Marion, Paul et Colombe à travers l’Histoire, La Machine volante

Marion, Paul et Colombe à travers l’Histoire, La Machine volante

Après une longue route, Paul et Colombe sont au Clos Lucé. Ils croisent le souverain, François Ier et surtout font la connaissance de Léonard de Vinci, venu d’Italie. Quand Colombe découvre un manuscrit représentant les plans d’une machine volante, dessinée par celui-ci, la grande aventure commence ! Mais construire une aile volante, ce n’est pas si simple ! Quant à l’expérimenter, cela ne va pas sans quelques mésaventures…
Marion Raynaud de Prigny a un réel don d’observation : non seulement pour croquer les silhouettes des deux cousins Paul et Colombe, mais aussi pour découvrir les jeux des enfants, dont le plus apprécié est de se costumer et de remonter le temps en inventant mille sottises.

Dès 6 ans

Marion, Paul et Colombe à travers l’Histoire, La Machine volante, Editions du Triomphe, 2012, 64 p., 8,60 €

William Grill, Le voyage extraordinaire : L’aventure vraie d’Ernest Shackleton au coeur de l’Antarctique

William Grill, Le voyage extraordinaire : L’aventure vraie d’Ernest Shackleton au coeur de l’Antarctique

8 août 1914. Au moment où éclate la Première Guerre mondiale, un navire polaire, L’Endurance, lève l’ancre. Le défi lancé par Ernest Shackleton et son équipage tient en ces quelques mots : traverser l’Antarctique ! Endurance… Le nom du navire va devenir le leit-motiv de l’expédition polaire. Roald Amundsen avait ouvert la route en écrivant : « Celui qui fait preuve d’un courage absolu, d’une détermination sans faille et d’une endurance inaltérable, celui-là n’échoue jamais ». Ce à quoi Ernest Shackleton répondit : « J’ai choisi la vie plutôt que la mort, pour moi et mes amis… Je crois qu’il est dans la nature d’explorer, de plonger dans l’inconnu. Le véritable échec serait de ne jamais rien explorer. » Contre toute attente, en effet, tous les hommes menés par Ernest Shackleton survécurent à cette épopée.
Ce voyage extraordinaire est raconté avec beaucoup d’inventivité par un jeune auteur-illustrateur britannique, William Grill. De la page consacrée aux 69 chiens de l’expédition, à celle où un minuscule bateau fait face au mot « Solitude », originalité et qualité sont au rendez-vous. Une magnifique leçon de vie !

Dès 8 ans

William Grill, Le voyage extraordinaire : L’aventure vraie d’Ernest Shackleton au coeur de l’Antarctique, Casterman, 72 p., 17,50 €

Emilie Vast, Le Chant de Colombine

Emilie Vast, Le Chant de Colombine

« Colombine est une oiselle. Une oiselle amoureuse. Chaque soir, elle va au pied de l’arbre de Pierrot. Mais Pierrot ne la voit pas. Pierrot aime la lune. » Et si notre oiselle chantait ? « Do », avec le merle. « Ré », avec le moineau. « Mi », avec la mésange. Et Pierrot continue à regarder la lune… Tout change lorsque Colombine assemble les notes – la chanson, vous la connaissez ! Une jolie variation animalière, servie par le délicieux talent d’Emilie Vast.

Dès 4 ans

Emilie Vast, Le Chant de Colombine, MeMo, 2014, 40 p., 14 €

Arnaud de Cacqueray, L’agneau de Noël

Arnaud de Cacqueray, L’agneau de Noël

« Poupa, le petit ours courageux, et Touf-Touf, l’écureuil au panache léger », patinent sur l’étang gelé. « En riant, ils se laissent tomber sur les feuilles craquantes que couvre une fine dentelle de neige.
— Ce sera bientôt Noël, faisons notre crèche ! propose le petit écureuil.
— Nous inviterons les animaux du monde entier, décide Poupa. »
Et nos deux compères de sculpter les petits animaux, pendant que Soizinette, l’oie sauvage, part inviter les « vrais » animaux. Et voilà que surgit une délicate question de protocole : qui donc va être tout devant, à la première place ? Le lion, l’âne, la coccinelle, chacun fait valoir ses droits… Je vous laisse deviner quel modeste nouveau-né aura ce privilège.
Dans la belle série des aventures de Poupa, un conte de Noël parfaitement illustré par le pinceau naïf de Clémence d’Ogny

Dès 4 ans

Arnaud de Cacqueray, L’agneau de Noël, illustrations de Clémence d’Ogny, Via Romana, 36 p., 12 €

Thierry Chapeau, La légende du sapin

Thierry Chapeau, La légende du sapin

Au cœur de l’hiver, un petit oiseau blessé n’a pas pu s’envoler vers les pays chauds. Pas un arbre n’accepte de l’abriter, sauf un gentil petit sapin.
Et depuis ce jour, seul le sapin garde ses feuilles en hiver, ce qui en fait le symbole de l’arbre de Noël. Une histoire inspirée de la tradition orale alsacienne, avec des illustrations pleines de poésie.
Merci Camille !

Dès 4 ans

Thierry Chapeau, La légende du sapin, Callicéphale Éditions, 2010, 30 p., 8 € — en français et en version trilingue alsacien/français/allemand sous le titre : D’ Gschicht vum Tànnenbaum.