Marie-Hélène Lafond et Lucie Vandevelde, Le Jardin des secrets

Marie-Hélène Lafond et Lucie Vandevelde, Le Jardin des secrets

« Des secrets, j’en fais collection toute l’année. Je les range, bien alignés, dans une boîte cartonnée. » Mais voilà… au printemps, quand il s’agit de semer tous ces petits secrets, leurs graines ont disparu… Un joli conte, un texte plein de finesse et des pages qui explosent de malice et de couleurs.

Dès 4 ans

Marie-Hélène Lafond et Lucie Vandevelde, Le Jardin des secrets, Editions Les Minots, 2014, 36 p., 13,50 €

Julia Donaldson et Axel Scheffler, La Baleine et l’Escargote

Julia Donaldson et Axel Scheffler, La Baleine et l’Escargote

« C’est l’histoire d’une toute petite escargote de mer et d’une immense baleine à bosse gris-bleu. » Bien sûr, insister lors de la lecture sur le « toute petite » et sur « immmmense » ! Une escargote qui rêvait de découvrir le vaste monde…  Une histoire de voyage et d’amitié, pleine de couleurs et de bonheur. Et une conclusion sur le thème du « on a toujours besoin d’un plus petit que soi ». Les enfants adoreront lire les messages écrits à la bave d’escargote ! Par les « parents » de Gruffalo.

Dès 5 ans

Julia Donaldson et Axel Scheffler, La Baleine et l’Escargote, Gallimard Jeunesse, 2015, 32 p., 13,50 €

En vidéo : Mythologie grecque. Dieux et Héros — Guerre de Troie – Odyssée

En vidéo : Mythologie grecque. Dieux et Héros — Guerre de Troie – Odyssée

Une présentation vidéo avec lecture d’un extrait du livre de Katerina Servi, Mythologie grecque. Dieux et Héros — Guerre de Troie – Odyssée (Editions Ekdotiki Athinon, 2005, 183 p., 18,42 €). En collaboration avec le Collège latin.
Voici la note de présentation de l’ouvrage : “Sur la plus haute cime de l’Olympe dentelé… Parce qu’aucun Européen ne doit ignorer qui sont Athéna et Apollon. Parce qu’aucune de nos jeunes filles ne peut être indifférente au sort d’Iphigénie, et aucun de nos garçons à celui d’Achille ou d’Ulysse. Parce que les œuvres d’art léguées par l’Antiquité ne sont pas seulement de beaux objets exposés dans les musées. Parce que « pendant quatorze siècles, une foule de poètes épiques, lyriques et dramatiques cultivèrent le mythe grec, en lui conférant ainsi une certaine immortalité ». Parce que « le mythe est imprégné de l’esprit grec et véhicule nombre de ses idéaux : la valeur du combat, la confiance en la vie, le culte de la beauté et l’intérêt des Grecs pour l’homme en tant qu’individus ». Des récits qui n’ont pas pris une ride, magnifiquement illustrés.”

 

Claude Merle, Spartacus

Claude Merle, Spartacus

De la part de Nathalie I. : Le personnage de Spartacus est abordé de manière assez subtile, ce qui donne de la profondeur au récit. Le personnage présente de multiples facettes qui rendent compte de la complexité de la situation. Chef de guerre, grand guerrier, fin stratège, meneur d’hommes… par touches, l’homme affleure derrière les batailles. Il est toujours lucide, responsable, mais il ne se laisse jamais dépasser par ses doutes. C’est un hymne à la liberté, un refus de l’esclavage de tous ces hommes qui revendiquent une vie libre, debout, fier… Paradoxalement, choisir la mort était choisir de vivre…
Pour les aspects guerriers, l’auteur ne fait pas dans le sanguinolent. Quelques phrases bien tournées, quelques adjectifs choisis avec soin suffisent à rendre compte de la dure réalité des combats. Malgré tout, c’est dur. La discipline était impitoyable, les punitions l’étaient tout autant… Les ambitions des chefs romains ne sont pas toujours très glorieuses. La conception de l’esclavage et la valeur de la vie des hommes peuvent choquer, mais cela correspond à une réalité historique !
Autre point à souligner, il y a beaucoup de vocabulaire, notamment militaire romain. Un petit lexique de deux pages en fin de livre permet de comprendre les mots et de mieux comprendre les batailles pour peu qu’on se donne la peine de les lire.

Extraits :
“Quelques semaines de liberté valent mieux qu’une vie de servitude.”
“Les esclaves ont lutté comme des lions. Il suffit de voir leurs dépouilles : aucun n’a été frappé dans le dos. Pas de fugitifs !”

Dès 10 ans

Claude Merle, Spartacus, Collection “Héros de légende”, Bayard Jeunesse, 2009, 182 p., 5,90 €

La légende du roi Arthur illustrée

La légende du roi Arthur illustrée

« A la Pentecôte, une foule immense était venue observer Arthur tandis qu’il marchait droit sur l’épée et serrait ses doigts autour de la poignée.
Dissimulé dans l’ombre, Merlin l’étudiait lui aussi. Devant tous, Arthur retira l’épée de la pierre et dressa la lame scintillante dans l’azur.
La foule fit silence, puis scanda d’une même voix : ‘‘L’épée a parlé ! Arthur ! Arthur est notre roi !’’ »
Au côté d’Arthur, le lecteur retrouvera bien sûr Lancelot, Perceval, Gauvain, Galahad, Merlin, la Dame du Lac et Morgane. Mais il fera aussi connaissance avec d’autres héros de la matière de Bretagne : Balyn et Balan, dame Ragnell ou le terrible chevalier Vert…
Cette adaptation met plus l’accent sur les tournois, les quêtes et les guerres que sur les épisodes « courtois », traités avec discrétion – l’histoire de Tristan et Isolde n’y figure pas. Elle s’inspire surtout de « La Morte d’Arthur », compilation tardive due à Sir Thomas Malory au XVe siècle, qui, aux textes plus anciens, a ajouté des épisodes de son crû comme l’histoire de Gareth. L’un des avantages de cette version pour jeunes lecteurs est son déroulé chronologique, de la naissance à la mort d’Arthur – mais est-il vraiment mort ? Car « certains disent qu’il reviendra un jour, quand le royaume aura besoin de lui. »

Dès 12 ans

La légende du roi Arthur illustrée, adaptation de Sarah Courtauld, illustrations de Natasha Kuricheva, Usborne, 2015, 304 p., 13,20 €