Mot-clef

Flore Vesco

Flore Vesco, 226 bébés

Le vieux Bert, allumettier et célibataire de son état, pensait couler une retraite tranquille mais, pas de chance, « sa maisonnette était située sous un couloir aérien très fréquenté », non par des avions, mais par des cigognes. Lesquelles ont la mauvaise habitude de laisser parfois tomber des nouveau-nés de leur baluchon dans son jardin. « Et c’est ainsi que Bert se retrouva avec 226 bambins sur les bras. » Avec une seule idée, s’en débarrasser au plus vite, la « compagnie 6gogne » refusant de les reprendre. Son assureur ayant répondu que « l’arrivée d’un bébé dans un foyer n’est pas considérée comme un sinistre », Monsieur Bert va parcourir la contrée avec un chargement des plus braillards. L’occasion de rencontrer au fil des pages les héros de contes de fées : de Barbe Bleue à Raiponce, leur destin en sera singulièrement modifié.
Flore Vesco a‑t-elle croisé la route de Pierre Gripari et de sa Patrouille du conte ? Elle revient ici avec sa créativité, sa gouaille et son insolence coutumières, talents partagés avec une « couvée de jeunes lecteurs » qui, dans le cadre du « Feuilleton des Incos », ont la chance de pénétrer dans les coulisses de la création littéraire et de la fabrication d’un livre.

Dès 8 ans

Flore Vesco, 226 bébés, Didier Jeunesse, 2019, 96 p., 12 € — Imprimé en France

Flore Vesco, L’Estrange Malaventure de Mirella

Mirella, « des pieds à la tête de guenilles accoutrée », est porteuse d’eau dans la bonne ville d’Hamelin, sur les rives de la Weser. A une date incertaine de la fin du XIIIe siècle, sous le règne de Rodolphe de Habsbourg. Primesautière, insolente, généreuse, la jouvencelle de 15 ans ne s’en laisse pas conter, ni par les échevins, ni par les mendiants, ni par tous ceux qui se situent entre les deux. Hamelin ? N’est-ce pas cette ville envahie par les rats, dont un joueur de flûte, grugé par les autorités, emporte les enfants ? Et si les frères Grimm n’avaient pas dit toute la vérité ? Ces rats, au Moyen Age, quel mal annoncent-ils de ville en ville ? La peste, la peste, la terrifique peste… Mirella affronte moult périls : De qui est-elle réellement la fille ? Pourquoi la dit-on sorcière ? Qui est cet intrigant homme en noir ? N’est-ce pas bien dangereux de s’en éprendre ? Quant à danser avec lui… Est-ce valse ou danse macabre ? Mirella, ce sont aussi des chansons naïves – Mi, Ré, La – pour la plus grande joie des petits enfants et le réconfort de ses amis les lépreux.
Flore Vesco réinvente le conte – et joue des mots avec son talent habituel. Bien malin celui qui, sans s’aider du lexique en fin de volume, saura discerner d’un coup d’œil les termes empruntés au Moyen-Age et les créations farfelues et oh combien ! réjouissantes de Flore Vesco.

Adolescents

Flore Vesco, L’Estrange Malaventure de Mirella, L’Ecole des Loisirs, coll. « Médium + », 2019, 215 p., 15,50 € — Imprimé en France

Flore Vesco, Gustave Eiffel et les âmes de fer

Flore Vesco, Gustave Eiffel et les âmes de fer

« Monsieur Eiffel, n’est-ce pas ? demanda le nain. Je vous félicite. Nous sommes très intéressés par la manière dont vous avez répondu aux défis que nous vous avons lancés, et nous serions heureux de vous compter dans nos rangs.
Gustave masqua son étonnement.
— Je vous remercie, répondit-il. Mais me sera-t-il enfin possible de connaître les activités de votre société ?
— Oui, oui, je me doute que vous avez beaucoup de questions. Vous pouvez m’appeler “mon ordinal”. Je suis le fondateur de la S.S.S.S.S.S. : la Société Super Secrète des Savants en Sciences Surnaturelles. »
Et voilà comment Gustave Eiffel, en compagnie de Louis Pasteur et d’Alfred Nobel, va se trouver embringué dans un roman policier « fantastico-historico-scientifico-romantique », entourloupiné par Flore Vesco, jamais en reste quand il s’agit d’élaborer une intrigue, de l’assaisonner de situations cocasses et de jeux de mots où une créativité déjantée l’emporte (mais pas toujours) sur un fond d’esprit potache. Les références au Metropolis de Fritz Lang comme à L’Eve future de Villiers de l’Isle-Adam assurent au roman une généalogie savante, mais le cousin d’Isamberte ne serait autre que Magnéto, un mutant de l’univers des X‑Men, ce qui rassurera nos adolescents. Isamberte ? Derrière ce prénom se cache la fille d’Aldinni, le « méchant-méchant » du roman – et d’Aldinni à Houdini et à Robert Houdin, la magie n’est pas loin… Une magie aussi sombre, voire carrément gore, que les salles des machines de la manufacture où se déroule le roman. Frissons garantis !

Adolescents

Flore Vesco, Gustave Eiffel et les âmes de fer, Didier Jeunesse, 2018, 224 p., 15,90 €

Flore Vesco, Louis Pasteur contre les loups-garous

Flore Vesco, Louis Pasteur contre les loups-garous

« — Mais que diable espériez-vous voir avec votre microscope ? s’exclama M. Ragoût.
— Eh bien, je ne savais pas. C’est justement ça qui est intéressant, répondit Louis Pasteur. » Le jeune Louis Pasteur, 19 ans en cette rentrée 1842, en remontre vite à son professeur de chimie. Son seul désir : assouvir sa curiosité pour les sciences. Alors, quand des meurtres terribles et mystérieux ensanglantent l’institution royale Saint-Louis, rien ne l’empêchera de mener l’enquête. Avec ses méthodes et ses vaccins, mais aussi avec l’aide de Constance, jeune pensionnaire qui ne devrait pas quitter si souvent le bâtiment des demoiselles. Même pour s’initier à l’escrime ou pour marcher sur les toits ! Flore Vesco (voir « De cape et de mots ») revient avec un second roman « d’un genre nouveau : le policier fantastico-historico-scientifico-romantique ». Situations décalées et jeux de mots à chaque page – un régal !

Dès 12 ans

Flore Vesco, Louis Pasteur contre les loups-garous, Didier Jeunesse, 2016, 192 p., 15 €

PS : Les brèves et coupables « embrassades » du doyen (minable) et du médecin (un charpentier reconverti), surpris par Constance, sont irrésistibles de ridicule !

Flore Vesco, De Cape et de Mots

Flore Vesco, De Cape et de Mots

Devenir demoiselle de compagnie de la reine, tel est le projet de la jeune Serine à la mort de son père, comte plus que désargenté du domaine de Chancies. Mais Sa Majesté, seconde épouse du roi Leo III, se révèle plus capricieuse que la pire des sœurs de Cendrillon… et ses demoiselles de compagnie ne sont pas non plus des plus angéliques. Comment s’y prendra Serine pour se faire accepter à la cour et déjouer un complot tramé par le Grand Secrétaire, parangon de fourberie ?
De Fantômette, Serine a hérité des talents de gymnaste et de Triboulet, fou des rois Louis XII et François Ier, une langue bien pendue – parfois même rabelaisienne. Bouts rimés et contrepèteries étonneront par leur crudité candide quelques parents dont les seules références restent les virelais du prince de Motordu. Cela donne un roman qui court comme le furet du bois joli, qui se visite comme le palais de Dame Tartine (où les sucreries seraient remplacées par autant de jeux de mots), qui se moque des prétentieux de tout poil et regarde avec tendresse le petit monde des lavandières, des marmitons et… des bourreaux.

Dès 11 ans

Flore Vesco, De Cape et de Mots, Didier Jeunesse, 2015, 192 p., 14,20 €