Alphonse Daudet, Tartarin de Tarascon

Alphonse Daudet, Tartarin de Tarascon

« Le tueur de lions, stupéfait, se frotta les yeux… Lui qui se croyait en plein désert !… Savez-vous où il était ?… dans un carré d’artichauts, entre un plant de choux-fleurs et un plant de betteraves. Son Sahara avait des légumes… » Inoubliable Tartarin ! Naïf, notre « grand homme de Tarascon » ? Pas si sûr… Burlesque, oui. Et hautement « incorrect », tant vis-à-vis des militaires, des ronds-de-cuir, des boutiquiers, des colons que des « Teurs » — les « Turcs », autrement dit les autochtones de cette Algérie de pacotille. Car derrière ces « aventures prodigieuses », il s’agit bien d’une turquerie, vaste bal masqué où l’on ne se paie que de mots – mais quels mots !

Dès 12 ans

Alphonse Daudet, Tartarin de Tarascon, nombreuses éditions de poche. Attention : exigez le texte intégral. Dans l’édition du Livre de Poche, je n’aime pas trop les dessins de Dubout, qui confondent parfois farce et vulgarité.

Jane Yolen, L’empereur et le cerf-volant

Jane Yolen, L’empereur et le cerf-volant

Il y a très, très longtemps, vivait en Chine, une princesse « insignifiante ». En effet, Djeow Seow est la petite dernière d’une grande fratrie : non seulement elle a trois grandes sœurs assez pimbêches, mais elle a aussi quatre frères, très occupés à seconder leur empereur de père. Alors, elle joue seule, et tourne tous ses soins vers un cerf-volant qui monte, monte « comme une fleur dans le ciel, comme une prière dans le vent ». Survient une révolution de palais : voici l’empereur prisonnier, et la famille disloquée. Qui viendra en aide à son papa ? La petite princesse, bien sûr, dont le caractère s’est forgé dans l’adversité, mais surtout dans l’apprentissage rigoureux de l’art du cerf-volant.
Un livre dont les illustrations, d’une technique irréprochable, répondent parfaitement à la poésie du texte. Ed Young a obtenu pour ces découpes colorées une récompense aux États-Unis, un Caldecott Honor, dès… 1968. Il en a fallu du temps pour que ce cerf-volant traverse l’Atlantique !

Dès 6 ans

Jane Yolen, L’empereur et le cerf-volant, illustrations d’Ed Young, Ed du Genévrier, 2011, 32 p., 16 €

Contes japonais — La cape magique et autres récits

Contes japonais — La cape magique et autres récits

« Loin au sud du Japon, tout le monde connaît Hikoichi le jeune samouraï. Pauvre, intelligent et drôle à la fois, il a bon cœur, vraiment très bon cœur. Mais il est paresseux, horriblement paresseux », ce qui ne présage rien de bon, dans aucun conte. Comment va-t-il se procurer la cape d’invisibilité du monstre Tengu ? Et à quoi va-t-il s’en servir ? Le pire n’est pas sûr…
La suite du recueil propose une version de Poucette avec l’histoire du petit Momotaro, « le garçon né dans une pêche », ainsi que la Princesse des bambous, de la Femme des neiges et moult autres contes.
Les reproductions d’estampes anciennes auraient gagné à être en couleurs – gageons que ce sera pour une prochaine édition. Loin de s’approprier l’écriture des contes, Viviane Koenig et Masako Mizuta se sont bornés à les « mettre en paroles », une démarche modeste tout à leur honneur.

Dès 7 ans

Contes japonais — La cape magique et autres récits, paroles de Viviane Koenig et Masako Mizuta, Oskar Editions, 2011, 108 p., 8,95 €

 

Jane Dieulafoy, Une amazone en Orient, du Caucase à Persépolis, 1881–1882

Jane Dieulafoy, Une amazone en Orient, du Caucase à Persépolis, 1881–1882

Imaginez, en 1881, une femme d’ingénieur en cheveux courts et pantalon ! Cela choque, mais n’est-ce pas beaucoup plus simple, pour parcourir 6000 kilomètres à cheval — en 14 mois ? Surtout en Perse ! Archéologue, photographe, ethnologue, journaliste, Jane Dieulafoy (1851–1916) n’a rien fait à demi. Son Journal en témoigne, elle a l’œil à tout, et un humour « culotté » dont voici un exemple : le consul de Turquie, l’effendi, « trop rond pour pouvoir prendre ses repas à terre, est obligé de faire transporter à l’avance, dans les maisons où il est invité à dîner, une table profondément creusée dans laquelle il incruste son majestueux abdomen, après s’être excusé auprès des convives de cette infraction aux usages. L’Excellence […] a perdu de vue ses pieds depuis de si longues années, […], qu’elle est heureuse de s’assurer, en se regardant de temps en temps devant un grand miroir, qu’un chameau ne les lui a pas volés. » Tabriz, Téhéran, Qom, Saveh, Ispahan, Shiraz… Nous sommes au pays des Mille et une nuits ! N’est pas non plus donné à qui veut de donner son nom à des salles du Louvre. A vous de découvrir ce qu’elles abritent.

A partir de 12 ans, pour grandes lectrices

Jane Dieulafoy, Une amazone en Orient, du Caucase à Persépolis, 1881–1882, Phébus, 2010, 400 p., 13 €

 

Jean Rolland, Chansons de France

Jean Rolland, Chansons de France

Trois jeunes tambours, En passant par la Lorraine, Sur la route de Dijon… Autant d’airs à entonner en famille sur la route des vacances. Foin des CD ou, pis encore, de ces DVD regardés en boucle sur le siège arrière ! Osez la convivialité ! Vous chantez faux, et alors ? Respirez ! Et puis, chanter ne veut pas dire hurler… Cet album vous remettra en mémoire les airs les plus fameux de notre patrimoine, chansons à danser, à boire ou à marcher.
Les illustrations sont de la main de Pierre Joubert, qui a su capter avec beaucoup d’humour les poses avantageuses des trois capitaines ou les bonnes joues des petits tambours.

Pour toute la famille

Jean Rolland, Chansons de France, illustrations de Pierre Joubert, Editions Delayahe, 2011, 80 p., 26 €.