Thomas Lavachery, Tor et les garnements

Thomas Lavachery, Tor et les garnements

« — Tor, bel enfant, brave cœur, quel plaisir de te voir !
— Chut ! Pas si fort, sapristi !
— Pardon.
Borigh-Borigh est un troll véritable et authentique, haut comme une tour, et c’est mon ami. »
Et voilà ce troll porteur d’un drôle de paquet. « C’est Luztigh, mon neveu. Je voulais te le laisser quelque temps… » Comment Tor va-t-il s’y prendre pour garder, en cachette de ses parents et de ses amis, un bébé troll, « d’une laideur ravissante », sale et affamé comme le sont tous les trolls ? Une tâche d’autant plus compliquée que tout le village est en ébullition pour accueillir un acteur de cinéma. Prétentieux et snob – tout à l’opposé de la conception qu’un petit troll a de l’existence. Une nouvelle aventure de Tor, aussi enlevée, drôle et dépaysante que les précédentes.

De 7 à 10 ans

Thomas Lavachery, Tor et les garnements, L’Ecole des loisirs, coll. « Mouche », 2017, 80 p., 8 €
Du même auteur : Tor et le Troll, Ecole des Loisirs, 2015, 104 p., 9 €

Mélanie Mettra, Les métiers de l’artisanat en images

Mélanie Mettra, Les métiers de l’artisanat en images

Qu’est-ce qu’un céphalomètre ? un trusquin ? une taloche à jointer ? du gesso ? une clé à cliquet ? Qui donc se sert de ces outils ? L’opticien, le chapelier, le luthier, le couvreur ou le tapissier ? En tout cas, l’un des artisans présentés dans cet album. Que ce soit dans le secteur de l’alimentation, des services, du patrimoine ou de la construction, les artisans travaillent de leurs mains autant que de leur tête, transmettant aux plus jeunes un savoir-faire appris de leurs aînés. Au-delà de la présentation de leurs outils de prédilection, l’auteur propose ici une petite encyclopédie des métiers manuels. Une belle entrée en matière pour répondre à ceux qui cherchent un vrai métier ou qui ont simplement plaisir à voir travailler des passionnés.

Dès 7 ans

Mélanie Mettra, Les métiers de l’artisanat en images, illustrations de Mélie Lychee, Circonflexe, 2017, 64 p., 14 €

Grégoire Thonnat, Petit quizz de la police

Grégoire Thonnat, Petit quizz de la police

Quel point commun y a‑t-il entre un poulet, un perdreau et une hirondelle ? Et entre un panier à salade et une cocotte-minute ? Les premiers ne sont pas seulement des volatiles et les seconds ont d’autres fonctions que culinaires, car tous ces termes imagés appartiennent aussi au vocabulaire de la police. En 80 questions-réponses sur la police nationale, Grégoire Thonnat fait découvrir l’histoire de cette institution qui vit le jour en 1667 avec l’édit de Saint-Germain signé par Louis XIV. Comme tous les autres titres de la collection, celui-ci est illustré de découpes sobres qui déroulent ici les silhouettes des chevaliers du guet, sergents de ville, gardiens de la paix, bleus, CRS, PAF, IGPN et autres OPJ – sans oublier les Robocop. A glisser dans son sac un jour de manifestation pour ne pas s’ennuyer en GAV ?

Dès 8 ans et pour toute la famille.

Grégoire Thonnat, Petit quizz de la police, Editions Pierre de Taillac, coll. « Le petit Quizz », 2017, 152 p., 6,90 €

Gwenaële Barussaud, Miss Dashwood, t 3 : Je vais le dire à l’empereur

Gwenaële Barussaud, Miss Dashwood, t 3 : Je vais le dire à l’empereur

Miss Dashwood, nurse certifiée, croyait avoir tout vu : de Godefroy et Charlotte, qui s’obstinent à dresser un marcassin (tome 1) à la petite Marie-Printemps, couvée par une mère surprotectrice (tome 2), elle avait pu exercer tout à loisir ses talents de pédagogue et son flegme britannique. Dans ce 3e tome, c’est Napoléon III lui-même qui va recourir à son savoir-faire : il s’agit de mettre de l’ordre dans l’éducation de son fils Louis-Napoléon, 8 ans, dit Loulou, à qui sa mère et les courtisans passent tous les caprices. Daisy est d’autant plus motivée qu’elle doit préparer le jeune prince à la visite de la Queen – quelle responsabilité que celle de préserver l’amitié franco-britannique ! Avec ses amis Victor et Arthur, Loulou, cet enfant trop gâté, forme un trio à l’imagination débridée. Alors, quand ils investissent la Villa Eugénie, à Biarritz… Gwenaële Barussaud, pour qui l’imparfait du subjonctif et le protocole impérial n’ont aucun secret, ne se prend pas au sérieux pour autant, et dresse un catalogue de bêtises qui ont grâce à ses yeux – sauf s’il s’y cache quelque méchanceté ou sournoiserie. Avis aux coquins et coquines de tout poil !

De 9 à 12 ans

Gwenaële Barussaud, Miss Dashwood, t 3 : Je vais le dire à l’empereur, Fleurus, 2017, 236 p., 14,90 €
Gwenaële Barussaud, Miss Dashwood, t 2 : Attention, enfant fragile !, Fleurus, 2017, 240 p., 14,90 €
Gwenaële Barussaud, Miss Dashwood, t 1 : De si charmants bambins, Fleurus, 2016, 240 p., 14,90€

Eric Senabre, Megumi et le fantôme

Eric Senabre, Megumi et le fantôme

Quel monument de Dublin va donc visiter Megumi Fujita, en ce mois de mai 1985 ? Rien de moins que la maison où vécut son arrière-arrière-arrière-grand-père, un médecin irlandais. Une maison pas comme les autres… en effet, elle est hantée ! Mais, en bonne écolière japonaise habituée aux esprits, kami, yurei et autres yôkai, Megumi ne s’enfuit pas aux premiers grincements de porte. Et voilà qu’elle va tout faire pour ramener le fantôme de son ancêtre à Tokyo. Commence alors une enquête riche en rebondissements. Megumi saura-t-elle délivrer Horatio Hearn de l’injuste malédiction qui l’a frappée ? Le roman débute donc sur les traces du Fantôme de Canterville pour continuer dans le voisinage de Mon voisin Totoro. Le tout sous la plume inspirée d’Eric Senabre qui, entre deux canulars hilarants (avis aux écoliers : un squelette peut aider à tricher), offre une belle réflexion sur l’identité, la transmission et l’amitié. Les adultes reliront en parallèle les Lettres japonaises et les Fantômes japonais de Lafcadio Hearn (1850 – 1904) à qui Eric Senabre rend ici un bel hommage.

Dès 9 ans

Eric Senabre, Megumi et le fantôme, illustrations de Gloria Pizzilli, Didier Jeunesse, 2017, 224 p., 12 €