Thème

Adolescents

Philippe Cenci et Patrick de Gmeline, Notre-Dame, des flammes à la renaissance

Paris, 15 avril 2019, 18 h 18, une alarme retentit dans la cathédrale. Personne n’imagine encore que, quelques heures plus tard, la flèche va s’effondrer. Le monde entier est sous le choc. Après l’incendie, vient le temps de l’enquête, puis celui des premiers travaux de consolidation. A la grande question qui suit, restauration à l’identique ou « geste d’architecture » sera répondu, in extremis, restauration à l’identique, au moins pour l’aspect extérieur, toitures et flèche. Cette bande dessinée conçue par Philippe Cenci et dont le scénario est signé Patrick de Gmeline, historien militaire, revient sur la chronologie des événements, mais rend aussi hommage tant aux pompiers de Paris qu’aux compagnons, tout en traçant les portraits, pas toujours flatteurs, de la classe politique française. L’ouvrage, documentaire, se veut aussi une fenêtre ouverte sur l’espérance de revoir battre, comme avant, le cœur de Paris.

Dès 12 ans

Philippe Cenci et Patrick de Gmeline, Notre-Dame, des flammes à la renaissance, Editions du Triomphe, coll. Le vent de l’histoire, 2021, 40 p., 15,90 €

Agnès Balmont, Les aventures de Marin sans nom

« Alors, mon gaillard, on vient voler les provisions des honnêtes marins. On leur enlève le pain de la bouche ! C’est très mal tout ça, très mal.
L’homme sentait l’alcool à plein nez et sa main broyait l’épaule de Marin, telles les serres d’un rapace. L’enfant fut soulevé à trente centimètres du sol et se retrouva nez à nez avec un individu aux yeux injectés de sang […]. Le marin était pour tout dire terrifiant. »
Mais que fait donc sur ce bateau un enfant que l’on découvre assoiffé et affamé ?
Le jeune Marin, orphelin sans nom, s’est embarqué clandestinement sur Le Cortes, un navire qui accostera bientôt au Mexique. Marin a 10 ans environ. Environ ? Oui. Car il ne connaît ni son nom, ni sa date de naissance : c’est un « Sans Nom » comme tous les enfants recueillis à l’orphelinat Saint-Jude, une institution à la Dickens, quelque part au fond de la Bretagne. Mais Marin a un secret : depuis qu’il s’est procuré en cachette un roman d’aventures, son imagination s’est enflammée. Un beau jour, lassé des punitions, il est parti, « pour ce vrai ». Marin va se transformer en aventurier et se mettre en quête de son trésor. Mais le plus beau des trésors est-il vraiment caché dans la jungle ?
Le roman se déroulant au début du XIXe siècle, Agnès Balmont joue avec brio de tous les subterfuges du roman d’aventures de l’époque : à la dureté caractérisée de certains répond la générosité d’adultes bienveillants, qui ont aussi vécu leur lot de souffrances ; les « croix-de-ma-mère », ces signes de reconnaissance qui tombent à point nommé, sont bien sûr de la partie, tout comme les parallèles entre « civilisés » et « sauvages », entre bons chrétiens et gens de sac et de corde. Le côté un peu édifiant du récit est contrebalancé par un réel talent d’invention, qui fait voyager l’imagination de péripétie en péripétie.

Dès 12 ans

Agnès Balmont, Les aventures de Marin sans nom, Editions du Triomphe, 2021, 192 p., 12,90 € — Imprimé en France

Antoine Guillopé, Pleine Brume

« J’ouvre les yeux.
Je sens le froid du matin sur mon corps. L’air est humide.
A travers la brume, je reconnais cette forêt.
Petite, j’ai beaucoup joué ici. […]
Mais je dois me lever, sortir de ma cachette et avancer. »
Je ne vous dirai pas qui est la narratrice de ce bref récit et, à la limite, ce n’est pas ce qui importe le plus. Le thème de cet album au format généreux, c’est bien la brume, et sa représentation : par de savantes superpositions de calques et de papiers découpés, par des jeux de noirs, de blancs et de gris, Antoine Guillopé invite chacun à entrer dans un monde magique et secret. Ombres, transparences, flous… nous avançons à pas de loup dans la forêt, et tant pis s’il y fait un peu frisquet, chacun n’a plus qu’une seule envie, tenir l’affut pour tenter de voir passer la silhouette de quelque animal sauvage. Une réalisation poétique menée de main de maître !

Dès 5 ans, pour tous

Antoine Guillopé, Pleine Brume, Gautier Languereau, 2021, 40 p., 19,95 € — Imprimé en Chine

George Orwell, La Ferme des animaux

« Quelle est donc, camarades, la nature de notre existence ? Regardons les choses en face : nous avons une vie de labeur, une vie de misère, une vie trop brève ! […] tout le produit de notre travail, ou presque, est volé par les humains. Camarades, là se trouve la réponse à nos problèmes. Tout tient en un mot : l’Homme. » La révolte gronde à la ferme. La révolte ? Non, la révolution ! Les cochons chassent le fermier, mais les ennuis vont vite commencer… Ce court roman, tenant de l’apologue, de la fable et de la dystopie, est paru en 1945, à une époque où régnait en Angleterre une sorte d’autocensure à l’égard de tout discours un tant soit peu antisoviétique. Il ne s’agit donc pas là d’un roman antispéciste ou vegan mais bel et bien d’une critique acerbe du stalinisme et des régimes totalitaires. Démodé ? Que non !
Si le roman existe en de nombreuses éditions de poche, cet album illustré par Quentin Gréban donne encore plus de vigueur à ce texte lucide et toujours actuel.

Dès 10 ans

George Orwell, La Ferme des animaux, illustrations de Quentin Gréban, Mijade, 2021, 30 € — Traduit de l’anglais par Jean Quéval. Imprimé en Belgique

Odile Haumonté, Le Miroir du Roi

Deux adolescents, dans un royaume imaginaire d’une Europe troublée par la guerre de Cent Ans. L’un, François, dans son pourpoint bleu azur, s’apprête à être couronné. L’autre, Philippe, vêtu d’une simple chemise blanche, l’encourage d’un franc sourire de connivence, comme seuls deux frères peuvent en échanger. Et pourtant… Rien ne peut distinguer les deux frères jumeaux, et c’est là une terrible malédiction (un peu tirée par les cheveux, mais sinon, pas de roman !). Officiellement, il n’existe qu’un seul prince, Philippe-François ! Chaque garçon vivra à tour de rôle sur le devant de la scène, son jumeau restant caché – du mieux possible. Au-delà de toutes les confusions imaginables, cocasses ou plus complexes, Odile Haumonté fait revivre dans ce roman les belles valeurs de la chevalerie : amitié, courage, loyauté, sens des responsabilités, seront mis à rude épreuve dans ce jeu de cache-cache princier. Rassurez-vous, la malédiction initiale sera levée !

Dès 12 ans

Odile Haumonté, Le Miroir du Roi, Pierre Téqui éditeur, 2020 (1ère édition en 2005), 244 p., 14,90 € — Imprimé en France

Aline Roussillon, La malédiction des Combettes

« “Pendant trois ans, Christophe s’est battu contre cette malédiction. Trois ans. Et il a été vaincu. Alors, la malédiction des Combettes, on n’en parle plus. C’est compris ? ” […] “Une malédiction ? ” Stupéfait, Clément répète ce mot tellement insolite dans la bouche de ce paysan qui a bien les pieds sur terre et qui pèse ses paroles. »
Les parents de Clément ont en effet, quelques années auparavant, renoncé à exploiter cette belle ferme jurassienne et travaillent à Paris. Le jeune homme, qui a gardé des attaches dans le massif et qui rêve de s’y installer, va tout faire pour comprendre les raisons de leur échec. Au fil des chapitres, Aline Roussillon dépeint des adolescents dynamiques, aventureux et courageux, entourés d’adultes sympathiques, dans un environnement sévère, âpre et parfois inquiétant, ce qui fait tout le sel de ce roman : le fil conducteur de cette « malédiction » lui permet aussi de développer des thèmes plus sérieux : choix professionnels, amitié, engagement amoureux, fidélité à une terre, héritages, valeurs morales, avec une réelle profondeur chrétienne. N’oubliez ni votre casque ni votre lampe frontale, et suivez nos héros dans les entrailles de la terre…

Adolescents

Aline Roussillon, La malédiction des Combettes, Pierre Téqui Editeur, 2020, 236 p., 13,90 € — Imprimé en France

Erwan Chartier Le Flo’ch, Légendes celtes

Vortigern, Pwyll, Gradlon, Cuchulainn : à l’évocation de leurs noms, les auditeurs des bardes savaient qu’ils allaient entendre des histoires aux nombreuses péripéties ! Puis les érudits du renouveau celtique, au XIXe siècle, les firent découvrir à des lecteurs fascinés par un univers aussi riche en héros, chevaliers et magiciennes aux aventures des plus tumultueuses… Bretagne, Pays de Galles, Irlande, Ecosse, Cornouailles : autant de terres de légendes ! Du cycle d’Ulster aux récits arthuriens, cet album propose six légendes issues de la littérature celtique archaïque. Elles sont illustrées par le pinceau onirique de Genkis Genkkis, qui a su recréer autour de ces légendes un contexte plausible, loin de l’imagerie romantique à laquelle nous sommes habitués. Le monde des guerriers celtes n’était pas tendre et les auteurs de cet album n’ont rien édulcoré : il est donc à conseiller à de grands adolescents.

Adolescents

Erwan Chartier Le Flo’ch, Légendes celtes, illustrations de Genkis Genkkis, Ed Yoran Embanner, 2021, 128 p., 19 €

Louise Guillemot, Les Véritables Aventures d’Homère, premier des poètes

« C’est un symbole.
— Un quoi ? demanda le marin.
Homère sourit.
— C’est “comme si”, dit-il.
Artémis le lui avait appris. “Comme si”, c’est la formule magique pour jouer, imaginer, raconter, chanter. On croit, mais on ne croit pas, les deux à la fois. Les filles et les femmes de Samos ne croient pas vraiment qu’elles partagent un banquet avec la déesse. Elles font “comme si”. Elles comprennent l’importance de ce moment, de leurs gestes, des nœuds dans leurs cheveux. […] si elles en oubliaient le sens, alors Samos ne serait plus Samos. » Et l’Hymne à Artémis ne nous serait pas parvenu, défiant les siècles… Un hymne dit « homérique », car sa beauté est telle que les Grecs pensaient qu’il avait été composé par Homère lui-même.
Homère ? Vous avez dit Homère ? Et vous en savez beaucoup, vous, sur Homère ? Sûrement pas autant que sa Muse, qui, par la plume de Louise Guillemot, raconte ici l’enfance et l’adolescence du « premier des poètes ». Après 3000 ans de mystère, Louise Guillemot vous révèle avec autant d’humour que d’érudition, les « véritables aventures » d’Homère.
Chaque épisode de cette « biographie » 100 % poétique s’appuie en effet, par un somptueux jeu de miroirs, sur un des hymnes aux grandes divinités : Artémis, Athéna, Apollon, Hermès, Déméter, Zeus lui-même… Au fil des pages, les grands mythes fondateurs de la religion grecque font entrer le lecteur dans un monde à la fois très proche et très lointain. Avec le jeune Homère, on rit (oh, la belle bataille d’oranges !), on s’inquiète (hum… quelles curieuses brigandes dans la forêt), on a aussi faim de galettes dorées que soif d’aventures !
Quand on lit une traduction aussi fine et inventive des Hymnes homériques, on se demande quelle folie pousse nos ministres à limiter l’enseignement des langues anciennes à quelques heures de découverte superficielle… Voilà une toute jeune normalienne agrégée dont tous les hellénistes en herbe rêveront de suivre les cours ! En attendant, d’Olympie à Epidaure, de la Crète à Athènes, lacez vos sandales et suivez la Muse !

Dès 12 ans

Louise Guillemot, Les Véritables Aventures d’Homère, premier des poètes, illustrations de Clara Dupré, Les Petits Platons, 2021, 272 p., 19 €

Pauline de Vençay, Rue de la Moïka

« — Voudrais-tu bien m’aider, Sergueï ? Je t’avais parlé de mes inquiétudes au sujet de la mort du duc Kornilov, il y a quelques temps. M’aiderais-tu à mener une petite enquête ?
— Bien sûr, Olga ! Que puis-je faire pour toi ?
— Enfiler un manteau, commander une voiture et sortir avec moi, pour aller, officiellement, te promener dans la ville.
Le mystère entourant cette réponse l’amusait et attisait son esprit d’aventure. Quelques minutes plus tard, les deux complices quittaient la demeure des Makloutchev dans la voiture d’Olga.
— Rue de la Moïka, s’il vous plaît, avait-elle dit au cocher avant de monter. »
Nous sommes à Saint-Pétersbourg en 1884. Deux oncles d’Olga ont été assassinés, la situation internationale est tendue, Anglais et Russes se battent sur les confins turkmènes, les révolutionnaires cherchent à attenter à la vie du tsar…
Que va donc faire la jeune femme d’un officier, chaperonnée par son cousin, dans cette rue de la Moïka, située dans un quartier très pauvre de la ville ? Et pourquoi son mari, rappelé du front, mène-t-il des actions secrètes dans Saint-Pétersbourg sans l’avoir revue ?
Pauline de Vençay a multiplié les rebondissements dans ce roman où courage et patriotisme font bon ménage avec l’espionnage et l’enquête policière.

Dès 12 ans

Pauline de Vençay, Rue de la Moïka, Téqui, 2021, 204 p., 13,50 € — Imprimé en France

Victoria Jacob, 30 destins de marins

De Florence Arthaud, « la petite fiancée de l’Atlantique », à Franck Worsley, qui sauva l’expédition de Shackleton, Victoria Jacob propose aux jeunes aventuriers 30 portraits de marins. Certains, tels Alain Bombard, Thor Heyerdahl ou Eric Tabarly, sont entrés dans l’histoire. D’autres, plus jeunes, sont déjà célèbres parmi les surfeurs, les plongeurs ou les voileux : Clarisse Crémer, Damien Seguin ou Garrett McNamara. Certains, plus discrets, sont scientifiques ou militaires, oeuvrent à la préservation des océans ou participent à de belles aventures humanitaires. Ces 30 « destins » montrent que, si la passion de la mer les rassemble, ces hommes et ces femmes ont su chacun imaginer un chemin exceptionnel et différent. Emmanuelle Halgand a créé des illustrations très épurées, colorées et dynamiques – eh oui, la mer n’est pas toujours du même bleu !

Dès 10 ans

Victoria Jacob, 30 destins de marins, illustrations d’Emmanuelle Halgand, Paulsen Jeunesse, 2021, 136 p., 19,90 € — Imprimé en Italie
Dans la même collection : Jessica Jeffries-Britten, 30 destins d’alpinistes, illustrations d’Emmanuelle Halgand, Editions Paulsen, 2020, 127 p., 13,90 €

Sophie Humann, Infirmière pendant la Première Guerre mondiale, journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914–1918

Sophie Humann, Infirmière pendant la Première Guerre mondiale, journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914–1918

« Mercredi 25 novembre 1914 – Maman m’apprend à tricoter. J’ai commencé un cache-nez pour André. Le froid arrive : il faut penser à équiper nos soldats. Les journaux disent qu’ils ont creusé des tranchées et s’enterrent pour se protéger de l’ennemi. » Il y a déjà plusieurs mois que la jeune Geneviève se confie à son journal intime, commencé un jour d’ennui de juillet 1914. Elle vient d’avoir quatorze ans et va vivre son adolescence au rythme de la Grande Guerre. Papa, chirurgien, se dépense sans compter ; de ses trois frères, André est officier, Henri brancardier, le plus jeune, Jules, encore collégien. Henri meurt d’une balle perdue en juin 1915 ; André, gazé, s’éteint au printemps 1919.
Avec sa mère, Geneviève s’efforce d’aider les soldats, puis obtient la permission de devenir infirmière. Dignité, compassion, engagement, discrétion, abnégation, vocation : il en fallait pour vivre « à l’arrière » quand chaque journée apportait son lot de deuils et de chagrins.
Enfin, un beau « lundi 11 novembre 1918 – Les cloches de Paris se sont envolées. Les habitants se sont embrassés. La guerre est terminée. Aujourd’hui, j’ai dix-huit ans. »
Un roman dans lequel chaque détail révèle ce qu’était la vie quotidienne d’une adolescente au début du XIXe siècle – de la chaise longue en rotin au porte-plume, et jusqu’à la « petite croix rouge » brodée sur la première blouse blanche.

Dès 12 ans

Sophie Humann, Infirmière pendant la Première Guerre mondiale, journal de Geneviève Darfeuil, Houlgate-Paris, 1914–1918, Gallimard Jeunesse, coll. « Mon histoire », 2012, 160 p., 9,95 € — au format Kindle : 7,49 €

Patrick Makin, Le Tour du monde des lieux inexplorés

Patrick Makin, Le Tour du monde des lieux inexplorés

Il resterait sur Terre des lieux « inaccessibles » et néanmoins « bien réels » ? Cet étrange album t’invite à monter sur un tapis volant pour te rendre dans les 19 « endroits les plus reculés de la planète, découvrir des lieux où l’homme n’a pas pénétré depuis des siècles et explorer les vérités qui se cachent derrière les sites les plus mystérieux ». Par où commencer ? Par l’île Bouvet, 50 km² de glace installés sur un volcan au cœur de l’océan Atlantique ? Par l’île de Poveglia, au cœur de la lagune de Venise, ancien lieu de quarantaine, devenu un hôpital psychiatrique, lequel ferma en 1968 ? Au fin fond de la grotte préhistorique de Lascaux, dont tu ne pourras visiter que la copie ? A moins que tu ne préfères tenter de trouver où se cache la chambre de Sa Majesté la reine Elisabeth II au cœur de Buckingham Palace ? Qui ne rêve pas de retrouver la Chambre d’ambre offerte par le roi de Prusse au tsar de Russie, en 1716 ? Démontée par les Allemands en 1941, elle n’a jamais été retrouvée… Quant à décoller à bord de Air Force One, encore faut-il savoir où il est posé – s’il est posé sur un aérodrome top secret ! 19 sites extraordinaires à visiter depuis son fauteuil préféré.

Dès 9 ans

Patrick Makin, Le Tour du monde des lieux inexplorés, illustrations de Whooli Chen, Albin Michel Jeunesse, 2021, 88 p., 19,90 €. Traduit de l’anglais par Anne-Sylvie Homassel.