Mot-clef

Kochka

Kochka et Chiaki Miyamoto, Le Petit Grand Samouraï

Kochka et Chiaki Miyamoto, Le Petit Grand Samouraï

« Le père de Nô est samouraï. C’est un homme fort et aussi silencieux qu’un arbre. Comme lui, Nô veut être un samouraï. » Mais est-ce aussi facile que cela quand son père, à ce que prétendent les villageois, « a fait fuir le léopard qui menaçait le village », puis « a sauvé le gouverneur pris dans une grande embuscade » avant de rapporter « le sourire du grand Bouddha volé par des brigands dans un temple » ? Alors, pendant que Nô quitte le village pour aller chercher l’aventure, son père le suit en cachette et lui donne une très belle leçon de vie. Notre bonhomme revenu à la maison sait très bien qu’il a fait une bêtise… et « ses os tremblent comme des bambous dans le vent ».
« Ne pars plus jamais comme ça, gronde son père, si tu ne veux pas que je t’attache. Cela dit, en attendant d’être grand, tu as mérité ce katana. » Un superbe petit katana, juste à sa taille. L’album vient de recevoir le “Prix Coup de Pouce des Premières Lectures” 2018.

De 3 à 5 ans

Kochka et Chiaki Miyamoto, Le Petit Grand Samouraï, Tom’poche, 2016, 32 p., 5,50 € (réédition de l’album paru en 2009 chez Milan Jeunesse)

Kochka, Le Merveilleux voyage de Nils Holgersson, adapté de Selma Lagerlöf

Kochka, Le Merveilleux voyage de Nils Holgersson, adapté de Selma Lagerlöf

Pour avoir désobéi et s’être moqué d’un tomte, le jeune Nils rapetisse – pas plus haut que trois pommes ! Et le voilà assis sur le dos de Martin, le grand jars blanc, qui, bien que domestique, décide de suivre un vol d’oies sauvages… Et c’est là que les ennuis commencent. Car Akka de Kebnekaïse, maîtresse oie s’il en est, édicte ses conditions : «  ‘Nous refusons de partager notre gîte avec quelqu’un qui n’ose pas dire d’où il vient et à quelle famille il appartient’. Nils fit un pas en avant : ‘Je suis Nils Holgersson et, jusqu’à ce matin, j’étais un être humain.’ » Ce qui n’est pas pour rassurer la vieille Akka… A force de persuasion, Nils et Martin accompagneront les oies dans leur périple vers le Nord.
Une belle adaptation du célèbre « merveilleux voyage au-dessus de la Suède », très joliment illustré dans des tons de bleus et de rouge, avec quelques papiers découpés.

Dès 7 ans

Kochka, Le Merveilleux voyage de Nils Holgersson, adapté de Selma Lagerlöf, illustrations d’Olivier Latyk, Père Castor Flammarion, 2015, 63 p., 15,50 €

Kochka, Le Joueur de flûte de Hamelin, d’après les frères Grimm

Kochka, Le Joueur de flûte de Hamelin, d’après les frères Grimm

« Il était une fois une petite ville d’Allemagne, Hamelin, où les habitants étaient si avares qu’ils comptaient toutes leurs dépenses. » Jusqu’à chasser les chats, bien inutiles à nourrir. Inutiles ? Voire. Car les rats, sans prédateurs, prennent possession de la ville. Un matin, « un étranger à l’allure joyeuse » se présente devant le maire. « Contre mille pièces d’or, je vous libère. Plus un rat ! ». Marché conclu. Un air de flûte magique plus tard, les rats ont déguerpi. Sans doute était-ce cher payé pour un simple air de flûte, et les bourgeois de protester… et de ne pas honorer leur promesse. La fin du conte est connue : d’un air de flûte, le musicien entraîne les enfants de Hamelin, jusqu’au plus profond de la montagne. Kochka donne ici une adaptation très pertinente du conte : la cause de tous les malheurs n’est pas due à l’invasion des rats, mais bien à l’avarice première des adultes, dont le châtiment est terrible : la perte de leur descendance. Les illustrations d’Aline Bureau s’inspirent notamment des célèbres paysages d’hiver de Brueghel Le Vieux et de Brueghel Le Jeune. Un album à raconter, mais aussi à méditer.

Dès 5 ans

Kochka, Le Joueur de flûte de Hamelin, d’après les frères Grimm, illustré par Aline Bureau, Père Castor, 2015, 13,50 €