Jérôme Maufras, L’Histoire des femmes célèbres

Jérôme Maufras, L’Histoire des femmes célèbres

«  Ce soir, Hypatie observe les étoiles. Elle se met à imaginer le mouvement des planètes. […] Depuis des années, elle cherche à comprendre comment fonctionne le système solaire. Chaque jour, elle enseigne à l’école de philosophie d’Alexandrie, où son éloquence et sa beauté subjuguent ses élèves. » Et pourtant, Hypatie, née entre 355 et 370, est attaquée un matin de l’an 415 par des voyous – d’autres disent des fanatiques chrétiens -, qui la tuent à coups de pierre. « Un des plus grands esprits de l’Histoire, philosophe et scientifique, est ainsi assassiné. »
Des 40 femmes célèbres choisies par Jérôme Maufras, certaines furent des scientifiques, d’autres des reines, d’autres encore des artistes, des aventurières, des pédagogues, des médecins… Autant de portraits brossés avec talent, « autant de leçons de vie et d’espoir pour nous tous, femmes, hommes et enfants du XXIe siècle, précise Claudie Haigneré dans sa préface. Ces femmes sont admirables, suivez leur exemple ! »

Dès 10 ans

Jérôme Maufras, L’Histoire des femmes célèbres, avec une préface de Claudie Haigneré, La Librairie des écoles, 2015, 144 p., 16,50 €

Viviane Moore, Le Château du diable rouge

Viviane Moore, Le Château du diable rouge

« — Fuyez, messire ! Fuyez ! nous cria-t-il d’une voix aiguë. Le diable rouge arrive ! Fuyez, vous dis-je, ou vous mourrez comme les autres. C’est Dieu qui punit les Coucy pour leurs crimes !
Le ‘diable rouge’, le mot résonnait sinistrement. […]
— En avant ! ordonna mon maître. »
L’écuyer Michel de Gallardon, dont nous suivons ici la troisième aventure, et son maître Raoul de l’Eveillerie arrivent en des lieux bien malmenés : ils se retrouvent au cœur d’une malédiction, la maladie de la Mort rouge, mais aussi au cœur d’un complot. Le sieur de Coucy, Enguerrand III, un enfant de 12 ans à peine, est dévoré de jalousie envers son frère cadet, Raoul, 9 ans – quoi de pire que ces haines familiales ?
Plongé dans cet univers de violence et de superstition, Michel de Gallardon fera preuve de courage, d’esprit critique et d’intelligence. Après avoir assisté à la dégradation d’Enguerrand, « qui a fait honte à son rang », le lecteur accompagne Michel lors de son adoubement, « par Dieu, par saint Michel et par saint Georges ».

Dès 11 ans

Viviane Moore, Le Château du diable rouge, Flammarion Jeunesse, 2015, 192 p., 5,70 €

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur, tomes 1 et 2

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur, tomes 1 et 2

« — Maman, il me manque une chaussette !
Voilà le cri qui, au petit matin, déchire le silence de la maison encore à moitié endormie. Voici la plainte trop souvent entendue de celui ou celle qui, la veille, avait encore deux chaussettes et qui, au petit matin, s’aperçoit qu’il n’en reste plus qu’une.
— Qui a pris ma chaussette ? […]
Je regarde la chaussette qu’il me reste et je lui trouve un air louche. Et si c’était elle, la coupable ? La nuit, quand tout le monde dort, quand tout est paisible, les chaussettes se changent en animaux sauvages. »
Une situation banale, une famille « pas tout à fait comme les autres », quelques jeux de mots, et hop ! la recette fonctionne à coup sûr : fous rires assurés ! Dans la famille Saint-Arthur, trois enfants et deux bébés en plus dès le chapitre 11, la rentrée se fait dans le camion de pompiers, le grand-père ausculte le poisson rouge au stéthoscope, le bœuf met le feu à la crèche vivante, les gâteaux au chocolat explosent dans le four… Et dans le tome 2, rebelote : la tempête se lève devant le port, grand-mère tricote pour le cochon d’Inde, la voisine se croit poursuivie par la tête d’un bonhomme de neige et Maman assume jusqu’à l’oubli de sa belle robe pour le mariage d’Oncle Stan…Mais rassurez-vous : ni bras cassé ni varicelle n’entament la créativité langagière de Brune, 11 ans et narratrice de ces aventures déjantées.

Dès 9 ans

Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur, Mame, 2014, 160 p., 10 €
Paul Beaupère, Les folles aventures de la famille Saint-Arthur, tome 2 : A toute allure !, Mame, 2014, 160 p., 10 €

Carlo Zaglia et Jean-Marc Leprêtre, Engins militaires

Carlo Zaglia et Jean-Marc Leprêtre, Engins militaires

« Ce Piranha est un engin blindé léger. A l’intérieur, les 5 soldats d’équipage peuvent charger les missiles dans la tourelle, ou tout simplement se déplacer en toute sécurité. » Ce grand album aux pages cartonnées décrit notamment lance-missiles antichar, canots des commandos marines, hélicos en tout genre, Mirage 2000 et Rafale. Le tout avec des photos dignes d’un vrai défilé de 14 Juillet !
Le second album, consacré aux engins d’urgence, est plus pacifique mais tout aussi passionnant, avec ses véhicules de pompiers ou de police, ses remorqueurs de haute mer ou ses engins de déminage.

Dès 7 ans

Carlo Zaglia et Jean-Marc Leprêtre, Engins militaires, De La Martinière Jeunesse, 2014, 20 p., 13,90 €
Dans la même collection, des mêmes auteurs : Engins d’urgence, De La Martinière Jeunesse, 2014, 20 p., 13,90 €

Gwenaëlle Barussaud, Pauline, demoiselle des grands magasins

Gwenaëlle Barussaud, Pauline, demoiselle des grands magasins

« Pauline leva les yeux. C’était une façade immense, toute blanche, surmontée de grandes lettres d’or qui indiquaient ce nom : ‘‘A L’ELEGANCE PARISIENNE’’. […]
— Voilà ce qu’il nous faut, Lucille, s’exclama Pauline.
— Quoi donc ? demanda la fillette aux taches de rousseur, d’un air méfiant.
— Mais ça, voyons ! Un emploi dans ce grand magasin ! »
Nous sommes en 1866. Pauline Bordier, 16 ans, orpheline et chargée de deux jeunes sœurs, parvient à se faire embaucher dans ce temple du luxe et de la consommation qu’est un grand magasin, symbole du Paris de Napoléon III. Mais rien ne lui sera épargné : calomnies, mensonges, jalousies… l’envers du décor n’est pas aussi brillant que les vitrines, aussi séduisantes que féériques.
Gwenaëlle Barussaud, tout en reprenant la trame du « Bonheur des Dames » d’Emile Zola, propose ici un beau roman d’apprentissage, dans lequel une adolescente courageuse et déterminée non seulement prend soin de sa famille mais propose aussi d’améliorer la vie quotidienne des « demoiselles du grand magasin ». En prime, une jolie bluette avec Gaspard, l’un des coursiers de l’Elégance parisienne.

Dès 12 ans

Gwenaëlle Barussaud, Pauline, demoiselle des grands magasins, « Les lumières de Paris », Fleurus, 2015, 320 p., 13,90 €