Gwenaële Barussaud, Les Demoiselles de l’Empire, t. 1 : Héloïse, pensionnaire à la Légion d’honneur

Gwenaële Barussaud, Les Demoiselles de l’Empire, t. 1 : Héloïse, pensionnaire à la Légion d’honneur

Ce premier tome de la saga des Demoiselles de l’Empire vient se sortir en livre de poche. Une belle occasion de republier ma chronique !
Février 1811. En ce jour d’hiver, la jeune Héloïse Boisseau, 15 ans, franchit la porte de la Maison d’éducation de la Légion d’honneur, fondée en 1805 par Napoléon. Curieuse date pour entrer à l’école ? A la Maison impériale de Saint-Denis, les jeunes élèves entrent et partent alors au gré de leurs familles. Très intimidée, notre Héloïse, et on le serait à moins ! Mais aussi curieuse de l’enseignement qu’elle va y recevoir et des compagnes qu’elle va y rencontrer. Un peu de littérature, de géographie, de musique, autant de catéchisme et beaucoup (trop) de travaux d’aiguille : tel est le programme pour ces jeunes filles en robe blanche, puis en uniforme noir sanglé de la fameuse ceinture – Héloïse est très fière d’entrer directement en classe « nacarat ». Les sorties sont rares, mais prestigieuses : baptême du Roi de Rome, bal à Saint-Cloud… Un roman historique bourré de références à la vie quotidienne d’une jeune fille sous l’Empire et la Restauration, émaillé d’anecdotes très crédibles sur la vie de l’école – avec, en filigrane, peut-être quelques souvenirs de l’auteur, ancienne élève de cette prestigieuse institution.

Dès 10 ans

Gwenaële Barussaud, Les Demoiselles de l’Empire, t. 1 : Héloïse, pensionnaire à la Légion d’honneur, Mame, 2013, 221 p., 13,90 € — Le Livre de poche, 2019, 240 p., 6,90 €

Anton Poitier, Elizabeth Golding et Jake McDonald, Pop-up Les Pirates

Anton Poitier, Elizabeth Golding et Jake McDonald, Pop-up Les Pirates

A l’abordage, moussaillons ! Coco, coco ! Que dit le perroquet ? Que le trésor est caché dans l’île ? Qu’un autre bateau pirate se profile à l’horizon ? Autant d’histoires à se raconter en pliant, en coloriant et en collant les éléments prédécoupés qui permettront de réaliser un superbe pop-up, un livre animé. Les explications sont claires et le déroulé des montages des plus simples ; il suffira d’acheter la colle idoine : une colle blanche PVA en pot, de bonne qualité, sans quoi les désillusions seront amères. Cerise sur le coffre au trésor : le prix très abordable du livret en fera un cadeau très apprécié.

Dès 7 ans

Anton Poitier, Elizabeth Golding et Jake McDonald, Pop-up Les Pirates, 2019, Flammarion, 16 pages et 8 planches prédécoupées, 7,50 € — Imprimé en Chine

Pauline de Vençay, Royalement vôtre

Pauline de Vençay, Royalement vôtre

« Enfin seul, Emile tira le pli de sa poche. D’un geste vif, il le décacheta. Les mots s’étalaient, brefs mais tranchants. Menaçants et troublants. “Même maître d’hôtel, un fils de traître mérite la mort et il l’aura. Tu ne m’échappera pas, Charles-Auguste !” Aucune signature. Emile trembla, relisant à mi-voix ces quelques mots. » Le jeune Emile, 23 ans, a été embauché peu de temps auparavant par madame de Brétigues. Nous sommes au printemps 1815, le marquis – ennemi juré de Napoléon —  et sa famille ont en effet quitté Paris pour s’abriter dans leur logis vendéen. Mais sont-ils vraiment à l’abri ? Derrière les apparences mondaines ou dans les communs, se cachent de curieux personnages… Jusqu’où iront leurs doubles jeux, qui les manipulent ? Qui, surtout, a intérêt à faire disparaître le jeune Emile ? Henriette de Brétigues, 17 ans, et ses frères jumeaux Edouard et Côme, se lancent bientôt à sa recherche. Mais personne ne sait encore que l’Empire va sombrer à Waterloo… Sur un thème original, Pauline de Vençay signe ici un roman historique plein d’allant, où l’on se surprend à chevaucher dans le bocage, à suivre de fausses pistes, à partager les inquiétudes des jeunes héros, avant que ne gagnent le courage et les beaux sentiments.

Dès 12 ans

Pauline de Vençay, Royalement vôtre, Pierre Téqui éditeur, coll. « Défi », 2019, 196 p., 13,50 €

William Grill, Le dernier roi des loups

William Grill, Le dernier roi des loups

Ou « l’histoire vraie de Lobo le loup et d’Ernest Seton le chasseur ». « Le vieux Lobo ou, comme disaient les Indiens, le Roi, était le chef d’une fameuse meute de loups gris. Depuis plus de cinq ans, il faisait régner la terreur dans la vallée de Currumpaw. […] Le vieux Lobo était un géant parmi les loups. Il commandait une meute alerte et affutée, dont chaque membre avait sa propre renommée. » Nous sommes en 1893, sur les terres du Nouveau-Mexique. Des terres encore sauvages, mais pas pour longtemps.
Ernest Thompson Seton (1860–1946), jeune naturaliste doublé d’un redoutable chasseur de loups, débarque à Clayton, bien décidé à aider les fermiers à se débarrasser de Lobo. Le duel s’engage, entre le chasseur et ce loup à la redoutable intelligence. À la frontière de ces deux mondes, ce duel changera à jamais la vie du jeune homme… Une histoire vraie, remarquablement illustrée par William Grill lui-même, à qui nous devons Le Voyage extraordinaire de Shackleton.
Après sa rencontre avec Lobo le loup, Ernest Thompson Seton devient un auteur et artiste animalier reconnu. Il a aussi fondé les Boy Scouts of America avec Baden Powell et ses récits ont marqué Tolstoï et Kipling. Cet album est édité en partenariat avec l’association Ferus, qui milite pour la protection de l’ours, du loup et du lynx en France.

Dès 8 ans

William Grill, Le dernier roi des loups, Sarbacane, 2019, 88 p., 19,50 € ‑Traduit de l’anglais. Imprimé en Italie.

Magdalena, La Princesse Tralala

Magdalena, La Princesse Tralala

Qui se souvient des cours de chant et des chorales dont les séances commençaient par des séries de vocalises pendant lesquelles il était si difficile de garder son sérieux ? AEIOU, AEIOU, AEIOU… Ou bien CHA CHE CHI CHO CHU ? Ou bien encore RA RE RI RO RU ? Faire des vocalises, c’est la solution qu’a trouvée la princesse Tralala, qui « s’ennuyait dans son château » : en effet, elle voulait « devenir chanteuse d’opéra, en attendant qu’un prince vienne la sortir de là ». Comme le précise Magadalena, c’est une histoire « qui joue avec les voyelles », une histoire farfelue et un soupçon insolente, car le château n’en est pas vraiment un – quant au prince… D’autant plus fantaisiste que le trait de Gwen Keraval se prête à merveille aux aventures de notre petite princesse !

De 3 à 6 ans

Magdalena, La Princesse Tralala, illustrations de Gwen Keraval, Les albums du Père Castor, 2014, 32 p., 10,50 €