Mot-clef

Editions du Sorbier

Rudyard Kipling, Histoires comme ça

Rudyard Kipling, Histoires comme ça

Si « L’Enfant d’éléphant » ou « Le chat qui s’en allait tout seul » sont de grands classiques, certaines des « Histoires comme ça » sont moins connues des jeunes lecteurs. Connaissez-vous « Le Refrain du vieux kangourou » ? Cela commence comme cela : « Non, le kangourou n’a pas toujours ressemblé à celui que nous connaissons aujourd’hui. C’était un animal tout à fait différent, un animal à quatre courtes pattes. Il était gris et laineux et fou de vanité. » Et n’avait donc qu’une idée en tête : changer de stature, dans tous les sens du terme. Mais cela ne lui fut pas si facile… et il dut courir, et courir, et sauter, et sauter encore…

Ce superbe volume est illustré des bois gravés de May Angeli, qui n’a pas son pareil pour ensoleiller les pages, les faire vibrer de lumière et d’humour et nous transporter dans cette Inde mythique des récits de Kipling.

Dès 7 ans

Rudyard Kipling, Histoires comme ça, bois gravés de May Angeli, Editions du Sorbier, 2008, 360 p. Edition cartonnée : 29,40 € — Texte intégral.

 

Rudyard Kipling, Le Livre de la jungle

Rudyard Kipling, Le Livre de la jungle

« Il était sept heures, par un soir très chaud, sur les collines de Seeonee. Père Loup s’éveilla de son somme journalier, se gratta, bailla et détendit ses pattes l’une après l’autre… » Vous le voyez, ce loup ? Et Mère Louve ? Et Tabaqui le chacal ? Et Shere Khan, le tigre ? Leur vie quotidienne, faite d’affûts et de chasse, va être bouleversée par l’arrivée inopinée d’un « bébé brun tout nu, qui pouvait à peine marcher ». Mowgli, bien sûr. Les gravures sur bois en pleine page de May Angeli sont de véritables œuvres d’art. Papier ivoire, typographie soignée, reliure solide : une très belle édition.

Dès 10 ans

Rudyard Kipling, Le Livre de la jungle, illustré par May Angeli, Editions du Sorbier, 2009, 168 p., 21 €. Texte intégral dans la traduction historique de Louis Fabulet et Robert d’Humières.

Anne Brouillard, De l’autre côté du lac !

Anne Brouillard, De l’autre côté du lac !

La maison de tante Nadège, toute de bois rouge, se cache au bout du bout du bout du monde. Lucie va-t-elle s’ennuyer dans ce grand silence ? Ce serait compter sans Alpha et Toka, deux chats doués de parole. Et sans cette étrange forme bleue aperçue de l’autre côté du lac… Mais, dans cette région de Scandinavie, l’on ne sait pas trop où commence la forêt et où finit l’eau. Peu importe. C’est l’occasion de préparer un bon pique-nique et de partir en expédition ! Anne Brouillard fait revivre à merveille l’ambiance de ces vacances suédoises, faites de petits riens, de connivence et de contemplation. Son secret ? Elle dilue ses encres et ses couleurs avec l’eau des lacs.

Dès 5 ans

Anne Brouillard, De l’autre côté du lac !, Editions du Sorbier, janvier 2011, 40 p., 15 €

Contes Russes, illustrés par Ivan Bilibine

Contes Russes, illustrés par Ivan Bilibine

Trois fils, trois flèches, trois paires de sabots…Mais aussi trois sœurs, trois bonnets et trois mariages… Dans les contes, le chiffre trois tient une grande place. Face à ces trios, un prince, un faucon, un œuf d’or, un loup gris, une princesse grenouille. Et surtout, une et une seule Baba Yaga, dans sa maisonnette montée sur pattes de poule.
« Il y a bien longtemps que je protège ta maison du vent, lui répondit le bouleau [il parle à Baba Yaga], et tu ne m’as jamais noué un simple fil autour du tronc. Elle [la gentille héroïne], elle y a noué un ruban. » En nouant ce ruban, la fillette se gagne les faveurs de l’arbre tutélaire, qui, au lieu de « lui crever les yeux avec ses branches », lui permet de s’enfuir de chez la sorcière et donc d’avoir la vie sauve.
La magie de ces recueils tient en grande partie aux illustrations du peintre russe Ivan Iakovlevitch Bilibine (1876–1942). Au goût de l’Art Nouveau pour l’imagerie populaire, il joint le regard de l’ethnographe désireux de sauver les traditions de la Grande Russie.

Dès 7 ans

Contes Russes, illustrés par Ivan Bilibine, Éditions du Sorbier, 1997, 23 €
Contes de Russie, illustrés par Ivan Bilibine, Actes Sud Junior, 1997, 78 p., 14 €
Ces deux éditions reprennent en un seul album les volumes publiés en 1986 par Messidor – La Farandole.

Rudyard Kipling, Le chat qui s’en allait tout seul

Rudyard Kipling, Le chat qui s’en allait tout seul

« Cela survint et se passa du temps que nos Amies les bêtes étaient encore sauvages. Le Chien était sauvage, le Cheval était sauvage, la Vache était sauvage, le Mouton était sauvage, le Cochon était sauvage. […] Mais le plus sauvage des animaux sauvages était le Chat qui s’en allait toujours tout seul. » Quel plaisir que de varier le ton sur ces litanies, que les enfants reprennent vite en chœur ! L’un après l’autre, emberlificotés par divers sortilèges de la Femme, les animaux se laissèrent domestiquer. Tous, sauf un… car, le Chat, « ni ami, ni serviteur », préféra conserver sa liberté. Et il alla « tout doux, tout doux, à pieds de velours », « en remuant la queue et tout seul »…
May Angeli a privilégié ici des couleurs chaudes et raffinées, et joue savamment des valeurs chromatiques pour contrebalancer l’aspect rustique de la gravure sur bois. Un équilibre très félin, en somme…

A partir de 5 ans

Rudyard Kipling, Le chat qui s’en allait tout seul, avec des gravures sur bois de May Angeli, Éditions du Sorbier, 2009, 24 p., 13,50 €