Dernières mises en ligne

Claire Zucchelli-Romer, Mon château fort à colorier

« Les soldats montent la garde. Le château est défendu par les archers et leurs arcs et par les arbalétriers et leurs arbalètes », mais, en temps de paix, « le seigneur et sa dame organisent des tournois et des joutes ». Les textes de ce petit livret complètent une grande frise d’enluminures inspirées du Moyen Âge à colorier et à déplier en forme de château fort. Quelques autocollants sur ses hautes murailles, et il aura fière allure ce château ! Il accueillera volontiers des figurines de type Playmobil. Une activité très réussie à proposer aux enfants après la visite d’un vrai château fort.

Dès 5 ans

Claire Zucchelli-Romer, Mon château fort à colorier, un livret, une frise et des autocollants, Mila Éditions et Éditions du patrimoine, 5,95 € — Imprimé en Chine

Emmanuel Bourdier, Qui dit mieux ?

« — Zoé, quelle est la race de Jean-Louis ?
Je déglutis.
— Je ne sais pas. On nous l’avait donné il y a longtemps, mais le vétérinaire nous avait dit qu’on avait de la chance vu que c’était un… un…
Je fronce les sourcils, fouille dans mon cerveau chamboulé par tant d’espoir soudain.
— Une samobsède ? Un smayonaise ? Un sékikimède ?
— Un samoyède ! »
Et c’est ce samoyède – qui sent très, très mauvais – qu’un « petit bonhomme tout rouge en costume » est venu soustraire à l’affection de Zoé, de sa sœur et de sa maman. « Saisie exécutoire dans le cadre légal d’une mesure de recouvrement ». Car il ne reste pas grand-chose à saisir, chez Zoé… Valeur estimée de Jean-Louis : entre 1500 et 2000 €. Mise à prix lors de la vente aux enchères : 1000 €. Aidée de ses amis et de ses voisins, Zoé va tout faire, absolument tout faire, pour récupérer son chien.
Cela donne un roman drôle et touchant à la fois, où les trouvailles verbales font écho aux pires astuces des enfants. Ou comment aborder le thème de la pauvreté avec humour et générosité à la fois. Rassurez-vous, amis des bêtes, les huissiers n’ont pas le droit de saisir les animaux de compagnie.

Dès 9 ans

Emmanuel Bourdier, Qui dit mieux ?, illustrations de Zelda Zonk, Flammarion Jeunesse, 2020, 136 p., 11 € — Imprimé en Espagne

Cédric Gras, Alpinistes de Staline

« Abalakov est un nom à deux visages, un patronyme pour deux héros, pour deux prénoms. Vitali et Evgueni, deux gamins que l’URSS tout entière connaîtra plus tard comme “les frères Abalakov” et qui écumèrent les mers de nuages. Viendra un jour où l’un s’apprêtera pour l’ascension de l’Everest tandis que la veuve de l’autre pleurera son “conquérant de la substratosphère” ». Vitali (1906–1986), l’ingénieur, survivra donc à Evgueni (1907–1948), l’artiste, décédé non en montagne mais intoxiqué au monoxyde de carbone dans son appartement. Héros, mais aussi victimes de la Terreur stalinienne, car Vitali, arrêté par le NKVD en 1938, a passé deux ans en prison notamment pour avoir fait cordée commune avec des communistes suisses ou allemands. Des archives du KGB au sommet du pic Lénine, des souvenirs des survivants à la terrible expédition du Tengri, de Krasnoïarsk au Pamir, Cédric Gras, russophone et aventurier lui-même, nous raconte ici une histoire méconnue des Occidentaux. Passionnant !

Adolescents

Cédric Gras, Alpinistes de Staline, Stock, 2020, 342 p., 20,50 € — Imprimé en France

Nadine Robert, Joseph Fipps

« Tu dis toujours non ! Je ne peux jamais rien faire ! Tu es méchante et je veux une autre mère !
Maman a de gros yeux ronds.
— Très bien, dit-elle. Je connais une maman qui voudra peut-être s’occuper de toi. C’est une maman morse qui habite sur la banquise, au pôle Nord. »
Parce que parfois, trop, c’est trop, et ce petit Joseph en accumule, des bêtises, du haut de ses cinq ans. Alors Maman se fâche (mais, ici, notons qu’elle garde son flegme !), et Joseph ronchonne. Avant de partir bouder. Jusqu’au pôle Nord ? Tout se finira par des câlins, dans cet album plein de tendresse et d’imagination, tout droit venu du Québec.

Dès 4 ans

Nadine Robert, Joseph Fipps, illustrations de Geneviève Godbout, La Pastèque, 2020, 40 p., 16 €

Jonathan Swift, Voyages de Gulliver

Jonathan Swift, Voyages de Gulliver

Gulliver – Lemuel de son prénom – est, l’a‑t‑on oublié ? – chirurgien de marine. Jusqu’au jour où son navire fait naufrage. Le voilà recueilli par les Lilliputiens, peuple minuscule mais néanmoins belliqueux. Un des motifs de leur guerre contre l’Empire de Blefuscu ? « Une très vieille querelle autour de la façon de casser les œufs à la coque » : par le gros bout, comme les Gros-Boutistes, ou par le petit bout, comme le défendent les Petits-Boutistes ? Après ce voyage à Lilliput, Gulliver se retrouve à Broddingnag, quelque part entre l’Amérique et le Japon, puis à « Laputa, Balnibarbi et autres contrées », avant de se retrouver chez les Houyhnhnms, ces chevaux aussi beaux qu’intelligents. Ce roman d’aventures du XVIIIe siècle, où la science-fiction et le fantastique permettent de se moquer de nos travers, a été adapté ici pour de jeunes lecteurs sans perdre de sa vivacité ni de son style inimitable.

Dès 9 ans

Jonathan Swift, Voyages de Gulliver, adaptation de Claude Carré, illustrations de Kaa, Auzou, coll. « Recueils universels », 2017, 104 p., 17,50 €

Françoise Laurent, Les p’tits volcans

Le volcan « crache une lave bouillante, faite de roches fondues… » Des roches fondues ? « Les rochers peuvent fondre ? Comme le chocolat ? Eh oui, petit gourmand ! » Quant à la Terre, elle « ressemble à un fruit… » Mais « son noyau est une boule brûlante ! Sa chair… un manteau très chaud ! Et son écorce ? Un puzzle dont les morceaux se déplacent lentement ». Autant de comparaisons tirées de la vie quotidienne qui permettent d’initier les jeunes enfants à la géologie, et notamment, ici, à la vulcanologie, la science des volcans – vivants ou éteints. Chiara Dattola a donné des visages flamboyants ou dormants, colorés ou sombres à ces volcans qui chatouillent l’écorce terrestre. Quel feu d’artifice !

Dès 4 ans

Françoise Laurent, Les p’tits volcans, illustrations de Chiara Dattola, Editions du Ricochet, coll. « Eveil nature », 2020, 32 p., 9,50 € (réédition de 2017). Imprimé en Espagne.

Françoise Morvan, La berceuse du marchand de sable et autres chansons douces

« Le ciel est plein de paysages,
On voudrait partir en voyage,
Sans élan, sans bruit, lentement,
Sur le dos d’un grand oiseau blanc. »
Des ondines et des gnomes, un renard et des pies, Cendrillon et Merlin, un canard sauvage, Jean-de‑l’Ours et Niels… Toutes ces figures passent sous nos yeux ébahis, en attendant que passe le Marchand de sable dont la berceuse, si douce, nous invite au rêve plus qu’au sommeil.
Ou comment la poésie est le meilleur chemin pour transmettre les traditions populaires, cette « source vive, à préserver comme précieuse et fragile entre toutes » comme le précise Françoise Morvan. Les subtiles illustrations de Pierre Favreau sont aussi légères qu’un nuage ou qu’un vieil oreiller de plumes. A apprendre avec le cœur.

Dès 6 ans et pour toute la famille

Françoise Morvan, La berceuse du marchand de sable et autres chansons douces, illustrations de Pierre Favreau, MeMo, 2020, 36 p., 13 € — Imprimé en Europe

Lucien Bély et Pierre Joubert, Une histoire du Mont-Saint-Michel

Lucien Bély et Pierre Joubert, Une histoire du Mont-Saint-Michel

Des hommes ont choisi une île, au Moyen Age, pour prier Dieu dans la plus grande solitude, et un évêque, Aubert, y fonda une abbaye en l’honneur de l’archange saint Michel. « Le lieu qui porte, de nos jours, le nom de Mont-Saint-Michel était alors [au début du Moyen Age] appelé le Mont-Tombe, ce qui signifiait à la fois le « tombeau » et l’« élévation ». Cette butte a sans doute attiré des ermites, car des chrétiens, venus peut-être d’Irlande, s’étaient installés très tôt autour de la baie et près de Dol-de-Bretagne. » Avez-vous bien lu ? « Sans doute », « peut-être » : voilà la modestie d’un véritable historien ! Cet album réunit en effet deux signatures célèbres : celle de Lucien Bély, ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, docteur ès lettres, professeur d’histoire moderne, et celle de Pierre Joubert (1910–2002), talentueux dessinateur. Ils vous invitent à une visite du Mont, haut lieu de prière et redoutable forteresse. Le Mont, c’est une immense page d’histoire. C’est une épopée, qui a supposé la foi et la vaillance des hommes. Le Mont, c’est une silhouette altière, une architecture exceptionnelle, qui a traversé les siècles et nous éblouit encore.

Dès 10 ans

Lucien Bély, Une histoire du Mont-Saint-Michel, illustrations de Pierre Joubert, Ouest France, 2017, 48 p., 9,90 € — Réédition de l’ouvrage paru en 1980, réédité en 1985.

Alexandra Ragache, Les caisses en bois Récup’

Que faire des belles caisses ou boîtes en bois qui protègent les bouteilles de vin offertes aux adultes ? Elles peuvent bien sûr resservir telles quelles, mais ce serait se priver des 19 bonnes idées proposées ici par Alexandra Ragache. Au choix, et selon le niveau de compétence et d’autonomie des enfants, des nichoirs, un coffret à thé, un coffre à bagage pour son vélo, voire… un panier à bières. Les explications sont très claires (dessins et photos), la liste des outils et matériaux supplémentaires précise, les résultats joliment mis en valeur. Sans oublier des gabarits et des astuces « de pro ».

Dès 8 ans, avec l’aide d’un adulte

Alexandra Ragache, Les caisses en bois Récup’, Editions de Saxe, 2019, 96 p., 17,90 €

Agnès Laroche, Les apprentis détectives – Sauvons les petits cochons !

«  ‑Quoi ? « Rien de grave », tu rigoles ? s’est-elle indignée. Au contraire, c’est une histoire dramatique !
Nina a haussé les épaules.
– Attends, c’est rien que des cochons. J’ai écarquillé les yeux. Des cochons ?
– Et alors ? a riposté sa petite sœur. Jean-Léon les adore, il s’en occupe super bien, c’est normal qu’il soit malheureux. » En fait de cochons, ce sont cinq cochons d’Inde « de race » qui ont disparu de l’enclos de Jean-Léon, le voisin de Sam et de ses amies, Nina et Agathe. Qui dit disparition, dit bien sûr enquête ! Les trois amis, aidés du chien Maurice, ne demandent que cela ! Le 5e épisode d’une série idéale pour les lecteurs juste « débrouillés ».

Dès 7 ans

Agnès Laroche, Les apprentis détectives – Sauvons les petits cochons !, illustrations de Clotka, 2020, Rageot, coll. « Heure noire », 96 p., 7,20 € — Imprimé en France

George Orwell, 1984

George Orwell, 1984

« Derrière Winston, la voix du télécran continuait à débiter des renseignements sur la fonte et le dépassement des prévisions pour le neuvième plan triennal. Le télécran recevait et transmettait simultanément. Il captait tous les sons émis par Winston au-dessus d’un chuchotement très bas. De plus, tant que Winston restait dans le champ de vision de la plaque de métal, il pouvait être vu autant qu’entendu. Naturellement, il n’y avait pas moyen de savoir si, à un moment donné, on était surveillé. Combien de fois, et suivant quel plan, la Police de la Pensée se branchait-elle sur une ligne individuelle quelconque, personne ne pouvait le savoir. » Police de la Pensée, ministère de la Vérité, ministère de l’Amour, « contrôle de la Réalité »… en 1984, « Big Brother vous regarde ».
Aujourd’hui, la Police de la Pensée et la novlangue sont-elles encore de la science-fiction ? Vient de paraître, chez Gallimard, une nouvelle traduction, qui a subi une réécriture très dégradée et… orwellienne : la « novlangue » devient le « néoparler » et la « police de la pensée », la « Mentopolice ». Il est grand temps de se procurer la traduction de 1950, qui, si elle a quelques défauts, a fait passer dans le langage commun quelques termes critiques bien utiles face à notre société de surveillance médiatique.

Adolescents

George Orwell, 1984 — Traduit de l’anglais par Amélie Audiberti (1950). Éditions de poche, dont Folio, 1972, 438 p., 8,90 €, toujours disponible.

Anne-Laure Blanc, Les Douze Travaux d’Hercule

L’oracle de Delphes a demandé à Hercule de se mettre au service d’Eurysthée, le roi d’Argolide. Ce méchant roi lui a ordonné de réaliser dix exploits, plus terribles les uns que les autres. En fait, ils seront douze, parce qu’il paraît qu’Hercule a triché deux fois. Mais avouez que chacun de nous a bien du mal à retrouver ces douze travaux — et dans l’ordre voulu par la tradition ! Du lion de Némée à la biche de Cérynie, de l’hydre de Lerne aux juments de Diomède, pour finir aux Enfers sans me faire mordre par Cerbère, j’ai tenté de faire revivre ces aventures extraordinaires. En effet, Madame la Chouette est passée de l’autre côté du miroir et publie son premier album jeunesse.
Une enfance bercée par les récits homériques, les exploits de Persée ou de Thésée, des films comme « Le Choc des Titans » ou « Jason et les Argonautes » : il n’en fallait pas plus à mon complice Willy pour se prendre au jeu et donner vie et couleurs à Hercule et au monde merveilleux dans lequel il évolue.

Dès 6 ans

Anne-Laure Blanc, Les Douze Travaux d’Hercule, illustrations de Willy, La Nouvelle Librairie Jeunesse, 2020, 20 p., 9,90 € — Imprimé en France