Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Chouette, un livre ! Le blog de Madame la Chouette

Une bibliothèque enfantine idéale

Dernières mises en ligne

Robin des Bois

« — Et maintenant, suis‐moi, Robin des Bois ! Donne‐moi ton épée et rends‐toi si tu veux espérer voir la fin du jour !
— Pour ce qui est de mon épée, c’est avec grand plaisir que je te la donne… mais pas comme tu l’attends !
Vif comme l’éclair, Robin tira son épée et frappa Guy de Gisborne, qui s’écroula inanimé devant l’autel. Entouré de tous ses hommes, il chargea les soldats du chevalier jusqu’à ce qu’ils sortent de la chapelle. »
Alors qu’il s’apprêtait à épouser la belle Marianne, Robert Fitz‐Ooth, comte de Locksley, baron de Huntingdon, se voit contraint de quitter le château pour s’élancer dans la forêt de Sherwood. Robin des Bois n’aura de cesse de lutter contre l’injustice, en attendant le retour du roi Richard. Cela nous vaut un roman d’aventures, avec duels, chevauchées, enlèvements, prisons, guet‐apens, tournois…
Venue du Moyen Age anglais, la geste de Robin a été popularisée dans la littérature enfantine par le roman Ivanhoé de Walter Scott et par le Robin des bois, le prince des voleurs d’Alexandre Dumas. Cette version reprend les divers éléments légendaires pour en donner un récit dynamique, facile à lire, à tout petit prix.

Dès 8 ans

Robin des Bois, illustrations de Benjamin Strickler, Lito, 2016, 136 p., 3,90 € — Imprimé dans l’Union européenne.

Michèle Moreau, Ecoute Papa qui jardine et qui joue

Le chien aboie, les poules lancent de joyeux cot‐cot… Il est temps de retourner au jardin ! Mais ce Papa si maladroit accumule les catastrophes : bruits de verre cassé, miaulements du chat qui n’apprécie pas le tuyau d’arrosage – et comment sortir de terre cet énorme radis ?
Un album sonore sans prétention aucune, aux couleurs joyeuses, pour aider Bébé à appréhender les bruits du jardin, avec un gros câlin du jardinier, bien sûr !

Tout‐petits

Michèle Moreau, Ecoute papa qui jardine et qui joue, illustrations de Charles Dutertre, musique et bruitages de J.-C. Vareille, Didier Jeunesse, coll. « Mon petit livre sonore », 2019, 16 p, 11,90 € — Pile fournie (mais petit tournevis nécessaire !) – Imprimé en Chine.

Corinna Bille, Maisons, villes et chemins

Des livres qui parlent, un bébé qui sourit en haut d’une tour, une fillette qui rêve d’entrer dans un jardin mystérieux… Puis un violon de verre qui réveille la grisaille des âmes, une fillette (une autre) qui jette ses poupées par la fenêtre, un « garçon vêtu de noir dans un paysage blanc », un drôle de bonhomme qui descend de son gratte‐ciel sur une escarpolette, une « maison musique » – et une « dame qui voulait redevenir enfant » — voilà où nous mène la fantaisie de Corinna Bille (1912–1979), dans ce recueil de neuf nouvelles. Secrets, merveilles, mystères, telles sont les étoffes avec lesquelles Corinna Bille habille ses personnages, qu’elle promène dans des lieux imaginaires et hors du temps. Ses « moralités » sont souvent douces‐amères, son langage parfois d’une cruelle étrangeté (avec un « suicide collectif de poupées »), mais il se dégage de ces récits la nostalgie d’un pays de cocagne où l’extravagance balaie la routine et mène à la sagesse. « Car le bonheur et le malheur, dans la vie, mes enfants, s’entrelacent comme branches de sureaux ». Vamille, alias Camille Vallotton, avec un humour aussi tendre que sa palette, a choisi de faire de certaines illustrations des planches de bandes dessinées, qui relancent le lecteur et l’aident à rebondir dans sa lecture.

Dès 10 ans

Corinna Bille, Maisons, villes et chemins, illustrations de Vamille, La Joie de Lire, 2018, 78 p., 14,90 € — Imprimé en Lettonie. Couverture cartonnée, avec un signet.
Du même auteur : Légendes et mystères des montagnes, illustrations d’Adrienne Barman, La Joie de Lire, Genève, 2018, 80 p., 14,90 €

Jean‐Marie Defossez, Face Nord

« Stéphane‐Eric‐Julie, un trio que tout unit. Au sens propre, par la corde en Kevlar qui relie leur baudrier comme un cordon ombilical. Et au figuré, par cette passion de l’escalade et par cette amitié qui les soudent depuis qu’ils sont gosses. »

Le bac en poche, tout fiérots du haut de leurs dix‐sept ans, nos jeunes Chamoniards décident de se lancer dans une grande aventure : ouvrir, en trois jours, une nouvelle voie sur l’une des plus belles faces du massif, la plus raide, la plus exposée, la plus mythique : la face nord des Grandes Jorasses. Bien sûr, le beau projet va se heurter à une série d’impondérables – sans quoi il n’y aurait pas de roman. La tempête qui se déchaîne a pour pendant un coup de vent émotionnel qui déroute autant les garçons que la jeune fille. Le narrateur et Julie, qui mènent alternativement le récit, parlent en mots très justes de la montagne autant que des tourments adolescents : pudeur, altruisme, volonté et courage.

Dès 12 ans

Jean‐Marie Defossez, Face Nord, Flammarion Jeunesse, 2019, 160 p., 9 € — Réédition de l’ouvrage paru en 2010 sous une autre couverture. Imprimé en Espagne.

 

Nicola Kinnear, Courage, petit lapin !

« Martin était un petit lapin très sage. » Très sage, et même trop sage, casanier, voire un peu poltron aux yeux de son amie Rosie qui ne pense qu’à plonger avec les loutres ou croiser des loups sur son chemin. Jusqu’au jour où Rosie se fâche et part seule à l’aventure… Martin devra surmonter ses inquiétudes pour aller à sa recherche. Les animaux de la forêt et de la rivière se révéleront des aides précieuses. Mais voilà que le loup menace Rosie… Un album qui aidera les plus petits à vaincre leurs appréhensions, inventé par une jeune et talentueuse illustratrice très british.

Dès 4 ans

Nicola Kinnear, Courage, petit lapin !, Belin Jeunesse, 2019, 32 p., 12,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Malaisie

Emmanuel Trédez, Les Pâtes

Des pâtes, oui mais des… Stooop, pas de pub ! Pas plus que d’arbres à pâtes ou de champs de pâtes ! Macaroni, penne, coquillette, tagliatelle, farfale ou encore stelline, spätzles ou crozets, que celui qui n’aime pas les pâtes lève la main ! Du champ de blé dur à l’usine, Emmanuel Trédez explique en termes clairs la fabrication des pâtes, puis donne quelques recettes et conseils diététiques. Le tout est illustré de manière très dynamique par Nicolas Gouny, un jeune papa fantaisiste mais très documenté.

Dès 6 ans

Emmanuel Trédez, Les Pâtes, illustrations de Nicolas Gouny, Editions du Ricochet, coll. « je sais ce que je mange », 2019, 36 p., 12,50 €

Kate Klise, La liste des choses à faire absolument

« Quand Astrid arriva de la maternité, Eli était déjà là. Il attendait. Il fut le premier ami d’Astrid. Avec le temps, Eli devint aussi e garde du corps personnel d’Astrid, son coussin préféré, et parfois sa meilleure cachette. » Ah, le bon gros toutou ! Mais voilà qu’Astrid fête ses 6 ans ; elle s’aperçoit que 6 ans, dans la vie d’un gros toutou, cela commence à faire vieux – disons entre 50 et 60 ans. Sa « liste des choses à faire absolument » est un condensé de d’espièglerie, de tendresse, de joie de vivre – avec quelques plans un peu compliqués à mettre en place, comme d’aller au cinéma ou au restaurant. Mais pour Astrid, rien d’impossible ! Kate écrit, Sarah dessine et l’on sent une belle complicité entre les deux sœurs. Elles partagent leurs aventures et leurs projets sur un blog : kateandsarahklise.

Dès 3 ans

Kate Klise, La liste des choses à faire absolument, illustrations de M. Sarah Klise, Albin Michel Jeunesse, 2019, 32 p., 11,50 € — Traduit de l’anglais (américain). Imprimé en Italie.

Claudine Morel, L’ABCDaire des métiers qui n’existent pas

Quand je serai grande, je ferai comme Papa – Ah oui ? Peux‐tu m’expliquer quel est le métier de Papa ? — Heuuuu… D’où ces drôles de jeux où les petits se prennent au sérieux, à « faire comme si » avec une bonne dose d’imagination. Dans cet ABCDaire des métiers qui n’existent pas, Claudine Morel ne s’y est pas trompée : hypnotiseur de truites, imitateur de poules, friseuse de chats, nounou pour pompons, useur de souliers, valet de trèfle…  en voilà de jolis métiers à (ré)inventer ! D’autant plus que ses dessins au crayon à papier sont légers, joyeux, farfelus, espiègles et parfois bien impertinents – n’est-ce pas, monsieur le « marmonneur de gros mots » ?

Dès 4 ans

Claudine Morel, L’ABCDaire des métiers qui n’existent pas, Didier Jeunesse, 2019, 32 p., 11,90 € — Imprimé en France

Catherine de Lasa, Dans la révolte des canuts, Journal de Pauline, 1831–1832

« Pour braver l’oppression,
Courant sans crainte à la victoire,
Se battant sans manger ni boire,
Voilà l’ouvrier de Lyon. »
Ce refrain, jamais la douce Pauline, 13 ans en 1831, n’aurait jamais imaginé le chanter quatre mois plus tôt, quand sa famille est venue s’installer dans un taudis de la Croix‐Rousse. Pauline rêve d’aller à l’école des sœurs, mais elle s’occupe le plus souvent de ses petits frères, tout en enroulant la soie sur les canettes, pendant que sa mère peine à nourrir sa famille. Son père est un artisan tisseur de soie, fier de son talent, un « canut ». Les canuts, maîtres artisans tisserands, travaillent chez eux, à la commande et sont payés à la pièce. Mais le travail vient à manquer ; de plus, les négociants ne veulent pas entendre parler de salaires garantis.
La révolte gronde alors dans les ruelles et les traboules. Les premières grèves éclatent. Du 21 au 24 novembre 1831, une insurrection fait plus de 600 victimes… Pauline est aux premières loges ! Catherine de Lasa tient le journal de l’adolescente du 25 juillet 1831 au 22 août 1832. Comme en témoignent Pauline et ses amies, les revendications féministes se font jour à Lyon dès cette époque, notamment sous l’influence des saint‐simoniens : droit à l’instruction (même élémentaire), participation plus grande à la vie politique et sociale… Elles n’en sont que plus motivées pour participer au mouvement de révolte des canuts.

Dès 10 ans

Catherine de Lasa, Dans la révolte des canuts, Journal de Pauline, 1831–1832, Gallimard Jeunesse, coll. “Mon histoire”, 2019, 144 p., 12,50 € — Imprimé en Italie.

Emilie Vast, Jusqu’en haut

« Sur le sol de la forêt, Coati cherche des fruits.  Quand soudain, Ocelot lui tombe dessus. Pendre un ocelot sur le dos, c’est douloureux ! » Coati va donc essayer de savoir pourquoi Ocelot lui est tombé dessus. Et Ocelot d’expliquer que c’est Ibis qui l’a piqué de son bec… Le lecteur va remonter tout au long des arbres de l’immense forêt amazonienne, jusqu’à la canopée, « là où la brise est légère ». Il ira ainsi à la rencontre du coati, de l’ocelot, de l’ibis rouge, du tamandua, du toucan, du paresseux, du singe hurleur, de l’ara bleu et du singe‐écureuil. Ce dernier serait‐il donc à l’origine de cette série de « pourquoi » ? De ces « pourquoi ? » sans fin qui, à défaut de nous faire monter aux arbres, nous font parfois grimper aux rideaux ! Ici, la fin est drôle et tendre, aussi tendre que les dessins d’Emilie Vast qui ne cesse de nous enchanter dans ses albums épurés, où l’art vit en parfaite harmonie avec la nature.

Dès 3 ans

Emilie Vast, Jusqu’en haut, MeMo, 2019, 48 p., 16 € — Imprimé en quadrichromie et en Europe

Evelyne Brisou‐Pellen, La Cour aux Étoiles

« Des rues, encore des rues ! Combien pouvait‐il bien y en avoir dans cette ville ? Guillaume avait dit que c’était Paris.
Paris !… Comment respirer entre ces murs, ces maisons si hautes ? Ne tombaient‐elles jamais ? N’allaient-elles pas s’écrouler sur lui ? Renaud filait dans les ruelles à la remorque du joueur de viole… » Un enfant, ce Renaud, serf et fils d’un serf, poussé par la faim autant que par le goût de l’aventure. La faim, parlons‐en. C’est elle qui lui fait accepter la sollicitude très intéressée des laissés‐pour‐compte qui s’abritent tant bien que mal dans la cour aux Étoiles. Mendicité, petits larcins, boniments, telle est la vie de Renaud dans un Paris médiéval grouillant et nauséabond. Alors, quand la Grande Peste envahit la ville…
Ce roman initiatique médiéval est un grand classique signé Evelyne Brisou‐Pellen, réédité ici avec les illustrations de Yann Tisseron.

Dès 10 ans

Evelyne Brisou‐Pellen, La Cour aux Étoiles, illustrations de Yann Tisseron, Rageot, 2019, 192 p., 7,10 € — Réédition du roman paru en 1982 aux Editions de l’Amitié.

Sophie Lamoureux, La Grande Epopée des chevaliers de la Table ronde, tome 2 : Lancelot et Guenièvre

«  — Un jour viendra un chevalier magnifique, plus fort que le plus fort, meilleur que le meilleur. Grâce à lui, la paix reviendra en Bretagne. Grâce à lui, les faibles seront protégés, les méchants châtiés. Et tu sais quoi ?
Fasciné, Beau Trouvé avait secoué la tête. Merlin s’était penché vers lui pour lui confier :
— C’est de notre terre de Petite Bretagne que surgira le meilleur chevalier au monde.
— Quel est son nom ? avait voulu savoir le garçon.
— Personne ne le sait, avait chuchoté Merlin, mais on prétend qu’il viendra bientôt. »
Et le jeune Beau Trouvé de rêver qu’il irait à la rencontre de ce chevalier, et qu’il reviendrait « raconter plus tard son aventure à la Dame du Lac », sa fée.
Douze épisodes et moult aventures seront nécessaires avant que Beau Trouvé n’apprenne sa véritable identité – que nous avions tous deviné, bien sûr. Lancelot ira se mettre au service du roi Arthur et fera la connaissance de la reine Guenièvre, la plus belle des reines. Enchantements, exploits, combats, pièges, périls et infamie – le chemin de nos héros est parsemé des embûches sans lesquelles il n’y aurait pas d’épopée.

Ces 50 épisodes se lisent avec facilité, éventuellement à haute voix ; ils sont illustrés pleine page par Olivier Charpentier qui joue des fonds noirs pour mettre en scène des personnages quasi intemporels. Au vu des complications matrimoniales et extra‐matrimoniales de ces légendes, il semble délicat d’en conseiller la lecture avant 12 ans.

Dès 12 ans

Sophie Lamoureux, La Grande Épopée des chevaliers de la Table ronde, tome 2 : Lancelot et Guenièvre, illustrations d’Olivier Charpentier, Actes Sud Junior, 2017, 216 p., 16,80 € — Imprimé en France
Du même auteur : La Grande Épopée des chevaliers de la Table ronde, tome 1 : Arthur et Merlin, illustrations d’Olivier Charpentier, Actes Sud Junior, 2016, 208 p., 16,50 € — Imprimé en France
La Grande Epopée des chevaliers de la Table ronde, tome 3 : Perceval et Galaad, illustrations d’Anne-Lise Boutin, Actes Sud Junior, 2018, 216 p., 17,50 € — Imprimé en France