffle

Carole Trébor, Nina Volkovitch — T 2 : Le Souffle

Quel lieu étrange que ce monastère secret de Zaïmoutchi ! Nous y retrouvons la jeune Nina Volkovitch qui, sous la houlette du maître Arkadi Tchernigov, apprend à peindre des icônes. Jusqu’au jour où elle doit poser ses pinceaux, et découvrir le mystère des trois « anges »… Son initiation est interrompue par l’arrivée des hommes de main de son oncle (des méchants très méchants). Et notre Nina de reprendre sa course dans une Russie traversée de courants contraires, tantôt malfaisants, tantôt extraordinairement charitables. Les icônes « habitées » par les anges seront-elles mises en lieu sûr ? Moins historique que fantastique, ce deuxième tome dévoile le parcours initiatique de Nina. Semé d’embûches, de doutes et de victoires, mené tambour battant, il répond à tous les critères du genre. Sans faire oublier l’immense amour qui mène Nina à aller retrouver sa mère en Sibérie.

Dès 12 ans

Carole Trébor, Nina Volkovitch, T 2, Le Souffle, Editions Gulf Stream, 2013, 212 p., 14,90 €
Carole Trébor, Nina Volkovitch – tome 1 : La Lignée, Editions Gulf Stream, 2012, 224 p., 14,90 €

Carole Trébor, Nina Volkovitch – tome 1 : La Lignée

Carole Trébor, Nina Volkovitch – tome 1 : La Lignée

Moscou, automne 1941. Dans les souterrains du métro, entre deux bombardements, la mère de la jeune Nina évoque des tableaux impressionnistes français. Une manière de conserver un peu d’espoir… Moscou, hiver 1948. Sa mère envoyée au goulag, Nina doit rejoindre l’orphelinat de Karakievo, « où sont généreusement accueillis les enfants des ennemis de l’Etat ». Avec, dans son maigre bagage, quelques précieux indices – comme autant de jalons qui vont mener Nina Volkovitch, « de la lignée des Volkovitch », jusqu’à un bien étrange monastère. Un roman dont le volet fantastique – très convaincant pour garder les jeunes lecteurs en haleine – ne fait pas oublier le cadre historique de la dictature soviétique, décrite sans complaisance. Ici ou là, des expressions un peu relâchées et trop contemporaines cassent la magie du dépaysement – sans quoi je me serais autorisée à faire quelque rapprochement avec certains romans de Vladimir Volkoff.

Dès 12 ans

Carole Trébor, Nina Volkovitch – tome 1 : La Lignée, Gulf Stream éditeur, 2012, 224 p., 14,90 €