Eric Simard, Le souffle de la pierre d’Irlande – tome 3 : La terre– tome 4 : L’eau

Eric Simard, Le souffle de la pierre d’Irlande – tome 3 : La terre– tome 4 : L’eau

Quand « les Gaëls (les Irlandais actuels) débarquèrent en Irlande pour conquérir l’île […] ils parvinrent à vaincre les Tuatha Dé Danann et les obligèrent à vivre dans les royaumes souterrains : les side. Aujourd’hui, les Dé Danann vivent sous terre ou dans la mer, dans leur monde invisible. Leur magie est toujours aussi vivace. Mais celle des Fomoire aussi… ».
Les tomes 3 et 4 de cet ensemble romanesque penchent de plus en plus vers les mondes féériques d’Irlande, même si le jeune William se meut toujours avec aisance dans le monde bien réel du Connemara, de Dublin ou des îles d’Aran. Car les lépréchauns, ces lutins gardeurs de trésors, apprécient autant les caves des banques que le rugby ! Quant au personnage de Crom Dubh, dont la tête est séparée du corps, je vous laisse découvrir son humour et ses tours de force !
Les Fomoires, peuple monstrueux et démoniaque, menacent, les ennemis rodent, le mal se répand, et William ne sait toujours pas de quelle lignée il descend… Mais il retrouve le chaudron d’abondance, puis la lance infaillible. Reste à découvrir la pierre de Fal…
Eric Simard puise la plus grande partie de son inspiration « féérique » dans la mythologie celte, en appelant à lui Tuatha Dé Danann, merrows, sherrie, changelins, lépréchauns et Crom Dubh. Mais il sait aussi jouer sa propre partition : de son invention, donc, les ainevi, ces animaux tutélaires avec qui les héros peuvent fusionner ; le clan des Hommes-pierres cachés dans le Burren et un bon nombre de personnages, ainsi que les réincarnations de Dé Danann tués au combat.
Magnard Jeunesse a eu l’excellente idée de rééditer les 5 volumes de ce roman mythologique paru en 2012. Le dernier tome fera bientôt l’objet d’une autre chronique.

Dès 10 ans

Eric Simard, Le souffle de la pierre d’Irlande
Tome 3 : La terre, Magnard Jeunesse, 2016, 222 p., 6,80 €
Tome 4 : L’eau, Magnard Jeunesse, 2016, 278 p., 6,80 €
Voir aussi :
Tome 1 : Le feu, Magnard Jeunesse, 2016, 270 p., 6,80 €
Tome 2 : L’air, Magnard Jeunesse, 2016, 240 p., 6,80 €

Sophie Lescaut, L’arbre m’a dit

Sophie Lescaut, L’arbre m’a dit

« L’arbre m’a dit… qu’au début on est presque rien. » mais « qu’on peut être à la fois fort et petit », « qu’il y a plein de chemins », que l’on peut « vivre les tempêtes » et même que, parfois, « il y a de l’inacceptable », quand, ici, le renard s’enfuit avec sa proie. À chaque double page, l’arbre chante la vie dans sa beauté et sa diversité. Une réussite pour cette maison d’édition qui se lance tout juste. Et vous, que vous disent les arbres ? N’hésitez pas à leur demander leurs secrets !

Dès 3 ans

Sophie Lescaut, L’arbre m’a dit, illustrations de Than Portal, Éditions Le Grand Jardin, 2017, 24 p., 14,50 €

Eric Simard, Le souffle de la pierre d’Irlande – tome 1 : Le feu – tome 2 : L’air

Eric Simard, Le souffle de la pierre d’Irlande – tome 1 : Le feu – tome 2 : L’air

« L’Irlande… Quelle mouche avait donc piqué maman ? Depuis la disparition de papa, en octobre dernier, elle répétait à qui voulait l’entendre qu’elle ne remettrait plus les pieds sur cette île, que les souvenirs la feraient trop souffrir. » Les parents de William, 12 ans, archéologues, s’intéressent de près aux légendes celtes, à commencer par tout ce qui touche aux Tuatha Dé Danann, les Tribus de la Déesse Dana.
Inscrit dans un collège de Clifden, l’adolescent est vite intrigué par les capacités étranges de Fiona, une jeune fille aveugle. Nous sommes en terres celtes, et le merveilleux n’est jamais loin. Les pierres respirent, les dolmens cachent des trésors, les aigles, les cygnes et les chevaux ont des vertus cachées… enfin, certains.
Dans le 1er tome, William et Fiona retrouvent un talisman : une pierre d’émeraude qui s’est déchaussée de l’épée du dieu Nuada (pour mes amis celtisants : cette pierre est une invention assumée de l’auteur). Dans le 2e tome, c’est l’épée elle-même qui est exhumée. L’arme féérique reprend alors toute sa force. Car William a appris entretemps qu’il était la réincarnation d’un Dé Danann, un guerrier aux pouvoirs magiques. Sa seule idée : « retrouver toute [sa] mémoire et les héros de [son] peuple. »
Le roman fait alterner avec un rare talent la description de la vie de collège et celle des mondes disparus, la vie quotidienne d’aujourd’hui et la féérie intemporelle. La mythologie irlandaise est si riche, qu’Eric Simard y a puisé la matière d’un bel ensemble romanesque. Un régal.
Magnard Jeunesse a eu l’excellente idée de rééditer les 5 volumes de ce roman mythologique paru en 2012. Les trois suivants feront bientôt l’objet d’une autre chronique.

Dès 10 ans

Eric Simard, Le souffle de la pierre d’Irlande
Tome 1 : Le feu, Magnard Jeunesse, 2016, 270 p., 6,80 €
Tome 2 : L’air, Magnard Jeunesse, 2016, 240 p., 6,80 €

Éric Battut, Blancs éternels

Éric Battut, Blancs éternels

Du sentier qui traverse l’alpage au sommet, à plus de 4000 mètres, Éric Battut nous convie à une superbe course en montagne. « Sur le glacier, nous sommes prudents. Nous avançons, piolet en main, pour éviter les terribles crevasses, larges et profondes, de cet immense fleuve de glace », mais quelle joie de rencontrer, au sommet, une cordée venue de l’autre versant. Hauts pâturages en papier Canson vert tendre, manteau de neige en papier de soie, blizzard en rayures de peinture planche : Éric Battut associe avec talent papiers découpés et déchirés, camaïeux de blancs et jeux de transparence pour un résultat tout en poésie. La typographie se fait un malin plaisir à divaguer dans la page, cabriolant avec les chamois et ne quittant pas d’une lettre cette vaillante petite cordée. Un modèle aussi pour inciter les enfants à créer leurs paysages de rêve !

Dès 5 ans

Éric Battut, Blancs éternels, L’Élan vert, 2017, 32 p., 13,50 €

Kevin Henkes, L’Attente

Kevin Henkes, L’Attente

Une chouette et un cochon, un chiot, un ourson et un lapin, ils sont cinq à attendre, en regardant par la fenêtre. Mais qu’attendent-ils donc ? La neige ? Un visiteur ? Une surprise ? Ces cinq amis ne sont autres que des jouets ou des bibelots – de ceux que l’on pose sur le rebord d’une fenêtre. Il se passe tant de choses quand on sait bien regarder par la fenêtre, tous les rêveurs vous le diront, c’est mille fois mieux que tous les écrans du monde. Des couleurs tendres, de la place pour le « blanc » de la page, des textes poétiques, un soupçon de mystère, un classicisme épuré – bref, tout ce qu’il fallait pour que cet album reçoive le prix Caldecott Honor début 2016. Pour feuilleter l’album, c’est ici.

Dès 3 ans

Kevin Henkes, L’Attente, Le Genévrier, coll. « Caldecott », 2017, 32 p., 14 € — Traduit de l’anglais.