Hator et sa sœur Suma sont en vacances chez leur oncle Niels, programmeur de son métier. Ce dernier leur offre un chien – mais un chien pas ordinaire, un chien robot, vite baptisé Zip. Avec leurs voisins Phocus et Marnus, les deux filles vont s’amuser à dresser ce robot… A part leurs prénoms farfelus, le quatuor évolue dans notre monde bien actuel – jusqu’à ce que les deux plus jeunes, Hator et Phocus disparaissent sans laisser de traces. Dans un recoin de la cave, Zip transforme « l’une des fissures en un rideau transparent légèrement entrouvert »… derrière lequel Suma et Marnus découvrent un monde étrange. Des « robules », minuscules entités robotisées, au monstre dont l’intelligence se construit de page en page, ils auront fort à faire avant de retrouver Hator et Phocus. Qu’est-ce qui sauvera les enfants de la pure logique de l’intelligence artificielle ? Delphine Gosset, primatologue de formation, fait le pari de l’humour, du rire et de l’imprévisibilité de nos affections – mais sans rien chercher à démontrer, tout en finesse.
Être ainsi plongés dans un jeu vidéo, « pour de vrai », c’est nettement moins drôle que d’y jouer de l’extérieur ! Mais Delphine Gosset s’amuse bien dans ce roman dont elle a pris les manettes : elle y joue, non sans ruse et humour, avec les jeunes lecteurs qui ne regretteront pas d’avoir, pour une fois, quitté leurs écrans pour découvrir un univers parallèle, dans un roman d’aventures façon « Club des Cinq ».

Dès 10 ans

Delphine Gosset, Robules, Alice Editions, coll. « Deuzio », 2021, 262 p., 12 €