Thème

Mois : mai 2017

Ch. Lavaquerie-Klein et L. Paix-Rusterholtz, La Fabuleuse histoire de… Thésée et le Minotaure

Ch. Lavaquerie-Klein et L. Paix-Rusterholtz, La Fabuleuse histoire de… Thésée et le Minotaure

« — Les messagers du roi Minos quittent à l’instant le palais, mon fils. Ils étaient porteurs d’une mauvaise nouvelle.
— Le roi de Crète exige sa terrible rançon, n’est-ce pas ? demande Thésée.
— Hélas oui, mon fils.
— Cette malédiction ne finira donc jamais ! s’exclame le jeune homme avec colère.
— Nous n’avons pas le choix, nous devons obéir aux dieux, répond Egée. »
Et pourtant si, justement. Dans les récits mythologiques grecs, les hommes et les héros ont le choix – et donc des devoirs. C’est ainsi que le jeune Thésée va volontairement s’embarquer pour la Crète avec les victimes attendues par le Minotaure. Avec tout son courage – et avec l’aide de la belle Ariane -, il délivrera les Athéniens de ce monstre et de Minos. Ce petit volume présente aux jeunes lecteurs une version à la fois fidèle et adaptée du mythe. La violence y est contenue par le courage, mais Thésée montre néanmoins un peu de honte à avoir abandonné Ariane à Naxos. La tragédie ne serait pas complète si les dieux de l’Olympe n’avait pas fait de lui « un orphelin au cœur brisé et un monarque déjà auréolé de gloire », qui doit succéder à son père – pour avoir oublié de hisser une voile blanche.
Quelques pages documentaires complètent le récit avec, notamment, la présentation d’autres mythes, dont la lutte entre Thor et le serpent Jörmungandr.

Dès 9 ans

Ch. Lavaquerie-Klein et L. Paix-Rusterholtz, La Fabuleuse histoire de… Thésée et le Minotaure, illustrations d’O. Sautreuil, Bayard Poche, 2017, 50 p., 6,50 €

Gaston Rébuffat, La montagne est mon domaine

Gaston Rébuffat, La montagne est mon domaine

« La jeunesse, pour vivre, doit avoir un grand désir. Quand j’avais 15 ans, j’étais aussi grand que maintenant et plus mince ; j’avais peu de force dans les bras, je n’arrivais qu’avec peine à faire un rétablissement. Pourtant, je désirais tellement devenir alpiniste et un jour peut-être devenir guide ! Devenir alpiniste !…
J’aimais la haute montagne. Maintes fois je l’avais entrevue d’une vallée, d’un col, d’un petit sommet ; mais cela ne me suffisait plus ! Je désirais la connaître et grimper. »
Né à Marseille en 1921, Gaston Rébuffat réussit son brevet de guide en 1942 ; les Chamoniards l’accueilleront bientôt au sein de leur compagnie. Des Calanques au massif du Mont Blanc et à l’Annapurna, encordé parfois avec des personnalités telles Maurice Baquet ou Haroun Tazieff, Gaston Rébuffat sait aussi prendre la plume pour nous raconter ses montagnes, ses passions.
Son épouse Monique a eu l’excellente idée de réunir les textes les plus célèbres  de ce grand conteur. Après les avoir lu, allez chercher les originaux dans les brocantes de montagne !

Adolescents

Gaston Rébuffat, La montagne est mon domaine, Hoëbeke, 2017, 232 p., 9 € en poche. (existe aussi broché, 16,95 €). Extraits de « Glace, neige et roc », de « Un guide raconte », de « A la rencontre du soleil », « Cervin, cime exemplaire », « Mont-Blanc, jardin féerique », « Étoiles et Tempêtes », etc.

Atlas de l’Europe illustré (Collectif)

Atlas de l’Europe illustré (Collectif)

Qu’est-ce que le « picigin » et dans quel pays y joue-t-on ? Où trouve-t-on des maisons coniques nommées trulli ? Dans quel pays se situe la chaussée des Géants ? Que signifie « Zdravo ! » en bosniaque ? Qui a inventé l’imprimerie ? En dix grandes cartes, voici une vision de notre Europe à portée des enfants dès 9 ans, avec la présentation de nombreuses traditions enracinées et bien vivantes, du marché de Noël de Nuremberg à l’arbre de Mai suédois et aux danses irlandaises. Avec plus de 350 autocollants.

Dès 9 ans

Collectif, Atlas de l’Europe illustré, coll. « Autocollants », Usborne, 2017, 7,95 € — Traduit de l’anglais

Anne Jonas, Les Loups

Anne Jonas, Les Loups

« Les loups vivent en groupe, qu’on appelle une meute. Le loup dominant et sa femelle sont les chefs de la meute. Ils peuvent rester ensemble toute leur vie. » Savez-vous que seul le couple dominant a des petits, et que ces derniers sont nourris par toute la meute ? Cet album aux dessins clairs et aux couleurs vives ne transige pas sur le contenu documentaire, rédigé en des termes simples et accessibles aux plus jeunes. Une belle approche de cet animal, pour une fois sorti des contes de fées.

Dès 4 ans

Anne Jonas, Les Loups, Larousse, coll. « Ma baby encyclopédie », 2017, 32 p., 6,95 € — Avec un puzzle et des autocollants, feuillets plastifiés.

Mes ancêtres

Mes ancêtres

Dis-moi, Maman, comment s’appelait le papa de ta grand-mère ? Grand-Papa, qui était la maman de votre papa ? Au-delà de ses grands-parents qu’il connaît le plus souvent, un enfant a du mal à situer ses ancêtres, et pourtant, il y en a tant à dire sur ces aïeux ! Leur nom, leurs prénoms, la ville ou le village où ils ont vécu, leur métier… Qui est revenu de la Grande Guerre ? Qui a fait pousser la vigne ou le blé ? Qui a brodé cette robe de baptême ? Ce livret généalogique pourra être rempli par chaque enfant et restera un précieux témoignage de son histoire familiale. Pratique et astucieux, il est imprimé sur du beau papier vergé, en deux couleurs. Il s’ouvre par le milieu, et quelques petites fenêtres permettent de passer d’une génération à l’autre – jusqu’aux trisaïeux. Il y a même de la place pour coller des photos. Un conseil : commencez à remplir de livret au crayon, car il s’agit de ne pas se tromper entre « le grand-père paternel de ma grand-mère paternelle » et « la grand-mère maternelle de mon grand-père paternel ».

Dès 8 ans et pour toute la famille

Mes ancêtres, Editions d’art Derveaux 2007, 20 p., 13 € + frais de port – Imprimé en France.

Edouard Manceau, Coquin de silence !

Edouard Manceau, Coquin de silence !

« Aujourd’hui, Jim est arrivé à toute vitesse, avec la sirène de sa voiture de police à fond ! Wouhouhouhouhou ! » ‑oui, il y a bien quatre fois « hou ». « Scotty le chien est venu le rejoindre. Ouaf, ouaf, ouaf, ouaf ! » — derechef, quatre « ouaf ». C’est dire que cet album requiert de la voix pour être raconté ! Et pourtant, que recherche Jim ? Le silence ! Chacune de ses rencontres n’en a qu’une idée assez floue… Jusqu’à ces deux pages blanches, toutes blanches – il fallait oser ! – qui nécessitent, bien sûr, d’être contemplées sans rien dire. Une histoire « randonnée » pour tenter d’apprivoiser ceux qui ont la voix un peu haut perchée. Le tout en riant aux éclats !

Dès 2 ans

Edouard Manceau, Coquin de silence !, Albin Michel Jeunesse, 2017, 28 p., 10 €

Claude Merle, Merlin l’Enchanteur

Claude Merle, Merlin l’Enchanteur

« Le vieil homme le déposa sur le sol, le saisit par la main, et le conduisit vers un cheval blanc attaché à un arbre, à l’orée de la forêt.
Il ne faisait aucun doute que le personnage aux allures de moine, avec sa robe de laine blanche, était l’auteur de ce phénomène miraculeux.
— Merci, Messire, articula John d’une voix étranglée. Il reçut en retour un éclair d’yeux bleus où se lisaient la malice et la tendresse.
— Sais-tu qui tu es ? demanda le vieil homme. »
Ce vieil homme n’est autre que Merlin, le magicien, l’enchanteur, le faiseur de rois – lequel annonce à John, jeune paysan poursuivi par des « tueurs sans Dieu » qu’il n’est autre que Tristan, fils et héritier du défunt duc Henry de Salisbury. Au fil d’un récit mené tambour battant, nous rencontrerons les rois Uther et Pendragon, Arthur et Morgane, des dragons et des traîtres, des Saxons et des Irlandais, la belle Ygreine et la fée Viviane, Excalibur et la Table ronde… autant dire une excursion trépidante au cœur de la matière de Bretagne. Le roman est lisible dès 9 ans, mais les histoires d’amour un peu… compliquées n’intéresseront guère les jouvenceaux avant 12 ans.

Dès 12 ans

Claude Merle, Merlin l’Enchanteur, coll. « Héros de légende », Bayard, 2017, 160 p., 6,50 €

Katrin Wiehle, Ma grande ferme

Katrin Wiehle, Ma grande ferme

Cochons, poulets, chèvres et moutons. Tracteur, râteau. Abeilles, carottes, salades… Et même une épicerie pour la vente directe. Un grand imagier cartonné sur le thème de la ferme, « 100 % nature », écologique et localiste. De quoi ravir les tout-petits qu’ils soient citadins ou ruraux. Si ce livre est présenté comme un « livre 100 % nature, imprimé avec des encres végétales sur du carton 100 % recyclé », gageons qu’il n’est tout de même pas… comestible !

Dès 18 mois

Katrin Wiehle, Ma grande ferme, Hélium, 2016, 13,50 €. Cartonné. Traduit de l’allemand.

Eric Senabre, Star Trip

Eric Senabre, Star Trip

« Dans le poste de télévision, le capitaine Burke et le commander Rock, son officier en second, se figèrent dans une posture défensive à peine moins outrée que celle d’un éphèbe grec sur un tableau de la Renaissance. Leurs uniformes colorés – formés d’un sous-pull moulant en acrylique et d’un pantalon de treillis – scintillèrent un petit moment devant le décor en carton. Puis l’écran de télévision devint noir, et afficha bientôt un ciel constellé d’étoiles. […] Alors retentit une musique glorieuse et les mots STAR TRIP s’affichèrent sur toute la hauteur de l’écran. » Taratata, taratata… Nous sommes en 1968, les effets spéciaux des séries intergalactiques ne sont pas encore très au point. Cela permet à May, la grande sœur du jeune Sam, de lui construire, en cachette, une réplique de la navette spatiale USS Intrepid. Non sans l’aide de son boyfriend Will, parangon du jeune Américain à l’aise au volant d’un vieux combi. Le jeu tourne à l’aigre quand le capitaine Burke — ou plutôt l’acteur en titre Benjamin Spike — débarque dans leur grange au fin fond de l’Idaho. Commence un voyage déjanté, où la réalité rejoint et dépasse souvent la fiction. Si l’Amérique est « conquérante » quand il s’agit d’aller dans l’espace et d’en faire du cinéma, le roman s’attarde plus sur l’Amérique des paumés : hippies, révérend évangéliste insistant, patron de motel en déshérence, Indien chaman, jusqu’à cet acteur qui se révèle un pur looser… 1968 : Star Wars n’avait pas encore évincé Star Trek et la Nasa flirtait gaiement avec les extraterrestres. Cela donne un roman un peu psychédélique, mais haut en couleur et quasiment intergénérationnel. Et si la navette allait décoller, pour de bon ?

Dès 12 ans

Eric Senabre, Star Trip, Didier Jeunesse, 2017, 288 p., 15,90 €

Annie Jay, Jean, petit marmiton — Une surprise pour le duc !

Annie Jay, Jean, petit marmiton — Une surprise pour le duc !

« Quel bruit dans la cuisine du château ! Le personnel s’agite tandis que maître Pierre, le cuisinier, donne ses ordres ! Jean se penche au dessus de la cheminée où brûle un feu d’enfer. » Jean, le marmiton, est, avec la jeune Madeleine, le héros de ce roman d’aventures. Quand le nain Bébé bouscule la pièce montée, il leur faut inventer bien vite un nouveau dessert pour le duc. Allez, je vous donne un indice : nous sommes au château de Commercy en 1755. Un roman « à lire tout seul », mais pas si simple que cela, car dès la première page, il faut savoir déchiffrer de belles expressions telle « la peau croustillante des six volailles embrochées ». En se léchant les babines, car les recettes concoctées dans les cuisines du duc Stanislas sont succulentes.

Dès 7 ans – à lire tout seul.

Annie Jay, Jean, petit marmiton — Une surprise pour le duc !, illustrations d’Ariane Delrieu, Albin Michel Jeunesse, 2017, 48 p., 5,90 €
Du même auteur, dans la même collection : Jean, petit marmiton – Le concours de la reine

Anne Cortey, Au fond des bois

Anne Cortey, Au fond des bois

Deux fillettes profitent du retour du soleil pour partir en promenade « au fond des bois ». Quand soudain… « ma grande sœur a disparu. Il n’y a plus une trace d’elle, à part le paquet de gâteaux. Je l’appelle, je dis son prénom chaque fois un peu plus fort. Personne ne répond, elle va certainement revenir, elle ne peut pas m’avoir abandonnée. C’est impossible. » Et la cadette de gamberger – et nous avec elle. Bien sûr, tout finira bien, la grande sœur était juste derrière le plus proche buisson. Les illustrations douces de Julia Wauters, aux couleurs très seventies, nous rassurent d’emblée : au fond de ces bois-là, rien de grave ne peut arriver !

Dès 4 ans

Anne Cortey, Au fond des bois, illustrations de Julia Wauters, 2017, Sarbacane, 40 p., 15,50 €

Henri Meunier, Bientôt

Henri Meunier, Bientôt

« Bientôt, sans doute, cette chenille se fera papillon. Et elle s’envolera. Mais lequel de ces papillons sera-t-elle devenue ? » Peut-être, sans doute, ce n’est pas sûr… Comment expliquer à un enfant que demain est un savant mélange de certitudes (après la nuit vient le jour), de hasards (mais après la pluie ?) et d’inconnu (où va ce bateau qui disparaît à l’horizon ?). Cet album réussit son pari de manière optimiste, avec ses couleurs gaies, son graphisme simple et ses phrases accessibles aux plus petits. Ce qui est certain, en fin de compte, c’est que la vie de tous les jours est source de mille surprises !

Dès 3 ans

Henri Meunier, Bientôt, Editions du Rouergue, 2016, 24 p., 13 €