Mot-clef

Pierre Dubois

Pierre Dubois, L’Elféméride, Le grand légendaire des saisons, Automne-Hiver

Pierre Dubois, L’Elféméride, Le grand légendaire des saisons, Automne-Hiver

Saviez-vous que les taupes sont les âmes damnées des paysans grippe-sous ? Que l’homme aux 365 nez n’apparaît que le 31 décembre et que la nuit de Noël, les menhirs se déplacent pour aller boire aux fontaines ? Avez-vous déjà entendu l’histoire de sainte Apolline qui soigne les douleurs dentaires ou le conte du lièvre dont la lèvre s’est fendue à force de rire ?
En écoutant les anciens et en s’instruisant du murmure des fées, Pierre Dubois a pu tirer le fil et nous ramener aux sources d’un légendaire oublié. Son Elféméride compose un almanach du merveilleux, une petite mythologie qui complète la grande, celle du Panthéon et de l’Olympe. Deux cent cinquante histoires qu’il est important de connaître, car « les ignorer, c’est ne pas savoir pourquoi le ciel est bleu, la mer salée, la neige froide, le soleil brillant… c’est tout ignorer de la pluie et du vent ». L’ouvrage est mis en images et enluminé par autant de dessins superbes de René Hausman, un des grands illustrateurs belges.
Avis à certains amateurs de Holunder, cette délicieuse boisson au sureau des refuges autrichiens : le sureau est un arbre aimé des fées, qui éloigne l’orage !
Ce volume couvre 6 mois de l’année, de septembre à février. On attend donc avec impatience le volume « printemps –été » !

Dès 12 ans, et pour tous ceux qui rencontrent les fées sur leurs chemins

Pierre Dubois, L’Elféméride, Le grand légendaire des saisons, Automne-Hiver, illustré par René Hausman, Hoëbeke, 2013, 192 p., 32 €

 

Cicely Mary Barker, Le jardin féerique

Cicely Mary Barker, Le jardin féerique

En ce début d’automne, qu’il fait bon épier encore les fées des roses et les fées des épines, qui œuvrent au jardin et invitent grives, moineaux et écureuils à faire leurs provisions ! Que serait la douce Angleterre sans les aquarelles de Cicely Mary Barker, qui a su déceler dans chaque fleur une présence invisible ? Et, soudain, derrière une étamine, entre deux pétales, se dévoile un minois souriant, espiègle, prêt à nous mener au pays de féerie… en poésie, bien sûr, car chaque fée, chaque elfe déclame aussi un charmant compliment ! Un album à feuilleter au gré des saisons, en grignotant des scones.
Chaque aquarelle donnera aux mamans adroites des idées de déguisements – un retour aux sources bien compris, puisque Cicely Mary Barker costumait, pour les dessiner, les enfants de la garderie organisée par sa sœur.

Dès 6 ans, et pour toutes celles qui accueillent les fées dans leur jardin secret

Cicely Mary Barker, Le jardin féerique, présenté par Pierre Dubois, Hoëbeke, 2004, 143 p., 34,50 €