Dernières mises en ligne

Margot de Jubécourt, Le masque du chacal

La famille Gasnet, neuf enfants et une joie de vivre scoute bien affirmée, vient d’emménager dans une belle maison bourgeoise d’une bourgade normande. Seule ombre au tableau : nuit après nuit, le mur du jardin est recouvert de graffitis, signés « Chacal ». Qui se cache derrière ce masque ? Les aînés vont découvrir une bande de petits délinquants qui se prennent pour des durs, des pieds nickelés laissés à eux-mêmes et à leur ennui. Peu à peu, certains de ces gamins vont se laisser séduire par le charisme de Tanguy et de ses frères, jusqu’à monter une troupe scoute et se rapprocher de l’Eglise.
Nous voilà donc partis pour une grande démonstration « in vivo » des valeurs du scoutisme, autour des notions clés de l’engagement, de la fraternité et de la foi. Margot de Jubécourt a eu la bonne idée de ne pas écrire un manuel du chef scout, ou une théorie du management d’équipe, encore moins une méthode de réinsertion, mais un vrai roman aux dialogues enlevés, avec nombre d’épisodes annexes qui donnent de l’épaisseur aux personnages. Elle s’en est raisonnablement tenue à un rapprochement, tendu mais gagnant, avec des petits Blancs qui pour lesquels tout espoir n’est pas perdu. Un roman naturaliste bien ancré dans la réalité sociologique contemporaine, sans aucun autre élément « magique » que l’empathie et la force de caractère.

Grands adolescents, dès 15 ans

Margot de Jubécourt, Le masque du chacal, BoD Books on Demand, 2020, 242 p., 15 € — Imprimé en Allemagne. Attention : le livre étant imprimé à la demande, comptez 2 à 3 semaines entre la commande et la livraison.

Taro Miura, Les enfants du tout petit roi et de la très grande princesse

Dix enfants ! Dix enfants qui « vivaient dans la joie et le bonheur », choyés par leurs parents, le tout petit roi et la très grande princesse. Un beau jour, le roi les invita à sortir du château : « visitez le royaume, rencontrez les habitants et réfléchissez à ce que vous aimeriez faire pour notre pays ». Son idée était de savoir qui lui succèderait, mais il ne le leur dit pas. L’un choisit de devenir fleuriste, l’autre garagiste, le suivant footballeur et sa sœur, chanteuse, puis vinrent le charpentier et l’agricultrice… Bref, les neufs premiers choisirent chacun un métier, mais pas celui de roi ou de reine. Et le dixième ? Plus discret, il savait écouter et se faire aimer – il accepta de devenir roi le jour venu et se fit aider de toute sa fratrie, parce qu’il fallait bien que chacun y mît un peu du sien. Le Japonais Taro Miura raconte en mille couleurs vives cette belle fable d’harmonie politique. Sa signature ? Des lignes épurées et géométriques, un peu comme des gommettes et un art de la répétition qui enchantera les petits. Et votre petit prince, ou votre chère princesse, feront-ils le même métier que Papa et Maman ?

Dès 4 ans

Taro Miura, Les enfants du tout petit roi et de la très grande princesse, Milan, 2021, 40 p., 12,90 € — adapté du japonais par Yukari Maeda et Patrick Honnoré – Imprimé en Chine

Sophie Blitman, Des robots et des hommes

Du canard animé conçu au XVIIIe siècle par Jacques Vaucanson aux robots capables de peindre une voiture, d’assister un chirurgien ou de jouer au football, ces curieuses machines animées ont évolué jusqu’à prendre une place considérable dans notre vie quotidienne. « La robotique et l’intelligence artificielle », tel est le sous-titre de cet album documentaire qui explore l’univers des robots. Il pose aussi en termes simples mais indispensables la question de nos interactions avec les robots : ils ne ressentent pas d’émotions réelles ; peut-on parler de leurs « responsabilités » ? Peut-on leur faire faire la guerre ? Autant de questions morales, éthiques et juridiques qui se poseront avec de plus en plus d’acuité aux adultes de demain que sont les jeunes lecteurs d’aujourd’hui. En fin d’album, deux pages plus denses évoquent les dérives possibles de la robotisation, surtout si elle mène au transhumanisme. Un album très documenté, qui aidera les adultes à expliquer les enjeux à venir.

Dès 7 ans

Sophie Blitman, Des robots et des hommes, illustrations de Céline Manillier, Editions du Ricochet, coll. « Ohé la science ! », 2021, 40 p., 13,50 €

Nancy Guilbert, Archives Détective

« Le cœur plein d’attente », oui le cœur et pas le cerveau, un enfant entre dans un bien curieux bâtiment : celui des archives ! Et le voilà qui cherche, ou plutôt qui essaie de chercher. Premier indice : une porte s’ouvre dans un arbre immense. Vite, gravissons cet escalier du temps passé. Entre rêve et réalité, voici notre jeune héros qui vole, navigue et grimpe, aidé de l’archiviste, de la restauratrice, du magasinier… Parchemins et grimoires prennent vie, et l’on se réjouit de voir une petite archive blessée si bien réparée dans l’atelier aux mille papiers. Au bout de sa quête, notre jeune personnage trouve enfin l’objet de sa recherche : son arbre généalogique, fleuri de blasons et d’armoiries. Jeanne, Marie, Paul, Hector… « Mes ancêtres, ils sont tous là ! » Le plus impressionnant, dans cette histoire, est la dynamique insufflée par les illustrations colorées et dansantes signées de la jeune Anna Griot. Quel pari en effet de faire entrer un enfant de plain-pied dans le monde des archivistes ! Un partenariat 100% réussi avec Archives départementales de Haute-Savoie. Une magnifique chasse au trésor, entre histoire et mémoire, rêve et réalité.

Dès 7 ans

Nancy Guilbert, Archives Détective, Enquête dans le mystère des archives, illustrations d’Anna Griot, Editions Courtes et Longues, 2021, 48 p., 22 € — Imprimé en France

Audrey Stéphanie, Les Audacieuses, héroïnes d’hier pour jeunes filles d’aujourd’hui

De Tanaquil, devineresse étrusque qui devint reine de Rome, à Augustina de Aragon, héroïne qui combattit contre les troupes de Napoléon, cet album narre les aventures hors du commun de vingt femmes qui ont marqué l’histoire européenne – y figurent aussi Jeanne d’Arc ou Aliénor d’Aquitaine, dont les destins sont mieux connus. Vies légendaires ou mieux documentées, peu importe. Reine, fille du peuple, combattante ou savante, chacune incarne un moment clé de l’histoire européenne. Audrey Stéphanie dresse leur portrait avec une énergie communicative, parfois dans une langue un peu trop contemporaine, qui pourrait laisser croire que les caractères sont évalués à l’aune de notre temps. On regrettera une relecture un peu rapide, mais peu importe, le texte emporte d’autant plus l’adhésion qu’il est servi par de superbes illustrations. Les portraits, très féminins, vigoureux et colorés, sont mis en valeur par une réalisation technique de grande qualité. Un premier livre qui augure bien de la suite !

Dès 12 ans

Audrey Stéphanie, Les Audacieuses, héroïnes d’hier pour jeunes filles d’aujourd’hui, illustrations d’Aude Benoit, Editions L’étoffe des héros, 2020, 58 p., 19,90 € — Imprimé en Italie

Marie Colmont, Marlaguette

Marie Colmont, Marlaguette

« Elle s’appelait Marie-Olga, mais on disait Marlaguette pour faire plus court et aussi plus gentil.
Un jour qu’elle était allée cueillir des champignons dans les bois, une grosse bête sauta sur elle et l’emporta pour la manger… » Et c’était le loup ! Dans la poursuite qui s’ensuivit, le loup se blessa. Marlaguette en eut pitié, le soigna, et lui fit promettre de ne plus tuer de bestioles pour se nourrir et de préférer fruits et légumes. Mais, dans les contes de Marie Colmont – celui-là est paru pour la première fois en 1952 –, les loups sont et restent carnivores. Voyant son ami loup faible et malheureux, Marlaguette finit par le délier de sa promesse. Les dessins de Gerda Muller sont toujours aussi frais et joyeux, indémodables !

Dès 3 ans

Marie Colmont, Marlaguette, illustrations de Gerda, Flammarion Jeunesse, « Les Histoires du Père Castor », 2021, 32 p., 5 € — Réédition d’un grand classique. Imprimé en République Tchèque.

Michael Bright, Darwin, l’origine des espèces

Michael Bright, Darwin, l’origine des espèces

« Les scandentiens sont des animaux petits et minces, avec une longue queue. De tous les mammifères, ce sont eux qui ont le cerveau le plus grand par rapport à leur taille. Ils n’appartiennent pas au groupe des rongeurs et ne mangent pas d’insectes. Ils sont liés aux primates, le groupe dont font partie les humains. » Et pourtant, si tu vois leur silhouette dans cet album, ce n’est pas si évident que cela ; on dirait un écureuil – mais avec un museau pointu et une queue moins touffue. Mais sais-tu quel est le plus grand être vivant au monde ? C’est un champignon, dont les filaments s’étendent sur près de 3,8 km. 157 millions d’années ? C’est l’âge du plus ancien fossile de tortue de mer retrouvé par les savants. Suis les différentes branches de « l’arbre de la vie » de Charles Darwin (1809–1882), à la découverte des incroyables évolutions des plantes et des animaux. Que de surprises !

Dès 7 ans

Michael Bright, Darwin, l’origine des espèces, illustrations de Margaux Carpentier, Circonflexe, coll. « Aux couleurs du monde », 2020, 48 p., 16,50 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Chine

Alain Serge Dzotap, Capitaine bébé !

Alain Serge Dzotap, Capitaine bébé !

« Capitaine Bébé enfile sa combinaison, met ses bottes et son casque, et il démarre son gros camion de pompiers. C’est l’heure de sa tournée. Il doit s’assurer que tout va bien. » Mais si tout allait bien, il n’y aurait pas d’histoire à raconter ! Justement, « il y a le feu dans la boutique de madame Girafe ! ». Pin-pon, pin-pon… Le camion rouge de Capitaine Bébé traverse la page, toutes sirènes hurlantes ! Oh, oh, comment dire ? Est-ce vraiment la lance à incendie qui a mis de l’eau partout ? Capitaine Bébé aurait-il… fait pipi au lit ? Une approche originale et vraiment amusante de ces petits malheurs, sous la plume d’Alain Serge Dzotap, auteur camerounais. Les dessins de Brice Postma Uzel s’inspirent avec succès des pochoirs de l’école russe – on pense à Natalie Parain ou à Hélène Guertik.

Dès 3 ans

Alain Serge Dzotap, Capitaine bébé !, illustrations de Brice Postma Uzel, Sarbacane, 2021, 32 p., 13,90 € — Imprimé en Italie

Carmen Saldaña, Bonne nuit, la ferme

Carmen Saldaña, Bonne nuit, la ferme

« Les vaches dorment dans l’herbe tendre des prés ou se blottissent dans le foin de l’étable. Les vaches dorment environ 4 heures par jour. » Et les canards ? Les poules ? Les chevaux ? Les cochons ? Un album aux pages cartonnées et découpées, aux couleurs joyeuses, pour souhaiter bonne nuit aux animaux de la ferme – mais aussi au fermier, qui se lève tôt le matin. Un album sans prétention, idéal pour l’heure du coucher.

Tout-petits

Carmen Saldaña, Bonne nuit, la ferme, textes de Becky Davies, Kimane, 2021, 12 p. cartonnées, 12,95 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Chine

Davide Morosinotto, La fleur perdue du chaman de K

Davide Morosinotto, La fleur perdue du chaman de K

Laila a douze ans. Bientôt, elle aura des amis, et un walkman. Elle fera un très long voyage, semé d’embûches, de nuits à la belle étoile, de navigations sur l’Amazone. Mais elle ne le sait pas encore. Elle ne sait pas non plus qu’elle présente tous les symptômes d’une maladie incurable, la maladie de Batten. Et que même la fleur perdue du chaman ne pourra rien pour elle. Pour le moment, elle va subir des examens de la vue dans un hôpital de Lima, où son père est diplomate. Et nous tremblons avec elle parce que le chauffeur a verrouillé les portières, que le quartier n’est pas sûr, mais surtout parce que ces examens vont l’obliger à passer plusieurs jours dans un service de pédiatrie. A moins… à moins qu’elle ne décide de prendre son destin en main. A la fin de ce roman de formation, mené tambour (de chaman) battant, Laila aura ces mots extraordinaires : « Je vais mourir. Mais ça va aller. Parce que j’ai vécu. » Après Le célèbre catalogue Walker & Dawn, Davide Morosinotto embarque ses lecteurs à la recherche non seulement de la fameuse fleur mais à ce qui fait le sel de la vie : des aventures partagées avec des amis, de vrais amis.

Dès 12 ans

Davide Morosinotto, La fleur perdue du chaman de K, Illustrations de Paolo Domeniconi, Ecole des Loisirs, coll. Médium, 2021, 486 p., 18 € — Traduit de l’italien

Julien Delmaire, Les aventures inter-sidérantes de l’ourson Biloute, l’intégrale

Julien Delmaire, Les aventures inter-sidérantes de l’ourson Biloute, l’intégrale

Est-ce le clapotis de la pluie sur les carreaux ? Le parfum des frites ? Ou bien encore la soucoupe volante de l’affreux Blast Ador ? Toujours est-il que Madame la Chouette a été secouée dans son sommeil et entraînée dans le Nord par un ourson fort téméraire, quelque part entre champs de betteraves et terrils abandonnés. Et soudain, Les Harley-Davidson ont hurlé encore plus fort que les basses des rockeurs années 1970… Autant dire que Les aventures inter-sidérantes de l’ourson Biloute sortent un peu des chroniques habituelles du blog. Mais que ne ferait-on pour un petit Kévin, qui, de ducasse en piquet de grève, s’imagine, par ourson interposé, une vie pleine d’aventures et de voyages dans l’espace ? Ce roman rock, trépidant et déjanté, est servi par une écriture très rythmée, entre expressions ch’tis (glossaire à la fin) et interjections de comics. Madame la Chouette a moins aimé certains dessins – ainsi que la fin : que fait donc cette péronnelle de Greta à la braderie de Lille ? On aurait préféré que Biloute aille consoler Fiorina – mais ceci est une autre histoire. Le livre réunit les tomes parus séparément (et en couleurs). À part ça, votre sauce préférée, avec les frites ? Samouraï, Piccalilli ou Ketchup ? Moi, c’est la mayo de ma maman ! Tous unis contre l’infâme sauce Z, Blast Ador et le docteur Veggaline !

Dès 8 ans et pour tous ceux qui aiment le rock, les grosses motos et les frites

Julien Delmaire, Les aventures inter-sidérantes de l’ourson Biloute, l’intégrale, illustrations de Reno Delmaire, Grasset Jeunesse, 2021, 240 p., 14,90 € — Imprimé en Italie

Avalon Nuovo, Musique !

Avalon Nuovo, Musique !

« Selon de nombreux experts, la salle de concert dotée de la meilleure acoustique au monde est le Musikverein à Vienne, en Autriche. Conçu par l’architecte danois Theophil Hansen, il fut achevé en 1870. Aujourd’hui, les scientifiques et les ingénieurs ont de grandes connaissances en matière d’acoustique ». Et il en faut pour entendre les moindres détails d’une symphonie ou d’un opéra ! Cet album documentaire se penche aussi sur la façon dont on joue d’un violon ou d’une trompette, explique la différence entre un ténor, une basse et un baryton, fait revivre quelques grands musiciens, de Beethoven à Holst, et confie les secrets d’une bonne musique de film. Les illustrations de David Doran sonnent parfaitement avec le texte informatif et entraînant d’Avalon Nuovo. À vous, maestro !

Dès 8 ans

Avalon Nuovo, Musique !, illustrations de David Doran, Milan, 2020, 80 p., 19,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Lettonie.