Mot-clef

Christian Demilly

Christian Demilly, Bulle dans sa bulle

Bulle a enfilé son costume de lapin bleu, celui qui a des oreilles et un pompon pour la queue. Et dans ce costume, il lui en arrive des aventures- enfin, de toutes petites aventures : manger du saucisson et des éclairs au chocolat, mais pas en même temps, ça, il a essayé et ce n’est pas bon du tout ; collectionner les objets les plus bizarres, quitte à ne plus savoir dans quelle boîte de boîte de boîte il les a rangées ; rêver aussi, Bulle aime beaucoup ça, surtout quand son rêve le conduit dans un monde tout doux (mais pas tout mou, ne confondons pas) … Voilà un album 100 % poétique, donc forcément un peu rebelle ! Sans aucune violence, ni colère, ni jalousie, ni rien de tout cela, bien au contraire, Bulle a choisi : il s’est construit un petit monde bien à lui, avec la complicité d’Audrey Calleja dont le crayon est doux et acidulé comme un bonbon. A déguster sans modération, idéal pour aider un enfant un peu angoissé ou remuant à construire aussi ce petit monde dont il rêve.

Dès 4 ans

Christian Demilly, Bulle dans sa bulle, illustrations d’Audrey Calleja, Grasset Jeunesse, 2022, 40 p., 17 € — Imprimé en Espagne

Aurora Cacciapuoti, La petite fille qui avait peur de tout

De gros nuages noirs stagnent en permanence au-dessus d’Amélie. Tout moches, tout gribouillés… Jouer à la balançoire, faire un tour au parc, adopter un chien… Non merci, car « on ne sait jamais ce qui peut arriver ! » Sur son canapé favori, s’assied un jour « un petit machin gris et qui semblait tout triste ». Triste, parce qu’Amélie l’empêche de réaliser ses rêves… Cette créature saura, page après page, redonner de l’assurance et de la joie de vivre à la fillette. Courage, courage, petite Amélie !
Cet album aurait pu s’appeler « la petite fille à qui on a fait peur de tout », notamment par une surexposition à l’actualité, mais il pose tout de même de bonnes questions. Combien d’adultes brisent-ils les rêves des enfants en leur transmettant leurs inquiétudes – ou celles qui sont véhiculées par les médias ? Quand un enfant développe angoisses ou phobies, un album comme celui-ci sera bienvenu, mais pas suffisant tout de même… Comment faire pour redonner confiance aux enfants ? Inviter cette drôle de créature à aller jouer au square, quelle bonne idée ! Et ça marche mieux que de grignoter des cookies à la cuisine !

Dès 3 ans

Aurora Cacciapuoti, La petite fille qui avait peur de tout, Grasset Jeunesse, 2022, 40 p., 15 € — Traduit de l’anglais par Christian Demilly. Imprimé en Espagne

Miguel Tanco, Toutes petites histoires

De toutes petites histoires, en effet, et sans autre texte qu’un titre… pour deux ! Dans un généreux format à l’italienne, Miguel Tanco propose, face à face, des planches sans paroles qui se répondent sur le même thème – donné par le double titre. « C’est magique ! » : magique de sortir un lapin de son chapeau – enfin, pas vraiment puisque l’artiste pose juste le lapin sur l’épaule de l’apprenti magicien. Magique aussi, d’emporter avec soi un ruban d’herbes hautes après avoir traversé le pré, une bien jolie trouvaille poétique parmi celles qui traversent cet album. Parfois, le sens de l’histoire saute aux yeux, parfois il faut scruter la suite des planches pour trouver ce qui a changé. Un trésor de délicatesse et d’humour sur le thème de l’enfance, un humour léger, de la fantaisie en bouquet, un émerveillement renouvelé à chaque page… sans oublier un bon zeste d’impertinence. A raconter, à se raconter, ou à se laisser raconter, car les petits sauront faire éclore bien des rêves à la lecture de cet album original.

Dès 4 ans

Miguel Tanco, Toutes petites histoires, textes français de Christian Demilly, Grasset Jeunesse, 2021, 80 p., 15,90 € — Imprimé en Espagne

Emma Lidia Squillari, La Baignade

Si Charlot, le chat, n’a pas envie de se mouiller, Odile, d’un coup de fil, convainc ses amies Coco et Pattie d’aller se baigner. Mais si l’oie aime nager, ce n’est le cas ni de la petite truie, ni de la pie… La journée n’est donc pas aussi « parfaite » qu’Odile l’avait imaginée. Jusqu’à ce qu’elle découvre, au fond de l’étang, « une bête horrible et effrayant qui la dévisage de ses yeux maléfiques »… Brr ! Les trois amies vont braver leur peur et résoudre ce mystère — je ne vous raconte pas la fin !
Italo-américaine, Emma Lidia Squillari a grandi dans la campagne piémontaise, entourée d’une grande fratrie et de nombreux animaux, dont elle croque les menues aventures avec un humour bienveillant.

Dès 3 ans

Emma Lidia Squillari, La Baignade, Grasset Jeunesse, 2021, 40 p., 15 € — Texte français de Christian Demilly. Imprimé en Espagne

Heng Swee Lim, Apolline et la vallée de l’espoir

Apolline, fillette au prénom solaire prédestiné, cultive des tournesols, des tournesols, des milliers de tournesols. Et « lorsqu’elle les voyait fleurir, son cœur s’emplissait de joie. Mais un jour un immense nuage noir vint assombrir la vallée ». Qui va cacher le soleil, et faire faner les tournesols. Comment Apolline va-t-elle protéger ses plantations ? En apprivoisant le nuage. En lui offrant un tournesol, elle l’autorise à… craquer, et à pleuvoir, ce qui est son rôle de nuage, après tout ! Le graphiste malaisien Heng Swee Lim, connu sur Instagram sous le pseudonyme de ilovedoodle, raconte avec une grande économie de moyens – du jaune, du noir, un dessin au trait – une histoire qui sera comprise à plusieurs niveaux. Il s’est en effet inspiré d’une Vallée de l’Espoir bien réelle qui accueille et soigne des lépreux. Mais le soleil, le nuage et la pluie peuvent avoir aussi bien d’autres symboliques.

Dès 5 ans

Heng Swee Lim, Apolline et la vallée de l’espoir, Grasset jeunesse, 2020, 48 p., 15,50 € — Texte français de Christian Demilly. Imprimé en Espagne.

Comptines de la mère l’oie, illustrées par Gérard DuBois

« Humpty Dumpty sur un mur en pierre
Humpty Dumpty est tombé par terre
Ni les chevaux ni les valets du roi
Ne purent jamais remettre Humpty droit »
Partons en voyage au pays du non-sense ! Humpty Dumpty y croise Tweedledum et Tweedledee, un moineau, un corbeau, un lion, une licorne – mais tout cela ne nous dit pas « qui a tué le rouge-gorge »… Gérard DuBois a accepté les contraintes de la collection : une semaine et quatre couleurs, pour illustrer ces comptines venues d’outre-Manche. Il a choisi du bleu, du jaune, de l’orangé et un gris-brun terre d’ombre, ce qui donne un petit côté suranné à ces Nursery Rhymes parfois cocasses, parfois cruelles, toujours incongrues.

Dès 5 ans

Comptines de la mère l’oie, illustrées par Gérard DuBois, traduites et adaptées de l’anglais par Christian Demilly, Grasset Jeunesse, « La Collection », 2019, 32 p., 19,90 € — Imprimé en Espagne

Christian Demilly, Le Grand Voyage en Abécédaire

« Dehors l’air est glacial, mais dans l’âtre brûle un feu qui réchauffe les corps et les âmes. » Au menu du petit-déjeuner ? « Amandes, ananas, abricots, plongés dans un sirop aux arômes de vanille. » En voilà une belle page consacrée à la lettre « A » ! Deux petits personnages enfilent leurs anoraks, car l’aventure les attend ! Chaque page est consacrée à un épisode de leur expédition « en Abécédaire » : après un voyage en barque et un pique-nique sur une île, embarquement sur un extraordinaire vieux gréement et retour en train. Pas le temps de s’ennuyer ! Une ou deux lettres de l’alphabet donnent le « la » de chaque page et rythment la narration. Le grand format de l’album, la police en écriture cursive et les dessins inspirés des coloriages des années 1930–1950 feront la joie des classes, des bibliothèques et des familles nombreuses. A vous de réviser les règles du whist et du yam !

Dès 4 ans

Christian Demilly, Le Grand Voyage en Abécédaire, illustrations d’Alain Pilon, Grasset Jeunesse, coll. « Lecteurs en herbe », 2019, 48 p., 18,50 € — Imprimé en Espagne

Gabriele Rebagliati et Susumu Fujimoto, Le panier à pique-nique

Gabriele Rebagliati et Susumu Fujimoto, Le panier à pique-nique

« C’est en me promenant que je l’ai vu pour la première fois : c’était un pré comme un autre, plutôt banal, un peu à l’abandon. L’herbe y poussait, folle, nulle fleur à l’horizon. » Comme la fillette en robe jaune explique cela à un merle très attentif, on se doute vite que la promenade va nous conduire sur de drôles de sentiers. Arrive un jardinier, à qui la fillette dérobe son panier de pique-nique : à la gourmandise, se joint bientôt un peu de culpabilité. Comment réparer ? Mais voilà que le jardinier bâtit une maison… Qui va venir l’habiter ? Les illustrations débordent de soleil et d’énergie, même si le rouge des visages manque un peu de tendresse.
Gabriele Rebagliati enseigne l’italien à l’Institut culturel italien de Tokyo et Susumu Fujimoto, lui, habite Kyoto – mais si ce grand album est japonisant, c’est plus par sa philosophie que par ses illustrations.

Dès 4 ans

Gabriele Rebagliati et Susumu Fujimoto, Le panier à pique-nique, Grasset Jeunesse, 2015, 40 p., 15,90 € — Adaptation française de Christian Demilly.