Mot-clef

Christian Garcin

Christian Garcin, Les papillons de la Lena, et autres récits animaliers de Chen Wanglin

Christian Garcin, Les papillons de la Lena, et autres récits animaliers de Chen Wanglin

Prenez quelques renards chez La Fontaine, un ou deux écureuils chez Benjamin Rabier, un aigle chez Kipling et quelques papillons proustiens, et vous n’aurez qu’un aperçu du bestiaire désopilant de Christian Garcia !
« Le battement d’ailes d’un papillon à la source de la Len peut suffire à provoquer un combat de bœufs musqués à son embouchure. » La jeune louve Lioubomira Arkhangelsk est bien incapable de justifier cet « effet papillon » devant ses louveteaux. Tel est aussi, avec un bout de bois en forme de lapin, le fil conducteur de ce récit farfelu qui va nous accompagner de la source à l’embouchure de la Lena. Et quand Goritsa, la divinité du fleuve, s’en mêle, péripéties et quiproquos s’enchaînent tout au long de ce fleuve majestueux. Si vous avez aimé Aux bords du lac Baïkal, vous adorerez ces Papillons de la Lena.

Dès 10 ans et sans limite d’âge

Christian Garcin, Les papillons de la Lena, et autres récits animaliers de Chen Wanglin, L’école des loisirs, 2012, 135 p., 9 €

 

Christian Garcin, Aux bords du lac Baïkal

Christian Garcin, Aux bords du lac Baïkal

J’ai bien entendu parler d’un certain étudiant qui se serait ennuyé sur les rives du lac Baïkal… mais comment donc a‑t-il fait ? N’a‑t-il jamais croisé la route de Slobodan Fafnir, de Maximilian Oblomov, d’Anoushka Petzoula ou de Natioushka Pilipili ? A savoir, par ordre d’apparition, d’un renard croqueur de marmottes, d’un tigre aussi paresseux que vaniteux, d’une taupe pas très futée et d’une pie borgne, fataliste et médium… Ah, j’allais oublier Dianda, l’Esprit du Grand Lac, dont les métamorphoses sont rarement réussies, et Geirg Dordjé, cet « animal humain » qui, s’il comprend les animaux, ne parle qu’aux rares chamans bouriates, et encore…
Douze histoires imbriquées, toutes aussi hilarantes les unes que les autres, joyeuses et excentriques, à lire à haute voix – en prenant son souffle, ou en trichant juste un peu avec la longueur de certaines phrases, mais ce n’est pas défendu, comme le pense si bien l’escargot Dwayne Dodo.

Dès 4 ans en histoire du soir et dès 9 ans pour lire seul.

Christian Garcin, Aux bords du lac Baïkal, L’Ecole des loisirs, 2011, 133 p., 8,50 €.