Arthur Conan Doyle, Pirates

Arthur Conan Doyle, Pirates

« Quand le traité d’Utrecht eut mis fin aux longues guerres de la succession d’Espagne, les nombreux corsaires qui avaient été utilisés par les nations en lutte se trouvèrent sans emploi. Certains prirent goût aux habitudes paisibles, mais moins lucratives, du commerce ordinaire. D’autres furent absorbés par les flottes de pêche. Quelques téméraires hissèrent le pavillon noir à la misaine et le drapeau rouge au grand mât. » Parmi eux, le capitaine Sharkey sème la terreur…
Une belle réédition de ces célèbres contes de pirates, illustrés ici de bois gravés très toniques. Qui sait ? Peut-être ont-ils été gravés dans du bois flotté ou dans quelque coffre aux trésors ?

Dès 12 ans

Arthur Conan Doyle, Pirates, illustrations d’Olivier Besson, Editions Thierry Magnier, 2013, 69 p., 21,20 €

Don Freeman, L’ourson Corduroy

Don Freeman, L’ourson Corduroy

« Il était une fois un petit ours qui s’appelait Corduroy. Il vivait au rayon jouets d’un grand magasin. Jour après jour, il attendait avec les autres animaux et les poupées que quelqu’un vienne et l’emporte avec lui. » Mais attendre comme ça, sur une étagère, cela finit par être lassant. Voilà que notre petit ours, le soir tombé, a des fourmis dans les pattes… En route pour l’aventure ! D’autant plus qu’il doit retrouver le bouton qui manque à sa salopette verte… La réédition d’un conte délicieux illustré dans les années 1968. Un grand classique chez les enfants américains, mais garanti sans soda ni hamburger !

Dès 3 ans

Don Freeman, L’ourson Corduroy, Editions Gründ, 2013, 32 p., 12 €

Margot de Jubécourt, Pour quelques œillets

Margot de Jubécourt, Pour quelques œillets

« Manon marchait sans s’arrêter, en un réflexe machinal. Elle était éreintée, affamée, assoiffée. Ses cheveux cachaient leur teinte fauve sous une crasse repoussante […]. Elle s’épuisait sans but et sans envie. » Cette jeune fille bien élevée fuit un épouvantable drame familial – mais sans savoir où aller. Enfin, voici un bourg. Jour de marché. Manon, seize ans, a faim, elle vole une pomme, puis une carotte. Quelqu’un la voit. Stop ! Une chance ! Etienne, un jeune horticulteur, se révèle aussi sévère que bienveillant. Que deviendra Manon, accueillie pour quelques jours à la Ferme aux œillets ? Apprentissage d’un métier mais surtout de la vie, amitié, confiance, pardon, ce roman défend clairement des valeurs positives, sans pour autant sombrer dans la mièvrerie. Rien n’y est facile, mais, peu à peu, l’adolescente grandit, devient une jeune femme équilibrée dans le cadre enchanteur, mais rude, des Préalpes iséroises. Un premier roman plein d’enthousiasme.

Adolescents

Margot de Jubécourt, Pour quelques œillets, Pierre Téqui éditeur, 2013, 212 p., 15 €

Catherine de Lasa, Blanche de Castille, future reine de France, 1199–1200

Catherine de Lasa, Blanche de Castille, future reine de France, 1199–1200

A la Noël 1199, la petite Blanca ne sait si elle doit rire ou pleurer : sa grand-mère, Aliénor d’Aquitaine, s’est mise en route pour venir chercher sa sœur aînée, Urraca, promise au Dauphin Louis, futur roi de France, en gage de réconciliation. Et puis, rien ne se passe comme prévu. Aliénor, en sa sagesse, remarque cette fillette de onze ans, intelligente, vive, gracieuse – et décide que c’est elle qui deviendra reine de France.
Comme le veut cette collection, « Mon Histoire », l’auteur a joué le jeu du « journal intime » d’une adolescente. Ici, il dure le temps d’un voyage mouvementé, entre l’annonce du départ de Castille et l’arrivée à Paris, quelques jours après son mariage, de celle qui deviendra Blanche, reine de France et mère de Saint-Louis. Certes, cela ne va pas sans quelques menues approximations, mais le ton est juste et le récit, très documenté, permet de découvrir la brillante cour de Castille et le royaume de France au début du XIIIe siècle.

Dès 11 ans

Catherine de Lasa, Blanche de Castille, future reine de France, 1199–1200, Gallimard Jeunesse, 2013, 112 p., 9,90 €

Jean-Paul Albert et Saubahe Ayadi-Takerkart, La Justice

Jean-Paul Albert et Saubahe Ayadi-Takerkart, La Justice

Après quelques doubles pages sur l’histoire de la justice et son organisation, ce livre définit quelles sont les missions du juge, ou plutôt des juges, selon leurs spécialités. Le lecteur est ensuite invité à entrer au tribunal, puis dans une séance de cour d’assises et à la Cour internationale de justice  – sans oublier la case prison – mais rassurez-vous, juste le temps d’une visite. Le sujet, complexe, est traité au fil de nombreux « focus » qui aideront à s’y retrouver dans ce labyrinthe. Un ouvrage de fond, idéal pour un cours d’instruction civique ou pour un exposé. Un citoyen averti en vaut deux : autant apprendre de bonne heure ce qui se passe pendant et après une garde à vue, fût-elle illégale !

Dès 12 ans

Jean-Paul Albert et Saubahe Ayadi-Takerkart, La Justice, coll. « La Grande Imagerie », Fleurus, 2013, 27 p., 6,60 €