Mot-clef

folio junior

Dino Buzzati, La fameuse invasion de la Sicile par les ours

Dino Buzzati, La fameuse invasion de la Sicile par les ours

« Le roi des ours, Léonce, était allé ramasser des champignons avec son jeune fils Tonin, deux chasseurs avaient enlevé l’enfant. Le père s’étant éloigné un instant le long d’un à‑pic, ils avaient surpris l’ourson seul et sans défense, l’avaient ligoté comme un vulgaire paquet et fait descendre, le long des précipices, jusqu’au fin fond de la vallée. » Bien penaud, Léonce n’ose pas dire que son fils lui a été volé et raconte qu’il est mort, ce qui lui laisse mauvaise conscience… Jusqu’au jour où il se décide à aller voir ce qui se passe chez les hommes. Et là, nous allons voir ce que nous allons voir ! Magicien, Troll, Croquemitaine, grand duc de Sicile lui-même, châteaux hantés, sangliers, pas le temps de s’ennuyer ! Cette nouvelle édition du célèbre roman (1945) reprend les dessins de l’auteur lui-même, en noir et blanc ou en couleurs, sous une couverture cartonnée et même dorée. L’occasion d’un beau cadeau, et d’une entrée en fanfare dans ce que la littérature classique peut avoir de réjouissant.

Dès 10 ans

Dino Buzzati, La fameuse invasion de la Sicile par les ours, illustrations de l’auteur, Gallimard Jeunesse, coll. « Albums junior », 2018, 144 p., 17,50 € — disponible aussi en poche, Folio Junior, 5,80 €  — Traduit de l’italien par Hélène Pasquier

William Steig, L’île d’Abel

William Steig, L’île d’Abel

Un coup de vent a emporté l’écharpe de sa jeune femme Amanda. Ecoutant plus sa galanterie que son courage, Abélard Hassam di Chrico Flint, des Flint de Mossville – Abel, pour les intimes – se lance à sa poursuite. Mais au pays des souris, rien ne se passe comme prévu. Après moult péripéties, Abel s’échoue sur une île déserte. L’occasion pour William Steig (1907 – 2003, et papa de Shrek) de brosser une robinsonnade où aucun événement, aussi improbable soit-il, de la vie d’Abel ne parvient à entamer un flegme très britannique. Optimisme, débrouillardise, et un certain « lâcher prise », permettent au souriceau amoureux de revenir à la maison – muni de la précieuse écharpe.

Dès 9 ans

William Steig, L’île d’Abel, illustrations de l’auteur, Folio Junior, 160 p., 6,40 € — Traduit de l’anglais.

William Steig, Le vrai voleur

William Steig, Le vrai voleur

« Gauvain montait la garde devant le nouveau Trésor Royal, sa redoutable hallebarde étincelant au grand soleil. » Gauvain est une oie sans peur et surtout sans reproche, qui a l’entière confiance de son roi, Basil, l’ours brun. Jusqu’au jour où rubis, ducats et jusqu’au célèbre diamant Kalikak disparaissent inexplicablement du Trésor… Gauvain, diffamé, échappe au pire en s’envolant vers des cieux plus cléments. Qui est le véritable voleur ? Une toute petite souris, Derek, qui a un mal fou à comprendre que s’approprier le bien d’autrui s’appelle du vol, et que cela peut avoir de graves conséquences qui échappent au voleur lui-même. Un conte tout en finesse, à la fin duquel tout le monde se réconcilie, par l’auteur-illustrateur de Shrek.

Dès 8 ans

William Steig, Le vrai voleur, illustrations de l’auteur, traduit de l’anglais, Gallimard Jeunesse, Folio Junior, 2017, 96 p., 5 €

Michel Honaker, Rocambole et le spectre de Kerloven

Michel Honaker, Rocambole et le spectre de Kerloven

« En somme, vous m’avez ravie à mes ravisseurs ? demanda Fauvette en se frictionnant les mains […].
La réflexion fit s’esclaffer le maître des lieux.
— Tu n’as pas perdu au change, crois-moi.
— C’est rocambolesque…
Le jeune homme tressaillit :
— Comment ? Quelle est cette expression ?
— Rocambolesque ? C’est un mot à la mode. »
Même recluse dans son orphelinat, la jeune Fauvette a lu (sous le manteau) les aventures du célèbre Rocambole, ce personnage aux mille facettes qui « tente de réparer les injustices ». Et la voilà bien malgré elle (quoique….) au centre d’une bien curieuse intrigue, qui la mène de la machine de Marly à un manoir breton.
Michel Honaker a repris à son compte le personnage de Ponson du Terrail pour toute une série de petits romans fantastiques dans la meilleure veine du feuilleton XIXe siècle. Rebondissements assurés à chaque page ! Le style lui-même se veut pastiche, et l’on y gagne des passés simples, des attitudes (eau bénite et confessionnal, duels et monocles) et quelques mots rares – cornette, camériste, gibus, grabat, malandrins…

Dès 10 ans

Michel Honaker, Rocambole et le spectre de Kerloven, Folio Junior, 176 p., 5,70 €

Timothée de Fombelle, Vango, t. 2, Un prince sans royaume

Timothée de Fombelle, Vango, t. 2, Un prince sans royaume

Parus en 2010 et 2011, les deux tomes de Vango sont désormais disponibles en collection de poche. Une belle occasion de relire ce roman d’aventure où les courses poursuites s’enchaînent dans les lieux les plus improbables – les coursives d’un zeppelin, un gratte-ciel en chantier, les combles du Mont-Saint-Michel, entre autres. Timothée de Fombelle serait-il un émule de Sylvain Tesson ?
Le roman se situant en 1936, ces traversées des Etats-Unis et de l’Europe sont l’occasion pour Vango, Ethel, la Taupe et quelques autres de partager les inquiétudes d’un avant-guerre tumultueux. D’autant plus que la Russie – soviétique, mais pas seulement — s’invite dans l’intrigue… Le voile est enfin levé sur la généalogie et donc sur l’identité de notre héros – avec jusque ce qu’il faut d’ombres pour maintenir un soupçon de doute. Quant à l’abominable Cafarello…
Ne négligeons pas le plaisir de lire et faire lire une belle langue française, toujours dynamique et inventive, qui permet de croiser des héros positifs, libres, à la fois sportifs et raffinés – avec cette pointe d’humour et de finesse bien de chez nous.

Dès 11 ans

Timothée de Fombelle, Vango, t. 2, Un prince sans royaume, Gallimard Jeunesse, Folio Junior, 452 p., 7,30 €
Timothée de Fombelle est aujourd’hui estampillé « Cercle Gallimard de l’enseignement » ; les enseignants disposent donc de multiples « ressources pédagogiques » pour étudier ses romans en classe.

Boileau-Narcejac, Sans Atout dans la gueule du loup

Boileau-Narcejac, Sans Atout dans la gueule du loup

« Oui, mon vieux, j’ai découvert l’entrée d’une caverne. Oh, c’est une simple fissure, mais après, ça s’élargit. Je voudrais bien qu’on aille plus loin, tous les deux. Hé… Sans A… Tu m’écoutes ?
François regardait non pas la muraille mais, à droite de la sente, quelque chose dans les herbes. D’une voix tremblante, il murmura :
— Ça… tu es sûr que ça veut dire : caverne ?… Parce que ça veut peut-être aussi dire : cadavre.
Un corps gisait, les bras en croix. »
N’ayez pas d’inquiétude : j’ai bien saisi « Sans A » pour « Sans Atout » et pas San A pour San Antonio. En vacances chez son ami Paul, dans « un bled où il pleut jour et nuit » (merci pour la Lozère), François Robion, alias Sans Atout, va se prendre au jeu. Les deux amis vont bien entendu explorer la caverne – sans pour autant se désintéresser dudit cadavre. Aventure, suspense, brigands et justiciers… le tout dans l’ombre de la bête du Gévaudan. Un classique, par deux maîtres français du roman policier.

Dès 10 ans

Boileau-Narcejac, Sans Atout dans la gueule du loup, Folio Junior, 2009, 168 p., 6,60 € (1ère édition : 1984) – Ou d’occasion en brocante.

Cathryn Constable, Sophie et la princesse des Loups

Cathryn Constable, Sophie et la princesse des Loups

« C’était l’hiver. Il neigeait. Une petite fille était perdue dans les bois. Et il y avait… (Sophie sentit la peur lui comprimer la poitrine)… un loup….
La main de son père s’échappa de la sienne.
Ne me quitte pas !
Mais il n’était plus là. La tristesse et la peur, mêlées aux flocons, recouvrirent tout.
— Sophie ! […] Tu es réveillée ?
Sophie soupira et passa la main sur son couvre-lit, comme pour en chasser la neige.
[…] La journée avait commencée au pensionnat de jeunes filles New Bloomsbury. » Un pensionnat londonien où la vie s’écoule, sans goût ni saveur. Jusqu’au jour où est organisé un voyage scolaire en Russie. Après une série d’événements improbables mais bien réels, Sophie et ses deux amies se retrouvent les hôtes d’un château mystérieux, isolé au milieu des glaces et gardé par des loups blancs. La princesse Volkonski, qui se comporte telle une méchante reine de contes de fées, parviendra-t-elle à mettre la main sur les diamants perdus ? Sophie percera-t-elle le mystère de ses origines ?
Entre uniformes de pensionnat et fourrures extravagantes, un roman pour petites filles romantiques. Romantiques et courageuses, car affronter des loups, ce n’est pas le pire, quand on a pour adversaires une aventurière cupide et un ex-général soviétique.

Dès 9 ans

Cathryn Constable, Sophie et la princesse des Loups, Gallimard Jeunesse, 2013, 352 p., 13,90 € — Folio Junior, 2015, 352 p., 7,40 €

 

Oscar Wilde, L’Anniversaire de l’infante

Oscar Wilde, L’Anniversaire de l’infante

« C’était l’anniversaire de l’Infante. Elle n’avait que douze ans d’âge, et le soleil brillait dans les jardins du palais.
Bien qu’elle fût une princesse authentique, et l’infante d’Espagne, elle n’avait qu’un anniversaire, comme les enfants des pauvres gens, si bien que tout naturellement le pays entier attachait de l’importance à ce qu’à cette occasion elle passât une bien belle journée. » Mais à vouloir trop bien faire, il arrive que les événements vous échappent… Qu’advient-il alors quand un petit nain, qui avait vu tant d’horreurs dans le pauvre monde, découvre l’insolente beauté de l’Infante en même temps qu’il se voit dans un miroir ? Un conte amer où la mélancolie des adultes se mêle à la cruauté des enfants.
Le second conte, « L’Enfant de l’Etoile », est construit sur l’opposition entre beauté physique et beauté intérieure, entre prétention et abnégation, entre orgueil et charité.

Dès 12 ans

Oscar Wilde, L’Anniversaire de l’infante, suivi de L’Enfant de l’Etoile, Folio Junior, 2002, 76 p., 2 €

Marcel Aymé, Les Bottes de sept lieues et autres nouvelles

Marcel Aymé, Les Bottes de sept lieues et autres nouvelles

« Alors quoi, si on s’occupe de ce qui est vrai, y a plus moyen de rien faire », s’exclame dans la pénombre le jeune Frioulat, un petit poulbot de la Butte autoproclamé chef de bande. Surtout quand « l’expédition » du jour a pour but d’aller coller six nez morveux sur une vitrine de la rue Elysées-des-Beaux-Arts (aujourd’hui rue André-Antoine). Une vitrine où, entre « le porte-savon de Marat » et « les charentaises de Berthe au grand pied », trônent… les bottes de sept lieues ! Des bottes qui vont faire rêver les six écoliers, surtout quand un stupide accident les réunit dans une chambre d’hôpital. Un conte mi-doux mi-amer, extrait, comme « Le proverbe » du Passe-Muraille. Quant à la sourde querelle qui agitent les deux classes « A et B », la troisième nouvelle, elle est sûrement transposable dans des contextes plus actuels.

Dès 12 ans

Marcel Aymé, Les Bottes de sept lieues et autres nouvelles, Folio Junior, 96 p., 5,50 €

Jean-Philippe Arrou-Vignod, P.P. Cul-Vert détective privé

Jean-Philippe Arrou-Vignod, P.P. Cul-Vert détective privé

« En une seconde, elle fut sur nous. Un coup de volant à droite, un dérapage à gauche : glissant à la manière d’une savonnette au fond d’une baignoire, la Mini Austin acheva sa course folle dans une grande gerbe d’eau. […]
Hello, boys ! lança la conductrice […]. Je reviens du manoir, expliqua-t-elle. Où sont les boys, Birdy ?
Cloué par la stupeur, je la vis s’approcher de Rémi et lui secouer la main comme un prunier.
— Dé Cuioulberte, n’est-ce pas. Please to meet you, my boy… »
Comme dans tout voyage linguistique qui se respecte, l’arrivée des 4e 2 dans ce bourg du Devon commence par la répartition des élèves dans leurs familles d’accueil. Le célébrissime Pierre-Paul Louis de Culbert, alias P.P. Cul-Vert pour les intimes, et son camarade Rémi sont hébergés chez une très étrange Mrs Moule. Que cache donc India Cottage ? Un roman policier so british à l’humour ravageur !

Dès 9 ans

Jean-Philippe Arrou-Vignod, P.P. Cul-Vert détective privé, Enquête au collège 3, Folio Junior, 2007, 128 p., 6 €

Hans-Christian Andersen, La Reine des neiges

Hans-Christian Andersen, La Reine des neiges

« Car c’était un méchant troll ; c’était un des pires, c’était ‘le diable’. Un jour, il était de très bonne humeur, parce qu’il avait fabriqué un miroir ; et ce miroir avait cette propriété que tout le bon et le beau qui s’y réfléchissait s’y réduisait à presque rien. » Alors, lorsque ce miroir se casse et qu’un éclat entre dans l’œil du pauvre Kay… Toutes vos forces ne seront pas de trop pour soutenir son amie Gerda et éviter que les deux enfants ne se gèlent le cœur.
Le texte intégral, le vrai de vrai, à lire ou relire. Avant ou à la place du film ? A vous de juger… Mais ils ont dû prendre un éclat de miroir dans l’œil, chez Disney : leur nouvelle « Reine des neiges » (Frozen en anglais) se moque éperdument du texte d’Andersen. A ce niveau-là, ce n’est plus de l’adaptation, c’est du vol !

Dès 8 ans

Hans-Christian Andersen, La Reine des neiges, Folio Junior, 2013, 96 p., 4 €

Kevin Crossley-Holland, La Bataille de Thor et autres légendes vikings

Kevin Crossley-Holland, La Bataille de Thor et autres légendes vikings

Hâbleurs, bonimenteurs, voire effrontément menteurs. Gourmands ? Pas plus que ça, mais bâfreurs et grands amateurs d’hydromel ! Et avec ça, sournois, butés, voleurs, colériques, bagarreurs… Pas toujours plus forts que les Géants, ni plus rusés, non, mais tellement portés à rire d’eux-mêmes ! Tels sont les dieux dont les Vikings se racontaient les bonnes histoires : Thor, Odin, Balder, Freya, sans oublier Loki, le grand truqueur.
Universitaire passionné de littérature nordique, Kevin Crossley-Holland revisite les grands mythes vikings et les plus célèbres sagas. Il s’est sans nul doute abreuvé aux sources les plus pérennes, celles qui jaillissent au pied du grand frêne Yggdrasill !

Dès 10 ans

Kevin Crossley-Holland, La Bataille de Thor et autres légendes vikings, Folio Junior, Gallimard Jeunesse, mars 2011, 202 p., 6,10 €