Gérard Soncarrieu, Magellan, le premier tour du monde

Gérard Soncarrieu, Magellan, le premier tour du monde

« Ce n’est pas cette carte-ci que je veux vous montrer, mais celle-là, dit Magellan en tirant une autre carte de son coffre.
— Mais c’est la même que celle qui est sur la table !
— A un détail près, venez voir. »
Le détail, c’était, à travers l’Amérique du Sud, un passage reliant l’Atlantique à un océan inconnu. »
A l’heure où d’immenses voiliers sillonnent les océans en quête de nouveaux records, pourquoi ne pas partir sur les traces des découvreurs de ces routes maritimes ? Au souffle de l’aventure se mêle alors le vent de l’Histoire, celle de ces hommes passionnés, réfléchis et déterminés. Parmi eux, Fernand de Magellan (1480 ?- 1521) occupe une place privilégiée, puisque ce noble et vaillant capitaine fut l’instigateur du tout premier tour du monde.

A partir de 10 ans

Gérard Soncarrieu, Magellan, le premier tour du monde, Hachette, Livre de poche Jeunesse, 224 p., 5,50 €

Elsa Beskow, Olaf au pays du roi Hiver

Elsa Beskow, Olaf au pays du roi Hiver

Pour ses six ans, Olaf reçoit le plus beau des cadeaux : une paire de skis, qu’il essaie dès la première neige. Or l’appel si joyeux qu’il lance au Roi Hiver est entendu d’un charmant vieillard, l’Oncle Givre, qui invite Olaf à le suivre jusqu’au palais de neige et de glace. Une visite que le petit garçon ne sera pas près d’oublier !

Dès 5 ans

Elsa Beskow, Olaf au pays du roi Hiver, diffusion Garnier Frères, 1979, 26 p. – À rechercher. Réédition La Perle de Rosée, 23 € (avec une autre couverture).

 

Marie Barguidjian-Bletton, Les Jeux d’enfants de Bruegel

Marie Barguidjian-Bletton, Les Jeux d’enfants de Bruegel

Ils jouent au cerceau, à saute-mouton, à colin-maillard et à la petite hirondelle, au cheval et à la marchande, à la farandole et aux quilles… Deux cent cinquante enfants, autant de silhouettes vives, et, curieusement, pas un bruit. Car ils se sont tus depuis longtemps, ces petits Flamands peints par Pieter Bruegel en 1560. Mais ils continuent à nous enchanter par leur dynamisme et leur inventivité.
Pour une fois, les jeux de languettes sont astucieux, bien conçus et ont un réel intérêt. L’œuvre est exposée au Kunsthistorisches Museum de Vienne, en Autriche.
Une excellente initiation à l’art de regarder un tableau. Et, la visite finie, pourquoi ne pas sortir jouer avec ces petits riens, osselets, bouts de bois et bouts de chiffons ?

Dès 7 ans

Marie Barguidjian-Bletton, Les Jeux d’enfants de Bruegel, Réunion des musées nationaux (RMN), 2004, 14 p., 14,50 €

Philippe Nessmann, A l’assaut du ciel, la légende de l’Aéropostale

Philippe Nessmann, A l’assaut du ciel, la légende de l’Aéropostale

« J’ai suivi mon petit frère jusqu’au champ de la mère Grumillier. Quatre avions étaient alignés les uns à côte des autres. C’étaient des biplans, avec une double paire d’ailes superposées. Les pilotes, des soldats, tiraient des bâches pour monter un campement. Avec Henri, nous nous sommes cachés derrière les buissons pour les observer. » Un après-midi de 1916 qui devait décider de la vie du jeune Henri Guillaumet ! Car tout va très vite : baptême de l’air, bourse et école de pilotage, service militaire. Puis c’est la grande aventure de l’Aéropostale. Philippe Nessmann revient longuement sur l’accident du 13 juin 1930 et reconstitue la lutte immense menée par Guillaumet pour se sortir du piège des Andes. Il redonne ainsi tout son sens à cette phrase mythique : « Ce que j’ai fait, je te le jure, aucune bête ne l’aurait fait. »
Le romancier insiste, en de très belles pages, très pudiques, sur la force de l’amour conjugal. Car la bonne étoile de Guillaumet, c’est bien Noëlle, son épouse, qui aura le courage de le laisser repartir.
Ce récit historique qui se lit comme un roman est enrichi de quelques pages documentaires sur « la ligne ».

Dès 10 ans

Philippe Nessmann, A l’assaut du ciel, la légende de l’Aéropostale, Flammarion, 2010, 167 p., 10 €

Geraldine McCaughrean, L’Horloge de Grand-mère

Geraldine McCaughrean, L’Horloge de Grand-mère

« Chez Grand-mère, dans l’entrée, il y a une grande horloge mais elle ne marche pas », constate la petite fille de l’histoire. Parce que Grand-mère a des façons bien à elle de mesurer le temps. Des instants, qui sont « le temps d’un battement de cils », à « ce que disent les étoiles », Grand-mère évoque tour à tour les heures, les jours, les mois, des années, dans une relation au temps qui va bien au-delà du temps des horloges et des calendriers. Ces temps de la vie sont illustrés avec tendresse et sérénité, tout en couleurs vives et en lignes simples. Un petit plus pour l’image des grands-parents : ces sexagénaires, actifs, affectueux et philosophes, ne sont en rien cacochymes !

A partir de 5 ans

Geraldine McCaughrean, L’Horloge de Grand-mère, Mijade, 2005, 30 p., 5,20 €.