Thème

Mois : février 2016

Didier Dufresne, Guillaume, petit chevalier

Didier Dufresne, Guillaume, petit chevalier

« — Mes soldats et moi embarquons avec le duc de Courtebotte. Puis-je passer la nuit ici avec mes hommes ?
— Mon vieux château n’est peut-être guère confortable, répond le comte, mais tu es ici chez toi, mon cousin. »
Le comte Aldebert et Dame Isolde de la Bretelle-Demonsac vivent dans le château de Malecombe avec leurs deux enfants, Guillaume et Flora. Ils ne sont pas bien riches, mais toujours de bonne humeur. Qu’il s’agisse de rendre service, de résoudre une énigme ou de relever un défi, Guillaume prouve quotidiennement son courage et utilise la ruse à bon escient, surtout quand Adhémar de Tristelande, son ennemi juré, est de la partie…
Dans une ambiance médiévale, cette série de petits romans pour jeunes lecteurs passionnera autant les filles que les garçons.

Dès 7 ans

Didier Dufresne, Guillaume petit chevalier, illustrations de Didier Balicevic, Castor Poche benjamin, Flammarion, 46 p., 5,30 euros
Plusieurs titres :
Le tournoi de Tristelande, La nuit des loups, Le secret de l’abbaye, Tranchelard le brigand, une couronne pour deux rois, Le festin de Malecombe, etc.

William Shakespeare, Le songe d’une nuit d’été

William Shakespeare, Le songe d’une nuit d’été

« Le roi tient ici ses fêtes cette nuit ; prends garde que la reine ne vienne pas trop près de ses yeux, car Obéron est en proie à une colère sans mesure » : voilà Puck prévenu par la fée. Mais voilà que cet « esprit » malicieux, à la suite de quiproquos, verse l’élixir magique dans les yeux du jeune Lysandre – et non dans ceux de la reine Titania… Quelle cascade de rebondissements cette erreur va-t-elle provoquer tout au long de cette nuit de la Saint-Jean ! Le moment plus drôle est sans contexte celui où Titania tombe amoureuse de Bottom, le tisserand – et comédien amateur — coiffé de sa tête d’âne.
Les illustrations d’Arthur Rackham (1867 – 1939), même si leur reproduction n’est pas des meilleures, apporte un charme fou à cette pièce aussi complexe que farfelue.

Dès 12 ans

William Shakespeare, Le songe d’une nuit d’été, traduit par Emile Montégut, illustré par Arthur Rackham, Seuil, coll. » Classiques images », 2012, 185 p., 19,30 €

Megan Cullis, Fenêtre sur les palais célèbres

Megan Cullis, Fenêtre sur les palais célèbres

On y entre par la Porte d’or. C’est la plus vaste résidence royale du monde. Sa façade est ornée de 140 têtes de lion dorées. Quel est ce palais célèbre ? Le palais Catherine, construit entre 1752 et 1756 par l’impératrice Elisabeth Ire de Russie à Tsarskoïe Selo. Mais que cache-t-il, ce palais ? Il suffit de soulever quelques rabats pour découvrir l’un ou l’autre de ses secrets… Il en est de même pour la Cité Interdite, l’Alhambra, Topkapi, Hampton Court, le fort d’Amber, le château de Versailles ou celui de Neuschwandstein. Pour apprentis architectes. Ou pour ceux qui rêvent de la vie de château.

Dès 6 ans

Megan Cullis, Fenêtre sur les palais célèbres, Usborne, 2016, 14 p., 11,50 €

Zaozao Wang, La Graine du petit moine

Zaozao Wang, La Graine du petit moine

Au cœur de l’hiver, « un maître distribua une graine de lotus à chacun de ses trois disciples : Ben l’Ardent, Jing le Studieux et An le Serein. […] Prenez-les et faites les pousser. » Quelle vertu, de l’ardeur, de l’étude ou de la sérénité convient-elle le mieux à la culture du lotus ? Faut-il, comme Ben, y mettre toute son énergie, quitte à l’exprimer à contretemps ? Faut-il tout savoir du lotus, de son histoire et de sa culture et se réfugier avec Jing dans un monde de savants déconnectés du réel ? Ou faut-il tout simplement attendre le « bon moment » ? Le moinillon An, lui, attend patiemment le retour du printemps ; après avoir choisi un coin tranquille sur l’étang, il fait confiance à la graine pour se transformer, le jour venu, en un magnifique lotus. C’est un plaisir de suivre ces trois petits moines dans leur monastère et aux alentours, d’autant plus que illustrations de Li Huang sont charmantes, légères et poétiques.

Dès 6 ans

Zaozao Wang, La Graine du petit moine, illustrations de Li Huang, Hongfei Culture Editions, 2014, 30 p., 13,70 € — Traduit du chinois

Christine Kieffer, La chèvre biscornue

Christine Kieffer, La chèvre biscornue

Un petit lapin fatigué veut rentrer dormir dans son terrier, mais voilà qu’il est déjà occupé par une terrible chèvre biscornue ! Qui du coq, du renard, de l’ours ou de l’abeille viendra l’aider à déloger cette impudente ?! Les enfants adoreront répéter la ritournelle de la chèvre : « Je suis la chèvre biscornue et j’ai deux cornes très, très pointues, si tu t’approches tant pis pour toi, tu finiras tout raplapla ! » Un grand merci à Camille dont les garçons connaissent l’histoire par cœur !

Dès 2 ans

Christine Kieffer, La chèvre biscornue, illustrations de Ronan Badel, Didier Jeunesse, 2008, 24 p., 11,95 €
En livre-disque, avec deux autres histoires racontées par Christine Kiffer et Jean-Louis Le Craver : Bêtes pas si bêtes, Didier Jeunesse, 2010, 72 p., 22,80 €

Alphonse Daudet au sommaire du magazine TétrasLire de février

Alphonse Daudet au sommaire du magazine TétrasLire de février

« La plus belle de toutes les étoiles, maîtresse, c’est la nôtre, c’est l’étoile du berger, qui nous éclaire à l’aube quand nous sortons le troupeau, et aussi le soir quand nous le rentrons. Nous la nommons encore Maguelonne, la belle Maguelonne qui court après Pierre de Provence (Saturne) et se marie avec lui tous les sept ans.
— Comment ! berger, il y a donc des mariages d’étoiles ?
— Mais oui, maîtresse. »
Dans la nuit provençale, un petit berger fait découvrir le ciel d’été à Stéphanette, la « demoiselle » venue se sécher au près de son feu. « Les Etoiles », ce délicieux conte d’Alphonse Daudet, est suivi d’un dossier pour tout savoir sur les étoiles et les planètes. Avant d’apprendre un tour de magie et de se régaler d’un gâteau… étoilé, pourquoi ne pas se délasser avec quelques jeux ? Pour finir, une légende chinoise raconte comment Altaïr le Bouvier fut séparé de Véga la Tisserande. Un nouveau numéro très réussi de ce magazine « qui donne des ailes à la lecture », dédié aux 8 à 12 ans.

De 8 à 12 ans

Tétras LireEditions Alba Verba, ou 20 quai Fulchiron, 69005 Lyon. 9,50 € le numéro, ou 64 € pour 11 numéros.
Pour feuilleter quelques pages du magazine, c’est ici.

Jean-Luc Buquet, Hérodote le hérisson

Jean-Luc Buquet, Hérodote le hérisson

Dans ses pérégrinations, un jeune hérisson observe les us et coutumes des animaux de la forêt : pourquoi l’ours offre-t-il des offrandes au pied d’un arbre ? D’où vient la légende de la Grande Renarde ? Et les hérissons, ont-ils aussi un Grand Esprit ? Une balade philosophique qui se prêtera à diverses interprétations ; tolérer les croyances des autres, ce n’est pas forcément les faire siennes. Converser avec le renard, certes, mais bien roulé en boule, ce n’est que prudence pour un hérisson voyageur ! « On ne sait jamais ! » Pour le plaisir de l’œil, les monotypes de Jean-Luc Buquet sont superbes, avec des angles de vue originaux et des teintes raffinées. Un album un peu cher, mais la qualité est au rendez-vous chez cet éditeur exigeant.

Dès 4 ans

Jean-Luc Buquet, Hérodote le hérisson, Editions courtes et longues, 2016, 52 p., 22 €

Ghylenn Descamps, Maisons de poupées

Ghylenn Descamps, Maisons de poupées

Loin des villas victoriennes compassées ou des châteaux de princesse tout en plastique, les maisons de poupées présentées dans cet ouvrage sont joyeuses, simples, modernes, rigolotes et de bon goût. Et s’il vous prend des envies de voyage, il n’y a qu’à choisir entre une maison japonaise, un loft new-yorkais ou une roulotte… Côté technique, il ne manque ni la liste des fournitures (beaucoup de récup’), ni les gabarits, ni les étapes de réalisation. Sans oublier croquis et photos. Une icône précise ce qui peut être réalisé par de petites mains enfantines. De quoi bien occuper les prochaines vacances !

Dès 10 ans

Ghylenn Descamps, Maisons de poupées, Editions Marie Claire, 2015, 128 p., 16,90 €

Céline Claire, La chasse au caribou

Céline Claire, La chasse au caribou

« C’est décidé ! Je vais à la chasse au caribou ! Personne ne m’arrêtera ! Même pas le froid. » En voilà, un petit bonhomme bien téméraire ! En effet, ni le loup, ni le lynx, ni l’ours n’arrêtent notre vaillant chasseur… Ce serait même le contraire ! Mais quand, au détour d’un sentier enneigé, apparaissent les grandes pattes du caribou… Je vous laisse deviner la fin ! Ce conte randonnée fait irrésistiblement penser au délicieux dessin animé du petit Indien, le Little Hiawatha des Silly Symphonies (1937) de Disney. Un concentré d’humour et d’énergie !

Dès 3 ans

Céline Claire, La chasse au caribou, illustrations de Sébastien Chebret, Editions de l’Elan vert, 2016, 32 p., 10,20 €

Catherine Kalengula, Délices et Confidences

Catherine Kalengula, Délices et Confidences

Chloé, 10 ans, quitte sa vie parisienne pour s’installer dans une petite ville de Provence. La jeune fille doit partager la maison de Luce, sa grand-mère – une grand-mère photographe, qui conduit son 4X4 et s’habille en kaki, bref, une grand-mère bien d’aujourd’hui. Chloé doit aussi se faire accepter dans la petite école du village.
Elle tombe par hasard sur un cahier de recettes ayant appartenu à son grand-père. Chloé se surprend à aimer cuisiner et, avec Maud et ses nouveaux amis, elle décide de créer son propre atelier de pâtisserie : Délices & Confidences. Un petit roman pour fille sans chichis, inspiré des séries anglo-saxonnes mais écrit en bon français. Quelques valeurs sûres : la transmission, l’amitié et l’enracinement dans une Provence au parfum de lavande – et de cake aux fruits ! Les recettes sont fournies, mais ni la farine, ni les œufs !

Dès 8 ans

Catherine Kalengula, Délices et Confidences, illustrations de Marie Spénale, Flammarion Jeunesse, 2016, 87 p., 10 €

Charles Perrault, Le Petit Poucet, illustré par Emmanuel Fornage

Charles Perrault, Le Petit Poucet, illustré par Emmanuel Fornage

Le Petit Poucet et ses frères « heurtèrent à la porte, et une bonne femme vint leur ouvrir. Elle leur demanda ce qu’ils voulaient. Le petit Poucet lui dit qu’ils étaient de pauvres enfants qui s’étaient perdus dans la forêt, et qui demandaient à coucher par charité. Cette femme, les voyant tous si jolis, se mit à pleurer, et leur dit :
” Hélas ! mes pauvres enfants, où êtes-vous venus ? Savez-vous bien que c’est ici la maison d’un Ogre qui mange les petits enfants ?
— Hélas ! madame, lui répondit le petit Poucet, qui tremblait de toute sa force, aussi bien que ses frères, que ferons-nous ? Il est bien sûr que les loups de la forêt ne manqueront pas de nous manger cette nuit si vous ne voulez pas nous retirer chez vous, et cela étant, nous aimons mieux que ce soit Monsieur qui nous mange ; peut-être qu’il aura pitié de nous si vous voulez bien l’en prier. » Comme cela est élégamment demandé…
Les découpages d’Emmanuel Fornage, inspiré des techniques ancestrales des découpeurs du Pays d’En Haut, conviennent parfaitement au conte. Décidemment, le Petit Poucet inspire les créateurs de papiers découpés, puisque octobre 2015 avait aussi vu paraître chez Hélium Le très grand Petit Poucet, avec des décors et des découpes de Clémentine Sourdais.

Dès 5 ans

Charles Perrault, Le Petit Poucet, illustré par Emmanuel Fornage, Circonflexe, 2015, 64 p., 22 €

Viviane Koenig, Dédale, l’homme-oiseau

Viviane Koenig, Dédale, l’homme-oiseau

« Beau jeune homme aux cheveux bouclés, Dédale est devenu un sportif excellent. Il sait manier les armes à la chasse comme à la guerre. Il est aussi le meilleur des artisans et le plus extraordinaire des savants. Forgeron, potier, architecte et sculpteur, il sait tout faire. » Mais voilà, il est aussi orgueilleux, jaloux et violent… autant de défauts que les Grecs ne supportent pas et résument dans le terme d’ubris. Le meurtre de son neveu lui vaut d’être exilé d’Athènes. Une nouvelle vie attend celui qui est accueilli par Minos, le roi de Crète… Minos, Pasiphaé, le Minotaure, Ariane et Thésée, Icare… autant de noms qui résonnent encore à nos oreilles. Viviane Koenig signe là une belle adaptation des textes anciens, avec une belle allusion au célèbre tableau de la Chute d’Icare de Pieter Brueghel l’Ancien. De nombreux petits encarts satisferont les plus curieux sans alourdir le récit. Le tout sur un beau papier dans une édition soignée.

Dès 10 ans

Viviane Koenig, Dédale, l’homme-oiseau, illustrations de Mélisande Luthringer, Tourbillon, 2010, 148 p. – 9,95 € ou à trouver d’occasion pour quelques euros.