Mot-clef

Charlotte Grossetête

Charlotte Grossetête, Heidi

« Une jolie petite fille de cinq ans grimpe dans la montagne. […]
— Qui es-tu ? lui demande, étonné, un petit berger qui garde son troupeau de chèvres.
— Je m’appelle Heidi. Et toi ?
— Pierre. C’est drôle, je ne t’ai jamais vue ici. »
En effet, Heidi vient de la ville et vient vivre chez son grand-père, l’Oncle de l’Alpe, un vieillard réputé bougon. Mais à peine s’est-elle habituée à sa vie au chalet, qu’il lui faut retourner en ville, tenir compagnie à une fillette paralysée… Charlotte Grossetête raconte ici en quelques pages la très classique histoire d’Heidi, joliment illustrée, à destination des petits. Entre ville et montagne, suivons le destin de cette courageuse fillette.

Dès 4 ans

Charlotte Grossetête, Heidi, d’après Johanna Spyri, illustrations de Lili la Baleine, Fleurus, Coll . « Les grands classiques racontés aux petits », 2019, 17 p., 5,95 €

Charlotte Grossetête, Histoires de pharaons, de pyramides et de crocodiles au bord du Nil

Charlotte Grossetête, Histoires de pharaons, de pyramides et de crocodiles au bord du Nil

« Ahmès est un petit serviteur. Chaque jour, il doit cueillir du papyrus et l’apporter à l’école. Il regarde avec envie les garçons qui viennent apprendre à lire les hiéroglyphes. Comme il voudrait devenir scribe, lui aussi ! » Gageons qu’en fin de CP, lire « papyrus », « hiéroglyphes » et « scribe » d’un coup sans hésiter tient parfois de la gageure – mais il ne vous est pas interdit de pousser le cycliste dans les côtes ! Ces trois mots sont d’ailleurs expliqués en bas de la page. Ni livre d’école, ni livre « de grand », cet album astucieux propose de courts chapitres, des explications et des « tests », sans oublier quelques jeux sur le thème de l’Egypte. Polices lisibles, interlignes généreux, illustrations de bon goût : une bonne piste pour l’été !

Dès 7 ans

Charlotte Grossetête, Histoires de pharaons, de pyramides et de crocodiles au bord du Nil, Coll. « Je lis comme un grand », Fleurus, 2014, 64 p., 10,95 €
Nombreux autres titres dans la même collection.

Charlotte Grossetête, Histoires de Pâques à lire avec papa et maman

Charlotte Grossetête, Histoires de Pâques à lire avec papa et maman

« Un lapin très gourmand », « Les poussins de Pâques », « L’arbre de Pâques » : trois histoires sans prétention, juste un peu farfelues – mais pas trop. La première explique à sa façon pourquoi les lapins en chocolat ont le ventre rempli d’œufs en sucre. La suivante mène les enfants au poulailler où « la vraie maman poule » leur présente ses trois poussins, des vrais, ni en sucre ni en chocolat mais tout en plumes. La troisième est celle que je préfère : cuillères, serviettes, salière et carafe, en vrais héros, sauvent un petit œuf maladroit qui a glissé de sa branche. Accrochez bien vos œufs sur l’arbre !

Dès 3 ans

Charlotte Grossetête, Histoires de Pâques à lire avec papa et maman, Fleurus, 2014, 32 p., 5,95 €- version Kindle : 2,49 €

Charlotte Grossetête, Quatre filles au sommet

Charlotte Grossetête, Quatre filles au sommet

Clémence, Juliette, Alix et Gwen sont les dignes héritières des héroïnes du Signe de Piste : sportives, compatissantes et astucieuses, solidaires, polies et réfléchies, amies des animaux… elles ont tout pour elles, ces quatre-là ! Après une excursion grandiose sur les glaciers chamoniards, elles apprennent que la jeune Emilie, orpheline confiée pour l’été à leur guide, a fugué. Ni une, ni deux, elles se lancent à sa poursuite. D’autant plus qu’un jeune éterlou a disparu du parc animalier… et qu’un loup rôde sur les hauteurs de Pormenaz.
Même si certains itinéraires sont un peu scabreux (eh oui, madame la Chouette est randonneuse), le cadre montagnard est rendu avec une crédibilité de bon aloi, l’aventure est plausible. Bref, l’on ne s’ennuie pas à suivre ces demoiselles sur les sentiers.
En revanche, ne vous fiez pas au texte de la couverture, inexact d’un bout à l’autre – on se demande bien pourquoi.

Dès 10 ans

Charlotte Grossetête, Quatre filles au sommet, Fleurus, 2014, 159 p., 8,90 €

 

Walter Scott, Ivanhoé

Walter Scott, Ivanhoé

« — Comment se fait-il que vous connaissiez si bien cette forêt ? reprit le prieur sans laisser le temps à Bois-Guilbert de se fâcher.
— Oh, je suis né par ici, répondit le jeune homme.
Ils étaient arrivés devant le manoir. C’était une vieille bâtisse d’aspect grossier comparée aux châteaux forts que les Normands étaient en train d’élever dans toute l’Angleterre. Mais Rotherwood était tout de même solidement défendu. »

Le roman de Walter Scott, dans la traduction d’Alexandre Dumas, compte plus de mille pages – mais il faut bien avouer que si redondances et fioritures signent le roman « gothique », elles sont de moins en moins goûtées de nos jeunes lecteurs.
Voici, par exemple, la version originale de l’adaptation ci-dessus :
« Le templier allait faire une réponse en harmonie avec son caractère irascible ; mais il fut interrompu par le prieur, qui exprima de nouveau son étonnement qu’après une si longue absence leur guide connût si parfaitement toutes les passes de la forêt.
– Je suis né dans ces alentours, répondit le guide.
Et, comme il faisait cette réponse, on se trouva en face de la maison de Cédric, que nous avons déjà dit se présenter sous l’aspect d’un bâtiment bas et irrégulier contenant plusieurs cours et enclos occupant un espace considérable de terrain, lequel bâtiment, bien que sa grandeur indiquât que son propriétaire était une personne riche, différait entièrement de ces hauts châteaux à tourelles dans lesquels résidait la noblesse normande et qui étaient devenus le style universel d’architecture dans toute l’Angleterre.
Cependant Rotherwood n’était pas sans défense ».
L’adaptation proposée par Fleurus tient la route ; une fois le terrain reconnu, pourquoi ne pas se lancer dans le texte original ? Mais pas sans avoir revu les 39 épisodes du feuilleton des années 1960 où Roger Moore incarnait le rôle-titre.

Dès 12 ans

Walter Scott, Ivanhoé, Fleurus, coll. « Les grands classiques des aventuriers », illustrations de Sylvain Bourrières, 2012, 168 p., 12,90 € — Traduction et adaptation de Charlotte Grossetête.