Thème

De 9 à 10 ans

Sophie Bordet-Pétillon, Livres

« Ici, c’est la page de garde. Celle-ci est sans texte, et collée à la couverture », et « De l’autre côté, c’est la couverture qui, le plus souvent, comporte le titre du livre, le nom de l’auteur, de l’illustrateur et de la maison d’édition », nous explique deux petits personnages. Juste avant de fermer le livre, l’un des deux nous précise que, « derrière, c’est la quatrième de couverture. On y trouve un petit résumé qui donne envie de lire le livre. Il y a aussi son prix et son code-barres (son numéro d’identité) », tandis qu’une loupe attire l’œil sur l’achevé d’imprimer. Et entre les deux ? Sophie Bordet-Pétillon réussit le tour de force, en 32 pages, de raconter l’histoire du livre, depuis les premiers supports de l’écriture, encore malcommodes, au livre électronique ou audio, en passant, bien sûr, par le papier chinois, les caractères mobiles de Gutenberg et consorts et par les premiers livres pour les enfants. Un documentaire passionnant signé Sophie Bordet-Pétillon, des illustrations rigolotes dues à Noelia Diaz Iglesias et une maquette dynamique, que demander de plus pour chanter l’histoire du livre ?

Dès 6 ans

Sophie Bordet-Pétillon, Livres, illustrations de Noelia Diaz Iglesias, Kilowatt Editions, 2023, 32 p., 14,50 € — Imprimé dans l’U. E.

Sophie Roubertie, Promenade au musée

De « La prédication de saint François aux oiseaux » par Giotto à un autoportrait de Picasso, en passant par « La Joconde » de Léonard de Vinci, « La Liberté guidant le peuple » de Delacroix ou « Labourage nivernais » de Rosa Bonheur : visitez en famille ce musée imaginaire de 25 chefs d’œuvre de la peinture européenne ! Sophie de Roubertie, passionnée d’art et de transmission, donne dans ce livre abondamment illustré des explications claires et des détails tout simples pour apprendre à observer et donner le goût des visites culturelles. Avec de belles reproductions, bien sûr, mais aussi de sympathiques petits visiteurs, croqués par Eléonore Della-Malva, qui nous entraînent de salle en salle.
Sophie Roubertie nous invite à choisir, parmi tant de chefs d’œuvre du Louvre et du musée d’Orsay, ceux qui sauront attirer la curiosité des plus jeunes, soit parce qu’ils sont plus que célèbres – pensons à « La Joconde » ! -, soit parce qu’il s’en dégage un charme incomparable – tel le portrait de « La Finette », ou l’autoportrait de Madame Vigée-Lebrun. Avec une incursion au musée Marmottan-Monet et au musée Picasso : les prochaines vacances seront parisiennes !
Le « plus » du livre : il est interactif dans le sens où il invite très souvent à revenir sur ses pas, ce qui donne plus de relief à la lecture.

Dès 7 ans, et pour toute la famille

Sophie Roubertie, Promenade au musée, 25 tableaux pour apprendre à regarder l’art, illustrations d’Eléonore Della-Malva, Mame, 2023, 96 p., 19,90 € — Imprimé en Roumanie

Vanessa Marin, La première bataille de Guillaume le Conquérant

Septembre 1066. En baie de Somme, Guillaume de Normandie et ses hommes attendent le vent favorable qui les mènera en Angleterre.
Pour passer le temps, Guillaume raconte sa première bataille : à 15 ans, il lui a fallu asseoir son autorité et reprendre la ville de Falaise, occupée par les Français. Nous sommes donc en 1041, ou en 1042, les chroniqueurs hésitent, et peut-être Guillaume a‑t-il enjolivé ses souvenirs…Convaincre ses vassaux, rassembler hommes, machines et vivres, lancer l’assaut, voir tomber ses amis, ruser, ne pas plier… La bataille est rude sous les murs de Falaise !
De ses ancêtres vikings, le jeune homme a hérité un tempérament fougueux, orgueilleux et têtu. Pour devenir un chef respecté, il lui faut apprendre à réprimer son impatience et saisir le bon moment pour mener ses troupes au combat. Et permettre à la Normandie de vivre en paix.  Un récit très dynamique !

Dès 8 ans

Vanessa Marin, La première bataille de Guillaume le Conquérant, illustrations de Fabien Le Clech, Graine de Loup, 2023, 98 p., 11,50 € — Imprimé en France

Erik L’Homme, MASCA, Manuel de survie en cas d’apocalypse

« Cette forêt est hyper flippante. Je n’imaginais pas qu’il y avait autant d’animaux (enfin, j’espère que ce sont des animaux)…
Il faudrait que je me lève et que je me mette à marcher, mais je n’y arrive pas. Je me demande si j’ai fait le bon choix. Si je vais tenir. Survivre… »
Survivre, tel est en effet le seul but de Justin, après qu’un cataclysme s’est abattu sur la ville. Pas d’électricité, pas d’eau, des bandes de pillards dans les rues. Alors, Justin se décide à partir rejoindre les siens. Dans son sac, son carnet secret, ses griffonnages, un couteau, des allumettes, un duvet, une gourde (liste complète pages 36 et 37)… Sans oublier les conseils de son oncle Bob et les encouragements de Björn, « héros » de son manga en devenir. Plus un allié de poids : Wilson, un chien perdu aussi collant que puant.
Erik L’Homme, grand baroudeur s’il en est, se régale et nous régale. Rien de mieux que ce raid fantastique pour initier ses jeunes lecteurs aux techniques de survie : s’abreuver, allumer un feu, se protéger, se nourrir, communiquer – tout y est, mais un roman d’aventures, c’est bien plus drôle qu’un manuel de scoutisme ! Eloïse Scherrer s’est prise au jeu de Justin : ses crayonnés le plus souvent orange et noirs nous font passer par toutes les angoisses et les petits bonheurs du héros, de l’homme-à-la-hache aux recettes d’orties et de plantain. Quelle aventure !

Dès 9 ans

Erik L’Homme, MASCA, Manuel de survie en cas d’apocalypse, illustrations d’Eloïse Scherrer, Gallimard Jeunesse, coll. « Romans Junior », 2019, 160 p., 14,50 € — Imprimé en Espagne

Emilie Vast, L’herbier d’Emilie Vast, Arbres feuillus d’Europe

Savez-vous que « dans la mythologie germanique, l’alisier est dédié à Thor, dieu du Tonnerre » ? Que Zeus a créé le châtaignier « en mémoire de la chaste nymphe Nea » ? Et que l’arbre que nous nommons acacia est en fait un robinier, du nom de Jean Robin, botaniste du XVIIe siècle ?
À la fois petit traité de botanique et livre d’images, cet herbier met en regard la branche de l’arbre munie de ses feuilles, fleurs et fruits, avec la découpe très épurée de la feuille. Mythologie, anecdotes et fonctions de ces dix-huit Feuillus d’Europe sont également évoquées dans cet objet poétique à usage pratique. Il ne reste plus qu’à aller ramasser une feuille de chacun de ses arbres, de la dessiner ou de la faire sécher.
Ce livre a reçu une mention au Bologna Ragazzi Award en 2010.

Dès 8 ans

Emilie Vast, L’herbier d’Emilie Vast, Arbres feuillus d’Europe, Editions MeMo, 2009, 40 p., 16 €
Du même auteur, dans la même collection :
Emilie Vast, L’herbier, plantes sauvages des villes, 2011, 40 p., 16 €
Emilie Vast, L’herbier, petite flore des bois d’Europe, 2010, 40 p., 16 €

Cécile Petit, Je fais mes desserts moi-même sans cuisson

Sans cuisson, et même avec les mains ! A nous les banana splits, les palets bretons, les spéculoos, les verrines poire-mascarpone… Les recettes sont conçues pour que les enfants, petits et grands, puissent mettre littéralement la main à la pâte : on mesure grâce à un mug ; on mélange avec les mains ; on découpe avec un couteau à beurre… Les étapes et les dessins sont très clairs. La couverture se transforme en chevalet, et les pages sont totalement lavables ! Et, contrairement à une tablette, le livre ne se met pas en veille juste au moment où les petites mains sont pleines de chocolat ! Idéal pour préparer de somptueux goûters et des desserts exquis – justement, les vacances arrivent, profitons-en !

Dès 6 ans

Cécile Petit, Je fais mes desserts moi-même sans cuisson, illustrations d’Elena Seleniene, Milan, 2020, 96 p. plastifiées, 14,90 € — Imprimé en Chine

Clotilde Jannin, Bertrand Du Guesclin, hardi chevalier

1332, quelque part en Bretagne. Une petite troupe de garnements se lance dans un grand jeu : prendre d’assaut un fortin bricolé avec de vieilles planches. À sa tête, le jeune Bertrand du Guesclin se sent déjà l’âme d’un chef ! Au fil des années, celui qui n’était qu’un écuyer mal dégrossi s’est révélé un chef de guerre infatigable et un meneur apprécié de ses hommes, que ce soit en Bretagne, en France ou en Espagne. Bertrand du Guesclin (env. 1320 — 1380) remporta de nombreux combats lors de ce que nous appellerons « la guerre de Cent Ans ». Fait prisonnier par les Anglais, il fixa à cent mille écus d’or le prix de sa rançon. Le roi le nomma à la tête de ses armées, avec le titre de connétable de France. Clotilde Jannin, mère de famille passionnée par l’Histoire, conte ici les aventures captivantes d’un jeune garçon courageux et déterminé devenu un chevalier estimé de tous. Les illustrations épurées de Fabien Le Clech font entrer le jeune lecteur de plain-pied dans un Moyen Âge coloré et dynamique.

Dès 5 ans

Clotilde Jannin, Bertrand Du Guesclin, hardi chevalier, illustrations de Fabien Le Clech, Ed de la Nouvelle Librairie Jeunesse, 2021, 24 p., 9,90 € — Imprimé en France.

Xavier Coste, L’Enfant et la Rivière, d’après Henri Bosco

« Autour de nous, on ne voyait que champs, longues haies de cyprès, petites cultures et deux ou trois métairies solitaires. Ce paysage m’attristait. Mais au-delà coulait une rivière. » Du ciel d’un bleu cru et des lavandes violettes qui encadrent la métairie familiale de Pascalet, voilà que le paysage, la page tournée, se teinte de vert. « Au-delà coulait une rivière… » Les bleus et les violets demeurent, couleurs nocturnes, accompagnées de beiges et de lilas – les rêves seront d’un orangé de feu couvant. Autant de couleurs chez Henri Bosco ? Ce sont elles, et le trait envoûtant de Xavier Coste, qui entraînent le lecteur à la suite de Pascalet, puis de Gatzo, sur la rivière interdite – et plus loin encore.
Rares sont les bonnes adaptations de textes classiques en bandes dessinées. Celle-ci, excellente, redonne toute sa magie à un roman trop souvent affadi par des pages de dictées, de morceaux choisis et d’explications de texte dans lesquels les petits citadins ne retrouvaient plus ni les parfums, ni les mouvements secrets des rives du Rhône provençal.

Dès 9 ans

Xavier Coste, L’Enfant et la Rivière, d’après Henri Bosco, Sarbacane, 2018, 112 p., 19,50 € — Imprimé en France

Françoise Rachmuhl, Héroïnes et héros de la mythologie grecque

Françoise Rachmuhl, Héroïnes et héros de la mythologie grecque

« Quand Atalante naquit, son père, Iasos, roi d’Arcadie, se mit en colère. Il aurait voulu un garçon, qui aurait pu devenir un guerrier ou un chasseur célèbre. » Il alla même jusqu’à abandonner le nourrisson « sur les pentes boisées d’une montagne » ; par chance, Artémis passait par là, qui confia la petite fille à une ourse, puis à un groupe de chasseurs. Atalante excella à la chasse et à la course, et prit même part à l’expédition des Argonautes. A son retour, lors d’une chasse au sanglier, le jeune Méléagre tomba amoureux de la jeune fille. A quel prix devait-il la conquérir…
Atalante est moins connue qu’Hélène, la belle Hélène qui causa, bien malgré elle, la guerre de Troie. Sa légende est ici contée avec celles de Jason, de Thésée, d’Hélène et d’Achille : cinq figures mythiques, cinq destins héroïques.
Les illustrations de Charlotte Gastaut accompagnent un texte écrit dans une langue accessible qui, tout en évitant les anecdotes un peu scabreuses, ne dénature en rien le fonds mythologique. Et puis, les armes d’Achille comme les pommes d’or sont vraiment dorées !

Dès 7 ans

Françoise Rachmuhl, Héroïnes et héros de la mythologie grecque, illustrations de Charlotte Gastaut, Flammarion Père Castor, 2019, 96 p., 10 € — Réédition dans un nouveau format de l’édition de 2016 – Imprimé en Italie.
Dans la même collection (format plus grand) : Françoise Rachmuhl, Dieux et Déesses de la mythologie grecque, illustrations de Charlotte Gastaut, Flammarion, Père Castor, 2013, 64 p., 15 €

Pierre Bottero, Les aigles de Vishan Lour

Pierre Bottero, Les aigles de Vishan Lour

« Estéblan avait à peine senti Tempête se poser sur son épaule. Une vague de colère teintée de désespoir était en train de déferler sur lui. Il saisit la poignée de son épée, prit une profonde inspiration et…
— Si j’étais toi, je ne ferai pas ça.
Estéblan sursauta. La fille qui se tenait près de lui n’avait fait strictement aucun bruit en s’approchant. »
Amie ou ennemie ? Dans le palais du roi d’AnÓcour, la délégation des Chevaliers du Vent vient d’être massacrée – et Estéblan, jeune écuyer, a survécu. Quant à Plume, cette jeune acrobate, qu’est-elle venue y voler ? S’allieront-ils pour échapper à leurs poursuivants ? Du côté des héros à plume, Tempête, autour des forêts, Sillage, la chouette effraie et les grands aigles de la Confrérie ont fort à faire aussi, surtout face au banshee puant… Ce court roman de Pierre Bottero est réédité cet automne pour le plus grand plaisir de ses fans. Il offre aussi une belle porte d’entrée dans l’univers si attachant de ce grand maître de la fantasy française.

Dès 9 ans

Pierre Bottero, Les aigles de Vishan Lour, couverture de François Roca, Rageot, 2019, 96 p., 11,90 € — Imprimé en France. Réédition d’un texte paru dans le mensuel « Je Bouquine » 377 de juillet 2015.

Virginie Becquet, Jules et Léonie, cahiers de vacances

Derrière les volets fermés pour conserver la fraîcheur, ou en regardant tomber la pluie… il arrive que les enfants s’ennuient un peu en vacances. Avec Jules et Léonie, ils iront explorer d’autres contrées ou d’autres périodes de l’histoire. Cette collection de cahiers de vacances propose tout un univers ludique qui vient égayer le travail à l’écrit sans rien céder à l’exigence éducative. Ces cahiers illustrés et joyeux portent aussi de belles valeurs morales. Leur plus ? Les petites recettes de bonheur à collectionner, des quiz à partager en famille et la frise chronologique à réaliser une fois le cahier terminé. Du CP à l’entrée en 6e, il y en a pour chaque enfant !
Attention : le niveau est exigeant ! Les parents trouveront les corrigés à la fin du cahier (pensez à le détacher !) et plus d’informations sur www.julesetleonie.com

Enfants du CP à l’entrée en 6e

Virginie Becquet, Cahiers de vacances Jules et Léonie, illustrations de Laëtitia Zink, Critérion, 2023, 70 p. (sauf le cahier CP de 80 p.), 10,90 €

J. Patrick Lewis, L’Auberge de Nulle Part

Qui n’a jamais rêvé de partager quelques heures avec le Baron perché, Moby Dick ou la Petite Sirène, avec Huckleberry Finn ou le Petit Prince ? De les croiser à l’heure du goûter, d’oser – ou non – leur adresser la parole ? C’est ce qui arrive à ce dessinateur en panne d’histoires, qui, au volant de sa 4L rouge, parvient un soir dans une curieuse auberge, au bord d’une mer bien agitée. Heureusement pour lui, car ces personnages, dont la mémoire flanche parfois, lui donnent l’occasion de renouveler son talent. Et heureusement pour nous, car le pinceau envoûtant de Roberto Innocenti ravive notre mémoire et entraîne notre imagination vers des horizons insoupçonnés.

Dès 9 ans

J. Patrick Lewis, L’Auberge de Nulle Part, illustrations de Roberto Innocenti, Gallimard, 2002 (réédition 2020), 48 p., 20 € — Traduit de l’anglais (USA) – Imprimé en Chin