Mot-clef

Roald Dahl

Roald Dahl, Danny, champion du monde

Danny, le narrateur, 9 ans, partage avec son père une vie assez originale : ils habitent une roulotte, et gagnent leur vie en réparant les tacots du village et en tenant une modeste station-service, dans une Angleterre rurale qui voit encore s’opposer petites gens et gros propriétaire terrien. Une nuit, Danny se réveille, seul… Quand son père émerge de l’obscurité, il se confie :
«  — J’ai décidé quelque chose, m’a‑t-il dit. Je vais te révéler le plus grand secret et le plus sombre secret de toute ma vie […] La vérité, c’est que j’étais dans les bois de Hazell. […] Tu sais ce que veux dire braconner ? […] Ça veut dire aller dans les bois en pleine nuit et revenir avec quelque chose à mettre dans la marmite. »
Est-ce du vol ? s’inquiète le bambin. Non, « c’est un art », lui révèle son père. Et voilà que Danny va pouvoir accompagner son père dans ce « sport si fabuleux, si palpitant » du braconnage. Vont en effet s’enchaîner les trouvailles les plus farfelues pour attraper ces faisans que Monsieur Hazell élève pour frimer lors de chasses mondaines. Mais comment échapper aux gardes-chasses ? Roald Dahl multiplie les astuces et nous suivons avec entrain (mais en silence !) les silhouettes dessinées par Quentin Blake. Une belle histoire de connivence et d’amour entre un père et son fils. Un régal.

Dès 9 ans

Roald Dahl, Danny, champion du monde, illustré par Quentin Blake, Gallimard Jeunesse, 2020, 272 p., 14,90 € — Traduit de l’anglais. Imprimé en Italie. Nouvelle édition

Roald Dahl, Petit Manuel des gros mots de Roald Dahl

Vermicieux, éboucraillure, tarabistourne… Non, ce ne sont pas des injures du capitaine Haddock, mais celles qui, ici ou là, émaillent les récits de Roald Dahl – ou dont il explique la fabrication. Un gros mot, qu’est-ce au juste ? C’est « un mot que les adultes n’aiment pas vous entendre prononcer, même s’ils sont les premiers à s’en servir », avec un lexique curieusement assez limité, « alors qu’il y en a des zillions ». Or les meilleurs jurons sont ceux que l’on invente soi-même. Mais encore faut-il en avoir la recette et les utiliser à bon escient. Car, rappelle Susan Rennie, « l’étrange pouvoir que possèdent les gros mots ne se manifeste que quand on sait s’en servir juste au bon moment ». Mots-valises, allitérations, jurons à l’ancienne, comparaisons EXPLOSIVES : à vous d’apprendre à côté du maître.

Dès 8 ans

Roald Dahl, Petit Manuel des gros mots de Roald Dahl, illustrations de Quentin Blake, compilation de Susan Rennie, Gallimard Jeunesse, 2020, 96 p., 10 € — Traduit et adapté de l’anglais par J.-F. Ménard.

Roald Dahl et Quentin Blake, 1,2, 3

Roald Dahl et Quentin Blake, 1,2, 3

« 1 petite fille se promène dans la jungle. 2 enfants attendent leur amie. » Mais à chaque page, de 1 à 10, le danger rôde – parfois caché, parfois moins… — et guette les enfants. Car « 1 énorme crocodile veut les croquer tout crus ! » En effet, l’énorme crocodile a repris du service dans cet album cartonné qui présente la suite des nombres de 1 à 10, pour la grande joie des enfants que cette stupide bestiole n’a pas fini de faire rire.

Dès 2 ans

Roald Dahl et Quentin Blake, 1, 2, 3, Gallimard Jeunesse, 2018, 16 p. cartonnées, 9,90 € — Traduit de l’anglais

Roald Dahl, Billy et les Minuscules

Roald Dahl, Billy et les Minuscules

Pourquoi la forêt qui s’étend devant la maison de Billy est-elle interdite d’accès ? Est-ce parce qu’elle abrite des Ecornouflons ? Un Horrifiant Engoulesang ? Billy n’a qu’une idée en tête : sauter la barrière, et y aller voir ! Quand une Chose, une Bête, un Monstre le poursuit, le voilà réfugié sur les hautes branches d’un grand arbre. Et dans cet arbre, vivent des milliers de Minuscules, aux habits et aux modes de vie étrangement démodés. Lesquels prient Billy de les débarrasser d’un terrible « Groinfrognard cracheur de fumée rouge orangé »… Y parviendra-t-il ?
Le « petit Louis » de la version illustrée par Patrick Benson est devenu Billy – dans cette réédition illustrée par Quentin Blake. Difficile de dire laquelle des deux est « la meilleure », chacune a son charme – plus de rêve chez Benson, plus d’humour chez Blake, « très fier que [les] deux éditions co-existent ».

Dès 8 ans

Roald Dahl, Billy et les Minuscules, illustrations de Quentin Blake, Gallimard Jeunesse, « Roman Cadet », 2018, 128 p., 11,50 € — Traduit de l’anglais. Couverture cartonnée.
Roald Dahl, Les Minuscules, illustrations de Patrick Benson, Gallimard Jeunesse, 2002, 66 p., 7,60 €. Les illustrations ont bien plus de charme en grand format, mais l’album semble épuisé.

Roald Dahl, Les Minuscules

Roald Dahl, Les Minuscules

« Ayez bien les yeux ouverts sur le monde entier, car les plus grands secrets se trouvent toujours aux endroits les plus inattendus. » Par exemple, dans ce vieil arbre de la Forêt Interdite que Petit Louis rêve d’explorer… Un Petit Louis qui va devenir le héros du peuple des Minuscules. Roald Dahl reprend ici, à sa façon, les thèmes de Lilliput et de Nils Holgersson, ceux des dragons de feu et des mythes forestiers, de l’épreuve et du secret, de la curiosité et de l’imagination. Mais chut, ceux qui ont suivi Petit Louis dans la forêt garderont un silence prudent.

Dès 7 ans

Roald Dahl, Les Minuscules, illustrations de Patrick Benson, Gallimard Jeunesse, 2002, 66 p., 7,60 €. Les illustrations ont bien plus de charme en grand format, mais l’album semble épuisé.