Résultats de recherche

Résultats pour " okada "

Kimiko Aman et Chiaki Okada, Viens, rejoins-nous !

Kimiko Aman et Chiaki Okada, Viens, rejoins-nous !

Un beau matin de printemps, Petit Ours bute sur un drôle d’objet. « C’est une corde à sauter. Je suis sûr que c’est la sienne. Petit Ours se souvient de la petite fille qui jouait à la corde à sauter ici hier. » Et de s’essayer, vaille que vaille, à sauter à la corde. Mais il est observé à la dérobée par Marie, la petite fille étourdie.

De fuite en chute, d’inquiétude en câlins, Marie et Petit Ours vont s’apprivoiser, encouragés par d’adorables petits lapins. Chiaki Okada joue comme à son habitude de couleurs tendres et d’un trait fin sans mièvrerie pour cette charmante rencontre.

Dès 4 ans

Kimiko Aman et Chiaki Okada, Viens, rejoins-nous !, Seuil Jeunesse, 2018, 40 p., 13,50 € — Traduit du japonais.

Izumi Motoshita et Chaiki Okada, J’attends maman

Izumi Motoshita et Chaiki Okada, J’attends maman

« C’est la fin de l’après-midi à la maternelle.
— Eh bien, Kana, dit la maîtresse, c’est toi la dernière, aujourd’hui.
Kana regarde autour d’elle.
Tous les autres enfants sont déjà partis mais elle ne s’en était même pas aperçue. […]
— Dis, Kana, tu ne va pas pleurer, hein ? demande Nounours. »
Ah, ce cher Nounours… C’est lui qui va dialoguer avec la petite fille, inventer mille raisons au retard de Maman. Des raisons parfois farfelues qui mènent doucement Kana dans un univers où les éléphants dépannent les trains et où les mamans volent sous des brassées de ballons. Le tout dans une ambiance toute douce, avec de charmants dessins et des couleurs raffinées.

Dès 3 ans

Izumi Motoshita et Chaiki Okada, J’attends maman, Editions Nobi Nobi, 2016, 40 p., 13 €

Kazuhito Kazeki et Chiaki Okada, Une nuit à la bibliothèque

Kazuhito Kazeki et Chiaki Okada, Une nuit à la bibliothèque

« Aujourd’hui, on va à la bibliothèque. Chaque enfant a apporté son doudou. » Et… va l’y laisser ! Bien installés sur un vaste futon, entre les bacs à livres et les étagères, les doudous vont bien sûr profiter de la situation à leur manière. Quelle drôle d’histoire ! Avec tendresse et humour, nos amis japonais tissent, par l’intermédiaire des doudous, une belle amitié entre les enfants et les livres. Et puis, ces doudous, comment vivent-ils ce drame de l’oubli ? A la bibliothèque, ça se passe fort bien, merci !

Dès 3 ans

Kazuhito Kazeki et Chiaki Okada, Une nuit à la bibliothèque, traduction de Mutsumi Funato, Seuil Jeunesse, 2016, 34 p., 13,50 €

Chiaki et Ko Okada, C’est toi le printemps ?

Chiaki et Ko Okada, C’est toi le printemps ?

Tout au fond de la forêt, « habite une famille de lapins. Petit Lapin, le plus jeune, n’a encore jamais vu le printemps ». N’y tenant plus, il monte une expédition pour aller à sa rencontre. Et voilà que se dresse devant lui un véritable mur de fourrure blanche, avec qui il engage la plus sérieuse des conversations. Non, ce n’est pas mon voisin Totoro – quoique… Il apprend notamment que notre ours – eh oui, nous le savons, que c’est un ours, il est si bien dessiné ! – cherche, lui, à échapper à la douceur de l’air. Une histoire tendrement nippone.

Dès 4 ans

Chiaki et Ko Okada, C’est toi le printemps ?, Seuil Jeunesse, 2014, 32 p., 13,50 €

Chiaki et Ko Okada, Ma première nuit ailleurs

Chiaki et Ko Okada, Ma première nuit ailleurs

Un petit lapin, sac au dos, serre bien fort son crocodile bleu dans ses pattes avant. Assis dans le bus entre deux grandes personnes, il pense : « Aujourd’hui, je vais dormir ailleurs. Dans une maison que je ne connais pas. Je monte dans un train rouge pour la première fois, et dans un bus qui me fait peur ». Il n’en mène pas large, notre petit lapin, quand il entre chez Haruchan. Une adorable petite fille qui n’aura de cesse de l’amadouer – si bien qu’ils ne voudront plus se quitter ! Un thème classique, joliment traité dans une ambiance japonaise toute en douceur.

A partir de 4 ans

Chiaki et Ko Okada, Ma première nuit ailleurs, Seuil Jeunesse, 2012, 32 p., 13,50 €

Mutsumi Ishii, La petite sorcière et la forêt noire

« “Regarde, dit Grande Sorcière, on aperçoit la forêt.”
Une forêt noire se dessine au clair de lune.
“C’est là que nous allons ? demande Petite Sorcière.
— Oui. Elle est malade. Elle a besoin de moi.” »
Cette forêt, Grande Sorcière y est venue autrefois, avec sa mère, et la voilà maintenant qui montre à sa fille comment concocter dans son chaudron la recette magique qui guérira la forêt. Quand Petite Sorcière s’y essaie à son tour, le résultat n’est pas immédiat… La fillette, en bonne petite Japonaise, ne se décourage pas et recommence jusqu’au succès.
Les illustrations tout en finesse de Chiaki Okada, sombres au premier abord, font entrer de plain-pied dans un univers onirique, où les animaux apportent une jolie touche de fantaisie et d’humour.

Dès 4 ans

Mutsumi Ishii, La petite sorcière et la forêt noire, illustrations de Chiaki Okada, Seuil Jeunesse, 2021, 40 p., 13,50 € — Traduit du japonais par Mutsumi Funato. Imprimé en Italie.

Etsuko Arai, Grande fille

Etsuko Arai, Grande fille

« Demain, c’est le spectacle de l’école de Léna. Elle a tellement hâte d’y être et de chanter devant sa maman ! Oui mais voilà, parfois les choses ne se passent pas exactement comme on le voudrait… » Ce soir, son petit frère Hayato est malade. Papa est au travail et Maman n’est pas sûre de pouvoir assister au spectacle… Comment Léna va-t-elle réagir ? Page après page, nous découvrons ses sentiments et ses états d’âme. Mais qui vient juste d’entrer dans la salle quand la « classe Cerise » monte sur scène ? Maman, bien sûr ! Un album tout en douceur pour apprendre à surmonter ses inquiétudes.

De 6 à 8 ans

Etsuko Arai, Grande fille, illustrations de Chiaki Okada, traduit du japonais, Seuil Jeunesse, 2017, 40 p., 13,50 €