Jan Willem Noldus et Jérôme Maufras, L’histoire de l’Art racontée aux enfants

Jan Willem Noldus et Jérôme Maufras, L’histoire de l’Art racontée aux enfants

« Pour décorer une villa des Médicis, Botticelli a peint la Naissance de Vénus. C’est un tableau mythologique qui représente Vénus, déesse de l’Amour et de la Beauté née dans l’écume de l’océan. A gauche, la jeune femme représente le printemps et le jeune homme le vent chaud du Sud. A droite, les lauriers symbolisent l’immortalité. Botticelli a voulu montrer que l’amour ressemble au printemps et rend les gens sensibles à la beauté sous toutes ses formes. L’amour de la beauté rapproche ainsi l’être humain des dieux. » Cette longue citation illustre bien le projet de Jan Willem Noldus, professeur à l’Ecole du Louvre, et de Jérôme Maufras, professeur d’histoire : « poser, dans la mémoire des jeunes enfants, les jalons qui leur rendront familiers les noms des plus grands artistes et des plus grandes œuvres ».
Les reproductions pleine page sont d’excellente qualité et les illustrations fines et de bon goût. Des grottes de Lascaux à Jakson Pollock, une belle initiation à l’histoire de l’art.

Dès 8 ans

Jan Willem Noldus et Jérôme Maufras, L’histoire de l’Art racontée aux enfants, La Librairie des écoles, 2012, 96 p., 16,50 €

Charles Perrault, Peau d’Âne

Charles Perrault, Peau d’Âne

« Il était une fois un Roi,
Le plus grand qui fût sur la Terre,
Aimable en Paix, terrible en Guerre »
La rime est simple, mais ô combien efficace ! Car ce Roi magnifique, éperdu de chagrin après la mort de sa chère épouse, sombre dans une bien funeste folie : il souhaite épouser la princesse sa fille.
« De mille chagrins l’âme pleine,
Elle alla trouver sa Marraine,
Loin, dans une grotte à l’écart
De Nacre et de Corail richement étoffée.
C’était une admirable Fée »
Robe couleur du temps, robe couleur de Lune, robe solaire – jusqu’à la peau de l’âne aux crottins d’or, rien n’y fait. La suite est connue : cachée sous la peau, la princesse se fait souillon ; un Prince charmant la découvre et, par divers stratagèmes, dont celui de l’anneau caché dans un « friand morceau », finit par l’épouser, sous le regard attendri du Roi Papa, « purifié [des] feux / Dont son âme était embrasée ».
Voici un album qui déroutera quelque peu, mais qui est d’une rare intelligence : l’éditeur a fait le pari de reprendre le texte intégral de Peau d’Âne, celui de 1694, juste remis en français moderne – du XIXe siècle. Une manière de prendre des distances avec ce conte fondateur, venu du fond des âges. Car, comme le rappelle Perrault,
« il est des temps et des lieux
Où le grave et le sérieux
Ne valent pas d’agréables sornettes ».

Dès 10 ans

Charles Perrault, Peau d’Âne, illustrations de Jean Claverie, Albin Michel Jeunesse, 2012, 48 p., 11,99 €

Jean de Brunhoff et Francis Poulenc, Histoire de Babar, le petit éléphant

Jean de Brunhoff et Francis Poulenc, Histoire de Babar, le petit éléphant

« Dans la grande forêt, un petit éléphant est né. Il s’appelle Babar. Sa maman l’aime beaucoup. Pour l’endormir, elle le berce avec sa trompe et chantant tout doucement. » Qui ne connaît pas par cœur cette délicieuse introduction à L’Histoire de Babar ? Dite par la voix de Natalie Dessay, c’est un pur bonheur ! L’Histoire de Babar a été mise en musique, dès 1940.
La petite histoire, racontée à la fin de l’album, veut que la nièce de Francis Poulenc, du haut de ses quatre ans, ait interrompu son oncle d’un : « Que c’est ennuyeux, ce que tu joues là ! Tiens, joue-moi ça ! » Et de poser sur le pupitre du piano son bel album de Babar.
Ici, c’est la jeune et talentueuse pianiste Shani Diluka qui se remémore ses lectures d’enfance pour vous emmener au pays des éléphants.
Malgré son format carré, le livre est d’une grande fidélité à l’original : texte intégral, même graphie et papier ivoire.

Dès 3 ans

Jean de Brunhoff et Francis Poulenc, Histoire de Babar, le petit éléphant, Didier Jeunesse, 2012, livre+CD, 60 p., 23,80 €

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Sa Majesté P.P. 1er

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Sa Majesté P.P. 1er

« S’il y a un jour détestable dans la vie d’un collégien, c’est celui des conseils de classe. Enfin, pas pour tout le monde. Prenez P.P. Cul-Vert, le petit génie de la 4e 2 : son cerveau tourne plus vite qu’un mixer »… A cela près que, les héros de vieillissant pas, il y a bien vingt ans que ledit P.P. Cul-Vert, alias Pierre-Paul Louis de Culbert, cache dans son box d’interne de 4e sucreries et cochonnailles. Un box dont il sort, le soir même d’un conseil de classe, pour rejoindre une destination inconnue. Une nouvelle enquête pour Rémi et Mathilde, avec un château en ruines, une tempête, des souterrains, et quelques méchants – le tout dans une Bretagne bien tonique. Bref, un régal !

Dès 11 ans

Jean-Philippe Arrou-Vignod, Sa Majesté P.P. 1er, Gallimard Jeunesse, 2012, 224 p., 13 €

Muriel Bloch, Mette et les Cygnes sauvages

Muriel Bloch, Mette et les Cygnes sauvages

« Brode brode, petite Mette, tu auras du bonheur / Si tu suis fil à fil les chemins de ton coeur… » chante la vieille couturière qui a recueilli Mette, pendant que ses onze frères apprenaient le dur métier de cordonnier.
Muriel Bloch propose ici une version revisitée du conte d’Andersen, « brodant d’autres motifs dans l’étoffe de ce conte », sur « la trame choisie par l’écrivain danois », en y mêlant des versions populaires de l’Europe du nord. Les illustrations ont été réalisées par une brodeuse de renom, Sandra Dufour, dont les applications rebrodées d’or et d’argent, les dentelles et les rubans, amplifient la féérie du conte. Un conte bouleversant sur la force des liens fraternels, sur la force du silence, de la persévérance, de la fidélité.

Dès 6 ans

Muriel Bloch, Mette et les Cygnes sauvages, broderies de Sandra Dufour, Ed. Thierry Magnier, 2012, 40 p., 18,80 €