Mot-clef

Hetzel

Jules Verne, Michel Strogoff

« Le czar le regarda encore une fois bien en face, les yeux dans les yeux. Puis, d’une voix brève :
“Ton nom ? demanda-t-il.
— Michel Strogoff, Sire.
— Ton grade ?
— Capitaine au corps des courriers du czar.
— Tu connais la Sibérie ?
— Je suis Sibérien. […]
— Voici une lettre, dit-il, que je te charge, toi, Michel Strogoff, de remettre en main propre au grand-duc et à nul autre que lui.
— Je la remettrai, Sire. »
Qui osera dire qu’il y a des longueurs chez Jules Verne, après la lecture d’un dialogue aussi énergique ? Quand il s’agit de longueurs, elles se mesurent ici en verstes qui, converties, donnent, de Moscou à Irkoutsk, 5 523 kilomètres. Orages, marais, incendies, chavirages, loups féroces, trahisons… Que de péripéties pour échapper aux hordes tartares menées par Ivan Ogareff et tenir sa promesse ! En compagnie de la belle Nadia, de l’Anglais Harry Blount et du Français Alcide Jolivet, journalistes en quête de sensationnel, le lecteur suivra Michel Strogoff jusqu’aux rivages du lac Baïkal. Certes, le format de poche ne rend pas justice aux célèbres illustrations de la collection Hetzel, mais cette édition propose le texte intégral pour un prix modique.

Adolescents

Jules Verne, Michel Strogoff, illustrations originales de l’édition Hetzel, Le Livre de Poche, 2018, 446 p., 6,60 € — Texte intégral- Imprimé en France.

Jules Verne, Deux ans de vacances

Jules Verne, Deux ans de vacances

« Ah, si le Sloughi pouvait atteindre cette plage sablonneuse sans rencontrer un banc de récifs, si l’embouchure d’une rivière lui offrait refuge, peut-être ses jeunes passagers s’en réchapperaient-ils sains et saufs ? » Car le yacht vient d’essuyer une belle tempête australe – et il va falloir des trésors d’imagination et d’énergie aux quinze survivants pour organiser leur vie sur l’île – forcément déserte – où ils se sont échoués. D’autant plus qu’il n’y avait aucun adulte à bord…
S’inscrivant dans le cycle des Robinsons, Jules Verne choisit de « montrer une troupe d’enfants de huit à treize ans, abandonnés dans une île, luttant pour la vie au milieu des passions entretenues par les différences de nationalités [on dirait aujourd’hui ‘de culture’], en un mot, un pensionnat de Robinsons ». Français, Anglais et Américains parviendront-ils à s’entendre ? Point d’irénisme donc, mais la volonté de « montrer ce que peuvent la bravoure et l’intelligence d’un enfant aux prises avec les périls et le difficultés d’une responsabilité au-dessus de son âge ». Roman d’aventure, roman initiatique, Deux ans de vacances, cela sent bon les embruns, les cabanes, le feu de camp ! Mais quand débarquent du Severn de redoutables bandits, l’aventure devient nettement plus inquiétante.

A partir de 12 ans

Jules Verne, Deux ans de vacances, diverses éditions. L’édition du Livre de Poche, 2013, reprend les illustrations de l’édition Hetzel, 508 p., 6,10 € — Nombreuses éditions de poche.