Mot-clef

Roberto Innocenti

J. Patrick Lewis, L’Auberge de Nulle Part

Qui n’a jamais rêvé de partager quelques heures avec le Baron perché, Moby Dick ou la Petite Sirène, avec Huckleberry Finn ou le Petit Prince ? De les croiser à l’heure du goûter, d’oser – ou non – leur adresser la parole ? C’est ce qui arrive à ce dessinateur en panne d’histoires, qui, au volant de sa 4L rouge, parvient un soir dans une curieuse auberge, au bord d’une mer bien agitée. Heureusement pour lui, car ces personnages, dont la mémoire flanche parfois, lui donnent l’occasion de renouveler son talent. Et heureusement pour nous, car le pinceau envoûtant de Roberto Innocenti ravive notre mémoire et entraîne notre imagination vers des horizons insoupçonnés.

Dès 9 ans

J. Patrick Lewis, L’Auberge de Nulle Part, illustrations de Roberto Innocenti, Gallimard, 2002 (réédition 2020), 48 p., 20 € — Traduit de l’anglais (USA) – Imprimé en Chin

Roberto Innocenti, Mon bateau

Roberto Innocenti, Mon bateau

« Voici mon bateau. Il est en train de couler », explique le narrateur, son capitaine qui, avec son équipage, a pris place dans une chaloupe bien secouée dans la tempête. « Tous les deux, nous avons fait le tour du monde. Il s’appelait le Clementine. » Et Dieu sait qu’il l’aimait son bateau… Construit dans les années 1930, il a navigué sur toutes les mers du globe, dans la guerre et dans la paix. Roberto Innocenti, à qui l’on doit notamment « La Maison », « Pinocchio » et « Casse-Noisette », nous offre ici un beau voyage, très émouvant, à bord de ce XXe siècle encore si proche qui a parfois pris l’eau, tout comme le Clementine. Une belle réflexion sur l’amour de la mer et sur le temps qui passe.

Dès 6 ans

Roberto Innocenti, Mon bateau, Gallimard Jeunesse, 2018, 40 p., 18 € — Traduit de l’italien

E. T. A. Hoffmann, Casse-Noisette

E. T. A. Hoffmann, Casse-Noisette

« Il faut que tu penses de toutes tes forces à ton dernier Noël, tout entouré d’une multitude de cadeaux. Alors peut-être seulement seras-tu capable de te représenter la scène : les enfants, debout en silence, les yeux brillants d’excitation, et Marie qui, au bout d’un moment, pousse un soupir et s’exclame :
— Oh ! que c’est beau ! Oh ! que c’est beau ! »
Splendides cadeaux, immense arbre de Noël décoré de sucreries et de bougies, pas de doute, Marie et Fritz sont nés avec une cuiller d’argent en bouche. Mais ne boudons pas notre plaisir et émerveillons-nous avec eux. Parmi les cadeaux, un de ces pantins de bois à la mâchoire casse-noisette. Et quand, à minuit, les jouets s’animent et qu’arrivent les armées du Roi des Rats, le conte nous entraîne dans une nouvelle féerie. Roberto Innocenti n’a pas son pareil pour rendre l’atmosphère des contes ; cela fourmille de détails, les angles de vue sont parfois spectaculaires, avec un mélange de réalisme et d’imaginaire, d’humour et de tendresse qui font la magie de Noël.

Dès 10 ans

E. T. A. Hoffmann, Casse-Noisette, illustrations de Roberto Innocenti, Gallimard Jeunesse, 2018, 144 p., 30 €. Traduit de l’allemand depuis l’anglais semble-t-il. Première édition en 1985. Imprimé en Italie.

Carlo Collodi, Les aventures de Pinocchio, histoire d’un pantin

Carlo Collodi, Les aventures de Pinocchio, histoire d’un pantin

« Il y avait une fois…
— Un roi ! diront tout de suite mes petits lecteurs.
— Non, mes enfants, vous vous êtes trompés. I y a avait une fois un morceau de bois. Ce n’était pas du bois de luxe, mais un morceau pris dans un vulgaire tas de petit bois, de ceux que, l’hiver, on met dans les poêles et les cheminées. […] Un beau jour ce morceau de bois se retrouva dans la boutique d’un vieux menuisier, qui se nommait Maître Antoine, ceci mis à part que tous l’appelaient Maître Cerise. » Et voilà notre Maître Cerise tout heureux d’avoir un bout de bois à transformer en un pied de table… Mais voilà que le bout de bois se lamente… Tout frémissant, et plus superstitieux que courageux, Maître Cerise s’en défausse vite fait en le cédant à son voisin Gepetto… Lequel en fera la marionnette bien connue ! Ce grand album est illustré de main de maître par le Napolitain Roberto Innocenti, qui a choisi de replacer ce chef‑d’œuvre dans la Toscane du XIXe siècle. Un ouvrage à garder dans la bibliothèque familiale !

Dès 10 ans

Carlo Collodi, Les aventures de Pinocchio, histoire d’un pantin, illustrations de Roberto Innocenti, Gallimard Jeunesse, 2005, 192 p., 25,40 €

J. Patrick Lewis, La Maison

J. Patrick Lewis, La Maison

Quand cette maison, construite en 1656 (la date figure sur le linteau de la porte), décide de raconter le XXe siècle, elle a déjà derrière elle une longue histoire, inscrite dans ce paysage italien, entre champs et forêts, avec son puits et ses terrasses.
C’est une maison poète, qui s’exprime en quatrains joliment traduits. Plutôt « taiseuse », elle se laisse portraiturer au fil des siècles par Roberto Innocenti. Chaque double page fourmille de détails à lire à plusieurs niveaux : histoire des saisons au rythme de la végétation, histoire des familles – naissances, mariages, départs et deuils –, histoire du pays – exode rural, guerres et paix.
On aurait aimé que la maison voie alterner encore longtemps ces cycles naturels. Mais un beau jour de 1973, cette maison restée « sans maîtresse » pense avoir atteint « sa destinée dernière »… En effet, la « restauration » de 1999 est un reflet caricatural et oh combien inquiétant de la société de consommation dans son immédiateté et son égoïsme : il n’y manque ni la piscine, ni le barbecue, ni les nains de jardin !
Suivez aussi « l’histoire » de l’arbre le plus proche, ainsi que celle des enfants, de moins en moins nombreux. Des images à commenter aux enfants, pour donner du sens à tous les détails mais aussi pour les inscrire dans une perspective historique plus vaste.

A partir de 6 ans

J. Patrick Lewis, La Maison, illustrations de Roberto Innocenti, Gallimard, sept. 2010, 62 p., 15,90 €