Thème

De 9 à 10 ans

Michael Bright, Darwin, l’origine des espèces

Michael Bright, Darwin, l’origine des espèces

« Les scandentiens sont des animaux petits et minces, avec une longue queue. De tous les mammifères, ce sont eux qui ont le cerveau le plus grand par rapport à leur taille. Ils n’appartiennent pas au groupe des rongeurs et ne mangent pas d’insectes. Ils sont liés aux primates, le groupe dont font partie les humains. » Et pourtant, si tu vois leur silhouette dans cet album, ce n’est pas si évident que cela ; on dirait un écureuil – mais avec un museau pointu et une queue moins touffue. Mais sais-tu quel est le plus grand être vivant au monde ? C’est un champignon, dont les filaments s’étendent sur près de 3,8 km. 157 millions d’années ? C’est l’âge du plus ancien fossile de tortue de mer retrouvé par les savants. Suis les différentes branches de « l’arbre de la vie » de Charles Darwin (1809–1882), à la découverte des incroyables évolutions des plantes et des animaux. Que de surprises !

Dès 7 ans

Michael Bright, Darwin, l’origine des espèces, illustrations de Margaux Carpentier, Circonflexe, coll. « Aux couleurs du monde », 2020, 48 p., 16,50 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Chine

Julien Delmaire, Les aventures inter-sidérantes de l’ourson Biloute, l’intégrale

Julien Delmaire, Les aventures inter-sidérantes de l’ourson Biloute, l’intégrale

Est-ce le clapotis de la pluie sur les carreaux ? Le parfum des frites ? Ou bien encore la soucoupe volante de l’affreux Blast Ador ? Toujours est-il que Madame la Chouette a été secouée dans son sommeil et entraînée dans le Nord par un ourson fort téméraire, quelque part entre champs de betteraves et terrils abandonnés. Et soudain, Les Harley-Davidson ont hurlé encore plus fort que les basses des rockeurs années 1970… Autant dire que Les aventures inter-sidérantes de l’ourson Biloute sortent un peu des chroniques habituelles du blog. Mais que ne ferait-on pour un petit Kévin, qui, de ducasse en piquet de grève, s’imagine, par ourson interposé, une vie pleine d’aventures et de voyages dans l’espace ? Ce roman rock, trépidant et déjanté, est servi par une écriture très rythmée, entre expressions ch’tis (glossaire à la fin) et interjections de comics. Madame la Chouette a moins aimé certains dessins – ainsi que la fin : que fait donc cette péronnelle de Greta à la braderie de Lille ? On aurait préféré que Biloute aille consoler Fiorina – mais ceci est une autre histoire. Le livre réunit les tomes parus séparément (et en couleurs). À part ça, votre sauce préférée, avec les frites ? Samouraï, Piccalilli ou Ketchup ? Moi, c’est la mayo de ma maman ! Tous unis contre l’infâme sauce Z, Blast Ador et le docteur Veggaline !

Dès 8 ans et pour tous ceux qui aiment le rock, les grosses motos et les frites

Julien Delmaire, Les aventures inter-sidérantes de l’ourson Biloute, l’intégrale, illustrations de Reno Delmaire, Grasset Jeunesse, 2021, 240 p., 14,90 € — Imprimé en Italie

Avalon Nuovo, Musique !

Avalon Nuovo, Musique !

« Selon de nombreux experts, la salle de concert dotée de la meilleure acoustique au monde est le Musikverein à Vienne, en Autriche. Conçu par l’architecte danois Theophil Hansen, il fut achevé en 1870. Aujourd’hui, les scientifiques et les ingénieurs ont de grandes connaissances en matière d’acoustique ». Et il en faut pour entendre les moindres détails d’une symphonie ou d’un opéra ! Cet album documentaire se penche aussi sur la façon dont on joue d’un violon ou d’une trompette, explique la différence entre un ténor, une basse et un baryton, fait revivre quelques grands musiciens, de Beethoven à Holst, et confie les secrets d’une bonne musique de film. Les illustrations de David Doran sonnent parfaitement avec le texte informatif et entraînant d’Avalon Nuovo. À vous, maestro !

Dès 8 ans

Avalon Nuovo, Musique !, illustrations de David Doran, Milan, 2020, 80 p., 19,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Lettonie.

Paul Arène, Gourmandise, le n°59 du magazine TétrasLire

Paul Arène, Gourmandise, le n°59 du magazine TétrasLire

Une bouillabaisse sans poisson, un civet sans lièvre, du miel et des pâtisseries pour quatre sous, voilà les gourmandises toutes simples que Paul Arène (1843–1896) nous propose de partager avec lui, dans quatre nouvelles qui mettent l’eau à la bouche. Le tout assaisonné bien sûr de grands discours à l’accent chantant, d’un paysage de collines et de calanques, d’un grand ciel lumineux balayé de mistral. Estelle Meyrand est aux pinceaux et vous attend aux fourneaux !
En plus, dans ce délicieux et roboratif numéro 59 du magazine TétrasLire : un dossier pour tout savoir sur l’histoire du goût à travers les siècles, des recettes pour organiser un anniversaire très gourmand, ainsi que la fable de La Fontaine, « le Héron », illustrée par Arnaud Madelénat.

Dès 8 ans

TétrasLire, le magazine des 8–12 ans qui donne des ailes à la lecture. 9,50 € le numéro. Pour s’abonner : https://www.tetraslire.fr/

Béatrice Fontanel, La Dame à la licorne

Béatrice Fontanel, La Dame à la licorne

« Autour de l’étrange assemblée, les bêtes sauvages s’approchaient, charmées par le doux babil des fées : des cerfs aux bois veloutés, des biches charmantes, des chouettes hulottes, une colombe couleur de lys et une grande licorne, blanche comme neige, aux yeux myosotis et aux naseaux si doux que pétales de rose. Tous voulaient écouter le parlement des fées. » Car les habitants de la forêt étaient en grand danger : les chasseurs et leurs chiens approchaient à grand fracas… Dans quel jardin secret la belle licorne trouvera-t-elle refuge ?
Ce récit palpitant s’inspire des tapisseries médiévales les plus célèbres sur le thème de la Dame à la licorne — celles du musée de Cluny à Paris et celles du Cloisters muséum de New-York. Les superbes illustrations de Vanessa Hié, à base de papiers découpés, nous entraînent dans ce monde enchanté, où fées, princesses et licornes délivrent les princes charmants.

Dès 8 ans

Béatrice Fontanel, La Dame à la licorne, illustrations de Vanessa Hié, Seuil Jeunesse, 2020, 48 p., 16,50 € — Imprimé en Italie

Arnaud de Cacqueray, Le gardien de Noël

Arnaud de Cacqueray, Le gardien de Noël

« Le petit Henri Kerzuel vivait dans un phare depuis qu’il était tout petit. […] Il aimait ses escaliers interminables faiblement éclairés de minces meurtrières. Il vivait au rythme des marées. » Alors, quand son père criait « Voile en vue ! », il le rejoignait vite tout là-haut pour l’aider à actionner la lanterne et la sirène qui aidaient les marins à trouver l’entrée de la passe. N’oublions pas que toutes ces manœuvres se faisaient à la main, dans le froid, la nuit et le vent. Or, un soir de Noël, ses parents trouvèrent Henri trop malade pour les accompagner à la messe de minuit. Seul dans le phare, le garçonnet entend bientôt le carillon d’un terre-neuvier aux prises avec la tempête. Et quelle tempête…
Fidèle à son rendez-vous de Noël, Arnaud de Cacqueray livre ici un nouveau conte, aux saveurs bien bretonnes, sous la haute vigilance d’un ange gardien – lequel se retrouvera au sommet du phare placé dans la crèche du village. Les illustrations de Françoise Pichard sont pleines d’énergie et donnent encore plus de relief à ce conte de Noël. Une belle lecture familiale.

Dès 7 ans

Arnaud de Cacqueray, Le gardien de Noël, illustrations de Françoise Pichard, Via Romana, 2016, 32 p., 12 €

Hege Barnholt, En direct de Scandinavie : les trésors de Noël

Hege Barnholt, En direct de Scandinavie : les trésors de Noël

« Noël, c’est l’attente, la joie, l’effervescence, les sentiments chaleureux et surtout les traditions » annonce l’auteur de ce livre aux trésors. En Scandinavie, Noël se prépare dès octobre, quand les nuits rallongent, rallongent… Et pour s’occuper les mains, les bonnes idées ne manquent pas : boules de mousse, photophores, cadeaux fabriqués à partir de petits riens, sans oublier de nourrir les oiseaux sauvages. Et pour se réchauffer, rien de vaut le glögg de grand-mère, agrémenté de petits gâteaux aux formes traditionnelles et au parfum d’anis et de cannelle. A déguster sans modération !

Pour toute la famille

Hege Barnholt, En direct de Scandinavie : les trésors de Noël, photographies de Bjorn Johan Stenersen, Les Editions de Saxe, 2013, 160 p., 19,50 €

J. R. R. Tolkien, Lettres du père Noël

J. R. R. Tolkien, Lettres du père Noël

« Je suis heureux d’annoncer que nous avons de nouveau un Noël lumineux – les Aurores boréales ont été particulièrement généreuses », écrit le père Noël en 1929. Mais « le Feu de Joie a fait un trou dans la glace et réveillé le Grand Phoque », précise cette lettre écrite du « sommet du monde, pôle Nord ». John, Michael, Christopher et Priscilla Tolkien ont ainsi reçu trente lettres de ce père Noël facétieux, inventif et poète. Un véritable artiste, bien sûr, qui illustrait ces missives avec tendresse et humour, pour la joie de toute la famille réunie autour d’un flamboyant Christmas Pudding.

Dès 9 ans

J. R. R. Tolkien, Lettres du père Noël, Pocket, 112 p., nov. 2010, 7,80 €.

Gwenaële Barussaud, Célestine, petit rat de l’Opéra – La féerie de Noël (tome 10)

« Il neige dans les rues de Paris, et Noël approche ! Célestine et ses amies découvrent, émerveillées, la douce ivresse du patin à glace, la musique d’un orgue de Barbarie, les vitrines féeriques des grands magasins… Mais la promesse d’un autre événement fait briller les yeux de Célestine encore plus fort que le reste : sa mère doit la rejoindre, et elles fêteront ensemble le réveillon… » Mais au dernier moment, rien n’est plus certain…
Madame la Chouette avoue avoir copié le résumé du livre, ce qui est rare, mais comment lire tant de livres avant Noël ? Le 10e tome des aventures si attachantes de Célestine, petit rat de l’Opéra en 1900.

Dès 8 ans

Gwenaële Barussaud, Célestine, petit rat de l’Opéra – La féerie de Noël (tome 10), illustrations de Myrtille Tournefeuille, Albin Michel Jeunesse, 2020, 144 p., 7,20 €

Natsuko Wada, Marie-Antoinette (1755–1793)

« Après son départ, Maria Antonia ne revit plus jamais sa mère. Le très long cortège qu’elle emmena avec elle… arriva à mi-parcours entre l’Autriche et la France au bout de deux semaines. Pour cette occasion, un bâtiment avait été construit sur une île du Rhin… où Maria Antonia fut confiée à des personnes venues la chercher depuis la France. » Et c’est ainsi que la jeune et insouciante archiduchesse d’Autriche Maria Antonia s’apprêtait à devenir Marie-Antoinette, reine de France. Cette collection des « grands noms de l’histoire en manga » continue son pari : proposer un récit fidèle à l’histoire, dans un style de narration typique du manga. Au fil du récit, les dessins de Mamoru Kurihara se font de plus en plus sobres et respectueux de la fin tragique de Louis XVI et de Marie Antoinette, même s’ils apportent une touche assez irréelle et décalée de notre histoire de France. A la fin du volume, les jeunes lecteurs curieux – ou sollicités pour un exposé – trouveront un dossier pédagogique bien monté, entre frise chronologique et reproductions d’œuvres d’art.

Dès 8 ans

Natsuko Wada, Marie-Antoinette (1755–1973), illustrations de Mamoru Kurihara, Pika Edition — Nobi Nobi, coll. « Les grands noms de l’histoire en manga », 2020, 160 p., 7,90 € — Adapté et traduit du japonais. Imprimé en France. A feuilleter ici.

Cyril Lepeigneux, Le manteau de saint Martin

Jeanne, François, Louis et leur chien Bushmills, en vacances chez leurs grands-parents, descendent dans le gouffre de Proumeyssac, lorsque soudain, la nacelle les dépêche dans un monde étrange… L’hiver y est frisquet, les cachettes risquées et mieux vaut éviter les quelques humains encore dehors. Au petit matin, les voilà aux portes d’un bourg, en quête d’un médecin pour soigner les yeux de Jeanne. Les trois enfants découvrent qu’ils sont à Ambianorum, ville de garnison gallo-romaine ! Leurs ennuis, ou plutôt leurs aventures ne font que commencer… Réussiront-ils à sauver Martinus, soldat dans l’armée romaine, du piège tendu par les Alamans ? Car ils savent, eux, que son manteau blanc deviendra le symbole du partage et du don aux plus pauvres.
Ce roman d’aventures est écrit dans une langue très accessible et la police a été choisie avec soin pour les jeunes lecteurs qui se lancent tout seuls.

Dès 8 ans

Cyril Lepeigneux, Le manteau de saint Martin, illustrations d’Alban Marilleau, Mame, coll. « Les disciples invisibles », 2020, 137 p. Prix de lancement : 10,90 € jusqu’au 31 décembre 2020, puis 11,90 € — Imprimé en Italie

Dans la même série, du même auteur :
Cyril Lepeigneux, Les Orphelins de Paris, illustrations d’Alban Marilleau, Mame, coll. « Les disciples invisibles », 2017, 142 p., 10,90 €

Lydéric Landry, Polochon et le lutin

« D’un mouvement de tête, Polochon désigna le pied des arbres qui bordaient la clairière.
— Tu vois ces trous à la base des arbres ? demanda-t-il.
— Oui, on dirait de minuscules entrées de tunnels, répondit la fillette.
— Eh bien, ce sont les entrées des maisons de lutins. Ceux-ci vivent sous la terre, sous les arbres. »
Quelques coups de sabot bien rythmés – et voilà que surgissent de charmants petits êtres, un peu inquiets de rencontrer une cavalière, toute mignonne mais… humaine. C’est Xila, 8 ans, toute fière de monter son poney, Polochon, dont elle ne connaissait pas encore les vertus magiques. Son meilleur ami va lui faire découvrir le monde enchanté des lutins des bois. Xila aura bien besoin de leur soutien quand il lui faudra sauver la vie de son papa, atteint d’un mal mystérieux.
Sur cette trame, Lydéric Landry a imaginé mille péripéties, de Londres à la France, du pays des lutins à l’Australie. Un roman qui passionnera les petites cavalières bonnes lectrices, ou qui pourra être lu par épisodes à haute voix.

Dès 8 ans

Lydéric Landry, Polochon et le lutin, Ed Liber Invictus, 2020, 256 p., 11 €
En vente à la Nouvelle Librairie, 11 rue de Médicis, 75006 Paris ;  Au rayon librairie de la boutique « Racines » (2 Rue Bollaert le Gavrian, 59670 Cassel) ou par correspondance ; auprès de l’éditeur, en envoyant un courriel à contact@liberinvictus.com ; sur Amazon.