Thème

Aventures et découvertes

Marie Malcurat, Guillemette et la montgolfière

La jeune Guillemette, passionnée par les sciences, aide son père, un grand savant des Lumières. Le jour où il est victime d’un accident de calèche, la jeune fille fait la connaissance de François Rosambeau, un cousin des Montgolfier. Elle va mettre toute sa passion et toute son énergie pour participer à la fabrication de la première montgolfière. Parviendra-t-elle à décoller devant le roi Louis XVI ? Cette aventure historique se double d’une enquête au cœur d’un secret de famille : qui donc est ce Jean évoqué par le père de Guillemette ? L’écriture du roman emprunte de son style aux écrits de l’époque, passés simples et mots désuets inclus, mais avec des expressions plus contemporaines et un rythme tonique. Les demoiselles fondront pour le jeune Rosambeau et seront émues par le destin de Jean – il ne leur sera sans doute pas facile de coudre une montgolfière mais elles auront vécu une belle aventure scientifique !

Dès 10 ans

Marie Malcurat, Guillemette et la montgolfière — La famille d’Angely, illustrations de Johanna Springer, Mame, 2020, 208 p, 11,90 € — Imprimé en Espagne

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur — On va gagner, on vous le jure (t 9)

« — C’était peut-être pas une bonne idée de se porter volontaires pour organiser ce truc… » Ce truc, c’est la kermesse de l’école, et les parents Saint-Arthur, épuisés, font le point après une réunion aussi houleuse qu’hilarante (au moins pour les lecteurs). Mais le vrai souci, c’est celui du gros lot de la tombola ! Et papa doit trouver « une idée forte une idée nouvelle, une idée… » La solution se trouvera-t-elle dans le colis envoyé par papy ? Mais un collier en cuir avec une petite plaque dorée et une cloche en cuivre, est-ce vraiment un gros lot ? Que nenni, « le reste sera livré le jour de la kermesse, tout est prévu ». Les prévisions de papy se conjuguant parfaitement avec l’imprévu, voilà que cette histoire de gros lot occupe les nuits de papa, les cauchemars de la directrice et les fantasmes de toute l’école…
En mineure, les lecteurs apprécieront les efforts de Brune et de ses camarades pour aider Pénélope à avoir des bonnes notes et à retrouver l’estime d’elle-même – même si certaines méthodes ne sont pas des plus honnêtes !
Comme toujours – nous en sommes au 9e tome – la famille Saint-Arthur vit à 100 à l’heure, et comme toujours, qui lâcherait le roman en route ? Même pour une course en sac ou une barbe à papa !

Dès 8 ans

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur — On va gagner, on vous le jure (t 9), Mame, 2020, 160 p., 10 € — Imprimé en Italie

Patrick Bard, Le secret de Mona

« Franchement, je les ai pas vus. Sérieux, à ce moment-là, j’étais plus préoccupée par Justin qui grelottait de fièvre dans son siège bébé à l’arrière. J’ai bien marqué l’arrêt, mais c’était plus par habitude qu’autre chose. Je voulais tellement arriver vite à l’hôpital… J’espérais qu’une seule chose : qu’ils nous fassent pas poireauter trop longtemps, là-bas aux urgences. […] Christelle m’avait pourtant expliqué mille fois, quand elle m’avait appris à conduire, qu’aux stops, il fallait vraiment s’arrêter, et puis compter jusqu’à cinq, lentement. J’avais toujours fait attention. Mais pas là. La première fois où ma mère m’a collé un volant entre les mains, j’avais même pas encore quatorze ans. Putain, je suis pas près d’oublier ça. »
Alors oui, Mona n’écrit pas comme un prof de français. Normal, elle a quitté le lycée avant l’heure, pour s’occuper de son petit frère, ce petit Justin d’un an. Et elle conduit sans permis, parce qu’elle n’a pas encore 18 ans. Christelle, c’est sa mère – une mère qui fume trop, qui joue trop aux jeux de hasard, une mère qui a plongé, à la mort de son mari, dans cette précarité silencieuse de nos campagnes. Son secret, Mona nous le confie assez vite – mais Patrick Bard, venu du polar, sait distiller les énigmes jusqu’au bout, en croisant et décroisant les pistes. Présent et passé, mensonge et vérité, réalité avérée ou reconstruite alternent au fil des pages dans un véritable puzzle narratif. Inspiré par les témoignages des Gilets Jaunes, Patrick Bard témoigne aussi de la force qui peut habiter certains adolescents : confrontés trop tôt à des soucis d’adultes, ils trouvent mille astuces pour passer inaperçus et restent d’une dignité qui force le respect. Un bon livre « relais » entre parents et adolescents ou très jeunes adultes, à réserver à des lecteurs solides. Ceux qui ont la chance de ne pas être concernés par la pauvreté et ses ravages pourront en avoir un aperçu « de l’intérieur ». Et peut-être apprendre à voir ce que les autres n’ont pas envie de voir.

Pour grands adolescents

Patrick Bard, Le secret de Mona, Syros, 2020, 176 p., 15,95 €

Grégoire Thonnat, Guides et scouts d’Europe, le petit Quizz

Savez-vous ce que sont le baussant et le Hodari ? Etes-vous déjà calé en froissartage et en matelotage ? Quelle est la différence entre le camping et le campisme ? Avez-vous déjà participé à un Eurojam ? Tous ces mots étranges ont attisé votre curiosité et celle de vos enfants ? En septembre, il est alors temps, s’ils ont entre 8 et 12 ans, d’aller rencontrer avec eux les louveteaux et les louvettes, et s’ils sont plus âgés, d’aller partager les aventures des éclaireurs ou des éclaireuses. Fidèle au format (tout petit !) et aux délicates illustrations en silhouettes qui font le succès de sa collection, Grégoire Thonnat propose ici une série de 50 questions-réponses qui présentent l’identité et les valeurs du scoutisme européen.

Dès 8 ans

Grégoire Thonnat, Guides et scouts d’Europe — le petit Quizz, illustrations d’Elvire Thonnat, 2020, 104 p., 6 € — disponible sur le site des scouts d’Europe ou chez Carrick – imprimé en France

Gwenaële Barussaud, Le palace de Rose et Suzon – Un mariage extraordinaire

Paris, place Vendôme, 1926. Le Ritz, cet hôtel déjà mythique. « Rose soupire. Pourvu que Suzon parvienne à a rejoindre cette nuit… Ce n’est pas drôle de cuisiner pour soi. Les pâtisseries sont toujours meilleures quand elles sont partagées ! » Mais que faire quand la porte des cuisines est fermée ? Car on soupçonne des vols, explique un valet à la jeune demoiselle –qui, osons le dire, n’a rien à faire dans les sous-sols sous le coup de minuit. Rose, la fille du sous-directeur du Ritz, et Suzon, la petite femme de chambre, restent les inséparables amies déjà rencontrées dans le 1er tome.
Une cantatrice de renom va épouser un célèbre aviateur dans les luxueux salons de l’hôtel mais c’est un secret – que les fillettes s’empressent de partager. Un secret tellement bien gardé que le chef cuisinier ne travaille que la nuit à préparer le festin. Et voilà qu’un critique gastronomique tatillon arrive pour déjeuner. Panique à bord ! En nous plongeant dans les coulisses de cet univers de luxe et de modernité, Gwenaële Barussaud nous fait aussi découvrir l’énergie de ces Années folles, où les fleuristes livrent des camélias au volant de leur Hotchkiss, où les demoiselles de bonne famille commencent à s’habiller chez Mademoiselle Chanel, où l’on s’essaie à danser le charleston. Lucie Durbiano a trouvé le ton juste pour illustrer les aventures des deux fillettes : Suzon, natte dans le dos, en tablier noir, et Rose, cheveux à la garçonne et robes colorées, entre lustres en cristal et chambrette sous les toits, feront rêver les jeunes lectrices.

Dès 10 ans

Gwenaële Barussaud, Le palace de Rose et Suzon – Un mariage extraordinaire, illustrations de Lucie Durbiano, Rageot, 2020, 160 p., 11,90 €

Cécile Gandon, Timéo et sa drôle de famille

De la part de Marie-Dorothée, avec les remerciements de Madame la Chouette : « Cette fois, c’en est trop!! Pas toujours facile pour Timéo de vivre avec un grand frère différent qui bouleverse la vie quotidienne. Un jour, une fête de famille tourne à la catastrophe. Timéo se met alors à pleurer, pleurer… et voici qu’un grand lac commence à se former à ses pieds.
Une belle histoire pour s’ouvrir à l’autre, pour accueillir ses différences et ses fragilités comme une richesse. Un petit livre carré, aux illustrations fraiches et joyeuses.
Ce que j’aime : les illustrations, colorées, vivantes, et lumineuses. Le texte, sonne juste et vrai. Un chouette livre sur le handicap, et ses défis au quotidien. »

Dès 5 ans

Cécile Gandon, Timéo et sa drôle de famille, Editions Pierre Téqui, 2020, 32 p., 13,90 €

Guillaume Le Cornec, Enquêtes aux jardins – Les pommes de l’apocalypse

À l’invitation du Jardin des Plantes de Rouen, qui prépare une grande exposition sur la pomme, Emma et Lucas, deux adolescents, profitent de leurs vacances de printemps pour intégrer une prestigieuse délégation de chercheurs venus du monde entier.
Mais la proposition de leur vieil ami et mentor Jean-Marie James est-elle vraiment « innocente » ? Pourquoi Emma et Lucas doivent-ils aussi subir un entraînement commando sous la houlette du major Towsend ? Qui est exactement Liu Yi, trop élégant pour être honnête ? Mais d’abord : quel mal étrange frappe les vergers normands les uns après les autres ? Et nous voilà lancés dans un thriller d’un nouveau genre, le thriller botanique. Versant botanique, le roman invite à réfléchir sur la quête du profit au mépris de l’environnement. Versant thriller, on piste les méchants et on tremble pour les gentils, sans oublier de rire aux facéties insolentes de Guillaume Le Cornec.
Les Editions du Rocher se sont associées à Sciences et Vie Junior, à la ville de Rouen et à l’association des Jardins botaniques de France pour élaborer une exposition virtuelle : « La Pomme dans tous ses états ! », librement téléchargeable. Un parcours d’enquête, doublé d’une énigme à résoudre.
Avec une postface de Marc-André Selosse, biologiste français spécialisé en botanique et mycologie de réputation internationale.

Dès 11 ans

Guillaume Le Cornec, Enquêtes aux jardins – Les pommes de l’apocalypse, Editions du Rocher, 2020, 272 p., 12,90 € — Imprimé en France

Heng Swee Lim, Apolline et la vallée de l’espoir

Apolline, fillette au prénom solaire prédestiné, cultive des tournesols, des tournesols, des milliers de tournesols. Et « lorsqu’elle les voyait fleurir, son cœur s’emplissait de joie. Mais un jour un immense nuage noir vint assombrir la vallée ». Qui va cacher le soleil, et faire faner les tournesols. Comment Apolline va-t-elle protéger ses plantations ? En apprivoisant le nuage. En lui offrant un tournesol, elle l’autorise à… craquer, et à pleuvoir, ce qui est son rôle de nuage, après tout ! Le graphiste malaisien Heng Swee Lim, connu sur Instagram sous le pseudonyme de ilovedoodle, raconte avec une grande économie de moyens – du jaune, du noir, un dessin au trait – une histoire qui sera comprise à plusieurs niveaux. Il s’est en effet inspiré d’une Vallée de l’Espoir bien réelle qui accueille et soigne des lépreux. Mais le soleil, le nuage et la pluie peuvent avoir aussi bien d’autres symboliques.

Dès 5 ans

Heng Swee Lim, Apolline et la vallée de l’espoir, Grasset jeunesse, 2020, 48 p., 15,50 € — Texte français de Christian Demilly. Imprimé en Espagne.

Emmanuel Bourdier, Qui dit mieux ?

« — Zoé, quelle est la race de Jean-Louis ?
Je déglutis.
— Je ne sais pas. On nous l’avait donné il y a longtemps, mais le vétérinaire nous avait dit qu’on avait de la chance vu que c’était un… un…
Je fronce les sourcils, fouille dans mon cerveau chamboulé par tant d’espoir soudain.
— Une samobsède ? Un smayonaise ? Un sékikimède ?
— Un samoyède ! »
Et c’est ce samoyède – qui sent très, très mauvais – qu’un « petit bonhomme tout rouge en costume » est venu soustraire à l’affection de Zoé, de sa sœur et de sa maman. « Saisie exécutoire dans le cadre légal d’une mesure de recouvrement ». Car il ne reste pas grand-chose à saisir, chez Zoé… Valeur estimée de Jean-Louis : entre 1500 et 2000 €. Mise à prix lors de la vente aux enchères : 1000 €. Aidée de ses amis et de ses voisins, Zoé va tout faire, absolument tout faire, pour récupérer son chien.
Cela donne un roman drôle et touchant à la fois, où les trouvailles verbales font écho aux pires astuces des enfants. Ou comment aborder le thème de la pauvreté avec humour et générosité à la fois. Rassurez-vous, amis des bêtes, les huissiers n’ont pas le droit de saisir les animaux de compagnie.

Dès 9 ans

Emmanuel Bourdier, Qui dit mieux ?, illustrations de Zelda Zonk, Flammarion Jeunesse, 2020, 136 p., 11 € — Imprimé en Espagne

Cédric Gras, Alpinistes de Staline

« Abalakov est un nom à deux visages, un patronyme pour deux héros, pour deux prénoms. Vitali et Evgueni, deux gamins que l’URSS tout entière connaîtra plus tard comme “les frères Abalakov” et qui écumèrent les mers de nuages. Viendra un jour où l’un s’apprêtera pour l’ascension de l’Everest tandis que la veuve de l’autre pleurera son “conquérant de la substratosphère” ». Vitali (1906–1986), l’ingénieur, survivra donc à Evgueni (1907–1948), l’artiste, décédé non en montagne mais intoxiqué au monoxyde de carbone dans son appartement. Héros, mais aussi victimes de la Terreur stalinienne, car Vitali, arrêté par le NKVD en 1938, a passé deux ans en prison notamment pour avoir fait cordée commune avec des communistes suisses ou allemands. Des archives du KGB au sommet du pic Lénine, des souvenirs des survivants à la terrible expédition du Tengri, de Krasnoïarsk au Pamir, Cédric Gras, russophone et aventurier lui-même, nous raconte ici une histoire méconnue des Occidentaux. Passionnant !

Adolescents

Cédric Gras, Alpinistes de Staline, Stock, 2020, 342 p., 20,50 € — Imprimé en France

Nadine Robert, Joseph Fipps

« Tu dis toujours non ! Je ne peux jamais rien faire ! Tu es méchante et je veux une autre mère !
Maman a de gros yeux ronds.
— Très bien, dit-elle. Je connais une maman qui voudra peut-être s’occuper de toi. C’est une maman morse qui habite sur la banquise, au pôle Nord. »
Parce que parfois, trop, c’est trop, et ce petit Joseph en accumule, des bêtises, du haut de ses cinq ans. Alors Maman se fâche (mais, ici, notons qu’elle garde son flegme !), et Joseph ronchonne. Avant de partir bouder. Jusqu’au pôle Nord ? Tout se finira par des câlins, dans cet album plein de tendresse et d’imagination, tout droit venu du Québec.

Dès 4 ans

Nadine Robert, Joseph Fipps, illustrations de Geneviève Godbout, La Pastèque, 2020, 40 p., 16 €

Agnès Laroche, Les apprentis détectives – Sauvons les petits cochons !

«  ‑Quoi ? « Rien de grave », tu rigoles ? s’est-elle indignée. Au contraire, c’est une histoire dramatique !
Nina a haussé les épaules.
– Attends, c’est rien que des cochons. J’ai écarquillé les yeux. Des cochons ?
– Et alors ? a riposté sa petite sœur. Jean-Léon les adore, il s’en occupe super bien, c’est normal qu’il soit malheureux. » En fait de cochons, ce sont cinq cochons d’Inde « de race » qui ont disparu de l’enclos de Jean-Léon, le voisin de Sam et de ses amies, Nina et Agathe. Qui dit disparition, dit bien sûr enquête ! Les trois amis, aidés du chien Maurice, ne demandent que cela ! Le 5e épisode d’une série idéale pour les lecteurs juste « débrouillés ».

Dès 7 ans

Agnès Laroche, Les apprentis détectives – Sauvons les petits cochons !, illustrations de Clotka, 2020, Rageot, coll. « Heure noire », 96 p., 7,20 € — Imprimé en France