Mot-clef

editions belize

Laurent Bègue, Louis, un soldat Poilu, le jour du 11 novembre 1918

Laurent Bègue, Louis, un soldat Poilu, le jour du 11 novembre 1918

« Il était une fois, Louis, un jeune paysan de 26 ans, un jour d’automne 1918. Quatre ans plus tôt, il avait été arraché à sa terre natale par la mobilisation du 2 août 1914. […] Avec son uniforme bleu horizon, son casque d’acier sur la tête, son fusil à l’épaule, marchant dans les tranchées boueuses, la barbe naissante, on le surnommait « le Poilu », comme tous ses autres compagnons d’armes… » Quatre ans de guerre… quatre ans pendant lesquels sa femme Jeanne avait tenu la ferme, vaille que vaille. Mais « ce matin du 11 novembre semblait différent des autres. L’assaut tardait à être donné. Louis était en première ligne. […] Et puis le coup de sifflet strident du lieutenant donna l’ordre d’avancer. Louis et ses compagnons sortirent des tranchées, le coeur serré.

C’est alors que le son d’un clairon retentit. La sonnerie était inhabituelle, mais de plus en plus forte : c’était celle du cessez-le-feu ! […] Au loin, les cloches des églises se mirent à sonner à toute volée sans plus s’arrêter. » Le cessez-le-feu, l’armistice, la démobilisation, puis les médailles, les commémorations, les premiers monuments aux morts : Laurent Bègue fait ici un travail de passeur aussi sensible que documenté, servi par les sobres illustrations de Patrick Le Borgne.

Et de préciser, à l’adresse de ses jeunes lecteurs : « Tu es sans doute l’arrière-arrière petit enfant d’un Poilu. Tu es sûrement passé devant un monument sans y prêter attention. Maintenant que tu connais son histoire, le regarderas-tu autrement ? Liras-tu les noms et les âges inscrits dessus ? Peut-être reconnaîtras-tu un nom identique au tien ? »

Dès 8 ans

Laurent Bègue, Louis, un soldat Poilu, le jour du 11 novembre 1918, illustrations de Patrick Le Borgne, Editions Belize, coll. « Il était une fois », 2017, 32 p., 9,50 €

Laurent Bègue, Napoléon à Austerlitz, La bataille des trois empereurs

Laurent Bègue, Napoléon à Austerlitz, La bataille des trois empereurs

« Ce matin du lundi 2 décembre 1805, non loin du petit village d’Austerlitz, l’empereur Napoléon Ier se tient immobile sur son cheval blanc, vêtu de son uniforme préféré de colonel-chasseur et de son célèbre chapeau bicorne.
Il observe l’épais brouillard qui a envahi les terres glacées du plateau de Pratzen, où l’ennemi a pris position.
Tandis que le brouillard se dissipe, d’un geste vif de sa main gantée, il donne l’ordre à ses maréchaux d’engager le combat. C’est alors qu’un soleil rouge-sang vient illuminer le ciel.
Ainsi débute la bataille d’Austerlitz, celle des «  Trois empereurs », qui oppose Napoléon Ier à François II d’Autriche et Alexandre Ier de Russie. »
Dans ce documentaire illustré, Laurent Bègue fait revivre, heure par heure, cette célèbre bataille, considérée comme le chef‑d’œuvre tactique et la plus belle victoire de l’empereur : une manière intelligente de faire découvrir le génie militaire de fin stratège.

Dès 12 ans

Laurent Bègue, Napoléon à Austerlitz, La bataille des trois empereurs, illustrations de Sandrine Rotil-Tiefenbach, Editions Belize, 2019, 32 p., 9,50 € — Imprimé en France

Evelyne Boyard, Venise

Evelyne Boyard, Venise

A Venise, « chaque famille fortunée se devait de posséder un palais donnant sur le Grand Canal. Car cet emplacement privilégié offrait, en plus du prestige, toutes les facilités pour le commerce. Les navires marchands empruntaient cette voie d’eau pour se rendre au Rialto, le quartier des marchands, pour y décharger leur cargaison de soies, de joyaux, de fourrures ou d’épices ».
Autant de palais à découvrir en vaporetto ou à pied, sans se lasser tant la Sérénissime a d’atouts pour charmer enfants, adolescents et adultes. Ce petit guide présente les sites les plus célèbres, mais aussi des quartiers plus préservés de l’invasion touristique dans lesquels découvrir églises baroques, statues, campos et marchés, sans oublier les îles de la lagune. Dans une langue claire et accessible, il aide à se familiariser avec les joyaux architecturaux de la cité. En automne et en hiver, n’oubliez pas vos bottes de caoutchouc – les acqua alta sont fréquentes, mais les touristes un peu moins nombreux.

Dès 12 ans

Evelyne Boyard, Venise, Editions Belize, coll. “Globe-trotters en herbe”, 2018, 48 p., 14,90 €. Imprimé en Union européenne.

Evelyne Boyard, L’Écosse

Evelyne Boyard, L’Écosse

Des fantômes, des monstres, des châteaux en ruine – et même un train à vapeur qui siffle à 10 h 50 en mémoire d’un certain Poudlard Express – oui, nous sommes bien en Écosse, et plus précisément dans les Highlands, ces Hautes Terres sauvages aux couleurs de bruyère et aux splendides arcs-en-ciel. Des photos somptueuses, des textes riches et clairs, un bel itinéraire, bref, un sympathique avant-goût de voyage à déguster en attendant la belle saison.

Dès 10 ans

Evelyne Boyard, L’Écosse, Editions Belize, 2012 — 2018, 48 p., 12 €

Evelyne Boyard, Cajou, l’écureuil et le monstre de la forêt

Evelyne Boyard, Cajou, l’écureuil et le monstre de la forêt

« Dans sa course, Cajou remarque quelque chose d’inhabituel sur le tronc du vieux chêne.
– Que sont ces marques rouges ? se questionne l’écureuil. »
Renard, mésange, blaireau s’interrogent tour à tour…
« Les marques rouges, ce sont les hommes qui les ont faites !
Le grand cerf a parlé. Avec ses bois impressionnants, il a une allure majestueuse.
[…]
« – Pour quoi faire ? interroge Cajou.
– Pour repérer les arbres à couper… »
Tous les animaux de la forêt, aidés de la jeune Anaïs, se liguent et s’affairent pour éviter le pire. Ce petit livre, bien écrit et joliment illustré ; fait le tour des habitants de la forêt en les mettant en scène, ce qui ajoute un plus par rapport à un ouvrage purement naturaliste. L’intrigue est astucieuse : les hommes qui ont marqué les arbres sont en fait des voleurs de bois ; la présence d’une “autorité”, ici le garde ONF, est bienvenue, car elle évite de tomber dans le catastrophisme. Nos forêts sont belles justement parce qu’elles sont bien gérées.

De 7 à 9 ans

Evelyne Boyard, Cajou, l’écureuil et le monstre de la forêt, Editions Belize, coll. « Les petits gardiens de la nature », 2016, 32 p., 13 €

Laurent Bègue, Orphée et la force du chant

Laurent Bègue, Orphée et la force du chant

« Il était une fois un jeune et talentueux musicien nommé Orphée. Sa mère, Calliope, n’était pas une femme ordinaire : elle était l’une des neuf Muses, filles du dieu Zeus, qui présidaient aux arts et aux sciences. Entouré par ces neuf déesses, Orphée apprit très tôt le chant, la poésie et la musique. » Après avoir couru les mers avec les Argonautes, notre bel éphèbe épouse la tendre Eurydice. Hélas, tuée par la morsure d’un serpent, la jeune femme descend chez Hadès. Orphée parviendra-t-il à retrouver Eurydice ? Nous savons bien que non… Le mythe montre l’importance du chant et de la musique dans nos vies. Mais la musique ne peut pas tout : si elle nous anime, elle ne ramène pas à la vie. La narration de Laurent Bègue, très orphique, reprend les fondamentaux du mythe sans verser dans l’intellectualisme. Les illustrations signées Patrick Le Borgne sont très originales, avec des couleurs vives, des drapés et des visages un peu anguleux qui nous changent agréablement des minois « manga ».

Dès 6 ans

Laurent Bègue, Orphée et la force du chant, illustrations de Patrick Le Borgne, Editions Belize, 2015, 32 p., 9,40 €

Carolina d’Angelo et Lucia Sforza, Sous le soleil se cachent…

Carolina d’Angelo et Lucia Sforza, Sous le soleil se cachent…

« Par un jour plein de soleil et de chaleur, huit amis jouent à cache-cache dans la nature. Le premier se confond avec les feuilles » : juste une paire d’yeux, — qui elle, nous regarde bien !  ‑puis une silhouette en blanc, et hop !, sur la page suivante on découvre le coquin – il était vraiment très bien caché ! Saurez-vous trouver ses compères ? Un superbe  jeu de cache-cache graphique qui joue sur les variations entre ombre et lumière, entre formes et couleurs. Idéal pour stimuler le sens de l’observation autant que l’imagination.
En voici la preuve sur le site de l’artiste italienne Lucia Sforza.

Dès 4 ans

Carolina d’Angelo et Lucia Sforza, Sous le soleil se cachent…, Editions Belize, 2014, 32 p., 9,90 €

Evelyne Boyard, L’Islande

Evelyne Boyard, L’Islande

« Comme des enfants, les Islandais croient aux elfes, aux trolls, aux génies… Il existe une carte de l’habitat des elfes », peut-on lire dans ce très sérieux petit guide de voyage. Illustré de superbes photos, il se met à la portée des jeunes voyageurs et des jeunes rêveurs, pour leur faire découvrir les plus beaux sites de cette île très jeune — 20 millions d’années, ce n’est rien, pour une île ! Pour tout savoir sur les Islandais et leurs ancêtres vikings, sur les glaciers et les volcans, sur les renards polaires et les baleines. En attendant de découvrir des maisonnettes de trolls au détour d’un fjord…

Dès 8 ans

Evelyne Boyard, L’Islande, Editions Belize, 2012, 48 p., 14,90 €