Thème

Fantastique

J. R. R. Tolkien, Lettres du père Noël

J. R. R. Tolkien, Lettres du père Noël

« Je suis heureux d’annoncer que nous avons de nouveau un Noël lumineux – les Aurores boréales ont été particulièrement généreuses », écrit le père Noël en 1929. Mais « le Feu de Joie a fait un trou dans la glace et réveillé le Grand Phoque », précise cette lettre écrite du « sommet du monde, pôle Nord ». John, Michael, Christopher et Priscilla Tolkien ont ainsi reçu trente lettres de ce père Noël facétieux, inventif et poète. Un véritable artiste, bien sûr, qui illustrait ces missives avec tendresse et humour, pour la joie de toute la famille réunie autour d’un flamboyant Christmas Pudding.

Dès 9 ans

J. R. R. Tolkien, Lettres du père Noël, Pocket, 112 p., nov. 2010, 7,80 €.

Howard Phillips Lovecraft, Les Montagnes hallucinées (tome 1)

1930 — Une expédition en Antarctique, quatre sommités scientifiques, seize étudiants. Des conditions climatiques extrêmes. Des découvertes étonnantes : des grottes, des fossiles étranges et puis, soudain, un énorme fossile, ne ressemblant à rien de connu, suivi de cinq comparses. Sont-ce vraiment des fossiles ? Une terrible tempête interrompt les liaisons entre les membres de l’équipe. Quand le narrateur, le professeur Dyer, arrive sur les lieux, il est trop tard : les hommes, comme les chiens, ont été victimes de violences effroyables. A tel point que le narrateur attend deux années pour raconter les événements tragiques et terrifiants vécus par son expédition – car ces créatures… à vous de découvrir ce que Dyer ose enfin raconter, afin de dissuader tout autre projet scientifique. La première partie de ce roman de Lovecraft paru en 1931, chef‑d’œuvre de roman fantastique, est ici illustré de main de maître par François Baranger. Grands espaces gelés, personnages en prise avec des mondes surdimensionnés, vues aériennes et aurores boréales, ruines tourmentées, toute cette inventivité est remarquablement servie par le généreux format du livre (27cm x 35cm). Pour savoir quelle était cette cité labyrinthique, il faudra attendre le tome 2 – sauf à satisfaire à sa curiosité avec un simple livre de poche, ce qui serait dommage.

Grands adolescents et adultes

Howard Phillips Lovecraft, Les Montagnes hallucinées (tome 1), illustrations de François Baranger, Editions Bragelonne, coll. « Les Grands Anciens », 2019, 64 p., 29,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Lettonie.

Cyril Lepeigneux, Le manteau de saint Martin

Jeanne, François, Louis et leur chien Bushmills, en vacances chez leurs grands-parents, descendent dans le gouffre de Proumeyssac, lorsque soudain, la nacelle les dépêche dans un monde étrange… L’hiver y est frisquet, les cachettes risquées et mieux vaut éviter les quelques humains encore dehors. Au petit matin, les voilà aux portes d’un bourg, en quête d’un médecin pour soigner les yeux de Jeanne. Les trois enfants découvrent qu’ils sont à Ambianorum, ville de garnison gallo-romaine ! Leurs ennuis, ou plutôt leurs aventures ne font que commencer… Réussiront-ils à sauver Martinus, soldat dans l’armée romaine, du piège tendu par les Alamans ? Car ils savent, eux, que son manteau blanc deviendra le symbole du partage et du don aux plus pauvres.
Ce roman d’aventures est écrit dans une langue très accessible et la police a été choisie avec soin pour les jeunes lecteurs qui se lancent tout seuls.

Dès 8 ans

Cyril Lepeigneux, Le manteau de saint Martin, illustrations d’Alban Marilleau, Mame, coll. « Les disciples invisibles », 2020, 137 p. Prix de lancement : 10,90 € jusqu’au 31 décembre 2020, puis 11,90 € — Imprimé en Italie

Dans la même série, du même auteur :
Cyril Lepeigneux, Les Orphelins de Paris, illustrations d’Alban Marilleau, Mame, coll. « Les disciples invisibles », 2017, 142 p., 10,90 €

Romain Niveleau, Célestin et l’enfant-étoile

De la part de Sixtine R. — Bien que tout le monde se moque de son rêve de voyager dans les étoiles, Célestin prépare son voyage sur son avion de papier. Il veut aller visiter les étoiles.
A travers les péripéties de ce jeune garçon, petits et grands retrouvent cette capacité de rêver et de chercher, concrètement ou par l’imagination, comment les réaliser.
Cet album nous transporte : avec de belles images et un texte qui, bien qu’épuré, renvoie à ce grand pouvoir que tout homme a en soi, ce livre donne sous forme de métaphore la clé d’une grande liberté. Par ailleurs, que nous dit l’interrogation que Célestin fait au monde sur l’utilité des étoiles ? Qu’il n’est pas évident du tout de comprendre que ce qui est bien avant nous sera encore après nous.
De plus, le graphisme mélangeant lignes simples et papier kraft donne à l’histoire un aspect très concret mêlé d’imperceptibilité.

Dès 6 ans

Romain Niveleau, Célestin et l’enfant-étoile, Scutella éditions, 2013, 64 p., 15 €

Lydéric Landry, Polochon et le lutin

« D’un mouvement de tête, Polochon désigna le pied des arbres qui bordaient la clairière.
— Tu vois ces trous à la base des arbres ? demanda-t-il.
— Oui, on dirait de minuscules entrées de tunnels, répondit la fillette.
— Eh bien, ce sont les entrées des maisons de lutins. Ceux-ci vivent sous la terre, sous les arbres. »
Quelques coups de sabot bien rythmés – et voilà que surgissent de charmants petits êtres, un peu inquiets de rencontrer une cavalière, toute mignonne mais… humaine. C’est Xila, 8 ans, toute fière de monter son poney, Polochon, dont elle ne connaissait pas encore les vertus magiques. Son meilleur ami va lui faire découvrir le monde enchanté des lutins des bois. Xila aura bien besoin de leur soutien quand il lui faudra sauver la vie de son papa, atteint d’un mal mystérieux.
Sur cette trame, Lydéric Landry a imaginé mille péripéties, de Londres à la France, du pays des lutins à l’Australie. Un roman qui passionnera les petites cavalières bonnes lectrices, ou qui pourra être lu par épisodes à haute voix.

Dès 8 ans

Lydéric Landry, Polochon et le lutin, Ed Liber Invictus, 2020, 256 p., 11 €
En vente à la Nouvelle Librairie, 11 rue de Médicis, 75006 Paris ;  Au rayon librairie de la boutique « Racines » (2 Rue Bollaert le Gavrian, 59670 Cassel) ou par correspondance ; auprès de l’éditeur, en envoyant un courriel à contact@liberinvictus.com ; sur Amazon.

Torben Kuhlmann, Einstein, Le fantastique voyage d’une souris dans l’espace-temps

De la part de Sixtine R. — Quoi de plus frustrant que de louper la fête du fromage quand on est une petite souris ? Afin de pouvoir y participer, Souriceau fabrique une machine à remonter le temps. Ses calculs, fondés sur les notes d’un certain Einstein, ont néanmoins été transcrits par notre Souriceau, horloger un peu malhabile – et le voilà transporté à l’époque de ce chercheur un peu fou. Commence alors une grande quête philosophique, scientifique et un peu poétique de la définition du temps.
Dans ce voyage, accompagnés de cette charmante petite souris, les enfants cherchant à comprendre la notion du temps pourront l’aborder sous de nombreux aspects en se régalant les yeux d’illustrations délicates. L’auteur de cet album, Torben Kuhlmann, conduit dans ce récit parents et enfants à la découverte d’un grand scientifique et de belles notions, sans cesser de faire rêver.

Dès 5 ans

Torben Kuhlmann, Einstein, Le fantastique voyage d’une souris dans l’espace-temps, éditions NordSud, 2020, 128 p., 20 €

Herman Melville, Moby Dick

«  — Un cachalot blanc, j’ai dit, reprit Achab en jetant le maillet sur le pont, un cachalot blanc. Arrachez-vous les yeux pour le voir, les gars.
Tashtego, Daggoo et Queequeg avaient assisté à toute la scène avec un intérêt, une surprise plus intense encore que les autres, et l’évocation du front ridé, de la mâchoire torve, les avait fait sursauter, comme s’ils avaient été touchés, chacun, par quelque souvenir personnel.
— Capitaine Achab, dit Tashtego, ce cachalot blanc doit être celui que certains appellent Moby Dick.
— Moby Dick ? hurla Achab ? Tu connais donc le cachalot blanc, Tash ? »
Épopée maritime, roman universel, allégorie biblique, livre culte, Moby Dick résiste, par son immensité, à toutes les définitions. Pourtant, son intrigue même tient en quelques mots : la traque obsessionnelle par un homme du cachalot qui lui a arraché une jambe… Cette version, adaptée, tiendra le lecteur en alerte sur près de 200 pages, grand format.
De ses voyages en Asie, puis au Brésil, à Madagascar, au Chili, Olivier Tallec sait bien que l’océan n’est pas toujours bleu – ici, il prend toutes les nuances du rouge à l’orangé, tandis que les ciels s’agitent de tempêtes lors desquelles les marins se sentent tout petits.

Dès 10 ans

Herman Melville, Moby Dick, illustré par Olivier Tallec, École des Loisirs, coll. « Illustrés classiques », 2020, 14 € — Traduit et abrégé de l’anglais par Marie-Hélène Sabard.

Jonathan Swift, Voyages de Gulliver

Jonathan Swift, Voyages de Gulliver

Gulliver – Lemuel de son prénom – est, l’a‑t-on oublié ? – chirurgien de marine. Jusqu’au jour où son navire fait naufrage. Le voilà recueilli par les Lilliputiens, peuple minuscule mais néanmoins belliqueux. Un des motifs de leur guerre contre l’Empire de Blefuscu ? « Une très vieille querelle autour de la façon de casser les œufs à la coque » : par le gros bout, comme les Gros-Boutistes, ou par le petit bout, comme le défendent les Petits-Boutistes ? Après ce voyage à Lilliput, Gulliver se retrouve à Broddingnag, quelque part entre l’Amérique et le Japon, puis à « Laputa, Balnibarbi et autres contrées », avant de se retrouver chez les Houyhnhnms, ces chevaux aussi beaux qu’intelligents. Ce roman d’aventures du XVIIIe siècle, où la science-fiction et le fantastique permettent de se moquer de nos travers, a été adapté ici pour de jeunes lecteurs sans perdre de sa vivacité ni de son style inimitable.

Dès 9 ans

Jonathan Swift, Voyages de Gulliver, adaptation de Claude Carré, illustrations de Kaa, Auzou, coll. « Recueils universels », 2017, 104 p., 17,50 €

Marie-Sabine Roger, Ma Cabanamoi

« Quand je serai haut comme ça, je me ferai une cabane, ce sera ma cabanamoi. La cabane de Noah. Je la construirai tout seul, dans ce très très gros arbre. » Grand comme trois pommes, notre bonhomme ? Bien plus que ça : Chloé Alméras a superposé pommes, clémentines, oranges, concombre et aubergine pour laisser imaginer la taille de Noah ! Tout aussi farfelu est le dialogue qui s’instaure entre Noah et le narrateur : « Mais si un loup survient, Noah ? Un loup à grandes dents qui piquent ? » Sans se démonter, notre loulou de répondre : « Je m’encabanerai dans ma cabanamoi. J’en redescendrai pas. » Bref, un digne émule du Baron perché d’Italo Calvino, notre Noah : il trouve autant de plaisir à vivre au-dessus des adultes qu’à jouer avec les mots ! Et la cabanamoi de grandir, grandir, grandir…

Dès 4 ans

Marie-Sabine Roger, Ma Cabanamoi, illustrations de Chloé Alméras, Seuil Jeunesse, 2020, 40 p., 12,50 € — Imprimé au Portugal

Yvon Bertorello et Boris Talijancic, Ad Romam, Le trophée d’Auguste

Antoine, Agathe, Blaise et Julia : quand ces quatre lycéens, par une belle nuit d’été, font le mur pour explorer le trophée d’Auguste, à La Turbie, ils ne se doutent pas des aventures extraordinaires qui les attendent. Par la vertu d’une pièce frappée à l’effigie de l’empereur, Antoine, le premier, va se retrouver en 16 avant J.-C., vêtu d’une cuirasse et armé d’une épée courte pour faire face à l’ennemi. Des allers et retours entre notre époque et les temps anciens permettent de scénariser astucieusement l’histoire de La Turbie et des environs. Car Antoine finira par persuader ses amis de le suivre dans ces sauts de temps. Ses amis et même son professeur d’histoire, intrigué par les fulgurants progrès de son élève.

Adolescents

Yvon Bertorello et Boris Talijancic, Ad Romam, Le trophée d’Auguste, Editions du Rocher, 2020, 60 p., 15,90 € — Imprimé en France

Marie-France Zerolo et Élisabeth Benoit-Morelli, À cœur ouvert

Soit, par ordre d’apparition, Boris, un vieil original solitaire ; un corbeau parlant, qui sera plus loin nommé Odilon ; Chilpéric, huit ans et demi, qui adore « faire des aventures ; Asie, en tutu rose, qui parle ou rêve en italiques. Un quatuor ? Pas tout à fait. Boris est amoureux de Jeanne, sa voisine ; Asie vit dans sa caravane avec Phil, le funambule, et Lunaire, « qui porte bien son nom ». Tout ce petit monde a le cœur qui tangue, qui flanche, qui ne sait pas pourquoi… Avec tendresse, avec folie – ou sans. Cela donne un roman doux-amer, totalement perché, et qui pose, à chaque page une question fondamentale – mais en sourdine, l’air de rien. Jusqu’où est-on prêt à donner son cœur ou à se laisser prendre ? Qu’en dit le corbeau Odilon ? Que c’est peut-être une histoire de gésier…

Dès 12 ans

Marie-France Zerolo et Élisabeth Benoit-Morelli, À cœur ouvert, Editions Courtes et Longues, coll. « Supernova », 144 p., 16,90 € — Imprimé en France

Françoise Rachmuhl, Monstres et créatures de la mythologie

Un seul œil, ou cent bras, ou une queue de serpent sur un corps féminin, ou encore deux têtes, une de chèvre et une de lionne, une seule dent pour trois, un homme à tête de taureau… Le Cyclope, les Cent-Bras, Echidna, sa fille la Chimère, les Grées, le Minotaure… Brr, la mythologie grecque fourmille de monstres et de créatures repoussantes ! En face d’eux, les Olympiens, lumineux mais parfois imprévisibles et querelleurs, mais aussi des héros : Persée, Héraclès, Bellérophon, Cadmos, Ulysse. Chacun à sa manière nous raconte comment vaincre nos peurs et résister à la colère, comment mener une vie aventureuse digne d’être chantée. Françoise Rachmuhl, conteuse hors-pair, fait revivre ces monstres antiques que personne n’a vraiment envie de croiser au coin de sa rue !

Dès 11 ans

Françoise Rachmuhl, Monstres et créatures de la mythologie, Flammarion Jeunesse, 2020, 96 p., 4,20 € — Imprimé en Espagne