Mot-clef

pascale perrier

Pascale Perrier, La véritable histoire de Charlotte qui rêvait de découvrir Versailles

« Je m’appelle Charlotte et j’ai douze ans. Aujourd’hui, j’ai beaucoup de chance. Pour la première fois de ma vie, je suis à Versailles, dans le château du roi. » Avec une lourde responsabilité : s’occuper de la petite Esprit-Madeleine, trois ans, la fille de Molière et de la comédienne « Mademoiselle Molière », sa maman. Mais la fillette est bien espiègle, et la voilà qui a disparu ! A la suite de Charlotte, le lecteur visite le château et ses jardins et assiste même à une représentation théâtrale. Un roman historique facile d’accès et joliment illustré pour très jeunes lecteurs.

Dès 6 ans

Pascale Perrier, La véritable histoire de Charlotte qui rêvait de découvrir Versailles, illustrations de Cléo Germain, Bayard Jeunesse, coll. « Youpi, j’aime l’Histoire », 2019, 48 p., 6,50 €
Du même auteur, dans la même collection : La véritable histoire de Carantos qui survécut à Alésia, illustrations de Célia Nilès, Bayard poche, 2017, 48 p., 6,50 €

Pascale Perrier, Et derrière les nuages

Pascale Perrier, Et derrière les nuages

« Putain. Mon meilleur copain. Mon seul ami, à bien réfléchir. Celui avec qui je partageais tout, et pas seulement les cours. Les projets, les espoirs, les envies. L’alpinisme, c’est aussi une histoire d’amitié. On choisit les gens avec qui on va s’encorder, on leur accorde notre confiance, on se prépare avec eux, nos yeux brillent du même éclat. Et normalement, on vit les mêmes émotions au même moment, on revient avec les mêmes souvenirs.
Normalement. »
Un beau jour d’été à Chamonix, les deux garçons se faisaient une fête de gagner l’Aiguille d’Argentière. Mais, au somment, ils se sont désencordés, et Antoine, ce « meilleur copain » du narrateur, a basculé dans le vide — une chute fatale pour ce garçon plein d’avenir. Comment survivre avec un tel poids sur la conscience, quand on a 18 ans et que l’on veut devenir guide ? Perdu de chagrin, le jeune homme va se terrer dans un squat lyonnais –d’où il reste en contact avec ses parents et où il rencontre Leila. Leila qui refuse le poids du voile, un avenir de comptable et autres décisions familiales, qui veut suivre Rimbaud et s’inscrire en classes préparatoires.
Les deux étudiants vont s’épauler et tenter de se reconstruire, dans un très grand respect de l’autre – et c’est aussi une des surprises de ce roman d’initiation très pudique : chacun des deux repart vers un destin à reconstruire, le narrateur vers ses montagnes – il devient guide et s’installe à la Réunion, où il se marie – et Leila vers la littérature en devenant éditrice. Pascale Perrier parle de la montagne, de Chamonix et de l’alpinisme avec justesse – sans erreur de topo ni de psychologie – et dans une langue proche des adolescents, aussi capables de jurer que de se réciter « Le Bateau ivre ».

Adolescents

Pascale Perrier, Et derrière les nuages, La Joie de lire, coll. « Encrage », 2018, 195 p., 14,50 €

Pascale Perrier, La Véritable Histoire de Carantos, le jeune Gaulois qui survécut à Alésia

Pascale Perrier, La Véritable Histoire de Carantos, le jeune Gaulois qui survécut à Alésia

« Au loin, on aperçoit une longue colonne de soldats qui avance au pas. Carantos pousse un soupir et ajoute :
— Des légionnaires romains ! Il y en a beaucoup, décidément. Trop.
Depuis l’aube, ils ont déjà vu deux autres files de soldats. Toutes semblent se diriger vers un même point : Alésia. C’est justement dans cette ville que le groupe avait décidé de dormir le soir venu. »
Et voilà que Melisso, le vate, interprète un étrange vol de corneilles ; il y voit une prédiction, qui enjoint à Carantos d’entrer dans la ville dont le siège débute. Autant dire que le jeune Gaulois va se jeter dans la gueule du loup ! Parviendra-t-il à en sortir ? C’est le scénario de ce roman historique bien ficelé, lequel est agrémenté de pages documentaires sur le monde gaulois, sur Vercingétorix, César et le siège d’Alésia.
L’auteur passe pudiquement sous silence le fait que les vieillards, les femmes et les enfants expulsés de la ville n’ont pas pu passer entre les fortifications et sont morts de faim entre les deux camps.

De 9 à 12 ans

Pascale Perrier, La Véritable Histoire de Carantos, le jeune Gaulois qui survécut à Alésia, illustrations de Célia Nilès, Bayard poche, 2017, 48 p., 6,50 €

Pascale Perrier, Panique sur le Titanic

Pascale Perrier, Panique sur le Titanic

« Nous cherchons des survivants, pas des jouets. Alors, un peu de calme, mesdemoiselles. » En cette nuit glacée du 14 avril 1912, il y a donc un siècle, deux petites filles ont eu la chance de pouvoir quitter le Titanic avant qu’il ne sombre. Tremblantes de peur et de froid, Eva (7 ans) et Marjorie (8 ans), cherchent à sauver qui son ours qui sa poupée. Un roman historique bien écrit, qui narre ce drame avec beaucoup de pudeur, et qui cite ses sources en fin de volume.
Comment ne pas souscrire à cette jolie formule de Pascale Perrier : « Lire — comme écrire -, c’est tour à tour dormir au clair de lune, se réveiller enfermé dans une maison biscornue, s’imaginer aux griffes de chauve-souris hilares… Lire — comme écrire -, c’est s’ouvrir au monde, et peut-être avoir la chance d’y trouver une place, de s’y glisser au chaud. »

À partir de 7 ans

Pascale Perrier, Panique sur le Titanic, Oskar, 2012, 112 p., 5,95 €