Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/12/2017

Shobhna Patel, Le Casse-Noisette

17-12- patel - casse noisette.jpg« C’était le soir de Noël, il y a bien longtemps. La neige recouvrait tout et, chez les Stahlbaum, on préparait comme chaque année le copieux réveillon. Il y avait encore beaucoup à faire, mais l’imposante demeure était déjà parée de délicates guirlandes ouvragées, de grandes couronnes de houx et d’épicéa – et les bas, remplis de cadeaux. » Et dans l’un de ces bas, un casse-noisette. Shobhna Patel (voir ici le site du conte) a choisi de revisiter ici, dans une langue fluide, l’argument du célèbre ballet qu’inspira à Tchaïkovsky un conte d’Hoffman.

La magie est partout, y compris pour animer le conte, avec quatre « pop-up » dont les papiers découpés au laser se découvrent en « paperscope ». Un dessin valant mieux qu’un long discours, voici le résultat :

Casse-noisette_3.jpg

 

 

 

 

 

 

Dès 6 ans

Shobhna Patel, Le Casse-Noisette, Sarbacane, 2017, 32 p., 18,90 € - Traduit de l’anglais

14/12/2017

Anguel Karaliitchev, Neige et Contes de Noël

17-12-karaliitchev- Neige-et-contes-de-Noel.jpgAu détour d’une allée peu passante du salon du livre de jeunesse de Montreuil 2017, j’ai découvert un drôle de petit sapin : Elitchka signifie en effet « sapin » en bulgare, et c’est le nom d’une jeune maison d’édition installée en Alsace. Sous ce petit sapin, un très beau recueil de trois contes traditionnels, revus par Anguel Karaliitchev (1902-1972) – qui est considéré comme l’Andersen bulgare. Le premier conte, « Petite galette de blé » fait penser au célèbre « Roule galette » ; s’ajoute au motif circulaire une tradition bulgare : il ne faut pas manger le pain à sa sortie du four, dit-on en Bulgarie, mais il faut lui laisser le temps de faire un tour dans le champ où il est né. Ici, la galette va s’entretenir avec les grains de blé cachés sous la neige et leur chuchoter les secrets des saisons à venir. Les deux autres contes, « Conte de Noël » et « la Moufle chaude » sont aussi joliment illustrés par le pinceau tendre et poétique d’Elisabeth K. Hamon.

Dès 7 ans – ou à lire en famille

Anguel Karaliitchev, Neige et Contes de Noël, illustrations d’Elisabeth K. Hamon, Editions Elitchka, 2017, 52 p., 16,50 €

12/12/2017

Lotte Reiniger, La Belle au bois dormant

17-12-reiniger - la belle au bois dormant.jpg« Il était une fois, dans un superbe château entouré de forêts, un roi et une reine au comble de la joie depuis la naissance de leur petite fille tant attendue. Elle était si jolie qu’ils choisirent de l’appeler Belle, tout simplement. » Et ils invitèrent toutes les fées du voisinage à venir déposer leurs dons au pied du berceau. Toutes, Eh non, il en manquait une, et c’était la plus méchante… Cet album reprend le conte en l’illustrant d’un choix de superbes papiers découpés de Lotte Reiniger (1899-1981), une réalisatrice allemande qui fut une pionnière du film d’animation en silhouettes. Ces silhouettes se déplient devant des décors féériques – qui le seront plus encore si vous éclairez les scènes d’un mince rayon lumineux. The Sleeping Beauty parut en 1954, il durait 10 minutes, et vous pouvez l’admirer ici, en anglais.

Dès 6 ans, pour enfants soigneux

Lotte Reiniger, La Belle au bois dormant, Editions des Quatre fleuves, 2016, 19,90 €. Traduit de l’anglais.

11/12/2017

William Steig, Le vrai voleur

17-12-steig - le vrai voleur.jpg« Gauvain montait la garde devant le nouveau Trésor Royal, sa redoutable hallebarde étincelant au grand soleil. » Gauvain est une oie sans peur et surtout sans reproche, qui a l’entière confiance de son roi, Basil, l’ours brun. Jusqu’au jour où rubis, ducats et jusqu’au célèbre diamant Kalikak disparaissent inexplicablement du Trésor… Gauvain, diffamé, échappe au pire en s’envolant vers des cieux plus cléments. Qui est le véritable voleur ? Une toute petite souris, Derek, qui a un mal fou à comprendre que s’approprier le bien d’autrui s’appelle du vol, et que cela peut avoir de graves conséquences qui échappent au voleur lui-même. Un conte tout en finesse, à la fin duquel tout le monde se réconcilie, par l’auteur-illustrateur de Shrek.

Dès 8 ans

William Steig, Le vrai voleur, illustrations de l’auteur, traduit de l’anglais, Gallimard Jeunesse, Folio Junior, 2017, 96 p., 5 €

08/12/2017

Sophie Humann, Les Compagnons de la Cigogne, Le marais ensorcelé (t 3)

17-12-humann - compagnons cigogne marais ensorcelé.jpgStrasbourg, 1826. Pendant que Gaspard poursuit son apprentissage de sculpteur, Basile aide son père, marinier, à convoyer diverses marchandises sur l’Ill. Dans les marais du Ried, un hameau est frappé de maux inexplicables. Aidés de Margot, les adolescents aident de leur mieux une curieuse famille et tentent d’apprivoiser le « Grand Duc », un vieillard reclus dans un moulin en ruines. Pendant ce temps, réapparaît un individu des plus inquiétants, l’Anguille, que l’on pensait mort (à la fin du tome 2)… Face à ce qui est considéré comme une malédiction, le trio raisonne et agit avec détermination. Le troisième volet des enquêtes des Compagnons de la Cigogne.

De 9 à 12 ans

Sophie Humann, Les Compagnons de la Cigogne, Tome 3 : Le marais ensorcelé, Gulf Stream, 2017, 224 p., 12,90 €

Voir ici les deux premiers tomes :

Sophie Humann, Les Compagnons de la Cigogne, Tome 1 : Le Lac des Damnés, Gulf Stream, 2016, 224 p., 12,90 €
Sophie Humann, Les Compagnons de la cigogne, Tome 2 : Le Fantôme des Trois Châteaux
, Gulf Stream, 2017, 224 p., 12,90 €

06/12/2017

Philippe Lechermeier, La légende de saint Nicolas

2017_12-lechermeier - saint nicolas.jpg« Ils étaient trois petits enfants, qui s’en allaient glaner aux champs… » Cette chanson enfantine, un peu passée de mode, raconte le plus grand miracle de saint Nicolas, qui a rendu la vie à trois bambins mis au saloir par un boucher mal intentionné. Dans cet album, les trois enfants se nomment Marinette, Jeanjean et Engueran, et leur histoire est contée sans rien omettre de la méchanceté dudit boucher qui, un soir d’hiver, les découpe « en tout petits bouts ». Aïe, ouille, aïe… Ils seront sauvés au printemps par le grand saint Nicolas, alerté par les « kwit kwit kwit » d’une grive bien courageuse. Une version contée avec jusque ce qu’il faut d’humour pour ne pas y croire complètement - heureusement, car le boucher dessiné par Aurélie Guillerey est assez impressionnant, avec son grand couteau !

Dès 6 ans

Philippe Lechermeier, La légende de saint Nicolas, ou la terrible histoire du grand saloir, illustrations d’Aurélie Guillerey, Gallimard Jeunesse, 2017, 28 p., 12,90 €

Ici, La Légende de saint Nicolas, chantée par Henri Dès, avec de jolies illustrations non signées.


 

 

 

 

05/12/2017

Contes de Grimm et de Perrault

17-12-grimm perrault fischer contes.jpgLes recueils de contes se suivent et ne se ressemblent pas. Celui-ci propose 9 contes : 8 des frères Grimm auxquels a été joint Le Chat botté de Charles Perrault. Des contes connus, comme Le Petit Poucet ou Les Musiciens de Brême, et d’autres un peu oubliés comme Jean le Veinard, Les Sept Corbeaux, ou Le Lièvre et le Hérisson, avec ses deux morales : « que personne ne doit jamais moquer ni vexer un inférieur, fût-il aussi humble qu’un hérisson », et, de plus, « qu’il est recommandable quand on veut se marier, de se choisir une femme du même milieu que soi, et qui, sur tous les points, ressemble à son mari ». Un conte qui fera courir les enfants d’un bout à l’autre du jardin !

Le trait d’Hans Fischer (1909-1958) fait merveille pour animer ces contes, et l’éditeur a eu la riche idée de faire dialoguer ses dessins avec une traduction modernisée – mais très fidèle – de ces contes. En effet, ses illustrations à la plume rehaussées de couleurs fourmillent de détails et donnent une énergie et une vivacité peu communes à ces animaux si humains. Parfois même, ce sont les objets qui dînent et baillent, telles « l’aiguille et l’épingle qui allaient à pied », et qui sont réquisitionnées par ces deux « racailles » que sont Petit-coq et Petite-poule.

Dès 5 ans

Contes de Grimm et de Perrault, illustrés par Hans Fischer, La Joie de Lire, 2017, 154 p., 21,90 € - Traduit de l’allemand.

04/12/2017

Pepillo, L’imagier de Petit Chien

17-11-pepillo - imagier petit chien.jpgL’été, un grand soleil brille dans le ciel bleu – mais cela donne soif à Petit Chien, qui, sur la page suivante, se désaltère joyeusement. Sous le sapin décoré, il trouvera, à Noël, un tambour – mais il fera aussi une bêtise. Tiens, comment illustrer une bêtise ? Petit Chien, monté sur la table, bouscule un gâteau fort appétissant – une belle sottise en effet ! Cet imagier aux couleurs vives et au dessin très clair illustre avec le même bonheur des objets, des attitudes et des sensations.

Tout-petits

Pepillo, L’imagier de Petit Chien, Hélium, 2017, 80 p., 14,50 €

01/12/2017

Cruschiform, Colorama : imagier des nuances de couleurs

17-11- cruschiform imagier colorama.jpgDu blanc et du beige ? Non, écoutez bien ! Blanc neige, lait, blanc de paix, albinos, blanc d’albâtre, blanc polaire, fleur de coton, écorce de bouleau, phalène blanche et blanc poudré – voilà de quoi rêver. Un peu plus de gris que de rose dans le blanc ? Voilà les larmes d’Aphrodite, la fleur de sel et le clair de lune. Chacune des 133 nuances de couleurs choisies par l’auteur donne lieu à un texte illustré, faisant face à une page entièrement colorée de ladite nuance. Ainsi, nous apprenons qu’au « Moyen Age, le bois de braise, un bois exotique rouge comme la braise, était importé en Europe par des marchands vénitiens de retour des Indes. Précieux colorant, il permettait de teindre des tissus de diverses nuances, du rouge au violet clair. » Et quand les Portugais découvrirent une terre couverte de bois de braise, ils la baptisèrent… Brésil. Cruschiform est le nom du studio de graphisme de la jeune artiste Marie-Laure Cruschi qui maîtrise aussi bien la typographie, le graphisme que l’illustration – avec une jolie touche de poésie.

Dès 8 ans et pour toute la famille

Cruschiform, Colorama : imagier des nuances de couleurs, Gallimard, 2017, 280 p., 25 €

30/11/2017

Hélène Montardre, Courir avec des ailes de géant

17-12 montardre courir ailes de géant.jpg« J’avais 8 ans quand j’ai commencé à courir. Je veux dire, courir pour de bon. C’est quand Papa a décidé que Tom, mon petit frère, était assez grand pour venir avec nous. Nous, c’était Billy, papa et moi. Billy est mon frère aîné. » Ses longues courses nous font visiter Sydney à belles foulées. Mais un jour que Glenn, le narrateur, a « 10 ans, 8 mois et 3 jours », son Papa disparaît dans un accident d’avion. La famille, dont la Maman est française, quitte alors l’Australie pour Toulouse. Et Glenn court toujours, et plus encore quand son grand-père lui propose de l’entraîner. Seule difficulté pour notre héros bilingue : s’il parle et pense en anglais, il ne parvient plus à parler français. Jusqu’à une certaine course, à Sydney. Ce roman, écrit dans une langue très simple, plaira notamment aux jeunes sportifs autant qu’aux enfants expatriés ; il fait la part belle à l’effort, au dépassement de soi et à la force des liens familiaux.

De 9 à 12 ans

Hélène Montardre, Courir avec des ailes de géant, illustrations de Yann Tisseron, Rageot, 2017, 160 p., 6,50 € (première parution en 2014)