Thème

Mois : janvier 2014

André Maurois et Jean Bruller (Vercors), Patapoufs et Filifers

André Maurois et Jean Bruller (Vercors), Patapoufs et Filifers

Dans la très parisienne famille Double, autant le jeune Edmond – dit Patapouf – est dodu et encombré de sa personne, autant son frère Thierry – dit Fil-de-Fer — est maigrelet et tonique. Ces deux frères inséparables, tout comme Alice, pénètrent un jour dans un curieux monde souterrain. A leur grand dam, nos deux « Surfaciens » sont bien vite séparés… L’un embarque pour Pataport, direction Pataburg, capitale du royaume des Patapoufs, tandis que l’autre embarque pour Filiport, puis rejoint Filigrad, capitale de la République des Filifers. D’un côté, le roi Obésapouf XXXII et le maréchal Pouf ; de l’autre, le président Brutifer et le général Tactifer. Parviendront-ils à éviter la guerre qui menace ? Les illustrations de Jean Bruller (qui deviendra Vercors dans la résistance) pleines de fantaisie, détaillent objets, plantes et animaux de chacun des deux pays et sont une véritable histoire dans l’histoire.
Ce plaidoyer pacifique est aussi le portrait assez décalé, vu par des Français très… français, de nos voisins anglais, allemands et russes – à vous de deviner qui est qui.

Dès 10 ans

André Maurois et Jean Bruller (Vercors), Patapoufs et Filifers, Albin Michel Jeunesse, 2013, 92 p., 19 €. Réédition de l’édition originale de 1930 (Hartmann). A aussi été édité chez Folio Junior en 1984, épuisé.

De La Martinière, Cris

De La Martinière, Cris

Ces cris, ce sont ceux des animaux, plus ou moins familiers mais que chaque enfant connaît, de près ou de loin. Défilent donc le coq, la chèvre, la chouette et leurs comparses, magnifiquement photographiés et accompagnés de quelques mots définissant leur cri. Ainsi, le coq chante – ça on le savait – mais il « coqueline ou coquerique » ; la chèvre bêle, béguète ou chevrote » ; et madame la chouette, elle, « hôle, ulule, chuinte ou bouboucle ». Et cela, le saviez-vous ? Un livre cartonné qui ne fait pas « pouêt-pouêt » quand on appuie dessus mais qui assurera de beaux fous rires – surtout si l’on joue, ensuite, au cri des animaux ! A compléter éventuellement par une vraie bande sonore.

Avant 3 ans, jusqu’à 5 ans

Cris, Editions de La Martinière, Collection : « Mon imagier photo découverte », 2014, 44 pages cartonnées, 9,50 €
Dans la même collection : Maisons, 2014, 42 pages cartonnées, 9,50 €

Pierre Dubois, L’Elféméride, Le grand légendaire des saisons, Automne-Hiver

Pierre Dubois, L’Elféméride, Le grand légendaire des saisons, Automne-Hiver

Saviez-vous que les taupes sont les âmes damnées des paysans grippe-sous ? Que l’homme aux 365 nez n’apparaît que le 31 décembre et que la nuit de Noël, les menhirs se déplacent pour aller boire aux fontaines ? Avez-vous déjà entendu l’histoire de sainte Apolline qui soigne les douleurs dentaires ou le conte du lièvre dont la lèvre s’est fendue à force de rire ?
En écoutant les anciens et en s’instruisant du murmure des fées, Pierre Dubois a pu tirer le fil et nous ramener aux sources d’un légendaire oublié. Son Elféméride compose un almanach du merveilleux, une petite mythologie qui complète la grande, celle du Panthéon et de l’Olympe. Deux cent cinquante histoires qu’il est important de connaître, car « les ignorer, c’est ne pas savoir pourquoi le ciel est bleu, la mer salée, la neige froide, le soleil brillant… c’est tout ignorer de la pluie et du vent ». L’ouvrage est mis en images et enluminé par autant de dessins superbes de René Hausman, un des grands illustrateurs belges.
Avis à certains amateurs de Holunder, cette délicieuse boisson au sureau des refuges autrichiens : le sureau est un arbre aimé des fées, qui éloigne l’orage !
Ce volume couvre 6 mois de l’année, de septembre à février. On attend donc avec impatience le volume « printemps –été » !

Dès 12 ans, et pour tous ceux qui rencontrent les fées sur leurs chemins

Pierre Dubois, L’Elféméride, Le grand légendaire des saisons, Automne-Hiver, illustré par René Hausman, Hoëbeke, 2013, 192 p., 32 €

 

Françoise Rachmuhl, Dieux et Déesses de la mythologie grecque

Françoise Rachmuhl, Dieux et Déesses de la mythologie grecque

Nous sommes en Crète, plus précisément devant une grotte habitée par des nymphes. Une jeune mère, qui n’est autre que Rhéa, se lamente : « Que se passera-t-il si l’enfant fait du bruit ? Un bébé, ça gazouille, ça pleure, ça rit… Son père risque de l’entendre : Cronos a l’ouïe fine.
— Eh bien, nous appellerons les Curètes, ces jeunes guerriers chargés de défendre le pays. Quand ils frappent leur bouclier de leur lance, en tapant du pied et en chantant des hymnes, leur vacarme peut couvrir n’importe quels cris.
Rhéa remercia les nymphes, se pencha sur son fil s et l’embrassa une dernière fois : Zeus s’était endormi, l’air satisfait, une goutte de lait perlant au coin de la bouche. » Il vient de téter le lait de la chèvre Amalthée !
Françoise Rachmuhl, à qui l’on doit de nombreux albums de contes, présente dans cet album les douze dieux et déesses de l’Olympe, dans une langue simple et dynamique. Après avoir détaillé les attributs de chaque dieu et brossé leur portrait, elle narre leurs aventures les plus célèbres. Un arbre généalogique permet de s’y retrouver car, sur l’Olympe, la fidélité conjugale n’est pas toujours au rendez-vous ! Les illustrations de Charlotte Gastaut reprennent quelques traits des figures antiques : grands yeux « de génisse » (voir Homère !), nez… grecs, couronnes d’olivier et de pampres, drapés et nudités pudiques. Très animés, très colorés, teintés ici d’humour, là de colère ou d’inquiétude, ses dessins donnent à l’album les couleurs de l’éternelle jeunesse.

Dès 6 ans

Françoise Rachmuhl, Dieux et Déesses de la mythologie grecque, illustrations de Charlotte Gastaut, Flammarion, Père Castor, 2013, 64 p., 15 €

Michel Gay, Pousse-Poussette

Michel Gay, Pousse-Poussette

Bébé dormait dans sa poussette auprès de sa maman. Un papillon le réveille, puis la grenouille, et aussi un canard, puis encore un chat… Tous ont envie de profiter d’un tour en poussette. Oh ! mais les voilà tous partis ! Une drôle de promenade pleine d’émotions, avec pour finir un gros câlin de maman ! Une histoire et un dessin tout mignons pour nos petits lecteurs.

Avant 3 ans

Michel Gay, Pousse-Poussette, L’Ecole des Loisirs, 1983, 28 p., 5,60 €. Rééditions successives, dont certaines dans la collection « Lutin Poche ». Merci Camille !

Jean-Marie Embs et Philippe Mellot, 100 ans de livres d’enfant et de jeunesse, 1840–1940

Jean-Marie Embs et Philippe Mellot, 100 ans de livres d’enfant et de jeunesse, 1840–1940

Ors, gravures, percalines, chromolithographies… « Le XIXe siècle a déversé sur la jeunesse un éblouissant déluge de livres et de jouets dont les parures flambaient, le temps du jour de l’an et des étrennes, dans la vitrine des magasins, transformés pour quelques jours en ‘Forêt de Noël’ chère à Casse-noisettes », nous rappellent les auteurs de cette étude superbement illustrée. Des livres dont certains ont hérité, que d’autres recherchent chez les libraires d’enfantina – car il sied de le dire en latin ! – ou dénichent, par chance, dans de petites brocantes. A chacun de préférer une édition impeccable – le livre a‑t-il seulement été lu ? — ou un ouvrage un peu élimé, dont les pages ont été tournées et retournées avec passion.

Pour parents nostalgiques ou collectionneurs

Jean-Marie Embs et Philippe Mellot, 100 ans de livres d’enfant et de jeunesse, 1840–1940, Editions de Lodi, 2006, 300 p. Chez les soldeurs.

 

Maria Helena Vieira da Silva et Pierre Gueguen, Kô et Kô les deux esquimaux

Maria Helena Vieira da Silva et Pierre Gueguen, Kô et Kô les deux esquimaux

« Boufre ! Tarabroufe ! Voici l’OURS BOURRU. Heureusement, l’ours joue paisiblement avec son fils OURSON et ne se soucie pas de Kô et Kô qui se défilent sans dire : OUF ! » Nos deux esquimaux, Kô et Kô – dont l’histoire ne dit pas s’ils sont ou non jumeaux – sont partis à la recherche d’un peu de soleil. Fillettes sapinettes, bonhomme-désolé, cheval-six-pattes… leurs rencontres sont décidément bien étranges ! D’autant plus que le lecteur peut imaginer des épisodes originaux en manipulant les silhouettes à découper – qui attendent sa fantaisie, sagement glissées dans leur pochette. Un petit trésor des années 1930 dans une très belle réédition.

Dès 4 ans

Maria Helena Vieira da Silva et Pierre Gueguen, Kô et Kô les deux esquimaux, Chandeigne, 2005, 32 p., 20 € — Réédition de l’ouvrage paru en 1933. Avec des personnages à découper et à conserver dans une pochette. Indisponible en mai 2018.

Marcus Malte, Sous ma couverture vit une souris

Marcus Malte, Sous ma couverture vit une souris

« Sous ma couverture vit une souris. Si petite, si menue, que personne encore ne l’a vue. Sauf moi, bien entendu. Mais chut ! C’est un secret. » Et connaissez-vous le métier de cette petite souris ? Elle ramasse les dents de lait et distribue autant de piécettes, qu’elle se coltine dans un sac plus grand qu’elle. Alors, le soir venu, elle est si fatiguée qu’elle s’endort sous la couette de cette fillette à l’imagination aussi colorée que les illustrations pleine d’humour d’Aurélie Guillerey. Car, bien sûr, cette souris n’est ni grise, ni blanche, elle est… verte, comme dans la célèbre comptine !

Dès 4 ans

Marcus Malte, Sous ma couverture vit une souris, illustrations d’Aurélie Guillerey, Sarbacane, 2014, 32 p., 13,90 €

 

Carlo Zaglia, Les pompiers racontés aux enfants

Carlo Zaglia, Les pompiers racontés aux enfants

Les camions rouges, la sirène, les casques rutilants, la grande échelle et, qui sait, les vrombissements d’un hélicoptère… Si, à ces quelques mots, vous voyez de petits yeux briller d’excitation, alors ouvrez cet album qui raconte la grande saga des pompiers. Lequel de nos enfants sait ce qu’est un JSP ? A part ceux qui sont nés dans la grande famille des pompiers, ils sont peu à connaître les « jeunes sapeurs pompiers ». Ils sont pourtant 30 000 en France, qui, dès 12 ans, apprennent les rudiments auprès de leurs aînés : des techniques, certes, mais surtout une passion et des valeurs : courage, discipline, camaraderie, altruisme. Une belle histoire de transmission.

Dès 8 ans

Carlo Zaglia, Les pompiers racontés aux enfants, De La Martinière Jeunesse, 2012, 68 p., 14,50 €

Maxime Derouen, Le Bestiaire fabuleux

Maxime Derouen, Le Bestiaire fabuleux

Comment, de noire et colérique la licorne est-elle devenue « aussi blanche et douce qu’un flocon de neige » ? Quand donc les sirènes, ces femmes-oiseaux qui taquinèrent Ulysse, sont-elles devenues, dans les contes nordiques, des demoiselles-poissons ? Quant aux géants, aux trolls, aux lutins, aux dragons et autres griffons, que de métamorphoses et d’aventures ont-ils vécues sur les terres immémoriales de nos vieilles légendes… Les illustrations de Régis Lejonc mêlent avec astuce inspirations Art Nouveau et Art Déco.

Dès 6 ans

Maxime Derouen, Le Bestiaire fabuleux, illustré par Régis Lejonc, Gautier-Languereau, 2013, 40 p., 15 €

Philippe Legendre, J’apprends à dessiner la montagne

Philippe Legendre, J’apprends à dessiner la montagne

Du bonhomme de neige au téléphérique, du chamois à la luge : Philippe Legendre, peintre-graveur et auteur-illustrateur, explique comment les dessiner à partir de formes aussi simples que des ronds, des ovales, des triangles… Une fois la silhouette ébauchée, il suffira d’un brin de fantaisie pour ajouter sa touche personnelle. De quoi occuper de longues soirées d’hiver – car après avoir dessiné ces scènes montagnardes, il faudra les colorier ou les peindre. Voire les encadrer.

Dès 6 ans

Philippe Legendre, J’apprends à dessiner la montagne, Fleurus, 1999, 24 p., 5,90 €

Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires

Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires

« Un jeune homme… traçons son portrait d’un seul trait de plume : figurez-vous don Quichotte à dix-huit ans, décorcelé, sans haubert et sans cuissards, revêtu d’un pourpoint de laine […]. Visage long et brun ; la pommette des joues saillante, signe d’astuce ; les muscles maxillaires énormément développés, indice infaillible auquel on reconnaît le Gascon ; l’œil ouvert et intelligent ». Un jeune homme – un grand dadais de provincial, avouons-le — auquel son gentilhomme de père s’adresse en ces termes :
« Mon fils, vous êtes jeune, vous devez être brave par deux raisons : la première, c’est que vous êtes Gascon, et la seconde, c’est que vous êtes mon fils. Ne craignez pas les occasions et cherchez les aventures. » Ce que le jeune d’Artagnan ne se fera pas dire deux fois avant de rejoindre M de Tréville, capitaine des Mousquetaires. Une version très abrégée, entre finesse et truculence, respectueuse, donc, de la langue de Dumas. Un bel album aux illustrations dynamiques et pleines de panache dues au pinceau inspiré de Christel Espié.

Dès 12 ans

Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, illustrations de Christel Espié, Sarbacane, 2013, 61 p., 19,90 € — Version abrégée, centrée sur l’épisode des Ferrets de la Reine.