Mot-clef

hélium

Katrin Wiehle, Ma grande ferme

Katrin Wiehle, Ma grande ferme

Cochons, poulets, chèvres et moutons. Tracteur, râteau. Abeilles, carottes, salades… Et même une épicerie pour la vente directe. Un grand imagier cartonné sur le thème de la ferme, « 100 % nature », écologique et localiste. De quoi ravir les tout-petits qu’ils soient citadins ou ruraux. Si ce livre est présenté comme un « livre 100 % nature, imprimé avec des encres végétales sur du carton 100 % recyclé », gageons qu’il n’est tout de même pas… comestible !

Dès 18 mois

Katrin Wiehle, Ma grande ferme, Hélium, 2016, 13,50 €. Cartonné. Traduit de l’allemand.

Maria Dek, Quand je serai grand

Maria Dek, Quand je serai grand

« Quand je serai grand, je serai vraiment très grand, grand comme 1 géant. » Quelle joie et quelle malice d’apprendre à compter 4 chapeaux, 5 boules de glace, 9 flaques d’eau – surtout quand on a le droit de se coucher… « à la 25e heure de la nuit ». Un parcours fantastique, éclairé par des peintures naïves et poétiques.

Dès 3 ans

Maria Dek, Quand je serai grand, Hélium, 2016, 14,50 € — Traduit du polonais

 

Delphine Chedru, 1,2,3, Partons ! Suis le chemin avec ton doigt

Delphine Chedru, 1,2,3, Partons ! Suis le chemin avec ton doigt

« Prêt pour l’aventure ? Alors place ton doigt sur le chemin… 1,2,3, partons ! » De l’index, le petit lecteur va aller se promener dans les bois, voler dans les airs, nager avec les poissons, sautiller avec les oiseaux… Un voyage coloré et plein de surprises, le long d’un ruban en relief.

Avant 3 ans

Delphine Chedru, 1,2,3, Partons ! Suis le chemin avec ton doigt, Hélium, 28 pages cartonnées, 2016, 9,90 €

Catarina Sobral, Cher grand-père

Catarina Sobral, Cher grand-père

Même si – ou parce que ?- « mon grand-père se réveille tous les jours à six heures du matin », il aime prendre le temps de vivre, et de bien vivre ! A sa façon, comme nous le raconte l’un de ses petits-enfants. De cours d’allemand en déjeuner sur l’herbe (à la Manet), de lettres d’amour en jardinage, voilà un grand-père digne de fumer sa pipe sur le même banc que Jacques Tati. D’autant plus que les illustrations de Catarina Sobral ont un charmant petit air années 1950 !

Dès 4 ans

Catarina Sobral, Cher grand-père, Hélium, 2016, 12,50 €

Carson Ellis, Chez nous

Carson Ellis, Chez nous

« Chez nous, c’est une maison à la campagne. » Ailleurs, on habite un bateau, un nid, un autocar, voire – mais c’est pour de rire – une chaussure abandonnée. La double page que je préfère est celle qui présente la minuscule cellule d’un homme d’affaires japonais, très inspirée d’un origami, et, en face, la façade colorée et onirique du logis d’un…. dieu nordique. Parmi tant de « chez nous » possible, le dessinateur a remarqué que certaines maisons sont bien rangées, et que d’autres sont en désordre. Et chez vous, c’est comment ? Quelques illustrations du livre, ici.

Dès 3 ans

Carson Ellis, Chez nous, Hélium, 2015, 40 p., 15,90 €

Charles Perrault, Le très grand Petit Poucet

Charles Perrault, Le très grand Petit Poucet

« Il était une fois un Bûcheron et une Bûcheronne qui avaient sept enfants tous Garçons. L’aîné n’avait que dix ans, et le plus jeune n’en avait que sept. On s’étonnera que le Bûcheron ait eu tant d’enfants en si peu de temps ; mais c’est que sa femme allait vite en besogne, et n’en faisait pas moins que deux à la fois. Ils étaient fort pauvres, et leur sept enfants les incommodaient beaucoup, parce qu’aucun d’eux ne pouvait encore gagner sa vie. Ce qui les chagrinait encore, c’est que le plus jeune était fort délicat et ne disait mot : prenant pour bêtise ce qui était une marque de la bonté de son esprit. » Ainsi en effet va le conte que c’est au plus jeune que revient le soin de sauver sa fratrie. Ce « très grand » Petit Poucet reprend le texte de Perrault, dans un décor onirique fait de découpes laser superposées à des illustrations naïves, le tout jouant de l’ombre et de la lumière…

Dès 5 ans

Charles Perrault, Le très grand Petit Poucet, décors et découpes de Clémentine Sourdais, Hélium, 2015, 32 p., 21,90 €

Julien Baer, Beau et Bon

Julien Baer, Beau et Bon

« C’est beau une vache / C’est bon le lait. » En effet, la vache est superbe, qui nous regarde de ses grands yeux humides. Et ce verre de lait bu à la paille, quel régal ! Parmi les autres paires : « C’est beau un cochon / C’est bon le saucisson », ou « « C’est beau un arbre / C’est bon de lire un livre ». Un soupçon d’impertinence sied parfaitement à cet album de photos – ici, le pain vole en plein ciel. Quant au vin qui suit le « c’est beau le raisin », « c’est bon, mais pas trop ! ». Comme quoi la musique mène à tout, surtout quand l’œil chuchote à l’oreille que notre monde est beau.

Dès 3 ans

Julien Baer, Beau et Bon, Hélium, 2015, 14,90 €

Sandol Stoddard, Comme un secret pour toi

Sandol Stoddard, Comme un secret pour toi

« Qu’allons-nous donner au bébé ? Le bébé est si neuf. Qu’allons-nous montrer au bébé ? Le bébé est si petit. […]°Il vient juste de naître. Aujourd’hui il ne connaît presque rien. Presque rien du tout. » Alors, pourquoi ne pas faire le tour de la maison, aller plus loin encore, pour emmagasiner tout ce que l’on montrera au bébé quand il sera plus grand. Car ce qui est certain, c’est que nous l’aimons du fond du cœur, ce bébé ! Des dessins naïfs et colorés, un texte poétique et dynamique, pour aider les grands frères et grandes sœurs à surmonter leur impatience de communiquer avec « le bébé ».

Dès 3 ans

Sandol Stoddard, Comme un secret pour toi, illustrations d’Ivan Chermayeff, Hélium, Actes Sud, 2014, 40 p., 13,90 €

Didier Cornille, Tous les ponts sont dans la nature

Didier Cornille, Tous les ponts sont dans la nature

Le premier grand pont métallique fut construit dès 1779 en Grande-Bretagne à Coalbrookdale. Long de 60 mètres, il franchit la Severn à 30 mètres au-dessus de la rivière. Les membrures et les pièces de fonte de ce célèbre « Iron Bridge », dues au génie d’un maître forgeron, signent aussi le passage de l’artisanat à l’industrie. Il méritait bien de figurer dans cette belle collection de ponts routiers, de ponts ferroviaires et de passerelles, au même titre que le viaduc de Millau ou que la toute nouvelle passerelle du MuCem. Les dessins de Didier Cornille, aussi élégants que précis, permettent au néophyte d’explorer les diverses techniques architecturales mises en œuvre pour construire un pont. Et quelle réussite quand le pont s’inscrit parfaitement dans le paysage !

Dès 8 ans

Didier Cornille, Tous les ponts sont dans la nature, Hélium, 2014, 88 p., 14, 90 €

Adam Lehrhaupt, Défense d’ouvrir ce livre !

Adam Lehrhaupt, Défense d’ouvrir ce livre !

« Peut-être que tu devrais reposer ce livre. Tu ne veux pas laisser sortir les singes, si ? » Stop ! Danger ! Attention ! Va-t-en ! Au fil des pages, toujours averti des risques encourus, le petit lecteur va libérer singes, lémuriens, toucan, alligator – autant de calamités qui vont envahir le livre, jusqu’au gag final. Un second degré plein d’un humour ravageur ! Pour vous en convaincre, une animation en anglais et en musique, au pays des naughty monkeys.

Dès 4 ans

Adam Lehrhaupt, Défense d’ouvrir ce livre !, illustrations de Matthew Forsythe, Hélium, 2013, 36 p., 13,90 €