Dernières mises en ligne

Mutsumi Ishii, La petite sorcière et la forêt noire

« “Regarde, dit Grande Sorcière, on aperçoit la forêt.”
Une forêt noire se dessine au clair de lune.
“C’est là que nous allons ? demande Petite Sorcière.
— Oui. Elle est malade. Elle a besoin de moi.” »
Cette forêt, Grande Sorcière y est venue autrefois, avec sa mère, et la voilà maintenant qui montre à sa fille comment concocter dans son chaudron la recette magique qui guérira la forêt. Quand Petite Sorcière s’y essaie à son tour, le résultat n’est pas immédiat… La fillette, en bonne petite Japonaise, ne se décourage pas et recommence jusqu’au succès.
Les illustrations tout en finesse de Chiaki Okada, sombres au premier abord, font entrer de plain-pied dans un univers onirique, où les animaux apportent une jolie touche de fantaisie et d’humour.

Dès 4 ans

Mutsumi Ishii, La petite sorcière et la forêt noire, illustrations de Chiaki Okada, Seuil Jeunesse, 2021, 40 p., 13,50 € — Traduit du japonais par Mutsumi Funato. Imprimé en Italie.

Joyeux Noël !

Chers amis,

Cet ange lecteur vous souhaite de fêter Noël entourés de joies familiales simples et sereines et espère que vous offrirez ou recevrez de beaux livres !

Carl Norac, Lancelove, le chevalier aux mille monstres

Lancelove, monté sur son fier destrier Galopin de Pas-Marrant, n’est pris au sérieux ni par les autres chevaliers ni par la princesse Laudine dont il est secrètement amoureux. Au moment où tous se séparent pour partir à l’aventure, Lancelove annonce qu’il rapportera le Chat-Ours, un animal mi-chat mi-ours (on s’y serait attendu !), que personne n’a jamais trouvé. Le Pays Imaginaire ouvre ses portes à Lancelove (mot de passe : ?Vénéneux1515 !) et c’est parti pour une chevauchée entre monstres, forêts enchantées et dragons – bref, le quotidien de tout chevalier qui se respecte. Une foule de jeux de mots, une once de philosophie (« dans la vie, sans se poser de questions, on n’avance pas ») et hop ! entre une invocation à Saint Chrétien de Troyes et au Chevalier Lorris de Meung, le chat-ours tombe dans l’escarcelle de Lancelove. Il ne reste plus qu’à rentrer et à apprendre quels sont les projets de Laurine. Les illustrations de Juliette Barbanègre sont aussi denses et colorées que l’imagination de Carl Norac, qui se fait un malin plaisir de parodier gentiment les chansons de geste.

Dès 8 ans

Carl Norac, Lancelove, le chevalier aux mille monstres, illustrations de Juliette Barbanègre, L’Ecole des Loisirs, coll. Pastel, 50 p., 13,50 € — Imprimé en Italie.

David Hawcock, La Grèce ancienne, pop-up

« Les Grecs étaient polythéistes, c’est-à-dire qu’ils croyaient en de nombreux dieux, puissants et immortels, qui, depuis le mont Olympe où ils vivaient, avaient le pouvoir de décider du destin des hommes. Des temples et des sanctuaires étaient érigés en leur honneur, chacun dédié à une divinité. » En huit doubles pages animées et très colorées, voici un panorama rapide de la Grèce, d’Athènes aux Jeux Olympiques – mais en passant par l’antre du Minotaure !

Dès 6 ans

David Hawcock, La Grèce ancienne, pop-up, NuiNui Jeunesse, 2021, 16 p. cartonnées, 12,90 € — Traduit de l’anglais par Baptiste Levy-Gastaud. Imprimé en Chine.

Antoine Guillopé, Pleine Brume

« J’ouvre les yeux.
Je sens le froid du matin sur mon corps. L’air est humide.
A travers la brume, je reconnais cette forêt.
Petite, j’ai beaucoup joué ici. […]
Mais je dois me lever, sortir de ma cachette et avancer. »
Je ne vous dirai pas qui est la narratrice de ce bref récit et, à la limite, ce n’est pas ce qui importe le plus. Le thème de cet album au format généreux, c’est bien la brume, et sa représentation : par de savantes superpositions de calques et de papiers découpés, par des jeux de noirs, de blancs et de gris, Antoine Guillopé invite chacun à entrer dans un monde magique et secret. Ombres, transparences, flous… nous avançons à pas de loup dans la forêt, et tant pis s’il y fait un peu frisquet, chacun n’a plus qu’une seule envie, tenir l’affut pour tenter de voir passer la silhouette de quelque animal sauvage. Une réalisation poétique menée de main de maître !

Dès 5 ans, pour tous

Antoine Guillopé, Pleine Brume, Gautier Languereau, 2021, 40 p., 19,95 € — Imprimé en Chine

George Orwell, La Ferme des animaux

« Quelle est donc, camarades, la nature de notre existence ? Regardons les choses en face : nous avons une vie de labeur, une vie de misère, une vie trop brève ! […] tout le produit de notre travail, ou presque, est volé par les humains. Camarades, là se trouve la réponse à nos problèmes. Tout tient en un mot : l’Homme. » La révolte gronde à la ferme. La révolte ? Non, la révolution ! Les cochons chassent le fermier, mais les ennuis vont vite commencer… Ce court roman, tenant de l’apologue, de la fable et de la dystopie, est paru en 1945, à une époque où régnait en Angleterre une sorte d’autocensure à l’égard de tout discours un tant soit peu antisoviétique. Il ne s’agit donc pas là d’un roman antispéciste ou vegan mais bel et bien d’une critique acerbe du stalinisme et des régimes totalitaires. Démodé ? Que non !
Si le roman existe en de nombreuses éditions de poche, cet album illustré par Quentin Gréban donne encore plus de vigueur à ce texte lucide et toujours actuel.

Dès 10 ans

George Orwell, La Ferme des animaux, illustrations de Quentin Gréban, Mijade, 2021, 30 € — Traduit de l’anglais par Jean Quéval. Imprimé en Belgique

Odile Haumonté, Le Miroir du Roi

Deux adolescents, dans un royaume imaginaire d’une Europe troublée par la guerre de Cent Ans. L’un, François, dans son pourpoint bleu azur, s’apprête à être couronné. L’autre, Philippe, vêtu d’une simple chemise blanche, l’encourage d’un franc sourire de connivence, comme seuls deux frères peuvent en échanger. Et pourtant… Rien ne peut distinguer les deux frères jumeaux, et c’est là une terrible malédiction (un peu tirée par les cheveux, mais sinon, pas de roman !). Officiellement, il n’existe qu’un seul prince, Philippe-François ! Chaque garçon vivra à tour de rôle sur le devant de la scène, son jumeau restant caché – du mieux possible. Au-delà de toutes les confusions imaginables, cocasses ou plus complexes, Odile Haumonté fait revivre dans ce roman les belles valeurs de la chevalerie : amitié, courage, loyauté, sens des responsabilités, seront mis à rude épreuve dans ce jeu de cache-cache princier. Rassurez-vous, la malédiction initiale sera levée !

Dès 12 ans

Odile Haumonté, Le Miroir du Roi, Pierre Téqui éditeur, 2020 (1ère édition en 2005), 244 p., 14,90 € — Imprimé en France

Romain Simon et Paul François, Chante pinson

« Ecureuil vit dans la forêt. Il a une petite maison entre les branches d’un grand arbre. » Un écureuil très occupé à faire ses réserves pour l’hiver ! De son côté, Pinson préfère chanter, sans se soucier du froid qui arrive. Est-ce une variante de la Cigale et la Fourmi ? Pas tout à fait, car Ecureuil, qui s’ennuie dans sa cahute bien chauffée, va inviter le petit pinson à partager son feu.
Paru en 1950, Chante pinson fait partie de ces titres que l’on se murmure à l’oreille, parce qu’ils nous rappellent nos lectures d’enfance, une voix, des couleurs… Qui n’a jamais cherché Ecureuil dans les arbres du parc, ou laissé quelques miettes au Pinson ? Ce fonds, les albums du Père Castor le gère au mieux, rééditant titre après titre pour notre plus grand bonheur. Alors, êtes-vous écureuil ou pinson ?

Dès 3 ans

Romain Simon et Paul François, Chante pinson, illustrations de Romain Simon, Flammarion Jeunesse Père Castor, 2020 (réédition), 32 p., 5,25 € — Imprimé en République Tchèque. Existe aussi dans des formats différents et des éditions plus anciennes

Ma semaine gourmande

Une bûche glacée, des macarons pour Noël ? Des crèpes et un chocolat liégeois pour un goûter qui sent bon le dimanche, un apéro comme les grands avec des sablés au parmesan et un Virgin Mojito ? Voilà « 42 recettes à cuisiner à quatre mains ou plus », un beau livre aux pages bien solides, pour tous les gourmands, petits et grands ! Au fil des jours, il décline un appétissant semainier rempli à ras bord de recettes aussi faciles à faire que délicieuses à partager.
TétrasLire y a sélectionné les meilleures recettes du magazine, les a enrichies de recettes inédites, pour placer chaque semaine sous le signe de la gourmandise et du bonheur de cuisiner ensemble ! Des ingrédients simples et sains, des astuces et conseils pour réussir, et surtout 42 recettes inratables testées par de petites mains et approuvées par toute la famille : voilà le secret de cette semaine gourmande qui enchantera les graines de chefs ! Attention : les proportions sont souvent données pour de grandes familles, ou pour une fête d’anniversaire. Pus on est de gourmands, meilleur c’est !

Dès 6 ans

Ma semaine gourmande, Tétras Lire, Editions Alba Verba, 2021, 96 p., 23 €. Imprimé en France

Aline Roussillon, La malédiction des Combettes

« “Pendant trois ans, Christophe s’est battu contre cette malédiction. Trois ans. Et il a été vaincu. Alors, la malédiction des Combettes, on n’en parle plus. C’est compris ? ” […] “Une malédiction ? ” Stupéfait, Clément répète ce mot tellement insolite dans la bouche de ce paysan qui a bien les pieds sur terre et qui pèse ses paroles. »
Les parents de Clément ont en effet, quelques années auparavant, renoncé à exploiter cette belle ferme jurassienne et travaillent à Paris. Le jeune homme, qui a gardé des attaches dans le massif et qui rêve de s’y installer, va tout faire pour comprendre les raisons de leur échec. Au fil des chapitres, Aline Roussillon dépeint des adolescents dynamiques, aventureux et courageux, entourés d’adultes sympathiques, dans un environnement sévère, âpre et parfois inquiétant, ce qui fait tout le sel de ce roman : le fil conducteur de cette « malédiction » lui permet aussi de développer des thèmes plus sérieux : choix professionnels, amitié, engagement amoureux, fidélité à une terre, héritages, valeurs morales, avec une réelle profondeur chrétienne. N’oubliez ni votre casque ni votre lampe frontale, et suivez nos héros dans les entrailles de la terre…

Adolescents

Aline Roussillon, La malédiction des Combettes, Pierre Téqui Editeur, 2020, 236 p., 13,90 € — Imprimé en France

Sibylle von Olfers, Marinette chez la Reine des Neiges

Marinette est seule à la maison, sa maman vient juste de partir. Mais est-elle vraiment seule ? En regardant par la fenêtre, dans ce paysage si calme et si tranquille, elle voit des petits flocons de neige surgir soudain. Ils sautent, tournoient, dansent et virevoltent tous en même temps. Ils l’appellent : “Viens Marinette ! Viens rejoindre notre cortège ! Accompagne-nous chez la Reine des Neiges ! »
La fillette ne se fait pas prier. Tout de rouge vêtue dans ce monde blanc et bleuté, la voilà conviée à une magnifique fête d’anniversaire. Il n’y manque ni « le chocolat blanc-neige » servi par les bonshommes de neige, ni les trompettes, ni les lanternes, ni les rondes… Cette Reine des Neiges est bienveillante : bien fatiguée, notre Marinette est reconduite chez elle dans un traîneau « tiré par quatre énormes ours polaires. »
L’artiste Sibylle von Olfers (1881–1916), à la fois peintre et auteur de livres d’images, a vu son talent encouragé par sa tante Marie von Olfers, elle-même peintre et écrivain. Sibylle von Olfers, après avoir être devenue religieuse, poursuivit sa formation artistique et enseigna le dessin. Dès 1905, elle écrivit et publia plusieurs livres d’images, dont ce délicieux conte de Noël.

Dès 4 ans

Sibylle von Olfers, Marinette chez la Reine des Neiges, Ed Des Mondes et des Livres, 2021, 28 p., 15 € — Traduit de l’allemand. Imprimé en Allemagne.

Fleur Daugey, Le réveil des volcans

Jules Verne, déjà, nous avait transporté « au centre de la Terre » ; cette année, il n’y pas de semaine sans qu’un ou deux volcans fassent l’actualité. Qui a vu les fleuves de lave du Cumbre Vieja s’en souviendra longtemps ! Le Krafla en Islande, le Nyiragongo en République démocratique du Congo, le mont Aso au Japon, l’Etna en Sicile ne sont pas en reste !
En seize chapitres, Fleur Daugey nous emmène au cœur des volcans. Ce documentaire très complet, superbement illustré de croquis et de dessins, aborde autant les questions géologiques, historiques que mythologiques. Sous l’eau, sur Terre ou bien dans l’espace, tous les volcans sont disséqués et explorés. Du monstre de l’Etna à la princesse du mont Fuji, des volcanologues Katia et Maurice Krafft au prisonnier survivant de la montagne Pelée, les histoires entourant ces forces de la nature sont rappelées. Et si les volcans n’avaient pas causé la disparition des dinosaures finalement ?

Dès 8 ans

Fleur Daugey, Le réveil des volcans, illustrations de Sandrine Thommen, Actes Sud junior, 2021, 64 p., 17,50 €