Thème

Mois : janvier 2018

Rascal, La forêt d’Alexandre

Rascal, La forêt d’Alexandre

Alexandre, « bien qu’il fût comptable de profession, avait toujours préféré la beauté des arbres à celle des chiffres ». Pour notre grand bonheur, il « avait fait le rêve de planter un arbre ». Et la terre, aride et caillouteuse, céda sous la force de son rêve. Un texte bref et sobre et des gravures dont il émane une vitalité rare, déterminée et douce à la fois.

Dès 7 ans et pour tous les poètes

Rascal, La forêt d’Alexandre, Editions À pas de loups, 2017, 40 p., 15,50 €

Christine Davenier et Nadine Brun-Cosme, Prends ma main maman

Christine Davenier et Nadine Brun-Cosme, Prends ma main maman

« Quand je vais à l’école, il y a la grande rue avec plein de voitures qui font beaucoup de bruit. Alors je dis : “Prends ma main maman !” Et je marche sur le trottoir en me serrant un peu contre elle. » Cet album sans prétention, au langage enfantin, nous invite à une belle promenade en ville. Reste, malgré tout, à surmonter tous les obstacles, le bruit, le monde, les voitures – et la porte de l’école. Comment ? En demandant à Maman, page après page, de marcher main dans la main.

Dès 3 ans

Christine Davenier et Nadine Brun-Cosme, Prends ma main maman, Sarbacane, 2017, 32 p., 13,90 €

Sylvie Misslin, Marbre – Le David de Michel Ange

Sylvie Misslin, Marbre – Le David de Michel Ange

« Je suis un bloc de marbre. J’ai vu le jour dans la chaleur d’une carrière, en Italie. C’est Francesco, avec ses mains brunes et son savoir-faire, qui m’a arraché à la montagne. J’étais sa fierté. Puis, un étranger est venu un sculpteur. Il m’a choisi, moi. Où cet homme va-t-il m’emmener ? Que veut-il faire de moi ? Quel sera mon destin ? »

Voilà donc un bloc de marbre qui parle ? Un cube qui résiste, « bloc de patience », qui se refuse, qui se laisse oublier. Jusqu’à la rencontre, des années plus tard, avec le Maître, Michel- Ange. Et le bloc de marbre devint chef‑d’œuvre. Une narration décalée et très efficace, qui permet de bien comprendre le processus de création, les aléas techniques, l’inspiration et la nécessaire maturation d’une vision.

Dès 8 ans

Sylvie Misslin, Marbre – Le David de Michel Ange, illustrations d’Alice Beniero, Editions Amaterra, coll. « L’autre histoire », 2017, 44 p., 12,90 €

Gabriella Corcione et Ingrid Chabbert, L’imagier des animaux de la forêt

Gabriella Corcione et Ingrid Chabbert, L’imagier des animaux de la forêt

« Nous, avant de nous endormir, on regarde la lune et on écoute les étoiles ronfler. » Ou comment passer doucement dans un monde imaginaire… Celui où les animaux de la nuit s’interpellent et se câlinent, de nid en terrier. Des dessins tout doux qui racontent ne histoire, un imagier et un cherche-et-trouve. Qui saura retrouver le blaireau et le hérisson dans chaque page ?

De 2 à 5 ans

Gabriella Corcione et Ingrid Chabbert, L’imagier des animaux de la forêt, Les Petites Bulles, 2016, 14,90 € — cartonné.
Des mêmes auteurs dans la même collection : L’imagier des saisons des petites bêtes

Anne Crausaz, C’est l’histoire

Anne Crausaz, C’est l’histoire

Singe, Eléphant, Souris et Lapin s’impatientent… « Elle » n’arrive pas, « elle » est peut-être en retard. « Personne à l’horizon… […] La voici enfin ! Madame Ourse vient chaque semaine, à la même heure ». Quelques livres sous la patte, Madame Ourse vient lire un conte choisi pour chacun des animaux de son auditoire : un tour au potager, un voyage en fusée, une balade en forêt, une excursion en montagne : chaque histoire est un beau voyage. Une « heure du conte » charmante et attentionnée dont les livres sont aussi les héros.

Dès 3 ans

Anne Crausaz, C’est l’histoire, MeMo, 2017, 36 p., 15 €

Dimitri Casali et Christophe Beyeler, L’Histoire de France vue par les peintres

Dimitri Casali et Christophe Beyeler, L’Histoire de France vue par les peintres

En cent tableaux, Dimitri Casali et Christophe Beyeler déroulent sous nos yeux une histoire de France vivante, mouvementée parfois, émouvante souvent. De « Vercingétorix se rendant à César », peint en 1886 par Henri-Paul Motte à une « Scène du débarquement sur Sword Beach le 6 juin 1944 » de Richard Willis, ce sont près de 2000 ans de notre épopée nationale qui ont inspiré les artistes les plus divers.

Les commentaires historiques sont complétés par une analyse fine des détails de certains tableaux : du manteau d’hermine de Philippe Auguste devant Acre, lors de la 3e croisade, au cimier garni d’une chenille écarlate porté par un carabinier de Napoléon à Winkowo , de la cocarde de Charlotte Corday à l’aérostat qui domine le champ de bataille de Fleurus, rien n’a échappé à l’œil perspicace de deux historiens. Les lecteurs de Dimitri Casali ne seront pas étonnés de la part belle faite à l’épopée napoléonienne.

Gérôme, David, Delacroix, Meissonier, Vernet, autant de noms connus pour leurs grandes compositions devenues les « images d’Epinal » qui, il y a peu encore, illustraient les livres scolaires. Ces œuvres de commande s’inscrivent souvent dans une volonté politique que les auteurs n’occultent pas, donnant ainsi à lire la construction de notre identité nationale.

Dès 12 ans et pour toute la famille

Dimitri Casali et Christophe Beyeler, L’Histoire de France vue par les peintres, Flammarion, 2017, 320 p., 19,90 €

May Angeli, Bêtes en devinettes

May Angeli, Bêtes en devinettes

« Crinière au vent, je galope sur les chemins. Devine qui je suis ? », « Avec mes sabots je saute et je grimpe très haut. Devine qui je suis ? » Derrière chaque devinette, se déplie un triptyque montrant l’animal en mouvement. Cheval, chèvre, cochon rose, tortues et canards – ils sont 12 animaux à retrouver, gravés dans le bois et mis en couleur par May Angeli, toujours aussi talentueuse.

Dès 2 ans

May Angeli, Bêtes en devinettes, Les Éditions des Éléphants, 2017, 26 p., 16 €

Katrin Wiehle, Mon petit jardin — Ma petite forêt

Katrin Wiehle, Mon petit jardin — Ma petite forêt

Préférez-vous visiter mon petit jardin en compagnie du hérisson, du moineau et de la souris ou vous promener en forêt avec le renard, l’écureuil… et le loup ? Deux imagiers cartonnés, 100 % nature, imprimés sur du carton recyclé et avec des encres végétales. Les couleurs sont discrètes, les pages un peu rugueuses, les dessins pleins d’humour. L’auteur a été primée en Allemagne.

Avant 3 ans

Katrin Wiehle, Mon petit jardin, Hélium, 2013, 16 p., 7,50 €
Katrin Wiehle, Ma petite forêt, Hélium, 2013, 16 p., 7,50 €
En allemand et pour voir les dessins :
Katrin Wiehle, Mein kleiner Garten, Beltz & Gelberg, Weinheim, 2013, 8,95 €
Katrin Wiehle, Mein kleiner Wald, Beltz & Gelberg, Weinheim, 2013, 8,95 €
Ne me demandez pas pourquoi les mêmes livres sont plus chers en Allemagne – notre politique du livre continue-t-elle à porter ses fruits ?